ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Message par Terraillon Marc »

Bonsoir

Je recherche une vue du navire ALESIA

Merci d'avance :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Message par Terraillon Marc »

Bonsoir

Voici une premiere image

http://www.frenchlines.com/chargeurs-re ... e=Al%E9sia

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Message par Terraillon Marc »

Bonsoir

J'ai quelques difficultés à identifier ce navire et voici une synthese de mes recherches

ALESIA (1)
Year: 1906
Name: KONIG FRIEDRICH AUGUST Launch Date: 4.7.06
Type: Passenger/cargo
21 MONTREAL - 28 ALESIA (paquebot mixte de la compagnie FABRE)

ALESIA (2)
Year: 1903
Name: PRINZ ADALBERT
14 PRINCETOWN - 17 ALESIA (paquebot mixte de la compagnie Sud Atlantique)


ALESIA (3)
Year: 1896
Name: BANGALORE
97 ALESIA (cargo de la compagnie Hapag)
Détruit en 1923

ALESIA (4)
Year: 1886
Name: LA BRETAGNE
19 ALESIA (paquebot mixte de la compagnie Sud Atlantique)
Détruit en 1923


ALESIA (5)
Year: 1882
Name: ALESIA (cargo de la compagnie Fabre)
99 DUNRAE


Si mon raisonnement est le bon, je cherche à présent une vue du paquebot mixte PRINZ ALDABERT

Merci d'avance
A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Message par Terraillon Marc »

Bonsoir

Un lien mais toujours pas de photo ...

http://www.norwayheritage.com/p_ship.asp?sh=priad

un autre lien mais avec un doute (les photographies sont de 1905)

http://www.gjenvick.com/HamburgAmerikaL ... lbert.html

A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Message par Terraillon Marc »

Bonsoir

Peut etre la photo qui correspond :



Image


A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6398
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Message par Ar Brav »

Bonjour à tous,
Bonjour Marc,

Pas de grande photo hélas, mais ceci :

Image

http://images.google.fr/imgres?imgurl=h ... X%26um%3D1

S/S Prinz Adalbert, Hamburg America Line

6,030 gross
1902 at Vegesack by Bremer Vulcan, Hamburg America Line
403.3ft x 49.2ft

1902 : Aug. 21, launched
1903 : Jan. 20, maiden voyage Hamburg-Brazil
1914 : Seized at Falmouth
1916 : Renamed Princetown, British owners
1917 : Renamed Alesia, French owners
1917 : Sept. 6, torpedoed and sunk by German sub. UC-50 near Ushant

http://www.norwayheritage.com/p_ship.asp?sh=priad

Prinz Adalbert

SS Prinz Adalbert. She was built in 1902 by Bremer Vulkan, Vegesack for the Hamburg America Line. Dimensions were 6030 gross tons, length 403.3ft x beam 49.2ft, one funnel, two masts, twin screw, speed 13 knots. There appears to be a discrepancy between North Atlantic Seaway by Bonsor and Merchant Fleets in Profile, vol.4 by Duncan Haws. Bonsor states that she carried 60 1st class and 1200 3rd class passengers. Maiden voyage 1903 Hamburg - Brazil, 1904 Genoa - Naples - New York, 1909 Hamburg - Quebec - Montreal, 1910 Hamburg - Philadelphia until 1914. Duncan Haws says 120 1st, 50 2nd and 300 3rd class passengers. Built for Far East service, 1904 transferred to West Indies route when Norddeutscher Lloyd took over the Far East passenger service, until 1914. Both accounts agree after 1914 when she was seized at Falmouth by Britain and was operated by the Admiralty. Renamed Princetown in 1916. Transferred to France in 1917 and renamed Alesia. Torpedoed and sunk 6.9.1917 by German submarine UC-50 off Ushant.

Amicalement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Message par olivier 12 »

Bonjour à tous,

Un petit complément sur ALESIA
(ex PRINZ ADALBERT)

Le vapeur ALESIA, ex-allemand PRINZ ADALBERT, avait quitté North Shields le 31 Août 1917 avec 4200 tonnes de marchandises dont 4000 tonnes de charbon à destination de Bordeaux.

Il était sous les ordres du CLC ALLOUY.

Il avait tout d’abord fait route, avec un pilote de la mer du Nord jusqu’ 20 milles au nord de la rivière Humber et avait mouillé pour la nuit.
Il avait appareillé le 1er Septembre à 05h00 et à nouveau mouillé à Yarmouth à 18h00, où il avait débarqué le pilote de Newcastle et pris un pilote de Londres. La navigation étant interdite en raison de la présence de sous-marins, il était resté 39 heures à Yarmouth qu’il avait finalement quitté le 3 Septembre à 09h00. Il avait mouillé à Deal à 18h00 et le commandant d’un patrouilleur lui avait confirmé qu’il pouvait appareiller dès 23 h00. Mais la nuit très claire et la pleine lune, favorable aux sous-marins, l’en avait dissuadé et il n’était parti que le 4 Septembre à 11h30 pour mouiller à nouveau à 18h00 à l’ouest de Brighton, toujours à cause de la nuit trop claire pour traverser la Manche.

