BÉCASSE ― Patrouilleur auxiliaire.

Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: BÉCASSE ― Patrouilleur auxiliaire.

Message par Rutilius »


Bonjour à tous,


L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 6.349, Mardi 20 mars 1917, p. 4, en rubrique « Marine ».

« A L'ORDRE DE LA BRIGADE. — MM. Léon Lecointre, capitaine à Terre-Neuve, maître de manoeuvre temporaire, patron de la Bécasse, et Marcel Ledun, capitaine à Terre-Neuve, second maître de manoeuvre temporaire, patron de la Bécassine, ont été cités à l'ordre de la brigade par le capitaine de vaisseau, chef des flottilles de la Manche orientale : " Pour l'esprit de décision, le sang-froid et les qualités de commandement dont ils ont fait preuve le 1er mars 1917 ; escortant un ponton-grue remorqué, ont été attaqués de nuit par deux sous-marins, auxquels ils ont riposté vigoureusement, sauvant ainsi les bateaux qu'ils convoyaient." »

_____________________________

Bien à vous,
Daniel.
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6398
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: BÉCASSE ― Patrouilleur auxiliaire.

Message par Ar Brav »

Bonjour à tous,

BECASSE Chalutier armé type Bécasse (1916-1919)

Chantier :

Belgique.
Commencé : N. C.
Mis à flot : 1912
Terminé : N. C.
En service : 1916
Retiré : 1919
Caractéristiques : 55 GRT.
Armement : I de 47 mm.

Observations :

Cordier belge Help U Zelf II immatriculé B 9.
1916 : acheté par la Marine française, fait partie d’une série de 8 chalutiers achetés à la Belgique en 1916-1917.
Armé en patrouilleur auxiliaire, affecté à Boulogne
10.1918 : figure à l’effectif des forces navales de la ZAN (VA Ronarc’h, commandant supérieur de la zone)
Affecté à la 5ème escadrille de patrouille (LC Bonneau, chef d’escadrille) composée de :
1ère section :
Roitelet (LV Bonneau)
Henriette V
Résurrection
Saint Wandrille

2ème section :
Adrienne (EV Dorange)
Bécassine
Annonciation

3ème section :
Dieu-Patrie
ND de la Salette
Neptune II

4ème section :
Pélican (EV Allainmat)
Mira
Mouette

5ème section :
Nelly (LV Gravenhorst)
Caille
Bécasse

6ème section :
Marguerite-Marie II
Cigogne
Coucou

Ravitailleurs :
Nancy II (EV Briend)
Euterpe
Zanette
Sado

Fin 1918 : dans la Manche orientale, la Bécasse, affectée à la surveillance de la pêche, a un duel d’artillerie avec un sous-marin en surface équipé d’un canon de 100 mm. La Bécasse n’a qu’une pièce de 47 mm, mais c’est elle qui l’emporte, et l’ennemi, plusieurs fois touché, plonge et disparaît.
Revendu au civil
26.09.1922 : francisé, conserve son nom
1934 : acheté par l'armement Louis Renault de Granville, puis désarmé.

Merci Klaus ;)

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
kgvm
Messages : 1137
Inscription : ven. janv. 18, 2008 1:00 am

Re: BÉCASSE ― Patrouilleur auxiliaire.

Message par kgvm »

Built in 1912. Francisé 26.09.22 as motorship "Bécasse", 55 GRT. 1934 owned by Louis Renault, Granville, and "désaffecté".
NIALA
Messages : 2032
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: BÉCASSE ― Patrouilleur auxiliaire.

Message par NIALA »

Recherche photo d'un patrouilleur du type Becasse

Cordialement

Alain
Cordialement

Alain
Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: BÉCASSE ― Patrouilleur auxiliaire.

Message par Memgam »

Bonjour,

Source : René Bazin, Les pêcheurs au combat, II. Boulogne en guerre. suite. L'Illustration n° 3894, 20 octobre 1917, page 397.

Cordialement.

Image
Memgam
Rutilius
Messages : 16906
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: BÉCASSE ― Patrouilleur auxiliaire.

