les femmes pendant la Grande Guerre (+ accès au sommaire)

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » mar. déc. 16, 2014 6:55 pm

*
Bonjour à tous,
4 ème et dernier épisode
en forme d'hommage à Marie Curie...
je conseille la lecture du dossier PDF transmis par Mr Ben El Mehli (un texte qui date de 1915) : http://tsovorp.org/histoire/DocPdf/VoitRXMassiot.pdf
Voici ce que j'ai pu lire (toujours dans l'ouvrage de Janine Trotereau, déjà cité):

"Marie ne tarde pas à prendre conscience que l’utilisation des appareils à rayons X peut être d’une utilité cruciale.
Elle a donné quelques cours à la Sorbonne mais les rayons X ne sont pas sa spécialité. Elle n’a aucune notion en matière d’examen radiologique. Elle s’adresse au plus grand spécialiste de la question, le Docteur Antoine Béclère qui a compris l’intérêt des rayons X et doté, à ses frais, son service hospitalier d’appareils de radioscopie.
Elle acquiert les rudiments de cet art, auprès de ce médecin qui va se retrouver, tout au long du conflit, à la tête du service radiologique des armées. Marie se rend compte qu’il faut posséder des postes de radiologie sur place, près du front, afin de sauver de nombreuses vies. C’est en effet là que l’on tente d’extraire les balles des corps des blessés, en fouillant au hasard dans leurs plaies ouvertes. Avec sa ténacité habituelle, elle prend son bâton de pèlerin. Elle dresse la liste des appareils Rönteng disponibles. Elle fait ensuite le siège des ministères pour être officiellement chargée de mettre sur pied un service radiologique ambulant digne de ce nom, ce qui implique une grande mobilité afin d’éviter au maximum le transport des blessés.

Elle écrit : « j’ai eu la bonne fortune de trouver des moyens d’action auprès du Patronage national des blessés…j’ai pu, avec l’aide libérale de cette oeuvre, créer un service de radiologie auxiliaire du Service de santé militaire »…
Il faut d’abord des voitures. Marie en fait la quête auprès des femmes riches : nombreuses sont celles qui font don de leur véhicule à moteur. Marie déniche aussi des carrossiers capables de transformer les limousines. Il faut équiper les véhicules, Marie trouve de l’aide auprès de la Croix Rouge, auprès de l’Union des femmes.

En plus de l’équipement radiologique, il faut aussi un groupe électrogène, l’électricité à proximité des champs de bataille étant la chose la moins bien partagée du monde…

Le plus dur reste à faire : convaincre les chirurgiens. Ils sont nombreux à n’avoir jamais vu pratiquer la technique des rayons X. Nombre d’entre eux sont même hostiles. Béclère lui-même s’est entendu dire par des confrères qu’il déshonorait le corps médical en devenant « photographe »

En outre, Marie est une femme, elle doit s’imposer dans un monde d’hommes.

Il est plus rapide d’amputer une jambe que de chercher des éclats d’obus pour les extraire, d’autant que les blessés arrivent en masse. Il faut qu’elle parvienne à convaincre des médecins qui travaillent dans des conditions extrêmes, d’autant que la lecture des radios ne se fait pas en direct et qu’il faut des rudiments de géométrie.
Il faut donc former des manipulateurs qui doivent avoir également des notions en anatomie et en électricité.
Les hommes sont au front, certes, quelques médecins sont formés mais,c’est aux femmes qu’on fait appel et Marie intervient à nouveau : « J’offris au service de Santé de créer, à l’Institut du Radium, une école de manipulatrices, choisies parmi les jeunes filles ou jeunes femmes, reconnues aptes à assurer ce service après avoir reçu une instruction convenable."

Ses actions n’ont pas été récompensées. Comme le note sa seconde fille Ève dans sa biographie : "Beaucoup de dames reçurent des décorations, des rosettes… Ma mère n’eut rien".