Il avait finalement quitté Brighton le 5 Septembre à 05h00.

La perte de l’ALESIA (synthèse du rapport du capitaine et du rapport de la commission d’enquête)

Le temps était devenu brumeux et le navire avait passé Sainte Catherine à 09h00 et Start Point à 17h00 sans visibilité.

A 19h00, ALESIA est attaqué au canon par un sous-marin qui va tirer 12 coups, tous trop courts de 100 m.
Lancé signal de détresse auquel répondent des navires anglais, et mis aux postes de combat.
La pièce avant de l’ALESIA va tirer 7 coups et la pièce arrière 10 coups, mais selon le rapport de l’officier de l’AMBC, le tir est médiocrement conduit.
La pièce avant dont l’officier de tir est le 2e lieutenant BOUTFROY va tirer complètement au hasard. La pièce arrière dont l’officier de tir est le 2e capitaine PRUDENTI, conduira un peu mieux son tir, ayant aperçu le sous-marin sur tribord. Mais l’officier semble n’avoir retenu que quelques principes seulement du livret d’instruction. La distance du sous-marin est assez confuse. Le capitaine déclare qu’il y avait deux sous-marins et qu’ils ont échangé des signaux entre eux avant de disparaître.

L’ALESIA reprend sa route pour passer à 20 milles au large d’Ouessant. Il y a du brouillard pendant la nuit, avec parfois quelques éclaircies intermittentes.

C’est au cours de l’une d’elle qu’à 04h30 le 6 Septembre, le sillage d’une torpille est aperçue à 60 m seulement sur tribord. Trois secondes plus tard l’explosion se produit à hauteur de la cloison entre cales 2 et 3.

Le commandant donne aussitôt l’ordre « Stop. Aux embarcations ! »

L’officier de quart, le 2e lieutenant Boutfroy déclare ne pas avoir entendu l’ordre « Stop », ce qui n’est pas étonnant vu le bruit terrible de l’explosion. Il quitte aussitôt la passerelle, suivi par le commandant qui ne s’assure pas que son ordre a été exécuté.

C’est seulement cinq minutes plus tard, alors qu’il s’affaire à l’arrière à faire embarquer les hommes dans les embarcations, qu’il s’aperçoit que les hélices tournent toujours.
« Stoppez, mais stoppez donc ! » crie-t-il.

Dans la machine l’officier de quart était le second mécanicien LAUSSEDAT. Dès l’explosion, il avait fermé la porte étanche chaufferie – machine, puis attendu les ordres. Au bout de cinq minutes, étonné de ne rien recevoir, il était remonté sur le pont. Il entend alors les cris du capitaine et va fermer les soupapes de communications depuis la commande haute.

L’évacuation se fait avec précipitation. Les 12 chauffeurs sénégalais, indisciplinés, contribuent au désordre. Les cuisiniers et trois matelots vont affaler à la mer, dans la plus grande pagaille, une embarcation, alors que le navire marche encore à 8 nœuds. C’est un miracle qu’ils ne se soient pas tués. D’ailleurs, cette embarcation va se perdre dans la brume et n’arrivera à l’Abervrach que le lendemain à 08h00 alors que les trois autres entreront à Portsall et l’Abervrach le soir même.

Le navire semblant rester droit, le canot du capitaine et celui du lieutenant Boutfroy vont rester à proximité pendant une dizaine de minutes. On délibère sur ce qu’il convient de faire, et finalement, on met le cap sur la terre.
Le canot du capitaine arrive à Portsall à 19h00, guidé parmi les roches par un douanier qui pêchait là, car il y a un épais brouillard. Quelques instants plus tard arrive le canot du lieutenant Boutfroy, qui suivait le capitaine.
Le 3e canot, du 1er lieutenant SEVRAIN, avait cassé sa bosse en raison de la vitesse de l’ALESIA, et avait été aussitôt perdu de vue. Toutefois, il était finalement parvenu à retrouver l’ALESIA. Il était alors resté à proximité pendant une heure trente, cherchant s’il n’y avait plus personne à sauver. Le vapeur avait à ce moment une gite de 25 ° environ. Puis le sous-marin était apparu ; le lieutenant Sevrain s’était alors éloigné. Une heure plus tard, il avait entendu une forte détonation et avait conclu que les Allemands avaient déposé une bombe sur le vapeur. Mais ce n’est qu’une supposition. Il était entré à l’Abervrach dans la soirée.