Message par Rutilius »


Bonjour à tous,


■ Le commandant du patrouilleur auxiliaire Bécasse.


— LECOINTRE Léon Dieudonné Henri, capitaine au cabotage, inscrit à Fécamp, n° 232 ; maître de manœuvre temporaire.

Par arrêté ministériel en date du 21 juin 1918 (J.O. 24 juin 1918, p. 5.459), inscrit au tableau spécial de la médaille militaire dans les termes suivants :

« Lecointre (Léon-Dieudonné-Henri), maître de manœuvre temporaire, Fécamp 232 : pour les belles qualités de décision et de courage dont il a fait preuve comme commandant de patrouilleur, en attaquant, les 4 décembre 1916, 7 mars 1917 et 27 mai 1918, un sous-marin ennemi supérieur en force qu’il a contraint à fuir dans ces trois rencontres. Déjà cité à l’ordre.
La nomination ci-dessus comporte l’attribution de la Croix de guerre avec palme.
»

Par arrêté du Ministre des Travaux publics et des Transports en date du 7 novembre 1918 (J.O. 8 nov. 1918 , p. 9.627), nommé à titre temporaire et pour la durée de la guerre maître de port de 4e classe à Fécamp, à compter du 16 novembre 1918. Démissionne de ce poste dès le 20 décembre suivant, démission acceptée par un arrêté du même ministre en date du 6 janvier 1919 (J.O. 7 janv. 1919 , p. 262).

Par une décision du Sous-secrétaire d’État chargé des Ports, de la Marine marchande et des Pêches en date du 13 juillet 1921 (J.O. 27 juill. 1921, p. 8.765 et 8.766), honoré de la Médaille d’honneur des marins du commerce.
Bien amicalement à vous,
Daniel.
olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: BÉCASSE ― Patrouilleur auxiliaire.

Message par olivier 12 »

Bonjour à tous,

Rencontre avec un sous-marin le 21 Novembre 1916

Le 21 Novembre 1916 à 13h50 le vapeur anglais PALM BRANCH, capitaine Joseph Malling, en route pour New York, est attaqué par un sous-marin à 6 milles au WNW de la pointe d’Ailly. Le sous-marin émerge à 35 m sur deux quarts à bâbord du vapeur et monte son canon tandis que l’Anglais force sa vitesse à 12 nœuds et présente son arrière. Le sous-marin ouvre le feu de ¾ de mille. Il tire 50 coups dans les œuvres mortes, avariant la chaloupe et brisant un canot de sauvetage. Un début d’incendie se déclare à l’avant et deux hommes sont blessés par des éclats.

Vers 14h50, le sous-marin aperçoit le harenguier NOTRE DAME DE BOULOGNE qui chalutait à 10 milles au NNW d’Ailly. Les coups de canon s’espacent, puis le sous-marin abandonne PALM BRANCH pour attaquer le harenguier qui doit couper ses filets.

C’est alors que le patrouilleur BECASSE rallie au bruit du canon et ouvre le feu à 1500 avec son canon de 47 mm sur le sous-marin. Celui-ci plonge au 10e coup. Le harenguier armé LE BANER a aussi tiré 4 coups de canon sur le sous-marin.

Un petit vapeur français, le FRONSAC que voici, était en vue. (Voir sa fiche)

Image

Description du sous-marin

35 à 40 m de long. 2 voiles latines
1 canon de 75 mm sur l’arrière du kiosque paraissant rabattable
Kiosque avec 2 périscopes
Peinture gris sombre récente
Vu 2 officiers dont un se servait dune longue-vue. Portaient des uniformes allemands et des cache-nez. Deux hommes à la pièce portant des cirés.

Le sous-marin rencontré

N’est pas identifié.
Le sous-marin le plus proche de cette zone ce jour-là semble avoir été l’UB 40 du Kptlt Karl NEUMANN.

Voici le PALM BRANCH, 3891 t lancé en 1897 sous le nom de RANGOON et démoli en 1934

Image

Cdlt
olivier
Répondre

Revenir à « Navires et équipages »