Bien à vous ,
Si vous avez des éléments complémentaires, faites en part sur le Forum, j'en serai ravie
Brigitte
Indexé au sommaire
Dernière modification par Skellbraz . le mer. févr. 21, 2018 12:17 pm, modifié 3 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » mer. déc. 24, 2014 10:47 am

*
bonjour à toutes et tous,

"les femmes pendant la guerre" (suite)

Irène Curie
( épisode 1)
Sa mère : Marie, son père : Pierre, tous deux au Panthéon depuis 1995.
Son grand –père : le médecin Eugène Curie, il n'est certes pas connu du grand public, cependant il a donné une tonalité spécifique à l’esprit de cette famille. Pour comprendre l’attitude d’Irène, jeune fille de 17 ans en 1914, il faut connaître ce milieu dans lequel elle a grandi.
Son père, Pierre avait 12 ans au moment des évènements de la Commune, Pierre a gardé dans son esprit ces jours de la Commune, les batailles sur les barricades, l’ambulance établie par Eugène et les expéditions faites par celui-ci, avec l’aide de ses deux fils, l'un était Pierre, pour ramener les blessés. ». Lorsque les parisiens qui ont quitté la capitale, reviendront à Paris, après la Semaine Sanglante, Eugène, conséquemment à son attitude auprès des Fédérés, perdra une bonne partie de sa patientèle...
Une grande complicité lie, dès le plus jeune âge, Irène à son grand-père.

Photo prise en 1900

Image

1914
"Marie demande à Irène d’assurer la formation des élèves recrutées dans tous les milieux, les femmes de chambre aussi bien que les mondaines. Sans aucune formation scientifique ces femmes parviennent à acquérir les notions scientifiques nécessaires à l’usage et à l’entretien des appareils.
De 1916 à 1918, 150 manipulatrices seront formées, ainsi que 4 hommes. »
En 1914 Irène est inscrite à la Sorbonne où elle prépare sa licence de physique et de mathématiques.
Elle est aussi inscrite aux cours d’infirmières dispensés par l’association des Dames de France. Elle a hâte de se rendre utile, elle aide sa mère dès qu’elle le peut et, malgré son jeune âge, elle sera mise à contribution :
« ma mère m’a appris à me servir des appareils […] elle m’emmena comme manipulatrice, dans plusieurs de ses expéditions entre novembre 1914 et mars 1915… Ensuite, je fus amenée à rester sans elle pour assurer le service pendant le temps nécessaire pour former des manipulatrices et des radiographes. Ma mère ne doutait pas plus de moi qu’elle ne doutait d’elle-même et n’hésita pas à me laisser seule, à 18 ans, avec la responsabilité du service de radiologie dans un hôpital anglo-belge, à proximité du front, près d’Ypres, avec en plus, la difficile tâche d’enseigner la méthode de localisation des projectiles à un médecin militaire, ennemi des notions les plus élémentaires de géométrie. »
Elle reçoit la médaille de bronze de la reconnaissance française.
Sa mère ne reçoit rien, en dépit de son implication constante sur le terrain pendant tout le conflit, de son rôle fondateur de la mise en pratique des rayons X pour la chirurgie et de son rôle clé dans la formation des manipulatrices.
Après la fin du conflit, Irène et sa mère donneront encore des cours de manipulation aux officiers et soldats américains.
Irène Curie deviendra Irène Joliot-Curie : prix Nobel
source texte :"Marie Curie" Janine Trotereau

Image
source image :
http://robertsix.wordpress.com/2013/03/ ... e-savants/

Bien à vous et bon Noël
Brigitte
Indexé au sommaire
Dernière modification par Skellbraz . le mer. janv. 24, 2018 9:57 am, modifié 2 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » ven. déc. 26, 2014 3:19 pm

*
bonjour à toutes et à tous
Irène Curie
2ème épisode
Source : Marie Noëlle Himbert « Marie Curie » portrait d’une femme engagée, 1914-1918. éd. Actes Sud, nov 2014
Chapitre / « la brave petite Belgique »
« Pourquoi Irène s’est –elle retrouvée en Belgique ?
Le 6 Août 1914, Marie, dans un lettre à Irène, avait écrit ceci:
« la brave petite Belgique n’a pas accepté de « les » [troupes allemandes] laisser passer sans se défendre ».
La mère et la fille n’ont pas l’intention d’abandonner les blessés belges à leur triste sort.
A Poperinghe, Irène qui a appris l’art de la manipulation radiologique, travaille avec sa mère.
De retour à Paris, Marie est confrontée à la colère du ministère, elle aurait « frauduleusement » dérobé du matériel militaire. Marie répond qu’il s’agit d’une voiture et d’un matériel radiologique qui lui appartient entièrement, elle rajoute : « le Roi et la Reine des Belges m’ont tous deux exprimé leur désir de me voir continuer mes efforts… » Elle reçoit les excuses officielles du Directeur Général de la Santé.
Alors que l’état français accuse … puis … s’excuse, la Belgique fait confiance à Madame Curie et à sa fille. Pour exemple le document fourni à Marie :

COMMANDEMENT DE L’ARMEE BELGE, ETAT MAJOR
« Laissez-passer Madame Curie et sa fille voyageant en automobile… Ce laissez-passer est permanent et sans restriction… » Grand Quartier Général à Furnes le 10 décembre 1914.


