DROT Vapeur norvégien

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 3985
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

DROT Vapeur norvégien

Message par olivier 12 » sam. sept. 26, 2020 8:56 am

Bonjour à tous,

DROT

Vapeur norvégien construit en 1891 au chantier Laxevaag Maskin & Jernskibsbyggeri de Bergen pour l’armateur S.M. Kuhnle & Son de Bergen.

2931 tx JB Longueur 95,5 m. Largeur 12,6 m Creux 6,16 m
1 machine 3 cylindres à triple expansion. 1 hélice 9,5 nœuds
Indicatif JVHD

Voici une image de DROT

Image

La perte de DROT le 26 Novembre 1917

Le navire avait quitté Baltimore pour La Pallice le 28 Octobre à 13h00 avec un chargement de 2700 tonnes de rails de chemins de fer et de 700 tonnes de tabac. Reçu les instructions de l’Amirauté à Hampton Roads et attendu le convoi jusqu’au 8 Novembre à Norfolk.

Navire non armé.

Capitaine Robert Waldemar SKAFLESTAD de Bergen
1er lieutenant Johan Osmundsen HELVIK de Kvinnherred
Chef mécanicien Christian SCHROEN de Tingvold
Témoins interrogés :
- Henry Martin OLSEN Matelot timonier de Kristiansand
- John HEEMMKAN Matelot vigie du gaillard de Boschcapelle
- Gumenino SAEZ Soutier Chilien

23 hommes d’équipage dont 1 signaleur de l’Amirauté en plus du capitaine.

Rapport du capitaine

DROT faisait partie d’un convoi de 22 navires au départ de Norfolk. A 10h30 le 19 Novembre, à la position 49° Nord et 37° Ouest, nous avons perdu le convoi et notre escorte à cause du brouillard.
Le 25 à 19h00, passé Kincale Head sur la côte Sud d’Irlande et le 26 à 03h30 passé le bateau-feu de Coningbeg. Gouverné dans le canal Saint Georges pour passer au Nord du phare de Small. 0 08h20 passé le phare de Small à 5 milles au SW. A 09h30, passé Gross Holm à 1 mille WSW et mis le cap sur le bateau-feu de Saint Govan. Passé ce bateau-feu à ½ mille à 11h30 et fait route pour passer au Nord et à l’Est de l’île Lundy.

Officier de quart à la passerelle : 1er lieutenant
Beau temps clair Vent WNW force 4 à 5
Pavillon norvégien hissé

A 12h45, un obus tombe à l’avant tribord du navire à une encablure et aperçu un sous-marin sur l’arrière par le travers tribord. Quatre chalutiers armés étaient à 2 milles dans le Sud. Ils ont aussitôt ouvert le feu sur le sous-marin. J’ai mis cap sur la terre, vers le canal de Bristol pour venir sous la protection des chalutiers armés ou de batteries de la côte. Mais au bout de 10 minutes de course, le sous-marin n’était plus qu’à 1 mille. Après l’envoi de deux salves, tout l’équipage était sur le pont et j’ai donné l’ordre d’évacuer le navire. Pendant 3 minutes j’ai donné alternativement un coup de sifflet long suivi de 3 brefs. (Signal d’abandon) Quand nous l’avons abandonné, le navire n’avait pas encore été touché.

Les canots étaient débordés, prêts à être amenés et nous avons stoppé la machine. On a crié aux deux chauffeurs qui étaient dans le compartiment machine de monter sur le pont.

Le sous-marin se rapprochait et un obus a traversé la passerelle de navigation. C’est un miracle que les canots de sauvetage n’aient pas été atteints. Les canots n’avaient pas dépassé l’arrière que les premiers obus sont tombés sur le navire.
Deux patrouilleurs anglais, BLACKTHORN et CRAIG MOUNT sont venus vers nous depuis l’île Lundy. Le sous-marin avait stoppé tout près du navire, sous le vent, et tirait des obus dans le milieu du flanc du DROT. Il a aussi tiré quelques obus en direction des canots, puis s’est éloigné vers l’Ouest et a disparu.

Les patrouilleurs anglais se sont alors approchés et ont recueilli les rescapés. Il était 14h20. On prévint que deux hommes étaient restés sur le DROT et l’un d’eux se dirigea vers le navire, mais il ne put rien trouver et le navire coula par l’avant. Il était en feu. Les patrouilleurs firent route sur Milford Haven en remorquant les trois embarcations, mais la mer était grosse et l’une d’elle se remplit d’eau et rompit sa remorque. Elle fut perdue. Nous arrivâmes à Milford Haven à 21h00 et fûmes logés à l’hôtel.

