CHAOUIA - Compagnie PAQUET

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
ak95
Messages : 1
Inscription : jeu. janv. 04, 2018 3:52 pm

Re: CHAOUIA - Compagnie PAQUET

Message par ak95 » jeu. janv. 04, 2018 4:26 pm

Bonjour

En consultant (très tardivement) ce blog, je relève deux erreurs dans la liste des passagers rescapés (dont, sauf erreur de ma part, la source n'est pas citée).

1°) Une erreur d'orthographe : le passager rescapé "ORBECK Marcel" était en fait "ORBEC Marcel". C'est un membre de ma famille proche, aujourd'hui décédé, que j'ai très bien connu.

2°) La liste mentionne un "Hirch (?) Labonne, consul suppléant de France à Smyrne". Or, les souvenirs écrits par Marcel Orbec relatent que le chef de la "Mission russe" dont il faisait partie (une Mission d'information diplomatique suivant ses propres termes) était "Eric Labonne". Je pense donc que "Labonne, Hirch" doit plutôt se lire "Labonne Eric, mission russe". (Le prénom de M.Labonne serait peut-être à orthographier Eirik selon sa fiche biographique sur Wikipédia)

Cordialement


quote="olivier 12" post_id=325108 time=1246792696 user_id=2639]
Bonjour à tous,

CHAOUIA (suite)

La commission d’enquête écrit dans son rapport :

« Le grand nombre de victime doit être attribué surtout au fait que l’accident s’est produit au milieu de la nuit et que la partie heurtée par la mine était celle où se trouvait le plus de monde, passagers de 3e et 4e classe et mécaniciens non de quart. C’est dans ce personnel que l’on déplore la plupart des pertes.
Les passagers de 1ère classe se sont sauvés pour la plupart, ainsi que le personnel pont du bâtiment grâce à la relève de quart en train de s’effectuer.

Les postes d’abandon, qui auraient du être désignés au départ de Marseille n’ont pu l’être à cause de la quantité de passagers étrangers embarqués au dernier moment et dont le bord a eu beaucoup de mal à vérifier l’identité.

Il est regrettable que le port de Messine, qui possède des vedettes automobiles pouvant appareiller immédiatement, n’ait pas envoyé les secours nécessaires pour venir en aide aux naufragés. Une grande partie de ceux-ci ont péri de froid et de lassitude. La quantité de radeaux et d’épaves flottantes avait permis à tous ceux qui n’avaient pas été entraînés avec le navire de se maintenir sur l’eau. »

Voici une liste des rescapés de 1ère, 2e et 3e classe

D’ANDRIA Robert Inspecteur de la dette ottomane
ALMANSFELD (Madame)
ALNEFF (femme de chambre russe)
BERTRAND Ministre de France à Athènes
BERRIAT Jean Chef d’escadron. Mission Roumanie
BROWN Correspondant du Daily Chronicle
BERNARD Paul Médecin Major de 1ère classe
BAILEY (Mr et Mme) Américains
BERTRAND Jean Missionnaire
BALANOFF Cyrille Missionnaire
BATSICHAREFF Officier mécanicien russe
BRESTHATJEN Edouard
BALAIEFF Michel Premier maître Marine russe
De COURSON Guy Capitaine d’infanterie Mission Roumanie
CRESPIN Ernest
CAMENEN M. Commissaire Principal Base navale de Constantinople
DUPONT Henri Lieutenant d’artillerie Mission Roumanie
DUMOULIN Paul Mission française Constantinople
DOUSSART Max Mission Roumanie
DURA Eugène Officier d’administration du Génie
DUPUAY Jean Missionnaire
FLEURY Eugène
FOURRIER Denis Missionnaire
GRAVIER Paul Colonel Chargé de mission Roumanie
GIRAUD (Madame)
LAPORTE Osman Consul Général de France à Smyrne
LABONNE Hirch Consul suppléant de France à Smyrne
MOURIES (Madame) nièce du Ministre BERTRAND
MENDEN Gustave Lieutenant d’infanterie coloniale Constantinople
MILESCO J.C. Mission Roumanie
MERY Antoine Fonctionnaire dette ottomane + Madame
MESTHENE Emmanuel Négociant grec
MALAMIE Antony Américain
ORBECK Marcel Mission russe
PIRAULT Yves Capitaine base navale Constantinople
PASSON Didier Capitaine d’infanterie Constantinople
PLESNILA B. Agent diplomatique
PERNES Oscar
PLOT Victor
PETATOVICH sujet serbe
NEMAREZ François Mission russe
RISTSANTSELFF Colonel Mission russe
RUDLICKI Lieutenant Mission polonaise à Smyrne
REY Alexis Directeur des chemins de fer de Smyrne
ROBILY Georges Inspecteur banque ottomane + Madame
RODILIS Alexandre sujet grec
SIRGERIS (ou SERGIEV) Leonidas TSF Marine russe
SERETKINE Dimitri Officier des équipages Marine russe
TERSIAN Misssion russe
VERMECH Albert
WEVERBERGH Lieutenant de Vaisseau Base navale Constantinople
WEYL Lieutenant colonel Mission Constantinople