Voici un sésame qui ne sera jamais octroyé par le GQG français.

Utilisant un papier à l’entête du « Commandement de l’Armée Belge – Etat- Major », le Commandant Masure, adresse à Marie et à Irène, des vœux 1915 pour le moins chaleureux.

Irène retourne en Belgique avec sa mère en août 1915, elles sont attendues avec impatience. En septembre, Irène y reste seule, elle est une femme et n’a que 18 ans, par conséquent quelques handicaps à surmonter au quotidien.
Un exemple :
A Hoogstade, Irène a pour mission d’effectuer les radios sur des blessés toujours plus nombreux. Sa mère a dû partir sur d’autres fronts. Sans la présence de Marie, Irène doit aussi former à la manipulation radiologique, le personnel qui est sur place. Elle est confrontée à l’un des médecins militaires rétif à la radiologie, il est, de surcroît, selon les propos d’Irène : « ennemi des notions les plus élémentaires de géométrie ». Cette lettre d’Irène à sa mère laisse percer un humour qu’elles partagent. Bref, ce médecin rencontrera quelques difficultés…personnelles… pour « progresser » dans l’art radiologique.
bonne lecture
cordialement
Brigitte
Indexé au sommaire
Dernière modification par Skellbraz . le sam. janv. 06, 2018 10:07 am, modifié 1 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

CD9362
Messages : 3472
Inscription : sam. mars 08, 2014 1:00 am

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par CD9362 » ven. déc. 26, 2014 3:27 pm

Bonjour
quel tempéraments et quelle personnalités -au pluriel d'ailleurs-avaient ces deux femmes ! Merci Brigitte de nous détailler ces moments de la vie de Marie Curie et Irène !
Cordialement
A_D

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » sam. déc. 27, 2014 1:02 pm

bonjour à toutes et tous

trouvés dans la rubrique "santé"
Sujet : Mme De Sagey infirmière croix rouge morte pour la France.
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... 2063_1.htm

sujet : nos infirmières aux armées
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _538_1.htm

bien à vous
Brigitte B.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » sam. déc. 27, 2014 2:52 pm

*
bonjour à toutes et tous
Irène Curie
épisode 3
1916
Parallèlement à ses activités de guerre, Irène a obtenu son certificat de physique.
Octobre 1916, elle est chargée de mettre en place, toute seule, un service de radiologie dans un hôpital militaire. C'est une toute autre responsabilité que celle de manipulatrice radio.
Elle s’occupe ainsi de décharger son matériel du train. Elle écrit à sa mère : « J’ai obtenu une toile cirée » « Le Docteur B. est gentil, mais encombrant au-delà de toute expression. Je lutte pour qu’il n’abîme pas les appareils ; il doit me trouver encombrante aussi. »
Pour chaque blessé, Irène doit se battre, beaucoup de chirurgiens ne l’écoutent pas, elle est trop jeune, ils préfèrent opérer sans son aide. Irène ne comprend pas, elle n’avait pas encore été confrontée à une telle hostilité. Sa mère lui avait écrit : « sois patiente et courageuse et fait ce que tu peux là où tu trouves ».
Les mésaventures d’Irène et l'application plus généralisée de la radio sur le terrain ont mis en évidence un problème : des radiologues mal expérimentés ont mis des blessés en péril, ils ont ainsi suscité la méfiance légitime des chirurgiens. La radiologie est donc en voie de devenir un métier. Des femmes doivent être formées puisque les hommes sont au front.
source : Marie Noëlle Himbert ("Marie Curie") op. déjà cité
bien à vous
Brigitte
Indexé au sommaire
Dernière modification par Skellbraz . le sam. janv. 06, 2018 10:10 am, modifié 1 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » dim. déc. 28, 2014 10:26 am

