Cuisine roulante

ALVF
Messages : 5877
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Cuisine roulante

Message par ALVF » mar. sept. 06, 2011 7:25 pm

Bonjour,

Des propos récents affirmant que l'introduction des cuisines roulantes dans les Armées était une initiative allemande, je publie ces quelques pages de la "Revue d'Infanterie" du 15 juillet 1907.
En effet, si l'idée initiale de doter les Armées en campagne de cuisines roulantes trouve bien son origine en Allemagne où Von Moltke, chef d'état-major de l'Armée prussienne, envisage sérieusement cette possibilité en 1860 sans y donner suite, c'est bien l'Armée russe qui s'est dotée la première de cet ustensile bien utile pour le confort du soldat et ce, bien avant toutes les autres armées, puisque toutes les troupes russes d'Extrême-Orient en sont dotées lors de la guerre russo-japonaise de 1904-1905.
En 1907, les Armées autrichienne et allemande étudient encore le modèle à adopter, l'Allemagne trouvant le modèle russe "Brun" tout à fait valable et le modèle réglementaire allemand finalement adopté en sera fortement inspiré.L'Armée française adoptera tardivement la cuisine roulante, seul moyen pratique de procurer un repas chaud aux troupes en campagne dans des délais raisonnables car il fallait environ deux heures pour "préparer la soupe" en arrivant sur un emplacement avant l'introduction de la "roulante"!
Il est d'usage en occident de sous-estimer l'Armée russe de 1914, pourtant cette Armée avait introduit des matériels très en avance sur leur temps à l'issue des désastres de la guerre russo-japonaise, notons entre autres:
-l'introduction, dès 1907, de 36 "komandy" (groupes) armés du fusil-mitrailleur Madsen, dont 24 affectés aux divisions de cavalerie.
-la mise en service du "canon d'assaut" de 76,2 mm L/16,5 modèle 1909, ce canon léger sera mis en dotation dans les troupes de choc allemandes ("Sturmbataillon") en 1917-1918.
-les tourelles de côte doubles de 305 mm construites sur tous les points importants du littoral russe.
-les obusiers et canons modernes étudiés par Schneider et construits en Russie à partir de 1910.
En tout cas, la tenue de campagne et les cuisines roulantes de l'Armée russe témoignaient favorablement des réformes en cours dans l'Armée russe de 1914:
ImageImage
Cuisines roulantes de l'Armée russe introduites à partir de 1902.
Cordialement,
Guy François.

Avatar de l’utilisateur
la roulante
Messages : 139
Inscription : dim. mai 03, 2009 2:00 am

Re: Cuisine roulante

Message par la roulante » lun. sept. 19, 2011 7:56 pm

Bonjour à tous,

Effectivement même si l'Allemagne pensait déjà à s'équiper de cuisines roulantes, c'est bien la Russie qui a utilisé pour la première fois en opération ce type de matériel. De son côté la France était assez sceptique quant à l'utilisation de ces cuisines.

Ci-dessous quelques informations tirées de :

Les cuisines de campagne
Par J Thys
Sous-Intendant militaire
Chef de bureau au ministère de la Guerre
Publié par l’auteur
Rue Royale 5 à Bruxelles
( Année probable 1910 )

L' Allemagne

" En 1860, de Moltke préconisait déjà la cuisine de campagne : " On veut, écrivait l’illustre général, que chaque homme fasse la soupe ; mais il peut arriver que tombant de fatigue, après une marche pénible, le soldat aime mieux se reposer que manger … Avec des cuisines roulantes, il est possible de préparer la nourriture de la troupe pendant la marche. Le soldat trouve un repas chaud en arrivant au bivouac, et peut dès lors se reposer … "


La Russie

Le rapport officiel remis après les grandes manæuvres russes de 1902 contenait le passage suivant : " Si les troupes ont fait preuve d’une endurance remarquable, on le doit en grande partie aux cuisines roulantes qui augmentent de 20 à 30% la vigueur du soldat. On s’en aperçoit notamment pendant les marches forcées ; les hommes prennent un repas pendant le repos de midi, et éventuellement, un autre, celui du soir, pendant un long repos. On peut affirmer, sans exagération, que trois régiments dotés de cuisines roulantes valent une division entière n’en ayant pas à sa disposition."

