BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

kgvm
Messages : 1137
Inscription : ven. janv. 18, 2008 1:00 am

Re: BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Message par kgvm »

"Bouledogue" of 1911 with pictures as Norwegian "Klem":
http://www.lardex.net/larvik/chrnilsen/ ... 11klem.htm
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6398
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Message par Ar Brav »

Bonjour à tous,

BOULEDOGUE Patrouilleur ex-baleinier norvégien (1916-1919)

Chantier :

Akers Mekaniske Vaerksted Aktieelsk, Kristiania, Norvège.
Commencé : 1907
Mis à flot : 1907
Terminé : 1911
En service : 1916 (MN)
Retiré : 1919 (MN)
Caractéristiques : 158 t ; 148 tjb ; 54 tjn ; 31,71 x 6,10 x 3,43 m (une autre source donne les dimensions en pieds : 104,1 x 20,1 x 11,8) ; 1 machine alternative à triple expansion à 3 cylindres ; 1 chaudière cylindrique timbrée à 200 psi construite par Akers Mek. A Kristiania ; 450 cv ; 11 nœuds.
Armement : N. C.

Observations :

Baleinier construit en Norvège sous le nom de Klem, numéro de chantier 320 pour le compte d’A/S Spermacet Chr. Nielsen & C° pour la pêche au départ de l’Australie, avec le navire-usine Vasco de Gama.
1916 : acheté par la Marine française, renommé Bouledogue et transformé en patrouilleur
Affecté à Brest
1918 : affrété par le Norwegian Hvalfangskontor pour la pêche à la baleine au départ de Vingvagen
1919 : vendu à Soren Berntsen, Tonsberg, Norvège
1920 : vendu à A/S Haakon Pedersen de Tonsberg, reprend le nom de Klem
1923 : vendu à A/S Norsk Hvalfangst A. T. Falkenberg, Christiania
1926-1929 : pêche à la baleine au départ d’Hitra
1930 : pêche avec le navire-usine Pioner dans les eaux norvégiennes
1930-1935 : pêche à la baleine sur la côte d’Afrique et en Antarctique
1935 : naufragé et avarié par la banquise dans le sud des Shetlands, l’équipage est sauf, mais le navire est perdu, et sans assurance.

Ceci, bien entendu, avec les réserves qui s’imposent.
Tout renseignement sera le bienvenu, merci par avance.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
kgvm
Messages : 1137
Inscription : ven. janv. 18, 2008 1:00 am

Re: BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Message par kgvm »

Commencé et mis à flot 1907, not 1911???
Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Message par GENEAMAR »

Image M.P.F.

- DUBOIS Ildevert, né le 27 mai 1898 à MORNAC (Charente), Matelot de 3ème classe Boulanger-coq, disparu en mer le 31 mars 1917, enlevé par un paquet de mer.--- Jugement déclaratif de décès rendu à ANGOULÊME le 5 juin 1917.
Cordialement. Malou
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6398
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Message par Ar Brav »

Bonjour à tous,

Je remonte ce sujet pour mise à jour à venir,

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.
Rutilius
Messages : 16753
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Message par Rutilius »

.
Bonjour à tous,


■ Historique (complément).


— 31 mars 1917 : Lors d’une traversée de Port-Saïd à Brest, via Alexandrie, Bizerte, Oran et Lisbonne, le matelot boulanger-coq Ildevert Dubois disparaît en mer par gros temps entre Lisbonne et Brest.

• Patrouilleur auxiliaire Bouledogue – alors commandé par le premier maître de manœuvre temporaire Bertin –, Journal de navigation n° 1/1917 – 2 mars ~ 2 mai 1917 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 59, p. num. 569 et 570.


« Samedi 31 mars 1917.