Les deux hommes disparus sont
- Domingo VERA Soutier de Zalchamano (Chili)
- Angel FERNANDEZ Chauffeur de Sobrao Coruna (Espagne)
Même quand les canots étaient à 4 ou 5 encablures du DROT, aucun de ces deux hommes n’a été aperçu sur le pont. Le sous-marin était à 300 m du navire et l’arrosait d’obus.

Description du sous-marin

Longueur 360 pieds. Largeur 20 à 25 pieds
Avant droit
Kiosque se rétrécissant sur sa partie avant.
2 canons, 1 sur l’avant et 1 sur l’arrière du kiosque. Calibre inconnu, mais le canon avant était plus gros.
Peinture gris-noir, semblait vieille.
2 hommes sur le kiosque habillés de cirés noirs. 3 hommes au canon avant habillés de cirés jaunes. Pas distingué les hommes du canon arrière.

Note de l’officier enquêteur

Le capitaine était très pressé de quitter le navire et les deux hommes semblent avoir été laissés dans la chaufferie.
Deux chalutiers armés étaient en vue et lui venaient en assistance. S’il avait continué à pleine vitesse vers eux, l’ennemi aurait pu être battu.
Mais n’ayant aucun moyen de défense, n’étant pas armé, il a abandonné le navire pour éviter des pertes. L’ennemi tirait à la fois des obus et des shrapnells

Déposition du 1er lieutenant Johan HELVIK

Déclaration conforme à celle du capitaine. Il déclare avoir clairement entendu les camarades des deux hommes dans la chambre de chauffe leur crier en espagnol de remonter. Quand les canots ont quitté le navire, il était persuadé que tout le monde était sain et sauf. Il n’a aucune idée de la raison pour laquelle les deux hommes ne sont pas remontés de la chaufferie.

Déposition du chef mécanicien Christian SCHROEN

Il était au carré quand il a entendu les coups de canon. Il est monté sur le pont et a vu les chauffeurs Manuel BLANCO et MARTINEZ, tous deux espagnols, crier aux deux manquants dans la chambre de chauffe de remonter immédiatement. Il est descendu dans la chambre des machines, a attendu l’ordre de stopper de la passerelle. Il ne s’est pas rendu dans la chambre de chauffe, persuadé que les deux hommes étaient sur le pont. Il ne pense pas que ces deux hommes soient restés dans la chaufferie. Selon lui, ils ont du aller aussitôt à l’avant pour faire un paquet de leurs effets. L’avant a pris feu sous l’action des obus et il est probable qu’ils ont été tués par ces projectiles.

Déposition du matelot OLSEN

Le témoin ne peut se prononcer sur le sort des deux disparus. Le navire a coulé vers 15h00

Déposition du matelot HEMMEKAN

Le témoin a été le dernier à quitter le roof. Quand les canots ont été à 2 milles du DROT, il croit avoir aperçu deux hommes sur l’arrière du navire. Mais il était en feu, les obus pleuvaient et il était impossible d’y retourner.

Déposition du soutier SAEZ

Le témoin déclare qu’on avait eu grandement le temps de se rendre dans les canots. Il était persuadé que tout le monde était sauvé. Au bout d’un quart d’heure dans les canots, on s’aperçut qu’il manquait deux hommes. Il pense avoir vu plus tard deux hommes sur l’arrière du navire, mais n’est pas certain de cela. Il dit qu’il y avait un radeau sur l’arrière et que les deux hommes auraient pu l’utiliser pour se sauver. Mais c’est peu probable car les chalutiers ont croisé sur les lieux pendant longtemps sans rien trouver.

Le sous-marin attaquant

C’était l’U 96 du Kptlt Heinrich JESS

Cdlt
olivier

olivier 12
Messages : 3985
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: DROT Vapeur norvégien

Message par olivier 12 » mar. sept. 29, 2020 3:53 pm

Bonjour à tous,

Les chalutiers armés sauveteurs

BLACKTHORN

Chalutier de 79 tx JB, de Yarmouth, construit en 1904. Symbole de coque YH 828 Réquisitionné de Mai 1915 à 1919 sous le n° 1493. Armé d’un canon de 6 pdr. A tiré entre 50 et 60 coups de canon sur le sous-marin qui aurait été touché.

CRAIGMOUNT

Chalutier de 80 tx JB, d’Inverness, construit en 1914. Symbole de coque INS 57. Réquisitionné de Mars 1915 à 1919 sous le n° 2493. Armé d’un canon de 6 pdr.

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »