Allemands frôlant Paris, sept 1914

Avatar de l’utilisateur
seraig67
Messages : 47
Inscription : mer. nov. 02, 2011 1:00 am

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par seraig67 » ven. nov. 04, 2011 12:58 pm

Bonjour,

Merci cher Bernard pour vos explications. Je crois que le plan initial prévoyait aussi de passer par la Belgique et aussi les Pays-Bas, ce que Moltke n'a pas fait, se contentant uniquement de passer par la Belgique, privant l'Allemagne de l'utilisation des voies ferrées hollandaises alors qu'elle avait l'accès aux ports Néerlandais non ?

Cordialement
Serge
"..la guerre des tranchées s'était faite sans que nos chefs ne s'en aperçoivent.."

ALVF
Messages : 6553
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par ALVF » ven. nov. 04, 2011 4:17 pm

Bonjour,

Il ne faut pas oublier non plus que von Moltke a prélevé sur son aîle marchante l'équivalent de trois Corps d'Armée dès le 29 août 1914 pour les envoyer sur le front de l'est où les Russes avaient entrepris une offensive aussi rapide que dangereuse avec deux Armées pour respecter leur engagement d'alliance avec la France ce qui aboutira à un désastre final.
Heureusement que Guillaume II n'était pas le "grand" Fréderic II qui aurait sacrifié la Prusse orientale voire même Berlin pour en finir en six semaines avec la France!
Il n'est nul besoin d'avoir suivi les cours de l'Ecole de Guerre pour imaginer ce qu'aurait donné la campagne à l'Ouest avec un Corps d'Armée supplémentaire à la 1ère Armée allemande de von Kluck et un autre à la 2ème Armée de von Bülow!
Cordialement,
Guy François.

Avatar de l’utilisateur
LABARBE Bernard
Messages : 4741
Inscription : mar. juil. 12, 2005 2:00 am
Localisation : Aix-en-Provence
Contact :

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par LABARBE Bernard » sam. nov. 05, 2011 4:58 pm

Bonjour à tous,

Concernant la Hollande, je ne connais pas la raison pour laquelle les allemands l'ont épargnée. La grosse masse de l'aile marchante a du en effet se faufiler entre Hollande et France à travers le "goulet" du Luxembourg.
Mais toute bataille même gagnée d'avance contre un ennemi suppose bien entendu d'y engager des forces, d'où ralentissement, voire d'en y laisser si points de résistance (voir Anvers, Maubeuge...) d'où affaiblissement du dispositif initial au fur et à mesure que l'on avance.
Mon sentiment mais je suis pas stratège est que ce plan allemand n'était pas réalisable. Le plan Schlieffen initial encore moins. En effet, les corps d'armées doivent avancer accolés et non pas à la queue leu leu ! Si le dernier doit arriver après la bataille ça ne fonctionne pas ! J'ai lu ça quelque part, il n'y avait tout simplement pas assez de place pour faire passer cette grosse masse "Schlieffen".
Mais ça a failli fonctionner... N'oublions pas Lanrezac et sa décision de faire retraiter la Vème armée, in extremis, contre l'avis de l'âne (Joffre), sauvant ainsi toutes les autres. On imagine en effet une Vème armée anéantie, gros morceau, les voisines ensuite et etc.
Lanrezac : « Le plan de campagne français et le premier mois de la guerre » :
L’armée française est alors dans la plus triste situation. Ce n’est pas seulement la V°Armée qui a subi un échec grave : L’armée de Langle (IV°) a été battue au nord de la Semoy et se trouve contrainte de rétrograder vers la Meuse, découvrant la droite de la V°Armée sur une profondeur de plus de deux marches. L’armée Ruffey (III°) n’a pas été beaucoup plus heureuse entre Harlon et Thionville et devra reculer sur Verdun. Les armées Castelneau et Dubail (II° et I°), après de vains efforts pour déloger les allemands de Morhange et de Sarrebourg, ont été contraintes de rétrograder, celle de Castelnau sur le Couronné de Nancy et celle de Dubail derrière la Mortagne.
Nous avons été battus partout, de la Sambre aux Vosges.
Toutes nos armées grandement éprouvées n’ont plus d’autres ressources que de battre en retraite au plus vite pour échapper à une destruction totale.


Cordialement,
Bernard

ALVF
Messages : 6553
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par ALVF » sam. nov. 05, 2011 6:45 pm

