TRANSPORTEUR - Cargo

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6398
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par Ar Brav »

Bonjour à tous,

TRANSPORTEUR Cargo ex-allemand saisi (1914-1917)

Chantier :

Koch, Lubeck, Allemagne.
Commencé : 1904
Mis à flot : 03.09.1904
Terminé : 09.1904
En service : 08.1914 (MN)
Retiré : 11.10.1917 (MN)
Caractéristiques : 1 812 t ; 76,3 x 11,3 m ; 1 machine alternative ; 9 nœuds.
Armement : N. C.

Observations :

Cargo allemand Porto lancé en 1904 à Lubeck pour le compte de l’Oldenburg-Portugiesische DR, Oldenburg, Allemagne. Numéro de chantier 155
04.08.1914 : saisi par des unités de la Marine française dans les parages de Guernesey et renommé Transporteur. Gérance inconnue
10-11.10.1917 : torpillé et coulé à 32 milles dans le SE de Malte par le sous-marin allemand U-32 (KL Kurt Albrecht).

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par Rutilius »

Bonsoir à tous,

10-11.10.1917 : Torpillé et coulé à 32 milles dans le SE de Malte par le sous-marin allemand U-32 (KL Kurt Albrecht).

Lu dans Ouest-Eclair - éd. de Caen -, n° 5610, du 13 décembre 1917, p. 4 :

" LA GUERRE SOUS-MARINE. - Equipage récompensé. -

Le 10 octobre, en Méditerranée, le vapeur Transporteur communiquait par signaux à bras, vers midi, avec un patrouilleur d'escorte, lorsque le capitaine aperçut dans le reflet du soleil le sillage d'une torpille. Il ordonna immédiatement les manoeuvres voulues de barre et de machine en donnant des coups de sifflet pour prévenir l'escorte. Mais il était trop tard : la torpille frappa la coque au-dessous de la passerelle ; une forte explosion détermina la chute du mât avant, l'étrave s'enfonça et le navire n'ayant que deux cloisons étanches, sombra en quelques minutes. Un convoyeur recueillit la presque totalité de l'équipage dont l'attitude particulièrement courageuse et dévouée a valu au Transporteur un témoignage officiel de satisfaction du sous-secrétaire d'Etat de la Marine : l'enseigne de vaisseau auxiliaire GRISON, le troisième mécanicien GRIZEAU et le maître d'équipage GUILLIAS obtiennent la croix de guerre."


Bien à vous,
Daniel.
kgvm
Messages : 1137
Inscription : ven. janv. 18, 2008 1:00 am

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par kgvm »

According to German sources "Porto" en voyage to Germany was seized by French Naval units near Guernsey 04.08.1914.
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6398
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par Ar Brav »

According to German sources "Porto" en voyage to Germany was seized by French Naval units near Guernsey 04.08.1914.
Bonjour Klaus,

Merci pour les précisions, le Porto, cargo allemand a donc été saisi par la Marine, je trouvais bizarre aussi le nom de cette compagnie inconnue.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
dbu55
Messages : 1233
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par dbu55 »

Bonsoir à tous,

Voici un marin du TRANSPORTEUR mort pour la France :

CASANOVA Nicolas né le 30/01/1890 à Pietranera (Haute-Corse), Matelot Chauffeur, décédé le 10/10/1917 (27 Ans) - A bord du TRANSPORTEUR Disparu en mer

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]
Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par Rutilius »


Bonsoir à tous,


■ Les circonstances du torpillage du Transporteur par l’U-32, le 10 octobre 1918.


[Afrique-II – Journal de navigation n° 5 /1917 –2 sept. / 28 oct. 1917 : S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 18, p. num. 956 à 961 (Extraits de la colonne « Observations »)] (1) (2)

« Appareillage de Milo, le 7 octobre 1917.10 h 45 – Poste d’appareillage.

11 h 15 – Franchi les passes.

11 h 30 – Suivi le chenal de sécurité devant le convoi. Convoi composé du cargo Transporteur et des chalutiers Marguerite et Serpolet.

