5ème RCA

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1380
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » mar. févr. 11, 2020 10:00 am

BDIC_VAL_115_1392.jpg
BDIC_VAL_115_1392.jpg (77.2 Kio) Consulté 274 fois
(lA CONTEMPORAINE)

Bonjour,

Cavaliers du 5e RCA en 1915 près de Ste Ménéhould.

Au sein du régiment venait d'arriver le lieutenant FLORIT, Aimé.

FLORIT, Aimé est né le 21 janvier 1887 à MUSTAPHA (Algérie) - répétiteur au lycée.
Engagé volontaire pour 3 ans auprès de la mairie d'Alger. Arrivé au corps le 5ème RCA le 9 octobre 1906.
Brigadier le 1er mai 1907 et chef de peloton le 121 septembre 1909.
Adjudant de réserve le 25 juin 1910 puis sous lieutenant le 23 décembre 1911.
Il accompli de nombreuses périodes d'exercices dont l'une comme adjoint au chef de bataillon du 1er zouaves en 1912.
Il est rappelé à l'activité le 2 août 1914 au titre du 5ème RCA.
Il est dirigé aux armées le 9 avril 1915 au sein du 4ème escadron du 5ème RCA qui se trouve près de Sainte Ménéhould.
Il est promu lieutenant de réserve le 2 janvier 1916.
En octobre 1916 il réussi avec des cavaliers de son escadron deux coups de main successifs ramenant au second 13 soldats allemands dans les lignes françaises.
Il passe au 6e RCA le 7 décembre 1916.
Promu Capitaine le 11 janvier 1917.
Passe au 214e RI le même jour puis au 4e régiment de tirailleurs le 8 avril 1918 et le 8e régiment de tirailleurs le 17 mai 1918 où avec ses hommes il effectuera également de nombreux coups de main.
Détaché à l'artillerie d'assaut le 18 octobre 1918.
Désigné pour faire partie d'un détachement d'essais de chars légers au Maroc.
Mis en congé illimité le 6 juillet 1919.
Continue à effectuer de nombreuses périodes d'exercices au Maroc dans différents régiments.
Nommé Lieutenant-Colonel de réserve le 19 décembre 1958.
Rappelé à l'activité le 9 septembre 1939.

Notre officier a été /
- blessé 5 fois.
- cité 5 fois
- a obtenu 4 témoignages de satisfactions
- 3 témoignages de félicitations.
Il est décoré de :
- Croix de guerre avec étoile de bronze
- Croix de guerre avec étoile de vermeil
- 2 croix de guerre avec étoiles d'argent.
- Croix des services volontaires.
Il est chevalier de la légion d'honneur ainsi qu'Officier de la légion d'honneur.
Il décède en 1960 en Algérie.
Un bien beau palmarès pour cet officier qui a été reconnu par ses supérieurs pour ses qualités de bravoure, d'entrain, d'initiative et de de vigueur.
Bonne journée.
François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1380
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » mer. févr. 12, 2020 6:57 am

Capitaine FAYET.jpg
Capitaine FAYET.jpg (168.78 Kio) Consulté 247 fois
(Album photos du 5ème RCA à ALGER - Tourte et Petitin)

Bonjour,

Il me manquait dans l'organigramme du 5ème RCA au 2 août 1914 l'Officier payeur.
Le voici en photo en 1910 à ALGER au 5ème RCA où il venait d'arriver. Il s'agit du Capitaine Jean, FAYET.

FAYET, Jean est né le 20 janvier 1874 à LA BASTIDE SAINT PIERRE (Tarn et Garonne) -
Etudiant il décide de s'engager le 14 mars 1892 pour 4 ans à la mairie de Montauban au titre du 25e régiment de Dragons.
Arrivé au corps le 16 mars 1892.
Brigadier le 1er octobre 1892 puis brigadier fourrier l'année suivante.
Maréchal des logis puis maréchal de logis chef en 1895.
Le 2 mars 1896 il contracte un nouvel engagement de 3 ans au sein du même régiment.
Nommé adjudant le 30 mars 1899.
Ecole de cavalerie puis nommé officier comptable le 7 août 1901.
Nommé sous lieutenant au 1er Spahis le 21 septembre 1905;
Le 28 septembre 1910 il est nommé Capitaine trésorier au 5e RCA puis Capitaine Commandant.
Il est affecté en janvier 1917 à l'Etat Major aux Armées - 65ème Division d'Infanterie.
Le 10 décembre 1918 il est affecté au 1er Hussards.
Retour au 5ème RCA le 15 mars 1919.
Dernière affectation le 18 octobre 1921 au 5ème Spahis.
Il est chevalier de la légion d'honneur.
Bonne journée à tous.
François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1380
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » jeu. févr. 13, 2020 11:58 am

