les femmes pendant la Grande Guerre (+ accès au sommaire)

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » sam. févr. 10, 2018 7:15 pm

Bonsoir à toutes et tous

Merci Daniel /Inouk,
le lien avait été cité et je l'avais consulté mais, je n'avais repéré les dessins qui se trouvent sur celui-ci.
cordialement
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
jpbte63
Messages : 320
Inscription : mer. déc. 11, 2013 1:00 am

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par jpbte63 » dim. févr. 11, 2018 9:31 am

Bonjour à toutes et à tous,

Sur Gallica :

Les Modes des femmes de France Sélection

Et deux images dans Le Rire du 2 juin 1917
Les héros ont soif
C'est peut-être, un de ceux que maman a tournés
Pour d'autres numéros du rire Ici

Bon dimanche
Jean-Pierre
Quand on ne fait pas tout pour être le premier, le devenir ou le rester, on ne demeure pas le deuxième. On tombe fatalement le dernier.
Louis Hubert Lyautey

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » lun. févr. 12, 2018 3:16 am

Bonsoir à toutes et tous,

Merci Jean Pierre pour les différents liens,
:D un humour qui aurait du mal à passer à l'heure actuelle.
Je note que le fascicule « l’école des marraines » fut édité par ... Albin Michel qui a décroché le prix Goncourt en 1917.
cordialement
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » ven. févr. 16, 2018 11:50 am

Bonjour à toutes et tous,

Yann Prouillet nous annonce que des conférences auront lieu ce soir,16 février (à Gérardmer) et demain matin (à Nancy) autour de femmes vosgiennes dans la Grande Guerre, sur et de part et d'autre de la ligne de front et à l'immédiat arrière-front.

Quelqu'un(e) pourra peut-être y assister et nous faire un petit compte-rendu?
post de Yann dans son intégralité
cordialement
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

yann prouillet
Messages : 194
Inscription : mar. août 21, 2007 2:00 am

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (+ accès au sommaire)

Message par yann prouillet » mer. févr. 21, 2018 9:25 pm

Bonsoir Brigitte et à tous

Pour éviter le "petit compte-rendu forcément" incomplet, évoqué ci-dessus, je me suis permis de rédiger pour votre "petite encyclopédie des femmes dans la Grande Guerre" une notule intitulée voir infra. J'espère que ce résumé répondra à vos attentes.

Pour une chronologie des femmes témoins de la Grande Guerre dans les Vosges

Pour mémoire, deux périodes se distinguent dans l’histoire de la Grande Guerre dans les Vosges ; la bataille des frontières (3 août - 12 septembre 1914) et la guerre de position (13 septembre 1914 - 17 novembre 1918), générant ainsi deux typologies de combats très différentes. Différentes sont également les zones occupées mais aussi les caractéristiques de cette occupation. Au cours de la première phase de la guerre, 82 communes vosgiennes ont été touchées par l’invasion et ont donc subi, tout ou partie, une occupation. Le recul dû à la victoire de La Marne entraîne la libération de 56 d’entre elles, mais 26 restent durablement occupées. Seule Frapelle sera libérée avant la fin de la guerre, en août 1918.

Jusqu’à une période relativement récente, la place des civils dans l’« expérience de guerre » dans les Vosges a été sous représentée dans l’historiographie de la Grande Guerre, même si l’un des premiers textes publiés la rapportant émane de Louis Colin dans Les barbares à la trouée des Vosges. Récits des témoins. (Paris, Bloud & Gay, 354 pages) dès 1915. Par cantons de l’est vosgien, l’auteur produit un catalogue martyrologe des exactions, crimes et destructions commises par les Allemands au cours de la bataille des frontières, dans lesquels civil(e)s et prêtres paieront un lourd tribut, « en violation du droit des gens ». Non spécifiquement écrit par une victime de l’occupation, l’ouvrage de l’inspecteur d’académie Emile Meyer, Livre du souvenir. L'effort du personnel et des élèves des établissements de l'instruction publique du département des Vosges pendant la Guerre et pour la Guerre. (Epinal, Imprimerie Vosgienne, 1918, 269 pages) fait un état précis de l’enseignement dans un département en guerre en un livre d’or des enseignants vosgiens au service de la France. Dans cet ouvrage, il reporte entre autre les termes d’une enquête réalisée auprès des instituteurs rapatriés de la zone occupée, et qui rapportent leur expérience de cette claustration temporaire [Sur ce type d’enquête, lire Verdier, Pascale, Les instituteurs meusiens, témoins de l’occupation allemande. 1914-1918. Bar-le-Duc, Conseil Général de la Meuse, 2003, 198 pages]. Ainsi, les instituteurs Mignot, au Ban-de-Sapt, Perrin, au Vermont et les institutrices Claudel, à Luvigny, Falcinella, à Châtas et Gautrot, aux Merlusses-Lusse ainsi que le témoignage de mademoiselle Denise Trabach, élève de l’Ecole Normale à Vieux-Moulin, éclairent-ils sur la vie en zone occupée, mais pas sur la totalité de la durée de la guerre toutefois.