On note la disparition de l'épouse du capitaine Yves Pirault, de la base de Constantinople, qui voyageait avec son mari.

Cdlt
[/quote]

Rutilius
Messages : 13022
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

CHAOUÏA ― Paquebot mixte ― Compagnie de navigation Paquet, Marseille.

Message par Rutilius » sam. janv. 27, 2018 2:23 pm

Bonjour à tous,

Rescapés du naufrage du paquebot mixte Chaouïa

Le Petit Journal, n° 20.477, Dimanche 19 janvier 1919, p. 3.

CHAOUÎA - L.P.J. 19-I-1919 - 2.jpg
CHAOUÎA - L.P.J. 19-I-1919 - 2.jpg (112.88 Kio) Consulté 413 fois
Dernière modification par Rutilius le mar. avr. 10, 2018 11:47 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13022
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

CHAOUÏA ― Paquebot mixte ― Compagnie de navigation Paquet, Marseille.

Message par Rutilius » sam. janv. 27, 2018 5:01 pm

Bonjour à tous,

Au nombre des passagers rescapés


— BALABANOV Kyrilov, né le 22 octobre 1881 à Plovdiv (Bulgarie) et décédé le 3 janvier 1969 à ... (...). Prêtre de la congrégation des Augustins de l’Assomption.


― LABONNE Eirik Pierre, né le 4 octobre 1888 à ... (Islande) et décédé le 12 novembre 1971 à Saint-Cloud (Hauts-de-Seine). Classe 1908, n° 1.277 au 3e Bureau de recrutement de la Seine. Consul suppléant de France, chargé d’une mission en Russie du Sud.

Fils d’Henry LABONNE, né le 28 décembre 1853 à Montgivray (Indre), pharmacien et explorateur, et d’Henriette Véronique Louisa JAUSSIAUME, née le 25 mars 1855 à Châteauroux (– d° –), sans profession, avec laquelle il avait contracté mariage à Châteauroux, le 3 février 1880 (Registre des actes de mariage de la ville de Châteauroux, Année 1880, f° 11, acte n° 10.).

Époux de Marie Louise CHARRIER, née le ... à ... (...) et décédée le 6 octobre 1988 à ... (...).

Entré dans la carrière diplomatique en 1913, ayant été nommé élève consul par un arrêté du Ministre des Affaires étrangères en date du 24 avril 1913 (J.O. 17 mai 1913, p. 4.227). Nommé lieutenant de réserve dans l’arme de l’artillerie. Inscrit dans les termes suivants sur la Liste des fonctionnaires et civils qui se sont particulièrement distingués depuis le début des hostilités (J.O. 14 juill. 1919, p. 7.307) :

« M. Labonne (Erik), consul suppléant au consulat de France à Moscou (Russie) : adjoint à M. Grenard, ainsi qu’au prédécesseur de celui-ci, a participé avec eux, dans des conditions critiques, à la protection de nos nationaux. Est intervenu personnellement maintes fois et avec énergie auprès des agents des soviets, bien qu'étant déjà lui-même l’objet d’une périlleuse surveillance. »


― LAPORTE François Georges Osmin, né le 24 février 1875 à Ismaïlia (Égypte), Consul général de France à Smyrne.


