FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Rutilius
Messages : 13194
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par Rutilius » ven. nov. 25, 2011 7:41 pm


Bonsoir à tous,


Une photographie – malheureusement bien dégradée – du cinq-mâts France-II quittant Wellington (Nouvelle-Zélande) (Voyage inconnu).



Image

National Library of Australia – Pictures Australia
State Library of Victoria – Malcolm Brodie shipping collection
Image H 99.220/3657

________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par Memgam » ven. nov. 25, 2011 9:33 pm

C'est au cours de son septième voyage que France II quitte Wellington, Nouvelle Zélande, le 5 septembre 1921 pour Londres, avec 1 100 balles de laine et 6 000 caisses de suif. Il y arrive le 21 décembre, en 90 jours. Au cours de ce voyage, il fera trois journées à plus de 17 noeuds de moyenne.

Source : Louis Lacroix, Les derniers cap-horniers, S. Pacteau, 1940,page 288.
Roger et Christian Bernadat, France (II), éditions de l'entre-deux mers, 2008, page 58.
Memgam

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par Memgam » sam. nov. 26, 2011 9:59 am

Sur la photo présentée par Rutilius, on distingue bien à l'arrière, la "tortue", sorte de carapace (wheel shelter = abri de la roue) qui protégeait les barreurs des lames qui risquaient d'embarquer par l'arrière. La perte de contrôle de la barre fait tomber le navire en travers de la lame, il se couche en se faisant balayer par la mer et dans le cas du quatre mâts Président Félix Faure, les quinze hommes de la bordée qui était sur le pont ont été emportés ( 2 février 1898, large des îles Kerguelen, capitaine Fossard, Compagnie Brown et Corblet, Le Havre). Dans le cas de France (II), la barre à roues est triple. Quant à Président Félix Faure, après avoir accueilli le capitaine Stéphan (25 ans) et sa jeune femme en voyage de noces, il se perdit sur l'île Antipode le 13 mars 1908, de retour avec du nickel de Nouvelle Calédonie. L'équipage, capitaine Noël, survécut difficilement pendant deux mois, avec de graves dissensions et ne fut recueillit par le croiseur HMS Pegasus, que le 12 mai 1908. La survie sur les îles est le point de départ du roman de Julien Guillemard, Les morts-vivants de l'Antifer, les éditions G. Crès & Cie, Paris, 1931.

Extrait du plan n° 78, Harold A. Underhill, Deep watersail, Brown, Son & Ferguson, réédition de 1976 (première en 1952).



Image
Memgam

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par Memgam » lun. juin 24, 2013 6:43 pm

Bonjour,

Comme indiqué ci-dessus dans différents post, c'est à la suite du changement de propriétaire, et avant son quatrième voyage, commencé en début 1917 (départ de Glasgow le 21 février), que France II a sa coque repeinte en noir et que deux canons de 90 mm montés sur affuts crinoline, sont installés à l'arrière, sur la dunette, juste avant les trois barres à roues protégées des coups de mer de l'arrière par la carapace en dos de tortue.
La photo ci-dessous est indiquée prise à Adélaïde, entre le 27 décembre 1917 et janvier 1918. On y distingue assez bien l'un des deux canons, peint de couleur claire, à l'arrière, avec son affut crinoline.

Source : Frederic Grellier, Trésors cap-horniers, Vol 2, O Large édition, 2012, photo Allan C. Green/State Library of Victoria.

Cordialement.

Image
Memgam

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par Memgam » jeu. mai 08, 2014 6:43 pm

Bonjour,

France (II) vu par Roger Chapelet (1903-1995, Peintre officiel de la Marine depuis 1936).

Ce tableau est en couverture de l'ouvrage de Roger et Christian Bernadat, France (II), le plus grand voilier du monde construit à Bordeaux, Les Editions de l'Entre-deux-Mers, 2008.
C'est aussi l'un des six tableaux de Roger Chapelet, illustrant le livre d'Henri Picard, La fin des cap-horniers, les dernières aventures des long-courriers français, Edita-Vilo, 1976.
La reproduction ci-dessous vient de l'ouvrage de Dominique Buisson, Encyclopédie des voiliers, Edita, 1994, page 113.

