L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Aéronautique, unités, avions & aviateurs
Avatar de l’utilisateur
bruno10
Messages : 3523
Inscription : mar. mars 11, 2008 1:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par bruno10 » jeu. août 06, 2015 7:31 pm



La même erreur figure dans la base des personnels de l'aéronautique de MdH, où Julien figure avec "Lucien" en premier prénom... L'erreur est patente: photo, date et lieu de naissance sont bien ceux de Julien...
Ce qui fait qu'au tout début de ma recherche, j'avais un peu tendance à confondre ces deux personnages :)
Ah l'Administration!
Merci encore pour votre aide, et bien cordialement
Cottius
'
Son acte de naissance à l'état civil de Gap stipule bien 'Lucien Antoine Julien Clément'
Idem sur son registre matricule(on y trouve par ailleurs le détail de ses affectations militaires)
L'administration n'est donc pas si fautive que ça ?

Cordialement
Bruno

Avatar de l’utilisateur
Cottius
Messages : 105
Inscription : dim. sept. 08, 2013 2:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par Cottius » jeu. août 06, 2015 9:13 pm

'
Son acte de naissance à l'état civil de Gap stipule bien 'Lucien Antoine Julien Clément'
Idem sur son registre matricule(on y trouve par ailleurs le détail de ses affectations militaires)
L'administration n'est donc pas si fautive que ça ?

Cordialement
Bruno
Bonjour
Eh oui, malgré les apparences, que vous soulignez à juste titre...il y a quand même erreur!
Lisez ci-dessous complètement l'acte de naissance incriminé, et vous verrez que la liste complète des prénoms déclarés par les parents est "Julien, Antoine, Lucien, Clément"! "Julien est donc bien le premier prénom officiel. L'administrateur de l'état civil a mal retranscrit cette liste (celle que vous citez) en marge de l'acte. Ce n'est pas elle qui fait légalement foi, mais bien celle qui figure dans l'acte, signée par le Maire, le père et les témoins...
Image
Autre preuve: Julien Bégou signe tous ses courriers (j'en ai quelques uns) "Julien"...
Ceci dit, on peut tout de même s'étonner que, dans une aussi longue carrière, il n'y ait pas eu de rectification de cette érreur. Peut-être ce livret de pilote a-t-il été par la suite remplacé par un autre (disparu celui-là) conforme à l'état civil réel? En tout cas, l'erreur persiste sur la base du personnel...
Je tenais à signaler ce problème au cas où d'autres personnes s'intéresseraient aux cas "Lucien Bégou" et "Lucien alias Julien Bégou"; cela leur évitera de se poser les questions tordues que j'ai dû me poser avant de passer du temps à découvrir le pot aux roses...
En définitive, il y a au moins l'administration de l'état civil de Gap qui est fautive ; les autres n'ont fait que propager l'erreur sans se poser de question... mais est-ce normal??
Bien cordialement
Cottius
Cottius
"Deux armées qui se battent, c'est comme une grande armée qui se suicide" - H. Barbusse - "Le Feu"

Avatar de l’utilisateur
Cottius
Messages : 105
Inscription : dim. sept. 08, 2013 2:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par Cottius » jeu. août 06, 2015 9:21 pm

Bonjour,

Bégou a certainement été officier contrôleur à l'école Sardier d'Aulnat qui était une école civile mais qui formait des boursiers de pilotage destinés à effectuer leur service légal comme pilotes dans l'Armée de l'Air ou la Marine. Dans chacune de ces écoles, il y en avait un dizaine en France, un officier d'active de l'AA était détaché pour contrôler que la formation dispensée était conforme à celle exigée par l'Armée. C'était en général un poste de fin de carrière pour des officiers issus du rang mais très prisé en fait car les titulaires étaient en totale autonomie et sans les inconvénients d'une hiérarchie pesante dans toute autre affectation.

Je pourrais vous en dire plus mais ce serait trop long à faire ici. Si vous le souhaitez, transmettez moi vos coordonnées par message personnel et nous pourrons en parler vive voix.

Cordialement votre.

