BLEUET — Patrouilleur, ex-chalutier japonais Shinkoku-Maru.

Rutilius
Messages : 16822
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: BLEUET — Patrouilleur, ex-chalutier japonais Shinkoku-Maru.

Message par Rutilius »

.
Bonjour à tous,


Bleuet — Patrouilleur, ex-chalutier japonais Shinkoku-Maru (1916~1920).

Le patrouilleur Bleuet fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre du 20 juillet 1916 au 15 juin 1919 [Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 727.].
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: BLEUET — Patrouilleur, ex-chalutier japonais Shinkoku-Maru.

Message par Memgam »

Bonjour,

Bleuet ex Shinkoku Maru, construit en 1910 par Kawasaki Dockyard à Kobé (Japon)
200 t

Devient Bleuet à Lézardrieux
1918, 5ème escadrille de patrouille à Port-Vendres
1920, 2 mai, vendu
1939, navigue sous le nom de Capodoglio.

Source : Jacques Vichot, Répertoire des navires de guerre français, AAMM, 1967.
Jean Labayle-Couhat, French warships of world war I, Ian Allan, 1974.
Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre fançaise de Colbert à nos jours, tome II, 1870-2006, Rezotel-Maury, 2005.

Cordialement.
Memgam
Rutilius
Messages : 16822
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: BLEUET — Patrouilleur, ex-chalutier japonais Shinkoku-Maru.

Message par Rutilius »

.
Bonsoir à tous,


■ Historique partiel.


— Nuit du 6 au 7 octobre 1918 : Recueille l’équipage du cargo Saint-Barnabé, de la Société navale de l’Ouest, torpillé et coulé par le sous-marin allemand UB-105 (Oberleutnant zur See Rudolf Petersen), à 8 milles au large de l’île de San-Pietro (Sardaigne, Italie), par 39° 5’ N. et 7° 24’ E., alors qu’il allait de Bombay à Marseille, via Bizerte, avec un chargement de 1.000 t. de manganèse, 4.480 t. de graisse de ricin, 332 t. de paraffine et 30 t. de gomme de laque.

Fut également torpillé et coulé par ce sous-marin dans la même nuit et dans les mêmes parages le cargo mixte Madeira, bâtiment de 4.792 t. armé par l’État portugais. Son équipage fut recueilli par le patrouilleur auxiliaire Gabriella, alors commandé par l’enseigne de vaisseau auxiliaire Evenou.


Société centrale de sauvetage des naufragés ― Annales du sauvetage maritime, 1er et 2e trim. 1919 : Bâtonnier Busson-Billaut et Commandant de Larosière, « Rapport sur les récompenses attribuées aux sauveteurs de la mer », p. 47 et 48.


« SAUVETAGE DES ÉQUIPAGES DES VAPEURS " MADEIRA "
ET " RANCE " TORPILLÉS


Médaille d'or de Mme Pauline Camps et prix de 300 francs à l’enseigne de vaisseau auxiliaire Evenou, commandant le patrouilleur Gabriella.

Médaille d'or au 1er maître Lemée, du chalutier Bleuet, et prix de 400 francs à répartir entre l’équipage.

Plaquette d’Honneur au chalutier Gabriella, et prix de 600 francs à répartir entre l’équipage.

Prix de 350 francs, à répartir également entre : MM. Le Gars, 2e maître de timonerie ; — Bailly, matelot canonnier ; — Marchadour, matelot sans spécialité ; — Queré, fusilier ; — Tromeur, second-maître de timonerie; — Fauquenbergue, chauffeur ; — Le Pape, chauffeur.

Dans la nuit du 6 octobre, les chalutiers Gabriella, capitaine Evenou, enseigne de vaisseau et Bleuet, capitaine Lemée, 1er maître de manœuvre, accompagnaient un convoi dont deux bâtiments furent torpillés coup sur coup. Pendant que le Bleuet assure le sauvetage de l’équipage du Saint-Barnabé, le Gabriella opère celui des hommes du Madeira. L'obscurité et l’état de la mer rendent sa tâche et celle de ses embarcations difficiles ; il est obligé de se guider sur les cris et les appels des naufragés, sous la menace constante d’un ennemi invisible et qui a suffisamment prouvé son acharnement. Enfin, à 6 heures du matin, il achève sa noble tâche, qui a consisté à recueillir 200 survivants, dont 4 blessés. Déjà, le 3 décembre 1917, le Gabriella, même capitaine, a sauvé par coup de vent, en combattant un sous-marin ennemi, les survivants du vapeur Rance.
»



Journal officiel du 24 décembre 1918, p. 11.086.

Image
Image
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Rutilius
Messages : 16822
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: BLEUET — Patrouilleur, ex-chalutier japonais Shinkoku-Maru.

Message par Rutilius »


Bonsoir à tous,


■ Le commandant du patrouilleur auxiliaire Bleuet en 1918.


— LEMÉE Jacques Marie, inscrit à Dinan, n° 4.256.

Par décision du Ministre de la Marine en date du 19 juillet 1906 (J.O. 20 juill. 1906, p. 5.095 et 5.098), promu au grade de quartier-maître de manœuvre de 2e classe à compter du 1er juillet 1906. Alors matelot gabier breveté.

Par décision du Ministre de la Marine en date du 28 décembre 1912 (J.O. 30 déc. 1912, p. 11.023 et 11.025 ; erratum J.O. 11 janv. 1913, p. 310), promu au grade de second-maître de manœuvre à compter du 1er janvier 1913.

Par décision du Ministre de la Marine en date du 30 juin 1916 (J.O. 5 juill. 1916, p. 5.934 et 5.935), promu au grade de maître de manœuvre à compter du 1er juillet 1916.

... / ...

Par décret du Président de la République en date du 22 janvier 1923 (J.O. 30 janv. 1923, p. 1.008), honoré de la Médaille militaire dans les termes suivants :

« Lemée (Jacques-Marie), Dinan 4.256, premier maître de manœuvre ; 20 ans 10 mois de services, dont 14 ans 11 mois à la mer et 5 ans 2 mois en guerre, 1 blessure en service commandé, 3 témoignages officiels de satisfaction. »
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Avatar de l’utilisateur
markab
Messages : 4481
Inscription : dim. déc. 19, 2010 1:00 am

Re: BLEUET — Patrouilleur, ex-chalutier japonais Shinkoku-Maru.

Message par markab »

Bonjour,

Le navire BLEUET a été mis en vente le 16 septembre 1919, selon l'annonce publiée dans le journal "Le Matin" du 8 septembre 1919 (Gallica) :

BLEUET
BLEUET
Le Matin 1919-09-08.jpg (225.71 Kio) Consulté 118 fois

A bientôt.
Cordialement / Best regards
Marc.

A la recherche des navires et des marins disparus durant la Grande Guerre.
Répondre

Revenir à « Navires et équipages »