A 13 h, pris poste à tribord du convoi à 20 … sur l’arrière du travers et Serpolet à bâbord.

…………………………………………………………………………………………………

Lundi 8 octobre 1917

…………………………………………………………………………………………………...

18 h à 20 h – Pris poste ligne de file devant le Transporteur.

…………………………………………………………………………………………………...

Mardi 9 octobre 1917


Mention marginale : « A midi 30 : L. 35° 06’ / G. 18° 24’ »

…………………………………………………………………………………………………...

Mercredi 10 octobre 1917

1 h 40 – Lever de lune. Le Transporteur prend poste derrière nous.

A 5 h, croisé un convoi faisant route à contre-bord de nous, escorté par trois chalutiers anglais. Rien de particulier.

10 h 30 – Croisé un bateau-hôpital, route Est.

A 12 h 22, le Transporteur donne un coup de sifflet et reçoit une torpille par le travers de la passerelle à bâbord. Le navire coupé en deux disparaît en deux minutes. Rappelé aux postes de combat. Gouverné sur le sillage du sous-marin.

12 h 35 – Lancé trois grenades qui ont explosé.

A 12 h 40, lancé une 4e grenade qui explose également.

12 h 45 – Mis le cap sur les naufragés. Recueilli le Commandant et 20 naufragés. Après l’appel, on constate qu’il manque 5 hommes. Fait deux fois le tour des épaves pour s’assurer qu’il n’y a plus de survivants.

A 13 h 35, le sous-marin fait voir son kiosque et disparaît aussitôt.

A 14 h 35, il émerge à nouveau derrière nous.

14 h 40 – Pris le sous-marin en chasse. Il fait une assez grosse fumée et nous gagne de vitesse.

Ouvert le feu de 15 h 17 à 17 h 22 (tiré 19 …) ; les coups sont courts. Continué la chasse jusqu’à 16 h 45, moment où le sous-marin disparaît à l’horizon, route vers l’Est.


Mention marginale : « Dépenses de munitions : 20 cartouches de 75 m/m »

A 16 h 45, perdu de vue la fumée du sous-marin.

A 18 h, aperçu un avion qui venait de Malte et tournait alentour de nous, mais
[nous ne pûmes] rien lui signaler et [fîmes] route sur la terre.

…………………………………………………………………………………………………...

Mouillage de la baie Ponty du 12 au 19 octobre 1917. »
___________________________________________________________________________

(1) Texte expurgé des fautes d’orthographe ou incorrections grammaticales et ponctuation rétablie, pour en faciliter la compréhension

(2) L’ Afrique-II était alors commandé par le lieutenant de vaisseau JARDEL.
_______________________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.
Avatar de l’utilisateur
Gastolli
Messages : 264
Inscription : lun. juin 29, 2009 2:00 am

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par Gastolli »

Merci Daniel !

Very interesting details, so apparently the MARGUERITE and SERPOLET were also with the TRANSPORTEUR.

Interesting also, that AFRIQUE II reported 5 persons missing while the british files just mentions 1 dead...

Thank you very much
Oliver
olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par olivier 12 »

Bonjour à tous,

Un petit complément sur TRANSPORTEUR

Image

Rapport du capitaine GRYSON, EV1 auxiliaire, commandant le TRANSPORTEUR

« J’ai quitté Salamine le 6 Octobre 1917 à 06h00 à destination de Bizerte, navire lège, avec escale prévue à Milo où j’ai mouillé le 7 à 07h00. Appareillé le même jour à 21h00 escorté des chalutiers AFRIQUE II, SERPOLET et MARGUERITE.
Doublé Cerigotto à 23h00 avec jolie brise d’WSW et mer assez grosse. Le 8 Octobre à 10h00, le SERPOLET stoppe pour une avarie sur une pompe de circulation. Continué à vitesse réduite jusqu’à 20h00 avec l ‘AFRIQUE dont le commandant me donne alors l’ordre à la voix de continuer à vitesse normale sur Bizerte sous son escorte. Nous laissons SERPOLET avarié et MARGUERITE à sa rescousse.