BDIC_VAL_108_08223.jpg
BDIC_VAL_108_08223.jpg (210.81 Kio) Consulté 221 fois
(La contemporaine)

Bonjour,
Sainte Ménéhould 1915 - prise d'armes devant le Général DUCHENE Commandant le 32e Corps d'armée à droite sur la photo. Le colonel CLOUZET est à gauche. Au fond les 5ème RCA qui se prépare à la revue.
Lors de cette prise d'armes se trouvait le Capitaine BAUDON.

Paul BAUDON est né le 3 janvier 1874 à BOURGES (Cher). Il demeure à NICE où il est étudiant lorsqu'il décide de s'engager le 23 octobre 1894 pour 3 ans. Il rentre à l'école spéciale de Saint Cyr.
Nommé sous lieutenant au 2e Spahis le 1er octobre 1897.
Lieutenant le 1er octobre 1899 puis passe au 7e Cuirassiers le 9 avril 1903.
le 10 janvier 1906 il passe au 3e Spahis.
Il participe à la campagne du Maroc.
Rejoint le 5ème RCA le 23 décembre 1911 comme Capitaine.
Nommé Capitaine Commandant le 28 mai 1914.
Passe au 29e Dragons le 6 mars 1919 puis au 20e Dragons le 20 mars 1919 et au 21e Dragons le 3 août 1919.
-Croix de guerre -
- 1 citation à l'ordre du régiment en 1915.
- Chevallier et Officier de la Légion d'honneur.
- Fiche matricule incomplète...
Bonne journée.

François
Dernière modification par demonts le jeu. févr. 13, 2020 1:38 pm, modifié 1 fois.

pierreth1
Messages : 1739
Inscription : sam. déc. 30, 2006 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par pierreth1 » jeu. févr. 13, 2020 1:09 pm

Bonjour
juste une précision
"Paul BAUDON est né le 3 janvier 1874 à BOURGES (Cher). Il demeure à NICE où il est étudiant lorsqu'il décide de s'engager le 23 octobre 1894 pour 3 ans. Il rentre à l'école spéciale de Saint Cyr" en fait il ne decide pas de s'engager, il a passé le concours de "l'Ecole Spéciale Militaire" (Saint Cyr) et donc reçu il signe un contrat de 5 ans qui est le contrat réglementaire signé par tout admis à cette école comme élève officier. on peut donc penser que son statut d'étudiant corrspond à la préparation du concours à Nice
En 1926 il est chef d'escadrons au 28eme dragon en 1926
Cordialement
Pierre
pierre

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1380
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » jeu. févr. 13, 2020 1:48 pm

Bonjour!

Merci pour les précisions. Sa fiche matricule comporte bien la mention engagement volontaire 3 ans.
Pour d'autres officiers du 5e RCA j'ai souvent remarqué cette mention "engagement" alors qu'il rentre à SAINT CYR.
Merci encore!
Cordialement.
François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1380
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » ven. févr. 14, 2020 8:46 am

Bonjour,

Voici la liste complète des officiers ayant servi au sein de l'escadron G du 5ème RCA successivement passé 5e-1er et 6e escadron. Il intègrera le 8e RCA tout en gardant sa spécificité.