Lucien Morareau
06570 St Paul de Vence
Bonsoir Lucien
Merci à nouveau pour ces très intéressantes précisions. Peut-être a-t-il joué le même rôle d'"contrôleur" à l'aéroclub d'Auvergne? La situation de "poste de fin de carrière" colle en tout cas bien avec la biographie de Julien Bégou.
Je prends contact avec vous
Bien coridialement
Cottius
Cottius
"Deux armées qui se battent, c'est comme une grande armée qui se suicide" - H. Barbusse - "Le Feu"

Avatar de l’utilisateur
Lucien Morareau
Messages : 1616
Inscription : mer. oct. 10, 2007 2:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par Lucien Morareau » jeu. août 06, 2015 9:31 pm

L'école Sardier d'Aulnat et l'Aéroclub d'Auvergne étaient une seule et même boutique... L'école qui avait été créée par Gilbert Sardier, as de guerre, au début des années 20 a ensuite été reprise par l'Aéroclub local. Mais son but et ses objectifs n'ont pas changés : former des pilotes boursiers, donc réservistes, et, plus tard, des pilotes d'active au profit de l'AA dont l'école d'Istres ne suffisait plus.

LM

Avatar de l’utilisateur
Lucien Morareau
Messages : 1616
Inscription : mer. oct. 10, 2007 2:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par Lucien Morareau » jeu. août 06, 2015 10:57 pm

Bienvenue au club !

Cela fait plus de 30 ans que je bataille avec les prénoms...

S'il n'existe, comme vous vous l'avez très justement écrit, qu'un seul ordre légal des prénoms, celui de l'état-civil, son utilisation est des plus fluctuantes... On trouve a peu près tout et son contraire.
Si, et heureusement, dans la plupart des cas, le prénom usuel est le premier, il y a de nombreuses variantes et c'est sans compter avec les erreurs de transcription commises par les "pailleux" de service... Il est bien connu que la littérature militaire n'a jamais brillé par son exactitude et les bourdes sont nombreuses : Fernand pour Ferdinand, Antonin ou Antony pour Antoine, Marc pour Marcel, etc.

Au cours de mes décennies de recherche, j'ai rencontré tous les cas de figure, enfin presque :

- Cas ou pour une raison ou une autre, l'intéressé et sa famille n'utilisent pas le premier prénom,
- Cas du Marie en premier prénom, en général suivi de son complice Joseph, dans ce cas, l'usuel est le dernier, mais pas toujours.
- Cas d'orthographe différente d'un même prénom : Henry pour Henri et vive-versa, Aymon pour Aymond (j'ai à ce sujet eu une sérieuse prise de bec avec la famille d'un marin-aviateur tué en Syrie en 1941, laquelle famille ne voulait pas tenir compte de l'orthographe enregistré à l'état-civil).
- Cerise sur la gâteau, un prénom ne figurant absolument pas à l'état civil mais utilisé par la famille...

Comme vous le voyez, on s'amuse comme des petits fous...

On trouve d'ailleurs les mêmes problèmes avec les patronymes eux mêmes : Moreau, Moreaux, Mauro, Blancher, Blanchet, Dupont et Dupond, etc. Et c'est encore pire avec les noms "à tiroir"... Quand vous avez un particulier dont le patronyme complet est "Thibault de la Carte de la Ferté Sénectèr" ou "Jolivet de Riencourt Masson de Longpré", allez donc y retrouver vos petits !

Comme vous le voyez, rien n'est simple... Mais ça, on le savait déjà...

Bonne nuit.

Avatar de l’utilisateur
Blake
Messages : 280
Inscription : jeu. avr. 14, 2011 2:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par Blake » ven. août 07, 2015 2:30 am

Bonjour Lucien
Bonjour à tous
D'après mon expérience, une pratique assez courante au début du siècle passé était de ne pas utiliser le premier prénom comme prénom d'usage. Certains documents militaires ne mentionnent même pas le premier prénom...

Avatar de l’utilisateur
Cottius
Messages : 105
Inscription : dim. sept. 08, 2013 2:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par Cottius » ven. août 07, 2015 7:51 am

L'école Sardier d'Aulnat et l'Aéroclub d'Auvergne étaient une seule et même boutique... L'école qui avait été créée par Gilbert Sardier, as de guerre, au début des années 20 a ensuite été reprise par l'Aéroclub local. Mais son but et ses objectifs n'ont pas changés : former des pilotes boursiers, donc réservistes, et, plus tard, des pilotes d'active au profit de l'AA dont l'école d'Istres ne suffisait plus.

LM
Merci pour ces très intéressantes précisions Lucien!
Comme convenu, je vous contacte...mais nous nous connaissons déjà :)!
Bien cordialement
Cottius (le Vençois)
Cottius
"Deux armées qui se battent, c'est comme une grande armée qui se suicide" - H. Barbusse - "Le Feu"

Avatar de l’utilisateur
Cottius
Messages : 105
Inscription : dim. sept. 08, 2013 2:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par Cottius » ven. août 07, 2015 8:54 am

Bienvenue au club !

