BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par olivier 12 »

Bonjour à tous,

BON PREMIER

Trois-mâts barque
1256 tx JB

Ce voilier était l’ex-Allemand FRIEDA MAHN, capturé en Août 1914 par la croisière française à l’entrée de la Manche. Comme tous les voiliers de cette époque, il était dépourvu de radio et donc, ignorait la déclaration de guerre.
Acheté aux enchères le 29 Mars 1915 par la Compagnie Française de Marine et Commerce, de Paris, il fut rebaptisé BON PREMIER et placé sous le commandement du CLC Louis BRE.
Le 7 Octobre 1916, il faisait l’objet d’un compromis de vente en faveur de la SGTM, sous réserve d’une visite en cale sèche à Marseille.
Or le 12 Octobre 1916, allant d’Iquique à Sète avec une cargaison de salpêtre, il s’échouait à la pointe d’Alboassa à 10 milles dans l’est de Tanger.
Renfloué deux jours plus tard, le navire entrait en cale sèche à Cadix. Et par avenant du 21 Décembre, il fut stipulé que le voilier serait remis à la SGTM après réparations.
BON PREMIER devint donc le 5 Mars 1917 le seul et unique voilier jamais armé par la SGTM (Société Générale de Transport Maritime à vapeur), de Marseille.

La perte de BON PREMIER

Le navire est armé en Juin pour un voyage aux Antilles et appareille de Fort de France le 27 Août à 09h30 avec un chargement de rhum et de bois de campêche à destination de Bordeaux et Marseille.

La composition de l’équipage est la suivante :

Nom Fonction Quartier d’inscription

BRE Louis Capitaine Paimpol
GROUHEL Cassius Second cap.Auray Rescapé du brick-goélette MARIE (Cdt) coulé le 04/05/17
EGAULT Henri Lieutenant Dinan Rescapé de BERENGERE coulé le 10/05/17
LE BUHIT Pierre Mtre équip. Auray Rescapé de BERENGERE
DUBOIS Pierre Cuisinier Saint Nazaire
GOURIER Léon Charpentier Paimpol

TILLY François Matelot Auray
Thomas Eugène Matelot Belle Ile
MICHEL Adolphe Matelot Auray
BONNEAU Eugène Matelot Noirmoutier
CREMENT Louis Matelot Le Croisic
LE CARDUNER Henri Matelot Paimpol
LE GRAND JacquesMatelot Concarneau Rescapé de BERENGERE
SAMSON Paul Matelot Basse Terre
SAMSON ThéodoreMatelot Basse Terre

LE BLAY Pierre Mlot léger Auray
LACOUR Paul Mlot léger Fort de France
LUHARN Louis Novice Vannes Rescapé du chalutier COLOMBIE coulé le 03/01/17
ARDEVEN François Novice Lorient Rescapé du trois-mâts BAYONNE coulé le 13/03/17
JOLIVET François Novice Saint Nazaire
BOTHEREL Jean Mousse Morlaix
GERMOUTE Eloi Mousse Fort de France

Rapport du capitaine BRE


« Après avoir établi toute la voilure et fait route au plus près dans les alizés de NE, passant sous le vent de La Dominique, La Guadeloupe et La Barbade, j’ai fait route par jolie brise jusqu’au 4 Septembre, jusqu’au point 33°26 N 70°18 W.
Le vent hale au N/ENE jusqu’au 7 Septembre, avec grosse houle fatiguant le navire.
Aperçu Flores et Corvo (Açores) par temps orageux le 12 Septembre.
Aperçu ce jour un navire avec lequel j’ai communiqué par signaux dans un moment d’éclaircie (nota : il s’agissait du trois-mâts barque NEUILLY – voir fiche de ce navire)

Les jours suivants, vent variant du N au NE avec ciel couvert et embrumé.

Communiqué avec un navire le 27 Septembre, puis à nouveau le 29 au matin, avec vents variables de N-NE. (nota : il s’agissait cette fois du trois-mâts barque EUGENIE FAUTREL qui sera coulé ce même jour par le même sous-marin)

Je navigue sous perroquets volants avec brise fraîche.

A 18h44 le timonier me signale quelque chose que je reconnais être un sous-marin, quoique l’horizon soit toujours brumeux.
Aussitôt, je fais appeler la bordée de quart en bas et fait prévenir l’équipage d’être prêt à toute éventualité. J’ordonne à la bordée de quart de carguer les perroquets et de brasser le grand phare sur le mât. A 19h00 nous essuyons le premier coup de canon dont l’obus tombe à 30 m sur bâbord. Ainsi fixé sur la nationalité de l’ennemi, je fais mettre les embarcations de sauvetage à la mer.
L’ennemi tire six coups en dix minutes et coupe les garants de la baleinière n° 2 sur bâbord. Aussitôt j’ordonne à l’équipage de se reporter sur la baleinière n° 1 promptement mise à la mer et j’y fais embarquer tout l’équipage dans l'ordre légal. Je cours à l’arrière pour sauver les papiers du bord, tandis que l’ennemi continue à bombarder, mais sans résultat à cause de la grande houle qui lui cause un fort roulis.