Jolie brise WNW et mer creuse le 9.

Le 10 à 12h05, AFRIQUE II Marche à 300 m sur notre avant, légèrement bâbord. Mer plate. Cap N78W.
Je fais hisser le signal « Quand pensez-vous changer de route ? » AFRIQUE II répond par signal à bras. A ce moment, je suis sur la passerelle de TRANSPORTEUR avec le canonnier L’Hostis à mes côtés, interprétant les signaux. Le lieutenant Delahaie est monté sur le toit de la chambre TSF pour faire l’aperçu.

A 12h20, par bâbord, sous le soleil, j’aperçois à 250 m le sillage d’une torpille sur l’avant du travers, coupant notre route à angle droit. J’ordonne aussitôt « Barre toute à droite, machine AR toute !» et donne un coup de sifflet pour prévenir le convoyeur.
Cinq secondes plus tard, la torpille frappe TRANSPORTEUR sur l’avant de la passerelle. Une très forte explosion se produit, accompagnée d’un nuage de fumée noire. Le mât de misaine tombe et le navire, coupé en deux, apique de l’avant avec rapidité, l’eau couvrant tout le pont. La baleinière bâbord n’existe plus. Bossoirs et embarcation sont partis, ne laissant que les deux pieds en fonte des bossoirs. L’eau gagne avec une extrême rapidité et l’inclinaison s’accentue sur l’avant.
Le maître d’équipage et les hommes font tout leur possible pour dessaisir la baleinière tribord. L’eau arrive à hauteur du château et le navire étant très incliné, l’embarcation se remplit par l’avant. D’ailleurs, même libre de ses palans, les bossoirs l’auraient accrochée et démolie.
Quarante seconde après l’explosion, je rentre dans la chambre de veille pour récupérer les papiers que je garde serrés dans une sangle près de la porte communiquant avec la chambre de veille. Mais tout est chaviré, cassé et a glissé sur tribord. Je ne trouve ni papiers, ni enveloppe lestée avec les documents secrets. Le navire apique toujours et une vague déferle par dessus le tablier de la passerelle. Quittant la chambre de veille, je suis soulevé par l’eau, précipité à la mer et je vois disparaître le TRANSPORTEUR avec son hélice tournant encore doucement. Il est 12h24.

A 12h55, l’AFRIQUE recueille les survivants parmi les débris et sur le radeau.
Je fais l’appel de l’équipage et constate cinq manquants :

- DELAHAIE, lieutenant, enlevé par l’explosion du toit de la chambre TSF
- HERVE, matelot, vigie dans le nid de pie, tombé avec la mâture
- CASANOVA, chauffeur
- PETIT, chauffeur, qui se trouvaient tous deux sur le pont à hauteur de l’endroit où la torpille a frappé
- DUTHEUIL, matelot maître d’hôtel

La veille était assurée du mieux possible, en tenant compte du faible effectif de TRANSPORTEUR.
Je rappelle pour mémoire que nous avions aperçu des sous-marins :

- le 13 Février à 04h30 du matin à 5 milles de Bedrose Head
- le 26 Mars dans le golfe de Philippeville
- aperçu une mine le 27 Mars à 2 milles au nord des Fratelli
- vu un périscope en Juin lors d’une traversée Bizerte-Milo via Messine.
Tout l’équipage a fait son devoir, mais le navire étant sans cloisonnement intérieur, exception faite des deux cloisons machine, a disparu en à peine deux minutes. Plusieurs radeaux légers et un nombre de ceintures de sauvetage égal au double de l’effectif auraient été une aide précieuse.

Accueil très hospitalier sur l’AFRIQUE dont je remercie le commandant et l’équipage.

