BRUNETTE — Voilier caboteur, ex-yacht — Armement Émile Basile, Fécamp.

Rutilius
Messages : 16910
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

BRUNETTE — Voilier caboteur, ex-yacht — Armement Émile Basile, Fécamp.

Message par Rutilius »

Bonjour à tous,

La Croix, n° 10.425, 2 mars 1917, p. 3.

« LA GUERRE SUR MER. — Bateaux coulés. [...]

Fécamp, 1er mars. — Le petit voilier fécampois La Brunette, ancien yacht devenu caboteur, jaugeant 75 tonneaux, construit en 1899 à Fairlie, a été coulé le 27 février. Le capitaine et les cinq marins ont gagné la terre dans un doris. »
Dernière modification par Rutilius le jeu. mars 28, 2019 11:35 am, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6398
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: BRUNETTE – Voilier caboteur – Armement Émile Basile, Fécamp.

Message par Ar Brav »

Bonjour à tous,

BRUNETTE Voilier caboteur

Chantier :

Fairlie, Grande-Bretagne
Commencé : N. C.
Mis à flot : 1899
Terminé : N. C.
En service : N. C.
Retiré : 27.02.1917
Caractéristiques : 104-77 tx.
Armement : N. C.

Observations :

Caboteur à voiles de l’armement Emile Basile de Fécamp.
27.02.1917 : coulé au large des Needles par le sous-marin allemand UC-65 (KL Otto Steinbrinck) à 5 milles dans le N20W d’Antifer, l’équipage est sauf.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: BRUNETTE – Voilier caboteur – Armement Émile Basile, Fécamp.

Message par olivier 12 »

Bonjour à tous,

BRUNETTE

Voici dans quelles circonstances fut coulé le BRUNETTE

Ce voilier a coulé à 3 milles d’Etigue, point situé entre Vattetot et Bénouville, à 800 m au sud de l’épave du navire norvégien SPHERO.

Le voilier BRUNETTE, immatriculé à Fécamp, jaugeant 77,48 tx, ayant un équipage de six Français commandé par le capitaine LE BOUTEILLER avait quitté Fécamp sur lest le 27 Février à 16h30 à destination de Swansea.
A 18h30, arrivé à 3 milles au nord d’Etigue, il vit à 2,50m de l’arrière le dôme d’un sous-marin en plongée qui fit le tour du navire puis émergea à 15m environ sur tribord. Quelques secondes après, six marins et 2 officiers étaient sur la passerelle.

Le capitaine Le Bouteiller fit aussitôt descendre le doris à la mer. Ordre lui fut donné de laisser 2 hommes à bord et de se rendre sur le sous-marin avec 3 autres. Arrivés sur la passerelle du sous-marin, l’un des officiers lui dit :

« Vous êtes prié de dire toute la vérité, sinon, je vous fais fusiller ».

Et il posa les questions suivantes :

- quelle est l’importance du trafic à Fécamp
- quel est le rayon du champ de veille des chalutiers
- les bateaux de pêche font-ils toujours la pêche au filet
- y a t-il des navires anglais ou neutres dans le port
- quels sont leurs noms et leurs ports d’attache
- quels sont les navires entrés dans la journée
- y a t-il des troupes anglaises à Fécamp
- quelles marchandises reçoivent ces dernières

L’interrogatoire terminé, un marin allemand muni d’une bombe sphérique rouge d’environ 25 cm de diamètre descendit dans le doris et se fit conduire à bord du BRUNETTE. Il enleva le compas, le baromètre et la montre puis, ayant mis ces instruments sur le pont, descendit dans la cale avec 2 matelots et plaça la bombe au pied du mât avant.

Un quart d’heure après, la bombe explosa et le voilier s’inclina sur tribord. Le capitaine Le Bouteiller et ses 5 marins furent remis dans le doris après avoir laissé les papiers du bord entre les mains des officiers allemands. Avant l’explosion de la bombe, le sous-marin fit le tour du BRUNETTE et stoppa à 300 m environ, l’avant dirigé vers la côte. L’équipage du voilier distingua parfaitement, au dessus du périscope, une vive lumière électrique blanche qui dura une minute environ ; puis extinction ; puis deux éclats d’une seconde chacun ; puis nouvel éclairage d’une minute. Aucune lumière n’apparut sur la côte, ou ne put être distinguée en raison de la brume.

Le capitaine n’a pas été molesté par les officiers, mais les hommes qui l’ont aidé à monter à bord du sous-marin ont fait preuve d’une certaine brutalité.

Sous-marin : 100m de long 7m de large. Peint en gris. Semblait neuf. Deux canons superposés montés sur le même affût. Canon supérieur 65 mm. Canon inférieur révolver à 4 tubes.