*
bonjour à toutes et tous

les femmes pendant la guerre suite ( source : ouvrage déjà cité de M.N. Himbert)
1916
Le Dr Girard-Mangin est une des rares femmes chirurgiens, elle veut faire face aux tragédies des soldats blessés, elle monte une école d’infirmières, baptisée Hôpital-Ecole Edith Cavell, en hommage à cette femme, fusillée par les allemands, pour avoir permis l’évasion de centaines de soldats alliés du territoire belge occupé.
Irène et Marie font partie de son projet d’école - hôpital, certaines des nouvelles infirmières pourront être rattachées au service de radiologie : Marie et Irène sont invitées : «L’inauguration de l’Hôpital-Ecole Edith Cavell est fixée au 11otobre, nous espérons que vous nous ferez l’honneur d’y assister avec Mademoiselle Curie ».
Le destin d'Edith Cavell a été évoqué sur ce forum, mais je ne retrouve plus le post
bien à vous
Brigitte B.
Dernière modification par Skellbraz . le mer. févr. 21, 2018 11:29 pm, modifié 2 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » dim. déc. 28, 2014 1:59 pm

*
Bonjour à toutes et tous
voici le lien pour Edith Cavell
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _568_1.htm

Bonne lecture à toutes et tous
Brigitte B.
Dernière modification par Skellbraz . le mer. févr. 21, 2018 12:25 pm, modifié 1 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » mer. déc. 31, 2014 1:46 pm

*
bonjour à toutes et tous

Témoignage
" "Marthe Klein, ancienne élève de Marie Curie, sortie 1ère de l’agrégation féminine de physique quitte son poste de professeur de mathématiques pour seconder Marie dans l’enseignement de la radiologie." source : op. de M.N. Himbert précédemment cité.
pour ce choix de Marthe Klein, il n'y a pas d'exploit apparent, les choses semblent peut-être aller de soi en 2014, néanmoins, ....à y réfléchir, je me dis simplement ceci: pour ma part, je ne suis pas certaine qu'à l'instar de Marthe Klein, j'aurais abandonné un poste stable, voire confortable. Je pense aussi aux ravages de la radiologie sur la santé des personnes qui la pratiquaient au quotidien. Les signes de détérioration et douleurs physiques ne manquaient pas d'apparaître .

concernant la radiologie, je fais remonter ce post:
http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _377_1.htm
Bien à vous
Brigitte B.

pour en savoir davantage sur Marthe Klein: http://curie.fr/actualites/heritieres-m ... ?prehome=0 (lien inactif)
Dernière modification par Skellbraz . le sam. janv. 06, 2018 11:34 am, modifié 1 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Avatar de l’utilisateur
Skellbraz .
Messages : 3055
Inscription : mer. sept. 17, 2014 2:00 am
Localisation : grenoble

Re: les femmes pendant la Grande Guerre (en p 1: accès au sommaire)

Message par Skellbraz . » mer. déc. 31, 2014 1:58 pm

*
bonjour à toutes et tous
les méfaits de ces fameux rayons X , pour qui était longtemps exposé, n'étaient pas inconnus. (un extrait)
"Le revers de la médaille.
En novembre 1896, un premier article titré : "les méfaits des rayons X" (dans La Nature). Le témoin a été démonstrateur en rayons X pendant l'été à Londres. Il a, donc, payé de sa personne pendant tout l'été à raison de plusieurs heures d'exposition par jour. Il témoigne : "Dans les deux ou trois premières semaines je n'en ressentis aucun inconvénient mais au bout de quelque temps apparurent sur les doigts de ma main droite de nombreuse tâches foncées qui perçaient sous la peau. Peu à peu elles devinrent très douloureuses ; le reste de la peau était rouge et fortement enflammé. Ma main me faisait si mal que j'étais constamment obligé de la baigner dans de l'eau très froide. Une pommade calme momentanément la douleur mais l'épiderme s'était desséché, il était devenu dur et jaune comme du parchemin et complètement insensible ; je ne fus donc pas surpris lorsque ma main se mit à peler"."
source : http://www.dissident-media.org/infonucl ... adium.html
Bien à vous
Brigitte B.
Dernière modification par Skellbraz . le mer. janv. 24, 2018 10:10 am, modifié 2 fois.
Pour accéder directement au sommaire "les femmes pendant la GG", cliquer sur : accès direct

Répondre

Revenir à « Les femmes dans la guerre »