Rapport de l’Amiral commandant les patrouilles de Méditerranée (30 Octobre 1917) à l’Amiral commandant la 1ère Armée Navale

Le chalutier SERPOLET, en provenance du Japon et destiné à la 4e escadrille de chalutiers de Port Vendres, est en avarie depuis son départ de Port Saïd. Il a du relâcher pour réparations à Alexandrie, Milo (d’où il est parti en escorte du TRANSPORTEUR), Navarin (où il a été remorqué par MARGUERITE) et Bizerte où il se trouve encore.
TRANSPORTEUR n’était plus escorté que par AFRIQUE II lorsqu’il a été torpillé. Une heure plus tard le sous-marin a émergé, aussitôt poursuivi par AFRIQUE II, mais il l’a facilement distancé.
MARGUERITE et AFRIQUE faisaient partie de la 3e escadrille de chalutiers.

Récompenses

Sont cités à l’ordre de la Division


GRYSON Maurice EV1 auxiliaire Commandant

« Lors du torpillage de son bâtiment qu’il ne put éviter malgré d’excellentes dispositions, a donné l’exemple du courage et de l’abnégation et su ainsi maintenir l’ordre dans son équipage »

CAILLAU Fernand 3e mécanicien

« Etant de quart lors du torpillage de son bâtiment, a fait preuve de sang froid et de courage et n’a quitté la machine qu’à la toute dernière extrémité. »

Est cité à l’ordre de la Brigade

GUILLAS Jean Maître d’équipage

« A fait preuve de sang froid et du plus courageux dévouement dans l’organisation du sauvetage du personnel lors du torpillage de son bâtiment »

Un témoignage de satisfaction du Ministre est aussi décerné au bâtiment.

Cdlt
olivier
olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par olivier 12 »

Bonjour à tous,

Avant son torpillage du 11 Octobre 1917, TRANSPORTEUR avait déjà croisé la route d’un sous-marin.

Image

Rapport du CF WOLFF, officier enquêteur à Bizerte. 29 Mars 1917

Le Jeudi 26 Mars 1917 TRANSPORTEUR, sous les ordres du CLC Maurice GRYSON, fait route au S76E à 9 nœuds en direction de Bizerte. Brise fraîche d’ouest, mer houleuse, bonne visibilité, quelques grains.
Vers 17h40, le vapeur se trouve par 37°03 N et 06°50 E (nord de Philippeville) lorsqu’un sous-marin est aperçu dans l’Est du monde, soit à un quart et demi sur bâbord. Mis la barre toute à droite et fait route à l’ouest. Mis aux postes de combat.
A 17h45, lancé SOS. Répété à 18h15 et 18h45. Aucune réponse reçue.
Hissé pavillon « B » au dessus de la boule.
A 18h15, au fond de la baie à l’Est de Collo, aperçu deux tartanes qui louvoyaient.
A 20h00 et 20h30, aperçu deux fusées vertes dans le S50E, à petite distance du feu de Srigina. Elles sont vues par les canonniers, le chef mécanicien et le 3e mécanicien.

Le sous-marin a été vu par le capitaine, le 2e capitaine, le télégraphiste, le maître d’équipage et le chauffeur Prédour. On voyait au ras de l’eau une fumée grisâtre et le remous du sillage.
Aucun projectile n’a été tiré.

Le sous-marin aperçu


N’est pas identifié.

Toutefois, TRANSPORTEUR pourrait bien avoir croisé l’UC 37, de l’OL Otto LAUNBURG, qui venait de couler la petite canonnière de rivière n° 62 dans l’ouest de Bizerte. Quelques jours plus tard, il coulera le paquebot ERNEST SIMONS, des Messageries Maritimes et le cargo SAINT SIMON, de la Navale de l’Ouest.

Cdlt
olivier
Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2048
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: TRANSPORTEUR - Cargo

Message par Yves D »

Bonsoir Olivier
A la lecture du KTB UC 37 en date du 26.3 c'est peu vraisemblable car il est fait mention d'un groupe de 4 chalutiers armés en formation de recherche et d'un petit croiseur type "Primula" accompagné de deux destroyers. De plus, vers 1 h du matin le 27, le sous-marin mouillait 3 barrages de mines vers le 37.22N entre 09.40 et 09.50E soit une différence de 3° en longitude.
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.
Répondre

Revenir à « Navires et équipages »