Commandant : 40/45 ans environ. Tenue kaki, casquette de même couleur avec écusson.
2e officier : 25 à 30 ans, imberbe, veste de cuir, casquette kaki avec écusson.
Matelots habillés de pantalons bleus-verts, béret bleu avec bande rouge sans numéro ni lettre.

L’équipage du BRUNETTE est rentré à Fécamp le 27 Février 1917 à 22h00

Nota

Le témoignage du capitaine Le Bouteiller sur les officiers de l’UC 65 est fort intéressant car il recoupe celui du capitaine Rivet, du voilier de pêche JOSEPH ADOLPHINE, coulé le 1er Mars par ce même sous-marin UC 65. Il avait déclaré avoir vu un officier à 4 galons (capitaine de corvette) sur le kiosque du sous-marin. (voir sujet "Flottille de pêche de Boulogne")
Or il semble évident que l’officier de 40/45 ans que le capitaine Le Bouteiller a pris pour le commandant n’est pas Otto Steinbrick.
Cela confirmerait donc que le KK Bartenbach, chef de flottille, était bien à bord de l’UC 65 pendant cette patrouille. (Il faudrait vérifier l'âge de ces deux officiers..)

Cdlt
olivier
Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2048
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: BRUNETTE – Voilier caboteur – Armement Émile Basile, Fécamp.

Message par Yves D »

Bonjour Olivier
Voici les renseignement demandés :
KKpt Karl Bartenbach né le 29.11.1881, 36 ans
Oblt Otto Steinbrinck né le 19.12.1888, 29 ans
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.
olivier 12
Messages : 4143
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: BRUNETTE – Voilier caboteur – Armement Émile Basile, Fécamp.

Message par olivier 12 »

Bonjour Yves,

Je crois qu'il n'y a plus de doute sur la présence de Karl Bartenbach à bord du sous-marin. Tout colle...

Cdlt
olivier
Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2048
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: BRUNETTE – Voilier caboteur – Armement Émile Basile, Fécamp.

Message par Yves D »

En effet, on s'oriente vers cela car je n'imagine pas un futur Cdt stagiaire de 36 ans à bord de ce sous-marin et d'autant qu'il n'était pas exceptionnel qu'un supérieur, Chef de flottille par exemple embarque pour une patrouille. J'en ai deux exemples avec l'U 35 de von Arnauld qui a eu à son bord Kophamel alors Chef de Flottille de Cattaro.
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.
Rutilius
Messages : 16910
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

BRUNETTE — Voilier caboteur, ex-yacht — Armement Émile Basile, Fécamp.

Message par Rutilius »

Bonjour à tous,

Brunette — Voilier caboteur, ex-yacht — Armement Émile Basile, établi à Fécamp, boulevard des Belges.

Yacht de 104,08 tx jb et de 75,04 tx jn construit en 1899 à Fairlie (Écosse, Royaume-Uni).

Acquis en 1908 par Paul César HELLEU, peintre et graveur, né le 17 décembre 1859 à Vannes (Morbihan) et décédé le 23 mars 1927 à Paris (VIIe Arr.) ; alors domicilié à Paris, au 45, rue Émile Ménier (XVIe Arr.). Francisé à Rouen le 29 octobre 1908, n° 1.178. Inscrit au quartier de Rouen le 15 juillet 1909, f° 697, n° 2.110. Permis de navigation à la plaisance délivré le 23 octobre 1909 par l’Inscription maritime du Havre .

[Inscription maritime ― Quartier de Rouen ― Matricule des bâtiments de plaisance (1906~1930), n°s 1.766 à 2.350 : Archives départementales de la Seine-Maritime, Cote 7 P 5_49, p. num. 117.]

Paul César HELLEU

HELLEU Paul César - Portrait - .JPG
HELLEU Paul César - Portrait - .JPG (9.71 Kio) Consulté 1559 fois

Bâtiment armé pour la première fois en France le 15 juillet 1909, étant répertorié au Havre le 23 octobre 1909, n° 440 ; capitaine René LOZOU, né le 18 janvier 1873 à Plouezoc’h (Finistère), capitaine au cabo-tage, inscrit au quartier de Morlaix, f° 102, n° 90. Désarmé à Rouen le 18 novembre 1910, n° 201.

[Inscription maritime ― Quartier de Rouen ― Rôles de désarmement des bâtiments de commerce (1910), n°s 109 à 223 : Archives départementales de la Seine-Maritime, Cote 7 P 6_198, p. num. 410.]

Attaché en Douane le 1er mars 1916 à Trouville (Calvados), n° 890. Réimmatriculé le 15 mars 1916 au quartier de Honfleur (– d° –) , f° 178, n° 534.

... / ...

Coulé au moyen de charges explosives le 27 février 1917 par le sous-marin allemand UC-65 (Kapitän-leutnant Otto STEINBRINCK) à 5 milles dans le N. 20 W. du cap d’Antifer.
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Répondre

Revenir à « Navires et équipages »