De fait, entre 1915 et 1939, la littérature testimoniale et les essais concernant l’occupation allemande dans les Vosges sont fortement teintés de martyrologe. Quelques rares textes sont publiés dans des revues, telles les Lettres de la Tuilerie, écrites par mademoiselle Marcelle Ferry, à sa cousine, Mme Jules Ferry entre le 2 août et le 19 octobre 1914 et publiées par la Revue de Paris du 1er février 1925 (19 pages pour 16 lettres). Il faudra attendre les travaux de la Société Philomatique Vosgienne, initiés pour le 50ème anniversaire du déclenchement de la Grande Guerre, pour étoffer le corpus des témoins des deux occupations. En 1963, la société savante publie Temps de guerre (Saint-Dié-des-Vosges, Société Philomatique Vosgienne, 247 pages) qui rapporte entre autres son journal de 43 jours de guerre à Saint-Dié par la comtesse Bazelaire de Lesseux.

Les années 80 seront fécondes pour l’avancée de cette historiographie. D’abord, le centre départemental de documentation pédagogique des Vosges revient sur La vie des civils dans les Vosges pendant la guerre de 14-18, (Epinal, CDDP des Vosges, 1980, 100 pages), dans une première analyse sociologique, l’une des très rares études sur ce sujet appliquée au département alors. En 1985, Jean-Claude Fombaron présente dans l’ouvrage 1914 à Raon-l'Étape. Récits inédits. (Raon-l’Étape, Kruch éditeur, Les cahiers d’Archipel, n°1, 1985, 32 pages) trois témoignages sur la période du 24 août au 12 septembre 1914, intervalle d'invasion de Raon-l’Étape par les troupes allemandes. A travers les récits de Jean Arnoux, Maria Braconnier et Constant Bourgeois, sont illustrées trois phases de ces temps troublés dans la région : à Raon-l’Étape même, aux Châtelles et à Laneuveville-les-Raon pendant la bataille des frontières.

En 1995, la Société Philomatique récidive dans une deuxième livraison de Temps de guerre (Saint-Dié-des-Vosges, Société Philomatique Vosgienne, 265 pages). Divisé en deux parties, ce bulletin traite des deux conflits mondiaux à Saint-Dié et sa région. La Première Guerre mondiale est évoquée dans les 117 premières pages. Axé principalement sur les témoignages de contemporains combattants ou non combattants, il reporte trois journaux de guerre, dont celui d'une habitante d'Etival-Clairefontaine, Sophie Vic. Refusant l'exode devant l'avancée allemande du 24 août 1914, elle va rester dans son village et s'improviser infirmière, se dépensant sans compter pour les blessés français. Début septembre, les Allemands avancent et Sophie Vic voit son "ambulance de campagne" se remplir d'ennemis qu'il faut soigner également. Au plein cœur des combats, les habitants qui ont choisi de rester ne connaîtront pas les affres de l'exode, du déracinement et de la crainte de tout perdre, mais ils connaissent l'occupation et la menace, les obus et les privations avant la libération du village par les troupes françaises le 12 septembre 1914.

Du 4 au 6 septembre 2008 se tient à Epinal, sous l’égide des Archives départementales, le premier colloque traitant de la Grande Guerre dans les Vosges. Dans un travail préparatoire pionnier, puisque le premier réalisé en France sur une telle aire géographique, un Guide des sources de la Grande Guerre dans le département des Vosges est d’abord publié, permettant d’en faire un état des lieux complet de la littérature, des sources archivistes et de ses monuments aux morts. Dans les actes de ce colloque parus l’année suivante, Philippe Nivet [Spécialiste de l’occupation allemande de la Première Guerre mondiale en France, on lui doit surtout une étude particulièrement documentée de ce paradigme qui renouvèle profondément la synthèse de Georges Gromaire in L'occupation allemande en France, 1914-1918, parue chez Payot en 1925, dans une vision moins martyrologe et donc plus conforme à la réalité des occupations, notamment et surtout dans les Vosges, particulièrement bien traitées et représentées dans cet ouvrage de référence. Nivet, Philippe, La France occupée. 1914-1918. Paris, Armand Colin, 2011, 480 pages], professeur à l’université Picardie-Jules Verne d’Amiens, amorce la première étude caractérisant la zone occupée des Vosges alors que Manon Pignot, maître de conférence à la même université, fait une première analyse du journal intime de la jeune Irma Parmentelot, qui a 19 ans quand la guerre éclate, et qui relate “sa” guerre dans la commune un temps envahie de Celles-sur-Plaine, et qui sera publié 10 ans plus tard [Chave, Isabelle (Dir.), Guide des sources de la Grande Guerre dans le département des Vosges, 2008, 295 pages et La Grande Guerre dans les Vosges. Epinal, Archives Départementales des Vosges, 2009, 348 pages].