13 h. 45. – Le matelot fusilier de faction pièce 47 mm AR. crie : " Un homme à la mer ! " Me trouvant sur la passerelle, mis immédiatement la machine en arrière toute et jeté une bouée (ceinture-couronne en liège).
L’homme se cramponne à la ligne de loch et est remorqué pendant un certain temps. Se trouvant à 10 ou 12 mètres maximum, il lâche la ligne de loch comme pour se diriger sur la bouée. Ne sachant pas nager, l’homme semble se débattre et disparaît presque instantanément.
Alerté le Taureau se trouvant en ligne de file sur l’arrière à environ 400 mètres par coups de sifflet et signal B.R. du Code international.
Deux minutes après l’enlèvement de l’homme par un paquet de mer, nous nous trouvions sur l’emplacement exact de la disparition. Fait des recherches pendant trois quarts d’heure dans les environs immédiats de sa disparition sans rien voir d’autre qu’un sabot-botte surnageant.
La mer était alors grosse, avec une houle très haute ; le roulis atteignait par moments 40° et le pont était constamment balayé par la mer, déferlant en gros paquets à bord.
La disposition des garde-corps de ce genre de bateau est très dangereuse, et je demanderai que des filets, genre torpilleurs, soient posés afin d’éviter de nouveaux accidents semblables.
Au bout de ¾ d’heure de recherches, ayant acquis la certitude qu’il n’y avait plus rien à faire, je signalai au Taureau de continuer sa route. Je reste persuadé que si l’homme avait su nager, il eut pu être sauvé.
Il a été enlevé par un paquet de mer alors qu’il venait de l’AV. avec une gamelle de pommes de terre pour faire le repas du soir.
Au moment de sa disparition, le loch marquait 401,5 et la position était

L. = 45° 03’ Nord.
G. = 9° 54’ Ouest de Paris.

Renseignements sur le disparu :

Dubois Ildemer. Matricule 16.258–4. Matelot boulanger-coq. 19 ans. Active. Célibataire. Né à Mornac (Charente) le 27 mai 1898. Adresse de la famille : M. Fr. Dubois, La Rochefoucauld, Basse-Ville (Charente).
»

En marge : « Procès-verbal pour perte d’une paire de bottes. Matelot boulanger-coq Dubois lors de sa disparition. »


• Le marin disparu.


― DUBOIS Ildevert, né le 27 mai 1898 à Mornac (Charente) et domicilié à La Rochefoucauld (Charente), « mort le 31 mars 1917 en mer, enlevé par un paquet de mer à bord du Bouledogue », Matelot de 3e classe boulanger-coq, Matricule n° 16.258–4 [Jug. Trib. Angoulême, 5 juin 1917, transcrit à La Rochefoucauld, le même jour].

Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 15 mars 1922 (J.O. 18 mars 1922, p. 3.058), il fut inscrit à titre posthume au tableau spécial de la Médaille militaire dans les termes suivants :

« Dubois (Ildevert), matelot boulanger-coq, 16.258–4 : disparu en mer, le 31 mars 1917, en accomplissant son devoir. » (p. 3.059)



— 13 juillet 1917 : Recueille les 23 membres de l’équipage du cargo Ascain, de la Compagnie des chargeurs français (Plisson & Cie), torpillé le même jour par le sous-marin allemand UC-77 (Oberleutnant zur See Reinhard von Rabenau), à 12 milles dans le N. 22 W. des Platresses, et à 10 milles dans le N. 40 E. du phare du Stiff.

L’Ascain allait de Bayonne à Cardiff (Pays de Galles, Royaume-Uni). Escorté notamment par le Bouledogue, il naviguait en convoi avec le cargo Maroc, de la Compagnie Delmas Frères, qui allait à Fort-Talbot (Pays de Galles, Royaume-Uni), ainsi qu’avec un navire norvégien, le Nordborg, qui allait à Barry (Pays de Galles, Royaume-Uni).

Le Bouledogue était alors commandé par le premier maître patron pilote Pierre Berric, inscrit à Morlaix, n° 5.967. Il avait été promu dans ce grade par une décision du Ministre de la Marine en date du 30 juin 1915 (J.O. 2 juill. 1915, p. 4.471).


• Patrouilleur auxiliaire Bouledogue, Journal de navigation n° 3/1917 – 9 juin ~ 15 juillet 1917 – : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 59, p. num. 672.


« Vendredi 13 juillet 1917.


20 h. 50. – A 11 milles dans le N. 23 O. des Platresses. Le vapeur français Ascain est torpillé à l’arrière.

20 h. 55. – Fusées rouges lancées par un avion.

21 h. 00. – Recueilli tout l’équipage de l’Ascain (au nombre de 23) et deux baleinières.

21 h. 15. – Le navire sombre.