Le commandant Painvin, à qui nous empruntons ces détails, ajoute : " Certains généraux russes estiment que, dans les manæuvres précédant une grande bataille, on peut ( grâce à l’emploi des cuisines roulantes ) faire par jour 10 à 15 Km. de plus et en perdant trois fois moins de monde par suite de fatigue excessive. On a aussi beaucoup moins de traînards, les hommes sachant qu’à l’arrivée à la grand’halte ou au gîte, il y aura distribution d’aliments chauds … "
" Au début de la guerre russo-japonaise, dit le correspondant militaire français Georges de la Salle, les premières troupes de Sibérie entrées en campagne étaient dépourvues du fourneau de campagne russe. Elles devaient, le soir, faire cuire la soupe dans leur gamelle comme chez nous. La dysenterie balaya les rangs ; la mortalité fut, je crois, de 15 à 20%. Les fourneaux arrivèrent : dans les mêmes corps, la mortalité baissa à 3 ou 4 %. Allez donc demander à des hommes qui se sont battus la journée entière ou ont fait une marche de 30 Km avec 25 Kg de bagage, de bien cuire leur dîner ! Ils mangeront des légumes à moitié crus, peu leur importe : ils veulent dormir. " ( cité par Immenhauser ).

L'Autriche

De son côté, le colonel autrichien Krauss, qui a suivi avec beaucoup d’attention les expériences faites pendant les grandes manæuvre de son pays en 1906, écrit : " Les bataillons dotés de cuisines roulantes purent prendre leur repas une demi-heure après l’arrivée du train de combat avec lequel marchaient les cuisines … les autres bataillons attendirent quatre et même cinq heures après le même repas … Au surplus, la viande et les autres aliments étaient bien cuits … " ( cité par Painvin ).
"

" Principaux pays qui emploient les cuisines de campagne.

Allemagne.
Nous avons vu que de Moltke préconisait déjà la cuisine roulante en 1860, mais il faut croire, une fois de plus, que nul n’est prophète en son pays, car les premières expériences allemandes datent de 1902 seulement ; elles se sont continuées en 1905 et 1908 en donnant – apparemment du moins – satisfaction au haut commandement puisque les cuisines roulantes sont adoptées, en principe, depuis un couple d’années.

Autriche.
L’armée autrichienne est une des mieux dotées sous ce rapport. Après les expériences décisives de 1906, on résolut de donner des cuisines portatives aux troupes de montagne et aux trains d’armée, et des cuisines roulantes – il en fut commandé 2000 en 1909 – à toutes les autres troupes. Le colonel Krauss estime que la cuisine roulante avec foyer a une évidente supériorité sur l’appareil à cuisson automatique.

France.
La France a expérimenté, en 1905, 1906, 1908 et 1910, les cuisines roulantes avec et sans foyer, sans s’arrêter – que nous sachions – à une solution définitive.

Italie.
L’Italie s’occupe de doter son armée de cuisines de campagne, et a donné jusqu’à présent préférence aux appareils à cuisson automatique.

Japon.
Le Japon a utilisé, pendant la guerre de Mandchourie, des fourneaux de campagne et des voitures chaudières qui ont servi principalement à la cuisson du riz et à la préparation des liquides chauds. Les unes et les autres ont rendu aux troupes et aux formations sanitaires d’inappréciables services.

Russie.
La Russie, qui est la pays des longs trajets et des étapes sans fin, expérimentait déjà des cuisines roulantes et même des appareils à cuisson automatique, en 1860. Les cuisines roulantes se généralisèrent vers 1880, et furent définitivement adoptées en 1901. Pendant la guerre de Mandchourie, elles furent aussi aux Russes qu’aux Japonais.