— ORBEC Marcel Nicolas Auguste, né le 26 mars 1894 à Moscou (Russie) et décédé le 20 avril 1979 à Paris (XVIe Arr.). Secrétaire de mission diplomatique, chargé d’une mission en Russie du Sud.


— WEVERBERGH Paul Charles Henri, né le 30 juin 1879 à Bruxelles (Belgique) et décédé le 3 juillet 1966 à Paris (VIe Arr.). Lieutenant de vaisseau, du port de Toulon, Base navale de Constantinople.

Par arrêté du 19 juillet 1921 (Arr. 19 juill. 1921, J.O. 20 juill. 1921, p. 8.417), promu au grade d’officier de la Légion d’honneur. Par décret du 30 mars 1922 (J.O. 2 avr. 1922, p. 3.660 ; Erratum J.O. 4 avr. 1922, p. 3.705), promu au grade de capitaine frégate.
Dernière modification par Rutilius le mar. avr. 10, 2018 11:48 pm, modifié 3 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Riquet33
Messages : 4
Inscription : sam. mars 10, 2018 11:11 am

Re: CHAOUIA - Compagnie PAQUET

Message par Riquet33 » sam. mars 10, 2018 11:54 am

Bonjour,
Je viens de découvrir votre site, très intéressant.
Mon arrière grand père Vandenacker Amédée Eugène était embarqué sur le Chaouia en janvier 1919. Il devait rejoindre Bor. Il était passager civil. Son décès fut reconnu en 1920 (Acte de naissance des enfants portant la mention d'un jugement 'Adopté par la Nation').
Est-il possible de se procurer le manifeste des passagers ou bien la liste des noms des portés disparus, si elle existe? Comment?
Je vous remercie pour votre aide.
Cdlt
Eric

Rutilius
Messages : 13022
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

CHAOUIA - Compagnie PAQUET

Message par Rutilius » sam. mars 10, 2018 4:21 pm

.
Bonjour Eric, et bienvenue,

Le décès d’Amédée Eugène VANDENACKER fut déclaré constant par un jugement rendu le 31 décembre 1919 par le Tribunal civil de première instance de Marseille. Cette décision fut, en ce qui le concerne, transcrite le 27 juin 1924 à Paris (XXe Arr.), son dernier domicile étant, en effet, établi dans cet arrondissement, au 52, rue de l’Ermitage (Registre des actes de décès du XXe arrondissement de Paris, Année 1924, f° 121, acte n° 2.593 – Transcription comportant la mention « Mort pour la France ».). Il est très probable que le jugement en question statua également sur la disparition de tout ou partie des autres passagers civils qui avaient embarqué sur le paquebot mixte Chaouïa.

Quant à la liste d’embarquement sur laquelle figurait le nom de ces passagers, elle se trouve peut-être détenue par la Chambre de commerce de Marseille, dépositaire d'une partie des archives de certaines sociétés d’armement qui avaient autrefois leur siège social dans cette ville.
Dernière modification par Rutilius le sam. mars 10, 2018 4:57 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13022
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

CHAOUÏA ― Paquebot mixte ― Compagnie de navigation Paquet, Marseille.

Message par Rutilius » sam. mars 10, 2018 4:50 pm

Bonjour à tous,


Passagers disparus le 16 janvier 1919 avec le paquebot Chaouïa

(Liste non exhaustive) (*)


I. – Passagers de l’armée navale.

― CLÉROT Albert, né le ... 18.. à ... (...), Quartier-maître.

L’Ouest-Éclair – éd. de Caen –, n° 7.129, Dimanche 9 février 1919, p. 4.