21 h. 20. – Fait route pour rejoindre le convoi.
»


En marge :


« P.M. – Vapeur français Ascain, Compagnie Plisson, deuxième du convoi, a été torpillé par un sous-marin à 20 h. 45 et à 12 milles dans le N. 22 W. des Platresses. A 21 h. 15, le navire a sombré et l’équipage (5 officiers et 18 hommes) ont été sauvés par le Bouledogue. Au moment de l’explosion, le kiosque du sous-marin a été aperçu par l’officier en second du vapeur dans l’Ouest et à 400 mètres environ, juste pendant quelques secondes. Pendant le sauvetage des hommes, deux hydravions signalent : " Sous-marin dans l’Ouest. Envoyé le Renard qui n’a rien aperçu." Pendant ce temps, les navires de tête du convoi tiraient dans la direction de l’Ouest, mais nous avons aperçu un mât cassé émergeant d’un mètre environ. Fait route pour rejoindre le convoi et repris poste à 21 heures.

P.V. d’effets. – Il a été délivré à ces hommes par Chapelain, ouvrier mécanicien, une paire de souliers au matelot Durenard, matricule 8.367 B. ; par Brissac, timonier, une paire de chaussons au matelot Grassac Louis ; par Gouez, quartier-maître, une vareuse de chauffe au matelot Brezel Auguste, du Conquet ; par Allard, fusilier, un bonnet au matelot Lamandé Yves.
»



— 24 mai 1919 : Avec 15 autres patrouilleurs du type « baleinier », mis en vente par le Sous-secrétariat à la liquidation des stocks dans les locaux de la préfecture maritime de Cherbourg selon la procédure d'adjudication par soumissions cachetées.


Journal officiel du 8 mai 1919, p. 4.787.


Image
Bien amicalement à vous,
Daniel.
Rutilius
Messages : 16753
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Message par Rutilius »

.
Bonsoir à tous,


Bouledogue – Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Le patrouilleur Bouledogue fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre du 28 janvier 1917 au 25 mai 1919.

[Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 728.].
Bien amicalement à vous,
Daniel.
abhe
Messages : 33
Inscription : lun. août 03, 2015 2:00 am

Re: BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Message par abhe »

Acheté à l'armateur Skers Mekveursktes, il arrive à Ports Saïd, son port d'armement, le 05jan1917; qu'il quitte le 02 mars 1917.
Machine de 450cv. Combustible : charbon. Rayon d'action 1 000 nautiques à 7 nœuds. Vitesse de croisière : 6 nœuds, maxi 12 nœuds.
2 x treuils de pêche horizontaux.
Équipage : Cdt 1 maître pilote, officiers-mariniers : 1 mécanicien, 1 manœuvrier, 23 quartiers-maîtres et marins.
Armement : pièce avant 1 x 90mm Mle 1877 n°22 sur affût Mle 1877. Munitions de 90mm : 198 coups type D. Pièce arrière 1 x 47mm Mle 1885 n°52 sur affût Mle 1887. munitions de 47mm : 101 coups fonte mélinite, 102 coups perforants.
Grenades ASM : 6 x Guiraud embarquées à Brest, le 01 mai 1917.
Armement individuel : 8 x fusil Mle 86-93 + 1 500 cartouches; 4 x révolver Mle 1892 + 250 cartouches.
1 x poste radio Maguonna, remplacé en 1917.
Affecté à l'Escadrille de Lézardrieux
De l'Armistice au 31jan1919, transport de matériel au profit de l'Armement Militaire des Bâtiments de Commerce (A.M.B.C.)
Du 01fev au 24mai1919, en réserve à Tancarville.
Avatar de l’utilisateur
markab
Messages : 4324
Inscription : dim. déc. 19, 2010 1:00 am

Re: BOULEDOGUE — Patrouilleur, ex-baleinier norvégien Klem.

Message par markab »

Bonjour,

L'annonce de la vente du baleinier BOULEDOGUE publiée dans le journal "Le Réveil Populaire" du 5 avril 1919 (Gallica) :

BOULEDOGUE Le Reveil Populaire 1919-04-05.jpg
BOULEDOGUE Le Reveil Populaire 1919-04-05.jpg (202.18 Kio) Consulté 102 fois

A bientôt.
Cordialement / Best regards
Marc.

A la recherche des navires et des marins disparus durant la Grande Guerre.
Répondre

Revenir à « Navires et équipages »