Le retour au navire réel, ci-après, vient du livre de Marc Métayer, Les voiliers du nickel, voyages en Nouvelle-Calédonie, Alan Sutton, 2003.

Cordialement.

Image

Image
Memgam

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par Memgam » jeu. mai 08, 2014 7:36 pm

Bonjour,

Une autre représentation artistique de France (II), issue également de l'Encyclopédie des voiliers.

Cordialement.

Image
Memgam

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par Memgam » sam. nov. 08, 2014 7:52 pm

Bonjour,

Un portrait du capitaine au long cours Victor Lagnel, premier commandant du cinq-mâts barque France (II).

Source : Bernadat, photo Fontaine à Rouen.

Cordialement.

Image
Memgam

Rutilius
Messages : 13194
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par Rutilius » sam. nov. 08, 2014 9:05 pm


Bonsoir à tous,


— LAGNEL Victor Paul Octave, né le 13 février 1877 à Rouen (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –), au 22, place du Marché, et domicilié à Mont-Saint-Aignan (– d° –), mort le 18 mars 1918 en mer à bord du remorqueur Utrecht, coulé au canon par le sous-marin allemand UB-49 (Kapitänleutnant Kurt von Mellenthin), à 90 milles à l’Est du cap Figari (Sardaigne, Italie), par 41° 4’ N. et 11° 48’ E. Corps retrouvé le 4 avril 1918.

Fils de Victor Ernest LAGNEL, limonadier, et de Clémence Octavie POMMIER, sans profession, son épouse. Époux de Jeanne Alexandrine LECAPP..., avec laquelle il avait contracté mariage à Malaunay (Seine-Inférieure – aujourd’hui Seine-Maritime –), le 15 mars 1910. (Registre des actes de décès de la ville de Rouen, Année 1877, Vol. I., f° 80, n° 298).

Capitaine au long-cours, inscrit à Rouen, n° 76 ; enseigne de vaisseau de 1re classe auxiliaire.

Chevalier de la Légion d’honneur à titre posthume (Arr. Marine 4 juin 1919, J.O. 7 juin 1919, p. 5.933 et 5.934 ; Rectif. J.O. 8 juin 1919, p. 5.982).
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par Memgam » sam. nov. 08, 2014 11:21 pm

Bonjour,

Le capitaine au long cours Victor Lagnel, commandant du cinq-mâts barque France, à la coupée, en rade de Thio (Nouvelle-Calédonie).
Le cliché a été pris entre le 6 mars et le 24 avril 1914 ou bien entre le 25 février et le 27 mars 1915.

Source : Lagnel via Bernadat.

Cordialement.

Image
Memgam

machin 34
Messages : 3
Inscription : ven. nov. 14, 2014 1:00 am

Re: FRANCE II — Cinq-mâts barque — Cie française de marine et de commerce.

Message par machin 34 » lun. nov. 17, 2014 11:32 pm

Bonjour,
Petit nouveau sur le site, je salue les anciens… et anciennes !
• Je voudrais revenir sur l'intervention de Rutillus du 5-9-2009. En effet, il me semble que quelque chose cloche. On sait que FRANCE II s’est perdu sur un récif de la bande corallienne entourant la Nouvelle-Calédonie dans la nuit du 22 au 23 juillet 1922.
Or, les dates des journaux cités s’étalent du 15 au 17 juillet et le sans-fil de Sydney est daté, quant à lui, du 13 juillet.
• Enfin, une petite précision sur l’intervention de Memgam du 11-04-2010. Il cite les sept cinq-mâts-barque ou carré ayant existé entre 1890 et 1928, dont le KØBENHAVN. Il faut savoir que c’est le deuxième du nom. Le premier fut terminé en Grande-Bretagne en 1915 mais non utilisé. Il fut réquisitionné par l’Amirauté en 1918, rebaptisé DRAGON, et remorqué jusqu’à Gibraltar où il servit de ponton à charbon de nombreuses années.
Si quelqu’un avait une photographie du DRAGON …
machin 34
Les sept cinq-mâts barque ou carré ayant existé entre 1890 et 1928 : FRANCE I ou 1890), FRANCE II (ou FRANCE 1911), Preussen, Potosi, Maria Rickmers, R. C. Rickmers et KØBENHAVN.

Répondre

Revenir à « MARINE »