Conclusion de la commission d’enquête

Elle estime que le capitaine a évacué dans la précipitation, sans chercher à connaître l’étendue des avaries. Le navire pouvait avancer et aurait sans doute pu gagner la côte à petite vitesse et s’y échouer. Il aurait pu laisser des hommes aux postes de combat au cas où le sous-marin aurait été aperçu. Ce sous-marin n’avait peut-être pas de deuxième torpille (sic).

Le capitaine a donc manqué de sang froid et jugé hâtivement que son navire était irrémédiablement perdu. Certains hommes ont même déclaré l’avoir vu couler, mais interrogés plus précisément et séparément, ils se sont rétractés.

La faute du capitaine est un peu atténuée par l’état d’esprit de son équipage, déjà torpillé sur le SEQUANA, et impressionné par l’attaque au canon de la veille.
La conduite de l’équipage sénégalais a été déplorable. Il a montré une mauvaise volonté et une paresse inqualifiable pour la nage dans les embarcations. Il a menacé les hommes qui acceptaient de nager. Une pareille indiscipline est regrettable et plainte a été déposée contre lui à l’Autorité Maritime de Brest.

De plus, le capitaine a été mal secondé.

L’officier de quart, Monsieur Boutfroy, s’est conduit en amateur en quittant la passerelle sans faire remarquer au commandant que la machine était encore en marche. Quand on lui en demande la raison, il répond que son rôle n’est pas de provoquer les ordres, mais seulement d’exécuter ceux qu’on lui donne. (Une telle réponse est ahurissante de la part d’un officier !)

Quant au second capitaine Prudenti, il a profondément déplu à la Commission par sa hâblerie et son insistance à décrire avec complaisance le calme qui avait régné sur le SEQUANA, qu’il commandait alors, lors du torpillage de ce bâtiment il y a quelques semaines.

Toutefois, la Commission n’a pas de griefs précis à l’encontre de ces deux officiers. Le second Prudenti était parmi ceux qui auraient souhaité rester auprès du navire.

La Commission estime qu'il faut infliger un blâme au capitaine Allouy. Une suspension de commandement serait une mesure trop rigoureuse.

Le sous-marin attaquant

Le 5 Septembre 1917 c’est le sous-marin UC 69 du KL Hugo THIELMANN qui a canonné l’ALESIA, à environ 40 milles dans le NW d’Ouessant. Il ne semble pas qu'il ait lancé de torpille.
(La veille il avait coulé le voilier SADI CARNOT.)

Mais l’ALESIA n’avait semble-t-il pas été touché selon le rapport de son capitaine. (Endommagé selon uboat.net)

Le lendemain 6 Septembre, c’est l'UC 50 du KL Rudolf SEUFFER qui va le retrouver par 48°49 n et 05°00 W et lui lancer une torpille.
Toutefois, je ne sais s'il l'a vraiment achevé avec une bombe. (peut-être une petite enquête avec le KTB ;))
On ne sait non plus si l'UC 50 était le 2e sous-marin soit-disant aperçu le 5 lors du canonnage.

Le Cdt Seuffer disparaîtra avec l’UC 50 et tout son équipage (29 hommes) le 7 Janvier 1918 en Manche. On peut voir sa photo sur uboat.net.

Cdlt
olivier
Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2048
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Message par Yves D »

Bonjour Olivier, bonjour à tous
Selon Spindler (Der Handelskrieg mit U-Booten vol.4), UC 50 est bien le sous-marin qui a lancé en coup de grâce sur Alesia le 6. Il n'est pas précisé si en complément une charge de sabordage a été utilisée mais perso j'en doute, l'équipage du s/m n'ayant pas eu d'embarcation à disposition pour se rendre à bord du vapeur. L'explosion entendue ne serait-elle pas plutôt celle de la chaufferie ? Ceci ne permet pas non plus de savoir où se trouvait UC 50 la veille ; le KTB peut-être apporterait une réponse. A suivre...
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.
Gastibelza
Messages : 18
Inscription : ven. mai 02, 2014 2:00 am

Re: ALESIA - Compagnie Sud Atlantique

Message par Gastibelza »

Bonjour à tous,

Mon arrière grand-oncle Pierre Etienne VERGNES (1864-1927) futur capitaine au long-cours chez Paquet fut matelot à bord du Alésia de juin à novembre 1883 et de décembre 1884 à août 1885.
Extrait matricule Pierre Etienne VERGNES
Extrait matricule Pierre Etienne VERGNES
Alesia_1.png (175.64 Kio) Consulté 2041 fois
Extrait matricule Pierre Etienne VERGNES
Extrait matricule Pierre Etienne VERGNES
Alesia_2.png (181.11 Kio) Consulté 2041 fois
Bruno
Bruno
Répondre

Revenir à « Navires et équipages »