" A la fin de la campagne, toutes les troupes en étaient pourvues. Indépendamment de la cuisine roulante Brun ( qui avait fait ses preuves lors de la campagne de Chine ), d’autres modèles furent également mis en oeuvre sur le théâtre de la guerre. "
On utilisa, dans l’infanterie et dans l’artillerie, de grandes cuisines roulantes à quatre roues traînées par deux chevaux ( une par compagnie ou batterie ) et, dans la cavalerie, des voitures à deux roues traînées par un seul cheval ( une par escadron ). Toutefois, on reconnut bientôt que les voitures cuisines à quatre roues étaient trop lourdes par suite de la nature du sol mandchourien, et tous les corps de troupe se procurèrent des cuisines roulantes en forme de charrettes. Ces dernières étaient traînées par un seul cheval en limonière ; mais elles pouvaient aussi être attelées de deux chevaux en tandem.
Ces voitures, très légères, pouvaient passer partout ; aussi étaient-elles toujours emmenées par les troupes, même dans les cas où tous les autres équipages devaient rester en arrière.
Sur les lignes du Schaho, où les deux armées se firent face pendant près de cinq mois à courte distance, les cuisines roulantes russes permirent de donner deux fois par vingt-quatre heures un repas chaud aux troupes occupant les positions les plus avancées. On les amenait à la tombée de la nuit jusqu’aux abris les plus avancés qu’elles quittaient un peu avant le lever du soleil. Des abris, la nourriture était portée dans les marmites individuelles, lorsqu’il n’était pas possible de faire venir les homme, à tour de rôle, manger près de la cuisine roulante " Painvin cité par le Bulletin de la Presse et de la Bibliographie militaire ).

Suisse.

A partir de 1880, la Suisse fournit successivement des cuisines roulantes aux batteries de campagne, aux ambulances et à la cavalerie.
" L’infanterie, le génie, le parc d’artillerie, le train ont vainement attendu, depuis cette date, un sort semblable. On le leur a refusé, pendant longtemps, par crainte, entre autres, d’augmenter les colonnes des trains, et l’on a préféré le système de la popote cuite dans les gamelles individuelles " (Immenhauser ).
A la suite des expériences faites pendant les manæuvres de ces dernières années, le gouvernement fédéral a rattrapé le temps perdu : des crédits suffisants furent votés, au début de 1910, pour doter toute l’armée de cuisines de campagne.

Les autres pays qui utilisent, dans une certaine mesure, les cuisines de campagne sont : la Norvège, le Danemark et les Etats-Unis.
"

Quels sont les arguments avancés par les militaires Français contre la cuisine roulante :

" " A la suite des manæuvres de Picardie, en 1910, les officiers et les soldats ont été unanimes à demander la suppression des cuisines roulantes … elles alourdissent les colonnes, et comme elles sont placées au train régimentaire, elles arrivent au cantonnement une heure ou deux après les troupes … auxquelles elles apportent une bouillie épaisse, peu appétissante, toujours la même … parfois elles ne savent pas rejoindre, et alors le troupier n’a rien à manger … elles enlèvent deux hommes à l’effectif de combat de chaque compagnie … elles font double emploi avec certains ustensiles culinaires de campement dont il n’est pas possible de priver les unités en campagne … " ( Le Temps ).
" … Bref, les avantages sont nombreux. Quant aux inconvénients, ils doivent disparaître par un choix judicieux du type et par un emploi raisonné de la cuisine. Il y a là une réglementation à établir, et surtout une pratique à prendre. Les nouveautés, dans un milieu aussi compliqué qu’une armée, ne vont pas sans se heurter à d’autres institutions, à des usages, à un ensemble de faits qui se sont créés indépendamment d’elles, et où elles ne trouvent pas tout de suite leur place. Il leur faut un certain temps pour se caser … Les cuisines roulantes n’échappent pas à cette loi commune …" ( Marty-Lavauzelle )
"

Matériel produit en France :

Image Image

Bibliographie.