Comme le navire marchait très lentement, nous nous sommes écartés pour sauver la vie de mes hommes et suivre la destruction du navire par le pirate.

Nous étant écartés de 25 m, le sous-marin, qui se tenait sur la hanche bâbord arrière a encore tiré deux obus, mais sans nous atteindre.
L’un des obus a atteint l’arrière bâbord au dessus de la flottaison. Le sous-marin s’est approché du navire qui avait pris feu sur l’arrière. Le feu s’est propagé à tout le navire.

Le sous-marin nous a accosté et le commandant m’a demandé le nom du navire, la nature du chargement, la provenance et la destination. Puis il est retourné le long du bord et, à nouveau, a tiré à bout portant sur le côté tribord. Puis il a fait route à l’ouest à très petite vitesse, laissant le BON PREMIER se consumer. 43 obus avaient été tirés par les artilleurs.

Le BON PREMIER a coulé subitement à 20h55.

Quand le sous-marin s’est trouvé hors de vue, nous avons établi la voilure et avons fait route au plus près, par vent d’est, grosse brise et grosse houle les 29 et 30 Septembre, puis calme plat les 1er et 2 Octobre.
Nous avons alors ramé pour atteindre le port de La Corogne où nous sommes arrivés au complet le 2 Octobre vers 16h30.

Fait sous réserve d’amplification à La Corogne le 2 Octobre 1917. Affirmé avec audition de l’équipage. »

Ce rapport est un modèle du genre, écrit avec beaucoup de simplicité, de modestie et de clarté. Mais on imagine l’odyssée de ces hommes, au milieu de l’Atlantique, à plus de 300 milles du cap Finisterre, dans une petite baleinière et par mauvais temps…

La commission d’enquête conclut :

« Surpris au large le 29 Septembre dernier, le BON PREMIER ne pouvait rien contre un adversaire marchant bien et armé de 2 canons. A la tombée de la nuit, il a cherché à échapper au sous-marin en laissant porter pour changer de route une fois la nuit arrivée. Mais pareille manœuvre restait vaine à l’heure à laquelle la rencontre s’est produite.
La commission estime que le capitaine a bien agi en ne songeant qu’au salut de son équipage et a fait preuve en la circonstance de beaucoup de calme. »


Des témoignages officiels de satisfaction seront décernés à :

- BRE Louis Capitaine, pour le sang froid et l’énergie qu’il a montré dans le sauvetage de son équipage.

- GROUHEL Cassius Second capitaine rescapé du navire qu’il commandait, le brick-goélette
MARIE coulé le 04/05/17 à 30 milles dans le sud de Waterford.

- EGAULT Henri Lieutenant rescapé du trois-mâts BERENGERE coulé le 10/05/17 à 150 milles
dans l’ouest de Queenstown

- LE BUHIT Pierre Maître d’équipage également rescapé du BERENGERE

- LE GRAND Jacques Matelot également rescapé du BERENGERE

A noter que ces trois hommes n’avaient reçu aucune indemnité de la compagnie à laquelle appartenait le BERANGERE.

- LUHARN Louis Novice rescapé du chalutier COLOMBIE coulé le 03/01/17 à hauteur de
Chassiron

- ARDEVIN François Novice rescapé du trois-mâts BAYONNE coulé le 03/03/17 à 23 milles de
Start Point

A noter que ce dernier novice avait du rester trois semaines à l’hôpital de Southampton et n’avait reçu aucune indemnité de sa compagnie.

Le sous-marin attaquant

C'était l’U 60 du KL Karl Georg Schuster. La position du naufrage est
46°06’ N 11°25’ W

Cdlt

Olivier
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par Terraillon Marc »

Bonjour

Voici la fiche MIRAMAR du Frieda Mahn

IDNo: 5618464 Year: 1891
Name: FRIEDA MAHN Launch Date:
Type: barque Date of completion: 10.91
Flag: DEU Keel:

--------------------------------------------------------------------------------
Tons: 1369 Link:
DWT: 0 Yard No: 129
Length overall: Ship Design:
LPP: 69.6 Country of build:
Beam: 11.1 Builder: Neptun
Material of build: Location of yard: Rostock
Number of
screws/Mchy/
Speed(kn): sail

--------------------------------------------------------------------------------
Owner as Completed: H.Mentz, Rostock
Naval or paramilitary marking :
A: *
End: 1917

--------------------------------------------------------------------------------

Subsequent History:
14 BON PREMIER

Disposal Data:
sm/gf about 200nm SW Ushant 29.9.17


A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.
Joe R
Messages : 47
Inscription : mer. août 20, 2008 2:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par Joe R »

Frieda Mahn
Image





olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par olivier 12 »

Bonjour Joe, bonjour à tous,

et merci pour cette superbe photo

cdlt
olivier
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par Terraillon Marc »

Bonsoir Joe, Bonsoir tout le monde

Merci pour cette image !!!!
Thanks for the photography !!!