En 2010 paraît le regard de Clémence Martin-Froment, premier journal de guerre d’une femme témoignant dans la zone envahie entre le 31 juillet 1914 et le 17 novembre 1918. "L'Ecrivain de Lubine". Journal de guerre d'une femme dans les Vosges occupées (1914-1918). Clémence Martin-Froment, (Moyenmoutier, Edhisto, 365 pages) bénéficie de l’analyse et de la compétence d’un collectif scientifique dirigé par Philippe Nivet et Jean-Claude Fombaron, historiens, et Isabelle Chave, alors directrice des Archives Départementales des Vosges, où les 15 cahiers qui forment le support de cette extraordinaire expérience rapportée sont conservés. Egérie du poids, dans les Vosges occupées, de la guerre et de l’occupation sur les femmes, Clémence subit doublement l’évènement ; les violences multiples d’une occupation qui rend carcérale la vie dans les villages et celles de la libération qui recherche et épure les collaborations inhérentes à toute occupation. Son récit, honnête et précis, en fait l’un des témoignages majeurs de la vie dans les 4,8 % du territoire vosgien restés sous domination allemande pendant la Grande Guerre. Pour éclairer le contexte de ce témoignage est évoqué celui de Bernadette Colin, jeune célibataire de 22 ans, débitante de boissons à Lusse, qui commence à tenir son journal le 26 juillet 1914 et qui le poursuivra jusqu’à sa déportation en Belgique en juillet 1918.

En 2014, si Dominique Michel réalise une étude locale basée sur l’étude d’archives départementales et municipales et sur quelques-uns des témoignages précités [Principalement les écrits d’Elardin, Villemin et Masson publiés par la Société Philomatique Vosgienne in Michel, Dominique, Vosges et Vosgiens dans la tourmente. 1914-1918. La confrontation avec l'ennemi, les rationnements, la survie, les déportations, la vie quotidienne... Haroué, Gérard Louis éditeur, 2014, 317 pages], concourant à une analyse des civils de chaque côté de la ligne de front dans la vallée du Rabodeau, c’est surtout la thèse d’Anne Peroz, Vivre à l’arrière du front, Vosges 1914-1918, (Moyenmoutier, Edhisto, 2015, 445 pages) qui produit l’étude paradigmique la plus profonde sur l’histoire toutes disciplines confondues des civil(e)s vosgiens dans la Grande Guerre. C’est dans ce travail d’analyse fondateur que la place des femmes, actrices et victimes de ce conflit, prend toute la réalité de son ampleur, de sa profondeur et de son universalité.

En 2014 également, poursuivant sa collection sur les femmes vosgiennes sur la ligne de front, Edhisto publie Lusse "entre deux feux", le journal de guerre de Bernadette Colin, débitante de boissons qui témoigne au centre du village-front de Lusse, que les vicissitudes de la guerre de montagne ont placé au bord du terrible champ de bataille de la Cote 607-Schusterberg. Son récit a permis d’illustrer le phénomène, également sous-étudié, des « tirs amis », puisque la quasi-totalité des civils tués dans la commune pendant toute la guerre l’a été par des balles françaises. En 2017, Irma Parmentelot, qui témoigne, comme Bernadette, d’un village-front, permet de mettre en miroir la situation des civils maintenus sur la ligne de feu, mais du « côté français ». Dans "Quatre ans sous les obus", c’est le témoignage d’une adolescente de 19 ans quand se déclenche la Grande Guerre qui illustre cette fois-ci la vie quotidienne sur la ligne de feu, à Celles-sur-Plaine, mais du côté « libre » des tranchées. Celles-sur-Plaine est également sous la menace d’un des champs de bataille les plus violents de la guerre dans les Vosges ; La Chapelotte. La mise en perspective de ces trois femmes vosgiennes dans la Grande Guerre sur le front des Vosges et la diversité de leur témoignage, malgré leur immédiate proximité de zone d’hyper-violence se révèle particulièrement éclairante.