" Album-prospectus de la maison A Maguin, à Charmes, près La Fère ( Aisne )
Album-prospectus de la maison A Mottant, à Bar-le-Duc ( Meuse )
La France militaire : 29/01/1910 : Cuisines roulantes et voitures à viande.
16/11/1910 : Les cuisines roulantes
Les manoeuvres de Picardie en 1910, par Marty-Lavauzelle ( Paris H Charles-Lavauzelle )
Le Temps : 20/12/1910 : Cuisines roulantes
Revue d’infanterie : juillet 1907 : Les cuisines roulantes par Cdt Painvin
Revue de l’intendance : 1906 (p 941) : Les cuisines roulantes de l’armée russe par le médecin principal de 1ère classe Nimier
1907 (p 1137) extrait de la revue de l’infanterie juillet 1907
"


Il est a remarquer que la firme Maguin existe toujours, malheureusement ils n'ont plus aucune trace de documents d'archives à ce sujet.

J'espère avoir pu vous apporter quelques informations intéressantes.
Si par hasard vous souhaitez des infos complémentaires n'hésitez pas à me contacter par MP et si l'un d'entre vous possède les documents cités en bibliographie jesuispour ma part intéressé.

Bonne fin de journée à tous,
Bien cordialement,


Jean-Philippe ( La roulante )


" Sans une bonne intendance le meilleur général ne peut rien. Une mauvaise organisation du service des subsistances à causé plus de désastres que l’impéritie des généraux; elle a rendu impuissantes les armées les mieux commandées "
LtGén Baron CHAZAL

Rutilius
Messages : 12422
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: Cuisine roulante

Message par Rutilius » lun. sept. 19, 2011 9:48 pm


Bonsoir à tous,


Le Temps, n° 18.070, Mardi 20 décembre 1910, p.1.


Image
Image
Image
Image
Image
Image
________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

ALVF
Messages : 5877
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Cuisine roulante

Message par ALVF » lun. sept. 19, 2011 11:44 pm

Bonjour,

Il convient de remarquer que les arguments contre l'emploi des cuisines roulantes en France figurent non pas dans la presse spécialisée militaire (Revue d'Infanterie, Revue de l'Intendance, Journal des Sciences Militaires, etc...) mais dans de "grands" quotidiens nationaux, réputés "sérieux", comme "Le Temps" (et bien d'autres)!
Les articles de ces quotidiens ont surtout pour but de faire" économiser aux contribuables" des dépenses militaires supplémentaires considérées a priori comme "inutiles".Les années 1900 à 1910 enregistrent un nombre incalculable de tels articles irresponsables, inspirés par des passions politiques et parfois par des généraux en retraite tels que "l'illustre" général Percin (l'ancien chef de cabinet du général André) qui écrivait en 1912 que "nous avions trop de canons" pour condamner sans appel l'adoption de l'obusier léger qui manquera si douloureusement à notre Armée en 1914.On trouve de tels articles sur la "nouvelle tenue" de l'Infanterie et bien d'autres sujets importants.Qui les inspirent?
Il faudra bien un jour analyser quelles sont les véritables raisons de l'insuffisance matérielle de notre Armée en 1914, les esprits indépendants pourront alors constater que toutes les responsabilités n'incombent pas seulement à des militaires "obtus".J'attends l'étudiant en histoire qui procédera à l'analyse rigoureuse des débats dans les commissions de l'Armée du Parlement pendant les années cruciales de 1900 à 1912 et sur les conclusions qu'il pourra formuler!
Cordialement,
Guy François.

Rutilius
Messages : 12422
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: Cuisine roulante

Message par Rutilius » mar. sept. 20, 2011 12:26 pm


Bonjour à tous,


Le Temps, n° 16.140, Lundi 26 août 1905, p. 2, « Avant les manœuvres d’armée de l’Est ».