Cela fait plus de 30 ans que je bataille avec les prénoms...

S'il n'existe, comme vous vous l'avez très justement écrit, qu'un seul ordre légal des prénoms, celui de l'état-civil, son utilisation est des plus fluctuantes... On trouve a peu près tout et son contraire.
Si, et heureusement, dans la plupart des cas, le prénom usuel est le premier, il y a de nombreuses variantes et c'est sans compter avec les erreurs de transcription commises par les "pailleux" de service... Il est bien connu que la littérature militaire n'a jamais brillé par son exactitude et les bourdes sont nombreuses : Fernand pour Ferdinand, Antonin ou Antony pour Antoine, Marc pour Marcel, etc.

Au cours de mes décennies de recherche, j'ai rencontré tous les cas de figure, enfin presque :

- Cas ou pour une raison ou une autre, l'intéressé et sa famille n'utilisent pas le premier prénom,
- Cas du Marie en premier prénom, en général suivi de son complice Joseph, dans ce cas, l'usuel est le dernier, mais pas toujours.
- Cas d'orthographe différente d'un même prénom : Henry pour Henri et vive-versa, Aymon pour Aymond (j'ai à ce sujet eu une sérieuse prise de bec avec la famille d'un marin-aviateur tué en Syrie en 1941, laquelle famille ne voulait pas tenir compte de l'orthographe enregistré à l'état-civil).
- Cerise sur la gâteau, un prénom ne figurant absolument pas à l'état civil mais utilisé par la famille...

Comme vous le voyez, on s'amuse comme des petits fous...

On trouve d'ailleurs les mêmes problèmes avec les patronymes eux mêmes : Moreau, Moreaux, Mauro, Blancher, Blanchet, Dupont et Dupond, etc. Et c'est encore pire avec les noms "à tiroir"... Quand vous avez un particulier dont le patronyme complet est "Thibault de la Carte de la Ferté Sénectèr" ou "Jolivet de Riencourt Masson de Longpré", allez donc y retrouver vos petits !

Comme vous le voyez, rien n'est simple... Mais ça, on le savait déjà...

Bonne nuit.
Oui bien sûr ! Problèmes d'autant plus fréquents qu'on remonte dans le passé... J'ai "croisé" dans d'autres recherches une famille Peyrot (tout à fait roturière par ailleurs!) dont tous les membres (frèes, cousins) avaient "François" comme premier prénom, sans doute par révérence à un illustre ancêtre. On se cognait ainsi à cinq ou six "François Peyrot fils de François" dans la même génération. Bonjour pour s'y retrouver dans les mariages et les décès...!
A bientôt!
Cottius
Cottius
"Deux armées qui se battent, c'est comme une grande armée qui se suicide" - H. Barbusse - "Le Feu"

Avatar de l’utilisateur
Cottius
Messages : 105
Inscription : dim. sept. 08, 2013 2:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par Cottius » ven. août 07, 2015 9:02 am

Bonjour Lucien
Bonjour à tous
D'après mon expérience, une pratique assez courante au début du siècle passé était de ne pas utiliser le premier prénom comme prénom d'usage. Certains documents militaires ne mentionnent même pas le premier prénom...
Je connaissais la problématique des prénoms d'usage, mais j'ignorais qu'on pouvait répercuter cette variation de prénom dans un document officiel où, par définition, l'identité du sujet doit être exacte! Je pensais ces prénoms d'usage cantonnés à la communication courante, non "officielle"...!
Merci pour cette précision, et bien cordialement
Cottius
Cottius
"Deux armées qui se battent, c'est comme une grande armée qui se suicide" - H. Barbusse - "Le Feu"

MB94
Messages : 25
Inscription : mer. avr. 30, 2014 2:00 am

Re: L'instructeur Julien Bégou et son Caudron 59

Message par MB94 » sam. août 08, 2015 1:19 pm

Bonjour
Connaissez-vous la date de son arrivée à Clermont?
Très souvent, les documents militaires étaient établis avec le prénom usuel. Lors qu'après la guerre les jugements de décès sont prononcés, ils le sont d'après les informations militaires; aussi sont-ils souvent suivis d'un nouveau jugement rectificatif d'identité.

Répondre

Revenir à « AVIATION »