Mais les parcours singuliers de Clémence, Bernadette et Irma sur la ligne de feu ne sauraient être les seuls représentatifs des femmes vosgiennes témoins de 14-18. De statuts radicalement différents, l’industrielle Marie Cuny et l’aristocrate Henriette Mirabaud-Thorens ont, outre un statut social plus élevé, le privilège de mettre les villes vosgiennes d’arrière-front au centre de leur expérience… Marie Favre, dans Reviens vite. La vie quotidienne d'une famille française pendant la guerre de 14. Publié chez l'auteur (imprimerie Jouve), 2012, 556 pages, a édité sa correspondance (voir sa notice complète sur http://www.crid1418.org/temoins/2012/12 ... 1873-1946/. Quant à Henriette Mirabaud-Thorens, aristocrate parisienne d’origine alsacienne mais possédant une villa au bord du lac de Gérardmer, elle a publié chez Emile-Paul Frères successivement Journal d’une civile. Publié par Altiar, en 1917 puis En marge de la guerre, en 1920. Ces deux derniers ouvrages mériteraient amplement une réédition critique tant ils sont, entre autre, représentatifs du statut, géographique et social, d’une ville d’arrière-front vosgienne, celle de Gérardmer.

Le texte intégral de cette analyse, comprenant tous les témoins (donc également masculins) a été publié en préface du livre de Martin, Henri, Le journal d’Henri Martin. 1917. Moussey sous l'occupation allemande, Moyenmoutier, Edhisto, 2014, 131 pages.

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (+ accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » mer. févr. 21, 2018 10:04 pm

*
bonsoir à toutes et tous,
Un grand merci à vous Yann,
Je dois dire que je n'avais pas osé aller "à la source" et vous demander un tel travail !

Je précise que "le sommaire" qui récapitulait et classait les différentes interventions sur le sujet " Les femmes pendant la GG" est actuellement un peu en "vrac". Je me mets à la tâche afin de réorganiser tout ça petit à petit.

cordialement
Brigitte
PS : j'ai indexé votre intervention dans le sommaire ( en haut de page de ce sous-forum), dernier chapitre : "femmes victimes"
Dernière modification par Skellbraz . le jeu. févr. 22, 2018 5:04 pm, modifié 1 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (+ accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » jeu. févr. 22, 2018 5:02 pm

bonjour à toutes et tous,

Ce post est pour info: cheminant dans le "sommaire des femmes", j'indexe peu à peu vos contributions sur ce sujet .
:lol: les femmes sont soit disant " tout un monde" sauf que, quand on ne fantasme pas

ahhhh, :bic:
elles sont "l'autre pôle de l'humanité"...par conséquent ;) "la moitié du monde".

Tout ça pour vous dire que je fais mon travail à la vitesse de mes petits doigts (sans baguette magique) = je n'avance pas très vite, mais, on y arrivera, "on les aura" !
bien cordialement
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Inouk44
Messages : 393
Inscription : jeu. nov. 20, 2014 1:00 am

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (+ accès au sommaire)

Message par Inouk44 » mar. févr. 27, 2018 10:24 pm

Bonjour SkellBraz,
Bonjour à toutes et à tous,
Comme vous m'avez récemment secourue, je vous décerne spécialement cette image, intitulée "Le bombardement de la cathédrale de Reims : Admirable geste des femmes françaises."
Sa notice se trouve ici.

Sur ce site https://www.bibliotheques-clermontmetropole.eu/ , se trouve dans la catégorie "Guerre 14-18", de nombreuses cartes postales sérigraphiées datant du début du conflit.
A bientôt.
Cordialement.
Daniel
C'est agréable d'être important. C'est important d'être agréable.

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (+ accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » mer. févr. 28, 2018 10:45 pm

Bonsoir Daniel
Merci /merci pour l'image ...
Vous savez, mon intervention n'était qu'un juste retour des choses par rapport à l'aide que vous m'aviez apportée lors de la conception et réalisation du "Sommaire des Femmes", à l'époque où il en était à ses balbutiements.
Ceci dit, je reçois votre cadeau avec un vrai grand plaisir :P ( merci également pour les informations qui l'accompagnent)
Cordialement
Brigitte
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
dominique rhety
Messages : 667
Inscription : ven. déc. 31, 2004 1:00 am

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (+ accès au sommaire)

Message par dominique rhety » lun. mars 12, 2018 8:07 am

Bonjour,
une exposition sur ce thème en Saône-et-Loire :
http://www.gueugnon.fr/news/166757?previousp=5949

Cordialement.

Répondre

Revenir à « Les femmes dans la guerre »