« [...]
Image [...] »


Le Temps, n° 16.152, Samedi 9 septembre 1905, p. 2, article d’Émile Manceau intitulé « Notre armée aux grandes manœuvres de l’Est ».


« [...]
Image »


Le Temps, n° 16.395, Lundi 14 mai 1906, p. 2, en rubrique « Affaires militaires ».


Image


Le Temps, n° 16.532, Mercredi 26 septembre 1906, p. 1, en rubrique « Tribune militaire », article du général Langlois intitulé « Les grandes manœuvres de l’armée suisse ».

[...]
Image


Le Temps, n° 17.072, Dimanche 22 mars 1908, p. 2, en rubrique « Nouvelles de l’étranger ».


Image


Le Temps, n° 18.236, Lundi 5 juin 1911, p. 2, en rubrique « Affaires militaires – Armée ».


Image
[...]
Image
[...]


Le Temps, n° 18.304, Dimanche 13 août 1911, p. 3, en rubrique « Affaires militaires – Armée ».


Image


Le Temps, n° 18.336, Jeudi 14 septembre 1911, p. 2, en rubrique « Nouvelles de l’étranger – Allemagne », sous le titre « Les grandes manœuvres impériales ».


Image
________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2563
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Cuisine roulante

Message par Tanker » sam. mars 03, 2012 2:22 pm

Bonjour,

Au SHD, dans les archives de Moscou, le carton 9NN 468 :

"Cuisines roulantes hippomobiles. – Description, entretien et utilisation :circulaires, tables de construction,
notes, correspondance, notices, photographies, croquis techniques. 1916-1932"


devrait contenir quelques informations complémentaires utiles . . .

Bon Week-End - Michel

Avatar de l’utilisateur
Arnaud Carobbi
Messages : 6371
Inscription : mer. avr. 19, 2006 2:00 am
Localisation : Maine-et-Loire
Contact :

Re: Cuisine roulante

Message par Arnaud Carobbi » lun. oct. 01, 2012 9:25 pm

Bonjour à tous,

Une fois les cuisines roulantes mises en service, de combien d'hommes se composait son équipage ? D'ailleurs parlait-on d'un équipage pour l'équipe travaillant autour de la roulante ?
Cela devait-être prévu par un règlement. Quelqu'un aurait-il une piste ?

Cordialement,
Arnaud
Le site du Parcours du combattant de 14-18 : Deux mises à jour par semaine.

pierreth1
Messages : 1686
Inscription : sam. déc. 30, 2006 1:00 am

Re: Cuisine roulante

Message par pierreth1 » mar. oct. 02, 2012 1:17 pm

Bonjour,
Juste une précision les cuisines roulantes existent depuis des lustres mais étaient réservées aux grands personnages ainsi l'empereur napoléon 1er avait il une cuisine roulante qui le suivait partout avec un coffre de vaisselles à l'arriere et un traineau sous le chassis pour le bois.
En 1866 les eleveurs de betails du texas utilisaient des chariots de l'armee americaine transformes en "Chuck wagon" cuisine roulante

Que les experimentations n'aient pas donné toutes satisfactions n'est pas illogique.

tout dépend de l'utilisation que l'on en fera! car ce materiel ne peut effectivement que faire partie du train de combat regimentaire (voire de compagnie) donc ne se deplacera qu'en retard sur l'unite, une fois arrivé il faut encore parquer le materiel à un endroit compatible avec son role et donc encore des delais. à ce moment la il y a deux possibilites soit la nourriture aura été préparée à l'avance et sera considerablement refroidie et si le legume est constitue de pommes de terres , de legumineuses le resultat ne peut en etre qu'une bouillie assez infame! soit on la prépare à l'arrivee donc chauffe au bois de cuves importantes (200h pour une compagnie) et donc delais d'attente longs avant la distribution! donc dans le cadre de déplacements longs ce n'est pas forcemment la meilleure solution. par contre dés qu'il y a stationnement de troupe la qualité servie est superieure aux plats prepares par groupes!
Une autre utilisation consiste à la placer aux etapes en avance pour restaurer les soldats lors de leur passage ce qui impose de se deplacer en terrain ami.