A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.
Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par Memgam »

Par la suite, le capitaine Louis Bré, natif de Ploubalzanec (30/09/1880), est devenu le commandant du trois-mâts Monte Carlo, ex Ruth Stark (1873, Rakaia), acquis par l'Agence Française de Transports Maritimes (Société d'Armement R. Van Hemelryck et cie, Paris), immatriculé à Brest le 21 février 1918.
Le 1er mai, le Monte Carlo quitte Brest pour Nantes, en remorque du remorqueur britannique Torfrida (1889, 420 cv), avec un pilote à bord du remorqueur. Il touche une roche dans le sud du phare de la Teignouse à 1h 50 le 2 mai. L'équipage de conduite est recueilli par le Torfrida et débarqué à Port Haliguen.
Les armateurs ont déposé une demande d'indemnisation auprès de l'Etat et le capitaine a certifié qu'il avait sauté sur une mine, le pilote indique qu'il a été torpillé.

Source : Henri Picard, La fin des cap-horniers, les dernières aventures des long-courriers français, Edita-Vilo, 1976.
Site : www.archeosousmarine.net
Memgam
kgvm
Messages : 1137
Inscription : ven. janv. 18, 2008 1:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par kgvm »

Voici une autre photo de la "Frieda Mahn":
http://www.shipsnostalgia.com/gallery/d ... scann_.jpg
Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par Rutilius »

.
Bonjour à tous,


Le trois-mâts barque Frieda-Mahn à l’ancre dans la rivière Derwent (Tasmanie, Australie)

(Date inconnue)


Image

Maritime Museum of Tasmania
O'May collection, réf. P_OM_D_17a


Bien amicalement à vous,
Daniel.
Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par Rutilius »

.
Bonsoir à tous,


■ Historique (complément).


— 8 août 1914 : Vers 9 h. 00, capturé par le torpilleur d’escadre Rapière (Lieutenant de vaisseau Gustave Camille André MOREAU), par 50° 5’ N. et 4° 30’ W., étant parti de Hambourg ; conduit à Cherbourg.

Le procès-verbal de capture fut dressé en mer le même jour ; le procès-verbal de visite et de reconnaissance fut établi le 10 août suivant par le commissaire aux prises du port de Cherbourg.

Le Frieda-Mahn transportait une cargaison de « coke de gaz », sans que soient connus ni le chargeur ni le lieu de chargement. Au nombre des papiers du bord saisis, et outre le rôle d’équipage, figuraient :

― un certificat de nationalité établi le 11 juin 1904 à Rostock (Allemagne) ;
― un manifeste de chargement et un connaissement délivrés 21 juillet 1914 à Hambourg (Allemagne) ;
― une facture consulaire péruvienne délivrée le 22 juillet 1914 à Hambourg.

[• Journal de navigation du torpilleur d’escadre Rapière n° .../1914 – 3 août~23 sept. 1914 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 429, p. num. 117 et 118.

Conseil des prises, 29 déc. 1914, « Navire allemand Frieda-Mahn » : J.O. 9 avr. 1915, p. 2.040 ; Revue générale de droit international public, T. 22, 1915, Jurisprudence des prises, p. 5 à 7.]



— 29 mars 1915 : Mis en vente à Cherbourg, avec ses agrès et apparaux, matières consommables et rechanges, selon la procédure d’adjudication sur soumissions cachetées. Acquis pour le prix de 120.000 fr. par la société anonyme dite « Compagnie française de marine et de commerce », établie à Paris, au 6, rue de Sèze (IXe Arr.).


L’Écho d’Alger, n° 1.090, Mercredi 10 mars 1915, p. 3.


Image


Le Petit Parisien, n° 14.039, Mercredi 7 avril 1915, p. 3.


Image
Bien amicalement à vous,
Daniel.
biliki
Messages : 12
Inscription : mer. avr. 28, 2010 2:00 am

Re: BON PREMIER Trois-mâts barque SGTM

Message par biliki »

merci a tous et a Rutilius pour la photo du Frida Mahn et les extraits de presse que je ne connaissais pas.
En octobre 2010,grace au Forum,j'ai pu consulter au SHD de Vincennes les docs( journal de bord, role d'equipage etc ) liés a la capture de ce 3-mats devenu le Bon Premier.
Vu aussi au SHD de Cherbourg, le role d'equipage du Bon Premier, armé à Cherbourg le 15 mai 1915 et désarme a Cherbourg le 20 fevrier 1917,
pour le compte de la CFMC, période d'embarquement de mon père.
Suivant les indications de capu rossu , auteur d'un livre sur cette compagnie maritime, je vais reprendre mes recherches de rapport de mer de l'echouage dans cette direction
claudie
Répondre

Revenir à « Navires et équipages »