Officiers :

Capitaine Comandant GUICHARD, Charles du 13 mars 1915 au 4 novembre 1917
Sous-lieutenant HUMBLOT du 13 mars 1915 au 26 décembre 1915
Sous-lieutenant FESTE du 13 mars 1915 au 20 janvier 1917
Sous-Lieutenant ANCEY du 13 mars 1915 au 8 décembre 1915 - blessé - évacué
Sous-lieutenant VANCON du 26 décembre 1915 au 24 septembre 1916 - blessé - évacué.
Sous-lieutenant GUENARD du 26 décembre 1915 au 24 avril 1916 - blessé - évacué
Sous-lieutenant FAIVRE du 5 août 1916 au …..
Sous-lieutenant DAMERON du 13 mars 1915 eu 26 septembre 1916
Lieutenant GROSJEAN du 8 décembre 1917 au …..
Sous-lieutenant HUYM DE VERNEVILLE, Guy du 14 décembre 1917 au …..
Capitaine Commandant JENNY, Georges du 1er novembre 1917 au 3 septembre 1918.
Capitaine de BETHUNE DE SALLY du 1er septembre 1918 au ….
Sous-officiers :

Adjudant-chef CASTELLANI passera sous-lieutenant commandant la section mitrailleuse le 16 septembre 1915 -
Adjudant-chef LUCHETTI

Je vais faire des recherches sur les registres matricules afin de vous en dire plus sur chaque officiers et sous-officiers.

Bonne journée.

François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1380
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » mer. févr. 26, 2020 9:20 am

chasseur_dafrique_en_belgique.jpg
chasseur_dafrique_en_belgique.jpg (188.86 Kio) Consulté 81 fois
Bonjour,

Cavalier du 5e RCA près de la gare de ACOZ en Belgique autour du 20 août 1914.
Le régiment occupe les ponts de la Sambre, au Nord de CHARLEROI, du Châtelet à TAMINES, et, à AISEAU.(Historique du régiment).
22 août 1914. (JMO du service santé du 5e RCA)
Le 5e chasseurs d'Afrique est en position de surveillance sur les hauteurs Sud du plateau de Sohia. Les infirmiers sont dans les escadrons. Les médecins, les maréchaux des logis, les deux voitures légères marchent avec le train de combat. La voiture du matériel a été laissée avec le train régimentaire. Un refuge est installé près de GOUGNIES;;
« Samedi matin 22 août. (Histoire de la ville de GOUGNIES.
"Départ matinal des chasseurs d’Afrique de l’atelier ; remerciements à l’officier. Constatation que tout est en règle, les prunes du jardin n’ont pas été touchées (…) Les premières bonnes nouvelles nous arrivent : on dit que les cadavres allemands s’amoncellent à TAMINES sur la rive gauche.
On entend le canon dans 3 directions, vraisemblablement à Tamines, à Farciennes et à Châtelineau, là où se trouvent les ponts sur la Sambre ; crépitement distinct des mitrailleuses ; bonne nouvelle : on dit que l’artillerie française est bien placée ; un major de la Croix-Rouge nous confirme les bonnes nouvelles, mais il paraît nerveux.
Voici que d’autres nouvelles, des mauvaises, malheureusement, commencent à se glisser par-ci par-là, dans les groupes. On dit que les Français reculent."
Tirailleurs algériens et Chasseurs d’Afrique
A quelles unités appartenaient les militaires français puis allemands passés par Gougnies ?
M. Houyoux dispose, à ce propos, d’informations très précises.
Selon celles-ci , il semble que les premiers soldats français blessés vus à Gougnies par Jules Marcelle (voir ci-avant) appartenaient au 5e Chasseurs d’Afrique. En effet, le samedi vers 14h, le service sanitaire du 5e Chasseurs d’Afrique amène à Gougnies deux tués et cinq blessés. Peu avant, ce régiment avait rempli la mission d’éclaireurs de la charge de la 75e brigade du général Schwartz qui avait tenté de reprendre Châtelet aux Allemands. La 75e Brigade d’Afrique était composée du 1er Régiment de marche des Tirailleurs algériens et du 1er Régiment de marche de Zouaves commandé par le lieutenant-colonel Heude(11)."
Selon les témoignages les 2 morts et les 5 blessés du régiment étant intransportables sont laissés à GOUGNIES dans l'Atelier aux bons soins des infirmiers et médecins Allemands qui ne vont pas tarder à arriver.
Le contraire va se passer.
"Le Régiment de Fusiliers N°73 allemand, aux ordres du colonel-baron von Gregory s’est installé la nuit du 22 au 23 août dans Sart-Eustache. Il s’est mis en route vers 08h (heure allemande) c’est-à-dire 07h (heure belge) en direction de Gougnies où il entra vers 08h30 (heure allemande).
Ce Régiment était accompagné du FAR N°62 (Feldartillerieregiment, Régiment d’Artillerie de Campagne) du colonel Von Napolski."
En arrivant à GOUGNIES les Allemands vont commettre l'iiréparable. L'atelier dans lequel se trouve 10 blessés dont 6 du 5e RCA est incendié avec ses occupants.
Autre témoignage :
« La propriété de M. Piret est située au centre du village et coupée en deux par la route de Mettet à Châtelet: d’un côté, s’élève le château, de l’autre, la ferme. Tous les deux avaient été convertis en ambulance et les insignes de la Croix-Rouge flottaient partout. Mme Piret, sa fille Simone, Aimé Poncelet et sa femme, Mme Daffe et ses filles, Oscar Tayenne et sa femme, Emile Grégoire et d’autres y prodiguaient leurs soins aux blessés, quand tout à coup, vers midi, tandis qu’on transportait dans un chariot un officier français blessé, les Allemands achèvent le blessé d’un coup de pistolet et mettent le feu à la ferme. Le personnel qui s’y trouvait parvient à se réfugier à temps dans les caves, mais Émile Grégoire (59 ans), qui apportait des fruits aux blessés, est tué sur la porte d’entrée (6). Des dix soldats français soignés à l’ambulance de la ferme, six moururent carbonisés."
« Gougnies a été saccagé le 23 août. Aucun coup de feu n’avait été tiré ici et les premières troupes étaient passées dans le calme. Le dimanche 23, arguant que des civils avaient tiré sur leurs troupes, les Allemands boutèrent le feu en divers endroits du village. Dix-sept maisons furent incendiées dont l’une où M. Piret, conseiller provincial du Hainaut, avait établi un hôpital. Dix soldats français blessés y brûlèrent vifs. M Piret en dépit de son grand âge a été emmené et fut tué le lendemain à Le Roux. Deux autres habitants de Gougnies, MM. Thiry, 83 ans, et Grégoire, 56 ans, furent également abattus."
Concernant les morts du 5e RCA je n'ai que les noms des 2 tués signalés à l'arrivée du régiment.
JOVION, Etienne et VISBECQ, Henri.
Les 5 blessés (brûlés dans l'atelier) n'ont me semble-t-il pas été comptabilisés comme mort pour la France.