A titre indicatif, nos convois logistiques au liban, en RCA et en yougoslavie n'emmenaient jamais de roulante qui nous auraient retardé sans nous apporter quoique ce soit de positif (les soldats mangeaient souvent froid y compris des rations rechauffables) (et d'ailleurs il n'y avait pas de roulante ! )seuls les bases avaient des ETRACS qui sont des cuisines professionnelles sur roues pour au minimum un bataillon!) en plus (comme constaté en 1905) dans un convoi cette cuisine aurait été en arriere avec le camion de depannage et l'ambulance or souvent lorsque nous arrivions à l'etape la tête de convoi se préparait à repartir! et donc n'aurait pas pu jouer son role, on aurait pu la mettre en tete de convoi mais dans ce cas cest la queue de convoi qui n'en aurait pas profite!
Lorsque j'ai pris le commandement de mon bataillon medical en 96 il m'a fallu un an de "magouilles" et de copinage pour me faire affecter une roulante! (il n'y en avait plus dans le sunites elementaires) si en manoeuvre elle me permettait de fournir des repas corrects chauds et le matin de l'eau chaude pour le petit dejeuner c'etait aussi au prix d'un équipage de deux reveille le matin une heure et demi avant les autres pour preparer cette eau chaude! (utilisee aussi pour la toilette) alors que le quart d'eau chaude prenait 5/10 minutes! idem pour preparer un repas, alors que la ration rechauffee sur une rechaud a alcool solidifie ne prend que 5/10 minutes! bien evidemment cela me prenait aussi un camion pour la tracter (et bien evidemment deux personnes) et comme on passe alors en restauration collective il fallait qu'ils soient aptes medicaement à la manipulation de denrees alimentaires! donc (en 96/1999) non remplacables au pied levé! dans la division j'etais le seul à avoir fait ce choix! ce materiel m'a rendu pas mal de services mais je comprends parfaitement la position de mes camarades qui preferaient se baser sur les rations individuelles!

Les cuisines roulantes sont donc des materiels remarquables mais souvent lourds d'utilisation! Donc une armee qui souvent est relativement refractaire aux progres pouvait aussi être tentee de ne voir que les inconvenients, ce qui ne pouvait que plaire aux decideurs politiques desireux de faire des economies! Effectivement les differentes commissions en charge de la defense nationale ont une responsabilite enorme dans notre impreparation ou sous equipement (y compris de nos jours! où notamment en yougoslavie de nombreux morts auraient pu etre evites avec un equipement correct et adapté! J'ai des exemples!) mais ces commissions pour ce faire ont toujours beneficie de l'aide de militaires "generaux specialistes" (ou soit disants specialistes) qui leur fournissaient les arguments permettant de repousser les innovations (quoique l'on puisse penser de De gaulle si il n'avait pas été critiqué par ses pairs sans doute eussions nous eu des divisions blindees en 40! Blum daladier et consorts ont une part de responsabilite certes mais ce n'etait pas des spécialistes les specialistes etaient les militaires!)
Cordialement
Pierre
Cordialement
Pierre

pierre

11Gen
Messages : 917
Inscription : ven. déc. 12, 2008 1:00 am

Re: Cuisine roulante

Message par 11Gen » mar. oct. 02, 2012 8:07 pm

Bonsoir à toutes et tous,
Il faudra bien un jour analyser quelles sont les véritables raisons de l'insuffisance matérielle de notre Armée en 1914, les esprits indépendants pourront alors constater que toutes les responsabilités n'incombent pas seulement à des militaires "obtus".J'attends l'étudiant en histoire qui procédera à l'analyse rigoureuse des débats dans les commissions de l'Armée du Parlement pendant les années cruciales de 1900 à 1912 et sur les conclusions qu'il pourra formuler!.../...Guy François.
Bonsoir Guy François

En attendant une étude qui existe peut-être (je n'ai pas interrogé la liste des mémoires et thèses universitaires) voici quelques passages d'un livre dont les écrits illustrent la rude lutte, au coeur de l'Armée française, entre le "Cercle des pommes de terre" et celui des roulantes. Cette guerre des positions n'est pas sans relation avec les luttes internes au milieu industriel pour remporter le marché. Les Expositions Universelles en était la vitrine.


Avec Joffre d'Agadir à Verdun : souvenirs 1911-1916 / Général R. Alexandre


Page 66
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5 ... /f82.image
" L'histoire des cuisines roulantes est caractéristique de l'état d'esprit qui régnait avant la guerre."

Page 67
" Le général Silvestre était revenu de Mandchourie persuadé de la nécessité d'en doter toutes les formations mobilisées. Il fit, à ce sujet, une campagne obstinée et obtint que la question fût enfin étudiée sérieusement. Les objections furent nombreuses : la plupart des officiers d'infanterie leur étaient opposés. Ils estimaient que la cohésion indispensable à cette arme ne pouvait s'acquérir que par la vie journalière en commun et naissait, dans l'escouade, autour de la marmite et de la gamelle de campement, en épluchant les pommes de terre et en regardant bouillir la soupe.[/b] .../...

Page 68
" En fin de compte, l'Administration de la Guerre était décidée à passer outre et fit admettre qu'il pourrait y avoir plusieurs types de cuisines roulantes, ce qui permettait d'aboutir, au moins partiellement. Mais, quand la guerre éclata, un grand nombre de corps de troupe n'en étaient pas encore pourvus. Il était heureusement plus facile de fabriquer des cuisines que des canons et, après quelques mois, chaque unité en posséda une, à la grande satisfaction de tous. Je ne crois pas que la disparition du « Cercle des pommes de terre » ait eu une influence réelle sur la valeur combative de l'infanterie

Bonne lecture
Cordialement
Geneviève
Wittgenstein Ludwig (1889-1951). "La philosophie est la lutte contre l'ensorcellement de notre entendement par les moyens de notre langage" P.I. § 109

ALVF
Messages : 5877
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Cuisine roulante

Message par ALVF » mar. oct. 02, 2012 8:40 pm

Bonsoir,

La réflexion du colonel Alexandre, beau prototype de "Jeune Turc", ne manque pas d'intérêt!
Pour qui connaît les sombres manoeuvres de l'intéressé pour convaincre les élus et responsables politiques divers de l'intérêt de la "plaquette Malandrin", pseudo-invention destinée à faire l'économie d'un énorme crédit réservé à l'acquisition des obusiers légers et à priver ainsi l'artillerie française d'une arme très importante, les réflexions de ce colonel sur les "roulantes" ne manquent pas d'un certain culot!
Il figure pourtant en bonne place de l'entourage de Joffre et des politiques tout prêts à se convaincre (et surtout à convaincre par tous les moyens) de la supériorité de la baïonnette sur l'artillerie lourde et de faire ainsi économiser des crédits à un gouvernement peu disposé à sacrifier des millions pour les militaires.
En temps de Paix, ce raisonnement se tient mais quand on attaque de décembre 1914 à 1915 les 2ème lignes allemandes intactes établies à contre-pente, le fait d'avoir pris le budget de la Défense pour une intéressante "variable d'ajustement" se paie au prix fort du sang des soldats-citoyens!
Je cherche toujours l'étudiant qui fera une intelligente étude des budgets de la Défense par l'étude des débats parlementaires de 1900 à 1912 (et des argumentaires militaires établis à la demande du gouvernement) car il s'est joué là le sort de quelques centaines de milliers de vies!
Cordialement,
Guy François.
Cordialement,
Guy François.

Répondre

Revenir à « Sujets généraux »