Image


II. – Passagers militaires.

― ANTIPAS Alexandre, né le 1er mai 1867 à Choumla (Bulgarie), Médecin aide-major envoyé en mission à Constantinople, 15e Section d’infirmiers militaires, recrutement de Marseille (Jug. Trib. civ. Marseille, 14 déc. 1919, transcrit à Marseille, le 14 févr. 1920).

― CLERICI Stanislas, né le 16 février 1887 à Marseille (Bouches-du-Rhône), Soldat de 2e classe, 141e Régiment d’infanterie, matricule n° 0.889 bis, classe 1907, n° 1.964 au recrutement de Marseille (Jug. Trib. civ. Marseille, 17 déc. 1919, transcrit à Marseille, le 14 févr. 1920).

― DREYFUS Pierre Yves, né le 25 novembre 1878 à Paris (Xe Arr.), Médecin major envoyé en mission à Constantinople, 15e Section d’infirmiers militaires, classe 1898, n° 1.061 au recrutement de la Seine, 6e Bureau (Jug. Trib. civ. Versailles, 20 nov. 1919, transcrit à Versailles, le 13 déc. 1919).

― FLANDRE Fernand Maurice, né le 9 mai 1898 à Berneuil-sur-Aisne (Oise), Aspirant, 132e Régiment d’infanterie, matricule n° 18.227, classe 1918, n° 1.164 au recrutement de Compiègne (Jug. Trib. civ. Compiègne, 9 févr. 1921, transcrit à Compiègne, le 25 mars 1921).

― GUILLOUET Émile Jules Eugène, né le 31 mars 1886 à Cairon (Calvados), Lieutenant, 3e Régiment de marche de zouaves, matricule inconnu, classe 1906, n° 431 au recrutement de Caen (Jug. Trib. civ. Marseille, 24 mai 1922, transcrit à Marseille, le 25 août 1921).

― LEHOUX Auguste Albert, né le 26 mars 1881 à Vendôme (Loir-et-Cher), Soldat de 2e classe, 2e Groupe d’aviation, « mis à la disposition du Gouvernement russe », matricule n° 3.226, classe 1901, n° 445 au recrutement de Blois (Jug. Trib. civ. Marseille, 26 janv. 1921, transcrit à Marseille, le 12 mars 1921).

— MALKOWSKI Andrzej Julius, né le 31 octobre 1888 à Trębkach (Pologne), officier polonais envoyé en mission auprès du général Lucjan ŻELIGOWSKI, commandant les troupes polonaises alors présentes à Odessa.
III. – Passagers civils.

— BARBEROT Jean Jules, né le 2 janvier 1871 à ... (...). En religion, Frère Pierre-Joseph. Frère de la congrégation des Augustins de l’Assomption.

• Fils de Charles Célestin Nicolas BARBEROT, né le 13 novembre 1836 à Port-sur-Saône (Haute-Saône) et décédé le 4 décembre 1904 à Lyon (IIe Arr.) (Registre des actes de décès de la ville de Lyon, IIe Arr., Année 1904, f° 407, acte n° 3.223), employé de chapellerie, et de Claudine BRYAND – ou BRIAND –, née le 5 octobre 1839 à Tournus (Saône-et-Loire) (Registre des actes de mariage de naissance de la commune de Tournus, Année 1839, f° 20, acte n° 111). Époux ayant contracté mariage à Tournus, le 21 mars 1870 (Registre des actes de mariage de la commune de Tournus, Année 1870, f° 7, acte n° 14).

― DEVINS Louise Virginie Jeanne, née le 15 avril 1879 à Brioude (Haute-Loire), boulevard de Clermont (Registre des actes de naissance de la commune de Brioude, Année 1879, f° 7, acte n° 25).

• Épouse de Jean Baptiste Adrien Claude Eugène COUSERGUE, né le 30 avril 1875 à Sainte-Florine (Haute-Loire) et décédé le 31 octobre 1951 à Rabat (Maroc), avec lequel elle avait contracté mariage à Paris (XVe Arr.), le 8 novembre 1902 (Registre des actes de mariage du XVe arrondissement de Paris, Année 1902, f° 117, acte n° 1.280).

— D’HONT Georges François, né le 17 mai 1885 à Tourcoing (Nord) – en religion, Père Michaël ; alors domicilié à Paris, rue Camou (VIIe Arr.). Prêtre de la congrégation des Augustins de l’Assomption.

• Fils de Jean-Baptiste D’HONT, né vers 1841, « monteur d’appareils à gaz », et d’Élise Joseph CORNE, née vers 1844, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la ville de Tourcoing, Année 1885, f° 192, acte n° 260).

— DUPUIS Lucie Marie Josèphe, née le 3 mars 1883 à Saint-Omer (Pas-de-Calais), au 20, quai de Tanneurs – en religion, Sœur Lucie-Emmanuel, de la congrégation des Sœurs oblates missionnaires de l’Assomption.

• Fille de Dominique Jean-Baptiste Joseph DUPUIS, né vers 1843, « fabricant de bois de brosses », et de Marie Angèle LAURENT, née vers 1845, sans profession, son épouse (Registre des actes d’état civil de la ville de Saint-Omer, Année 1883, f° 20, acte n° 112).

— FAURE Marie Thérèse, née le ... à ... (...).

• Épouse de Lucien Jules MILLOT, également disparu, avec lequel elle avait contracté mariage à Troyes (Aube), le 19 janvier 1918.

― HERTAULT de BEAUFORT Jacques Pierre Marie Joseph Amédée, né le 3 juin 1874 au château d’Hories, commune de Ladaux (Gironde) (Registre des actes de naissance de la commune de Ladaux, Année 1874, f° 2, acte n° 1), chargé par le Gouvernement d’une mission à Constantinople.

• Fils de Joseph Eugène Louis HERTAULT de BEAUFORT, né le 22 décembre 1847 à Paris (VIIIe Arr.) et décédé le 21 septembre 1923 à Paris (... Arr.), et de Anne Marie Françoise Suzanne de LUCMAU de CLASSUN, née le 20 décembre 1846 à Ladaux (Registre des actes de naissance de la commune de Ladaux, Année 1846, f° 4, acte n° 4) ; époux mariés le 15 juillet 1872 à Paris (Ier Arr.) (Registre des actes de naissance du Ier arrondissement de la ville de Paris, Année 1872, f° 9, acte n° 536).

• Époux de Jeanne Catherine Alexandra VUCCINO (1872~1940), avec laquelle il avait contracté mariage à Constantinople – aujourd’hui Istanbul – (Turquie), le 20 août 1908.

― HÉZARD Pierre Léon Augustin, né le 7 juin 1859 à Montbard (Côte-d’Or) (Jug. Trib. civ. Marseille, 31 déc. 1919, transcrit à Marseille, le ... 1920). Ingénieur des ponts et chaussées en congé, ingénieur-conseil ; lors de la guerre, Officier d’administration principal territorial du Génie à la Mission militaire française en Russie.

• Fils de Simon Andoche HÉZARD, né vers 1822, ferblantier, et de Victoire Élisabeth CLAPIN, née vers 1832, son épouse (Registre des actes d’état civil de la commune de Montbard, Année 1859, f° 22, acte n° 70). Époux ayant contracté mariage à Montbard, le 14 décembre 1852 (Registre des actes d’état civil de la commune de Montbard, Année 1852, acte n° 174).

— LAURENT Marie Isbergue Thérèse, née le 16 octobre 1873 à Clairemarais (Pas-de-Calais). En religion, Mère Albertine, de la congrégation des Sœurs oblates missionnaires de l’Assomption.

• Fille de Charles François LAURENT, né le 24 août 1838 à Longuenesse (Pas-de-Calais), cultivateur, et de Marie Angélique Joséphine DUPUIS, née vers 1841, fermière (Registre des actes de naissance de la commune de Clairemarais, Année 1873, f° 3, acte n° 11).

— LORET ..., née le ... 1863 à ... (...) – en religion, Sœur Marie-de-Sainte-Anne, de la congrégation des Sœurs oblates missionnaires de l’Assomption.

— MILLET Jeanne Amélie Marie Antoinette, née le 13 février 1886 à Lorient (Morbihan).

• Fille de Stanislas MILLET, né le 7 février 1842 à Saint-Hilaire-la-Gérard (Orne), professeur au lycée de Lorient, et d’Amélie Alexandrine Marie HOREL, née le 14 janvier 1856 à Lorient, sans profession. Époux ayant contracté mariage à Lorient, le 14 avril 1885 (Registre des actes de naissance de la ville de Lorient, Année 1886, f° 26, acte n° 149. – Registre des actes de mariage de la ville de Lorient, Année 1885, f° 52, acte n° 99).

• Épouse d’Émile Jules Pierre PIRAULT, capitaine de l’infanterie coloniale, avec lequel elle avait contracté mariage à Montreux (Suisse), le 5 février 1917 (Acte transcrit à Lorient, le 15 févr. 1917).

— MILLOT Lucien Jules, né le ... à ... (...).

• Époux de Marie Thérèse FAURE, également disparue, avec laquelle il avait contracté mariage à Troyes (Aube), le 19 janvier 1918.

― ROGUES Paul, né le ... 18.. à ... (...), commis auxiliaire au Consulat de France à Odessa.

Par un décret d’Avril 1921 (J.O. 11 mai 1921, p. 5.627 et 5.629), honoré à titre posthume de la Médaille de la reconnaissance française dans les termes suivants :

Image

— VANDENACKER Amédée Eugène, né le 25 juin 1877 à Paris (XXe Arr.) (Registre des actes de naissance du XXe arrondissement de Paris, Année 1877, f° 127, acte n° 1.534) [Jug. Trib. civ. Marseille, 31 déc. 1919, transcrit à Paris (XXe Arr.), le 27 juin 1924 : Registre des actes de décès du XXe arrondissement de Paris, Année 1924, f° 121, acte n° 2.593 – Transcription comportant la mention « Mort pour la France ».]. Alors domicilié à Paris, au 52, rue de l’Ermitage.

• Fils de Charles Marie Louis Eugène VANDENACKER, né le 17 août 1849 à Paris (ancien IVe Arr.) et décédé le 10 décembre 1924 à Paris (XXe Arr.) (Registre des actes de décès du XXe arrondissement de Paris, Année 1924, f° 49, acte n° 4.540), lithographe ; et d’Henriette Louise Joséphine GÉRARD, née commune de Charonne (aujourd’hui XXe Arr.) et décédée le 26 novembre 1917 à Paris (XXe Arr.) (Registre des actes de décès du XXe arrondissement de Paris, Année 1917, f° 36, acte n° 4.751), polisseuse ; époux ayant contracté mariage à Paris (XXe Arr.), le 3 octobre 1874 (Registre des actes de mariage du XXe arrondissement de Paris, Année 1874, f° 99, acte n° 707).

• Époux de Juliette Émilie BRONSARD, né le 26 août 1881 à Paris (XXe Arr.), avec laquelle il avait contracté mariage à Paris (XXe Arr.), le 24 mai 1902 (Registre des actes de mariage du XXe arrondissement de Paris, Année 1902, f° 79, acte n° 678). Fille de Noël Eustache BRONSARD, bijoutier, et de Zélina Angélique CHEVRENAIS, sans profession, son épouse (Ibid.).

— VANHOVE Charles Louis Edmond, né le né le 4 février 1865 à Bollezeele (Nord) – en religion, Père Athanase (Corps retrouvé et inhumé près de Messine). Prêtre de la congrégation des Augustins de l’Assomption.

• Fils de Florimond Edmond Adolphe VANHOVE, né vers 1841, ouvrier, et d’Honorine Joséphine VANTORRE, née vers 1840, ouvrière (Registre des actes de naissance de la commune de Bollezeele, Année 1865, f° 3, acte n° 6).
____________________________________________________________________________________________

(*) Dernière adjonction : VANDENACKER Amédée Eugène.
Dernière modification par Rutilius le mar. janv. 01, 2019 1:25 pm, modifié 5 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Riquet33
Messages : 4
Inscription : sam. mars 10, 2018 11:11 am

Re: CHAOUIA - Compagnie PAQUET

Message par Riquet33 » sam. mars 10, 2018 7:27 pm

Rutilius a écrit :
sam. mars 10, 2018 4:21 pm
.
Bonjour Eric, et bienvenue,

Le décès d’Amédée Eugène VANDENACKER fut déclaré constant par un jugement rendu le 31 décembre 1919 par le Tribunal civil de première instance de Marseille. Cette décision fut, en ce qui le concerne, transcrite le 27 juin 1924 à Paris (XXe Arr.), son dernier domicile étant, en effet, établi dans cet arrondissement, au 52, rue de l’Ermitage (Registre des actes de décès du XXe arrondissement de Paris, Année 1924, f° 121, acte n° 2.593 – Transcription comportant la mention « Mort pour la France ».). Il est très probable que le jugement en question statua également sur la disparition de tout ou partie des autres passagers civils qui avaient embarqué sur le paquebot mixte Chaouïa.

Quant à la liste d’embarquement sur laquelle figurait le nom de ces passagers, elle se trouve peut-être détenue par la Chambre de commerce de Marseille, dépositaire d'une partie des archives de certaines sociétés d’armement qui avaient autrefois leur siège social dans cette ville.
Bonsoir Daniel,
Un grand merci pour vos précieuses informations. :)
Eric

Riquet33
Messages : 4
Inscription : sam. mars 10, 2018 11:11 am

Re: CHAOUIA - Compagnie PAQUET

Message par Riquet33 » dim. avr. 08, 2018 12:27 pm

Bonjour,
Suite aux infos de Daniel je me suis procuré, aux Archives du CG13, le jugement du tribunal civil de Marseille du 31 décembre 1919 (Cote 423U 186) nommé "Constatation Judiciaire de décès survenus en mer", listant les noms de 47 personnes (membres de l'équipage et passagers civils) disparues en mer suite au naufrage du vapeur Chaouai coulé par une mine. L'inscription "Mort pour la France" y est indiquée.
Je peux vous transférer ce document si vous le souhaitez (fichier volumineux, 800Mo).
Bonne journée.
Riquet

Rutilius
Messages : 13022
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

CHAOUÏA ― Paquebot mixte ― Compagnie de navigation Paquet, Marseille.

Message par Rutilius » mer. avr. 11, 2018 1:44 pm

Bonjour à tous,

Le dernier chef mécanicien du paquebot mixte Chaouïa.


— RAYNAL Victor Jean, né le 12 novembre 1870 à Rodez (Aveyron) et décédé le ... à ... (...). Mécanicien breveté de 1re classe de la Marine marchande, inscrit définitif le 12 février 1895 au quartier de La Ciotat, f° et n° 722 ; classe 1890, n° 115 au recrutement de Rodez ; officier mécanicien principal de 2e classe dans la réserve de l’armée de mer.

• Fils d’Hippolyte RAYNAL, né le 16 juin 1844 à Salles-la-Source (Aveyron), ouvrier plâtrier, et de Marie Bénédicte GALTIER, née le 12 octobre 1840 à Rignac (– d° –), lingère ; époux ayant contracté mariage à Rodez, le 31 janvier1866 (Registre des actes de mariage de la ville de Rodez, Année 1866, f° 6, acte n° 10 ~ Registre des actes de naissance de la ville de Rodez, Année 1870, f° 76, acte n° 297). En 1923, domicilié à Marseille, au 70, boulevard des Dames (IIe Arr.).

Distinctions honorifiques

Par décision ministérielle du 3 mars 1919 (J.O. 19 mars 1919, p. 2.863), lui fut décerné un témoignage officiel de satisfaction « pour le sang-froid et le dévouement dont il [avait] fait preuve lors de la destruc-tion de [son] bâtiment par une mine. »

Par décret du 6 novembre 1923 (J.O. 9 nov. 1923, p. 10.554), nommé au grade de chevalier dans l’Ordre de la Légion d’honneur dans les termes suivants :

« Raynal (Victor-Jean), officier mécanicien de la marine marchande, La Ciotat 722 H.S. ; 29 ans de services très distingués, très beaux services de guerre. Témoignage officiel de satisfaction pour son dévouement lors du torpillage [sic] de la Chaouïa. »

Extrait de la note rédigée le 31 octobre 1923 par le Sous-secrétariat d’État des Ports, de la Marine marchande et des pêches à l’appui du projet de décret de nomination :

« Détail des services extraordinaires rendus par le candidat. — Longue navigation comme chef mécanicien de cargos mobilisés pendant une partie de la guerre sur le croiseur auxiliaire Gascogne et l’éclaireur Éros ; a ensuite repris du service sur les bâtiments de commerce qui assuraient le ravitail-lement national et le transport de troupes. A toujours fait preuve de belles qualités de sang-froid et de dévouement, en particulier lors de la destruction par une mine de son navire la Chaouïa. »

Base Léonore, Dossier LH/1482/76 —> http://www2.culture.gouv.fr/LH/LH334/PG ... 576935.htm
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Riquet33
Messages : 4
Inscription : sam. mars 10, 2018 11:11 am

Re: CHAOUIA - Compagnie PAQUET

Message par Riquet33 » jeu. avr. 12, 2018 12:32 pm

olivier 12 a écrit :
sam. juil. 04, 2009 1:04 pm
Bonjour à tous,

Un complément concernant les victimes du CHAOUIA.

Voici un extrait du manifeste passager

Image

On note la présence parmi les militaires de deux officiers de l'armée polonaise, les lieutenants RUDLICKI et MALKOWSKI.

Une petite croix en face du nom de Rudlicki indique qu'il a été pointé comme survivant, ce qui est exact. En revanche le lieutenant Malkowski a disparu dans le naufrage.

Andrzej Malkowski, 1888-1919, fut le fondateur du scoutisme polonais, à Lvov en Pologne orientale (aujourd'hui en Ukraine) en 1911. Il est l'auteur d'un ouvrage intitulé "Skautowej, Scouting comme système d'éducation de la jeunesse" et fut le premier éditeur de la revue polonaise Skaut.

En 1914, il entre comme soldat à la Légion Polonaise, et devient en 1915 l'organisateur du scoutisme polonais aux Etat-Unis.
En Décembre 1916, avec une douzaine d'autres "falkons polonais" -sans doute "faucons"- il parvient à entrer au Canada et s'engage dans l'armée, dans le régiment des "Cavaliers de la Lumière", Canadian Mounted Riffles à Hamilton.
Il est alors envoyé à l'école militaire de Toronto et obtient son diplôme en Avril 1917. Soldat du corps expéditionnaire canadien, il est envoyé en formation militaire en Angleterre, puis sur le front de France dans le "Corps de Chemins de fer canadiens".
Il combattra en particulier dans le secteur de Saint Quentin.
En Novembre 1918, il quitte l'armée canadienne et s'engage dans l'armée polonaise du général Joseph Haller, en France. Il fait partie de la mission militaire polonaise à Smyrne (d'après les documents du CHAOUIA) et doit se rendre à Constantinople avec le lieutenant Rudlicki.
Il semblerait qu'il devait aller ensuite à Odessa plutôt qu'à Smyrne...

Il disparaît donc dans le naufrage du paquebot à l'entrée du détroit de Messine.
Il était marié à Olga Drahonowska et avait un jeune fils, Andrew-Lutyk. Aujourd'hui, sa petite fille vit en Angleterre.

Voici sa photo

Image

Mes remerciements à Marek Popiel pour ces renseignements

Cdlt

Bonjour,

Si je peux me permettre cette question, ayant trouvé l'extrait du manifeste passager: Comment peut-on se procurer les manifestes des passagers du Chouaia?
Raison de ma demande: Mon AGP a effectué plusieurs séjours à Bor en Serbie dont un avec sa famille de 1908 à 1914. Certains enfants sont rentrés avant les parents. Je recherche ces dates.
Merci pour votre aide
Riquet

Répondre

Revenir à « MARINE »