Autres témoignage dans l'histoire de Gougnies : "On ignore où les soldats français morts dans l’incendie ont été inhumés. Philippe De Ridder, a relevé que le 5 octobre 1922 les corps de sept soldats français ont été exhumés du cimetière de Gougnies pour être transférés à l’ossuaire d’Aiseau parmi les 2875 victimes de la Bataille de la Sambre. Les malheureux qui ont péri dans les flammes de l’incendie criminel étaient, peut-être du nombre."

Je vais poursuivre mes recherches.

Bonne journée.

François

Piou-Piou
Messages : 2170
Inscription : ven. août 18, 2006 2:00 am

Re: 5ème RCA

Message par Piou-Piou » mer. févr. 26, 2020 8:52 pm

Bonjour ou bonsoir François,

Au besoin si je peux être utile.

Cordialement.
De Ridder Philippe. Alias Phil (Piou-Piou)
Phil.

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1380
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » jeu. févr. 27, 2020 9:17 am

Bonjour Philippe.

Merci déjà pour votre participation à l'Histoire de GOUGNIES, village martyre de Belgique.
Effectivement je fais des recherches sur les 5 cavaliers blessés du 5ème RCA qui semblent avoir péri dans l'incendie de l'Atelier à GOUGNIES.
Pour le service santé du régiment il était évident que les blessés qui devaient être intransportables, seraient pris en charge par les médecins Allemands. Dans cette première partie du JMO du service santé de 5ème il n'est pas fait mention des morts et des blessés. Il seront mentionnés peu après au jour le jour lorsqu'il y en aura.
Je n'ose pas croire qu'aucune recherche n'a été effectuée après la guerre par l'armée afin d'effectuer des recherches pour retrouver les soldats de chaque unité, disparus, blessés et laissés aux soins des Allemands.
Si vous trouvez des noms de votre côté je suis intéressés.
Merci d'avance.
François

Répondre

Revenir à « Cavalerie »