Bonjour,

Le Plan Schlieffen était parfaitement réalisable et prévoyait initialement une aile droite encore plus imposante.La concentration des forces colossales imposées par ce plan au niveau de la frontère belge a été soigneusement préparée par la construction de multiples quais dans les gares les plus petites de ce secteur de l'Allemagne (un point qui avait été analysé par le 2ème bureau de l'Etat-Major français avant guerre).Le seul obstacle au passage de ces forces était une défense longue de Liège.Les plans de marche des Corps d'Armée ont fait l'objet d'un gigantesque travail d'Etat-Major dans la meilleure tradition germanique.
Cette carte du 17 août 1914 montrant la position des Corps d'Armée des 1ère et 2ème Armées allemandes prouve que le déploiement de ces Corps d'Armée pour la manoeuvre enveloppante destinée à déborder l'Armée française par le Nord a été extraordinairement rapide et témoigne de la science des officiers d'Etat-Major allemands ...et de la solidité des jambes des fantassins!Un des corps à l'arrière du "gros" est destiné au siège d'Anvers et un autre à celui des places fortes gênant la manoeuvre (forteresses belges et Maubeuge).Les Corps d'Armée ne sont pas en colonne mais bien déployés pour la marche en avant (dont plusieurs le long du saillant à l'ouest de la frontière hollandaise).
Ensuite de la Belgique à la vallée de l'Oise puis à la Seine, la place de manquait pas pour le déploiement de tous ces corps et c'est plutôt le manque de forces à la 1ère Armée qui s'est fait sentir après le 29 août et le "rembarquement d'urgence" de deux Corps d'Armée pour le front russe.
Car le but initial est bien d'encercler l'Armée française par le Nord dans une gigantesque "bataille de Cannes"!
Force est de constater que, à peu près seul, le général Lanrezac a "vu" cette manoeuvre mortelle et a su se dégager de l'étreinte des forces allemandes, incroyablement supérieures en nombre à celles de sa 5ème Armée française.
Image
Concentration initiale et déploiement des 1ère et 2ème Armées allemandes le 17 août 1914.

Cordialement,
Guy François.

garance.
Messages : 933
Inscription : jeu. sept. 21, 2006 2:00 am

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par garance. » lun. sept. 03, 2012 6:22 pm

un petit up :

on y est mes amis... en ce moment même, il y a 98 ans, les Allemands déferlaient sur les plaines franciliennes... une pensée à toutes ces communes qui ont vu l'envahisseur, comme leurs aïeux de 1814/1815 et 1870.
Péguy bientôt...

Cratere
Messages : 15
Inscription : sam. nov. 15, 2008 1:00 am

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par Cratere » jeu. sept. 20, 2012 1:38 pm

Bonjour,

J'ai une question adressée à Pierre Corbon concernant l'avancée extrême des soldats allemands en direction de Paris.

Quand vous écrivez, << Seul élément que j’ai trouvé mentionné dans la défense de Paris c’est la mort de 7 Uhlans tués à Chaponval à côté de Pontoise >>, j'aimerai juste avoir plus de précisions concernant ce fait, car de mon côté mes recherches n'ont pas abouti à ce jour... Dans quel document (archive militaire ? compte rendu ?) avez vous eu cette information ? Ce fait de guerre m'interpelle toujours autant (il s'agirait de l'accrochange le plus sanglant qui s'est produit sur l'ouest de l'IdF pendant cette période cruciale).

Cordialement

Cratere

Avatar de l’utilisateur
Achache
Messages : 9903
Inscription : sam. sept. 13, 2008 2:00 am
Contact :

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par Achache » jeu. sept. 20, 2012 1:57 pm

Bonjour,
question adressée à Pierre Corbon
????

Je ne connais pas de Pierre Corbon sur ce Forum.
On trouve ci dessus une intervention de Patrick Corbon
dont le "profil" nous dit:

Date du dernier message :
05-05-2009
à 01:15

Je doute un peu qu'il fréquente encore ce Forum...

Bien à vous,

[:achache:1]
Achache
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?
Un funèbre charnier, hanté par des fantômes.
M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915

garance.
Messages : 933
Inscription : jeu. sept. 21, 2006 2:00 am

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par garance. » lun. sept. 02, 2013 3:38 pm

Bonjour,
étant l'auteur de ce post, je me permets de le remonter car nous sommes, comme chaque année, dans les heures décisives de ces journées angoissantes de début septembre 14.

Cette question des communes franciliennes réellement traversées par l'envahisseur (infanterie ou cavalerie) me passionne tjrs autant !

cdt garance

Avatar de l’utilisateur
Achache
Messages : 9903
Inscription : sam. sept. 13, 2008 2:00 am
Contact :

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par Achache » lun. sept. 02, 2013 4:01 pm

Bonjour,

Une bonne occasion ? de lire le livre de M. Laval, qui évoque un peu ce sujet
En guise de réponse à votre question à propos de ce livre:
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... htm#t10071

Bien à vous,

[:achache:1]
Achache
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?
Un funèbre charnier, hanté par des fantômes.
M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915

augustomagus
Messages : 329
Inscription : ven. juin 28, 2013 2:00 am

Re: Allemands frôlant Paris, sept 1914

Message par augustomagus » ven. sept. 13, 2013 10:43 pm

Bonsoir,

Des troupes allemandes ont stationné pendant 7 jours à Senlis du 02 au 09 septembre, des reconnaissances partaient de Senlis vers Pontarmé et Luzarche. Le 09 vers 5h 1/2, des zouaves (je ne sais pas quel régiment) arrivant par le sud est de la ville (rue de Meaux) ont repoussé les allemands.

Si cela intéresse, je pourrais faire la transcription de la journée du 09 vue par le cantonnier de Senlis

Cordialement

Arnaud
Bonsoir
Votre message date de longtemps mais avez vous transcrit ce que le cantonnier de senlis avait vue? Je suis vraiment intéressé.
Cordialement
Vincent

Répondre

Revenir à « Sujets généraux »