AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Répondre
Rutilius
Messages : 14477
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par Rutilius » mar. mai 19, 2009 1:44 am

Bonsoir à tous,

Amiral-Villaret-de-Joyeuse ― Cargo en acier de 5.926,69 tx jn lancé le 18 juillet 1912 par la Société des chantiers et ateliers de Saint-Nazaire (Penhoët) pour le compte de la Compagnie des chargeurs réunis, du Havre. Démoli en 1934 à Briton Ferry (Royaume-Uni).

L’Ouest-Éclair ― éd. de Caen ―, n° 7.210, Vendredi 2 mai 1919,
p. 3, en rubrique « Nouvelles maritimes ~ Marine de commerce ».

« NAVIRES DÉRÉQUISITIONNÉS. ― L’Amiral-Villaret-de-Joyeuse et le Tchad, des Chargeurs Réunis, viennent d’être rendus à leur compagnie. Le premier reprend la ligne d’Indo-Chine, le second celle de Bordeaux-Matadi.
Le Listrac, restitué par les allemands, reprend son service Bordeaux-Rotterdam. »
Dernière modification par Rutilius le mer. juin 10, 2020 8:50 am, modifié 3 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par Ar Brav » mar. mai 19, 2009 3:29 pm

Bonjour à tous,

La fiche Miramar de l'Amiral Villaret de Joyeuse des Chargeurs :

IDNo: 5603224
Year: 1912
Name: AMIRAL VILLARET DE JOYEUSE
Launch Date: 18.4.1912
Date of completion: 07.1912
Type: Cargo ship
Flag: FRA
Yard No: Z (62)
Builder: St Nazaire (Penhoet)
Location of yard: St Nazaire

Tons: 5927
LPP: 123.8
Beam: 15.9
Number of
screws/Mchy/
Speed(kn): 1T-13
Owner as Completed: Cie des Chargeurs Reunis, Le Havre
Naval or paramilitary marking :
A: *
End: 1934

Subsequent History:

Disposal Data:

BU Briton Ferry 31.01.1934

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Rutilius
Messages : 14477
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par Rutilius » mer. mars 24, 2010 9:14 pm

Bonsoir à tous,

Navigazette, n° 1.200, Jeudi 25 avril 1912,
p. 8, en rubrique « Chronique maritime ~ Lancements ».

« Amiral-Villaret-de-Joyeuse. ― Vapeur en acier, à hélice ; mètres 128 x 15,95 x 9,30 ; déplacement 11.500 tonnes ; port en lourd 7.500 tonnes ; vitesse 11 nœuds. Chantiers de Saint-Nazaire (Penhoët), pour le compte de la Société des Chargeurs Réunis. »
Dernière modification par Rutilius le dim. mars 15, 2020 12:12 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 14477
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par Rutilius » mer. mars 24, 2010 11:14 pm

Bonsoir à tous,

■ Traversées.

8 ~ 17 septembre 1914 : Transporte de Dakar à Marseille l’état-major du Régiment de marche de tirail-leurs sénégalais et l'un de ses bataillons, le Bataillon Chasles.

Ce régiment venait d’être formé le 1er septembre 1914 à Dakar (Ordre général n° 24 du général de division Lasserre, commandant supérieur des troupes du Groupe de l’A.O.F., signé à Dakar, le 31 août 1914), essentiellement à partir de réservistes provenant de toutes les régions de l’Afrique occidentale française (Soudan, Côte-d’Ivoire, Mauritanie, Sénégal, ...). Le 30 septembre 1914, il prendra officiel-lement le nom de Régiment sénégalais du corps d’armée colonial.

Les autres unités furent acheminées à Marseille par le Tibet (trois compagnies et section de mitrailleuses du Bataillon Schneegans), l’Amiral-Hamelin (Bataillon Sapolin) et le Lybia (autres compagnies du Batail-lon Schneegans et section de mitrailleuses du Bataillon Sapolin).


Journal des marches et opérations du Régiment de marche de tirailleurs sénégalais – 3 septembre ~ 5 novembre 1914 – : Service historique de la Défense, Cote 26 N 869/1, p. 2, 4 et 5.

« Le 3 septembre 1914, le colonel Lavenir, commandant militaire du Sénégal, reçoit du général, comman-dant supérieur des troupes du Groupe de l’A.O.F. le télégramme suivant :

" Après envoi du détachement à diriger demain 4 août [sic] sur Thiès, pourrez vous mettre en route sur Dakar où serait désirable que vous fussiez rendu le 6 au plus tard. Achevez de constituer votre état-major du régiment à Dakar dans limites des disponibilités locales. "

Il reçoit en même temps l’Ordre général n° 24 ci-joint (p. 3).

Le 5 septembre, à 7 heures, le colonel quitte Saint-Louis pour Dakar. Il prend en passant un premier contact avec les officiers du régiment dont les différents éléments s’échelonnent le long de la ligne : Bataillon Chasles à Tivouane, Bataillon Sapolin à Thiès, Bataillon Schneegans à Tiaroye.
Le 6 septembre, à 9 heures, sont donnés les premiers ordres d’embarquement.
Le 8 septembre, à 9 heures, le Bataillon Schneegans embarque trois compagnies et sa section de mitrail-leuses sur le Tibet, et sur le Lybia une compagnie à laquelle se joint la section de mitrailleurs du Batail-lon Sapolin, seule unité du régiment qui ne comprenne que des Européens.
L’état-major et le Bataillon Chasles embarquent à 10 heures sur l’Amiral-Villaret-de-Joyeuse qui lève l’ancre à midi 30. Le Bataillon Sapolin doit embarquer ultérieurement.
Tous les éléments se concentreront à Marseille, où les navires arriveront successivement, chacun utilisant sa vitesse.
Le 9 septembre, le Villaret-de-Joyeuse est par 18° 35’ N. et 20° 1’ O., à 247 milles de Dakar.
Le 10 septembre à midi : 22° 35’ N. et 19° 19’ O. (487 milles).
Le 11 septembre à midi : 25° 52’ N. et 17° 33’ O.
Le 12 septembre à midi : 28° 46’ N. et 15° 16’ O.
Le 13 septembre à midi : 32° N. et 13° 03’ O.
Le 14 septembre à midi : 35° N. et 9° 25’ O.
Le 15 septembre à midi : 36° N. et 3° 27’ O.
Le 16 septembre à midi : 38° 51’ N. et 1° 36’ O.
Le jeudi 17 septembre, à 5 heures du soir, le Villaret entre en rade de Marseille, où le pilote apprend aux officiers, sans nouvelles depuis le départ, la victoire de la Marne.
Les opérations de débarquement commencent dans la matinée du 18. Les différents éléments du régiment se concentreront au camp de Carpiagne, à 18 kilomètres de Marseille, au fur et à mesure de leur arrivée.
De régiment, il n’y a encore en réalité qu’un embryon, constitué d’éléments venus de toutes les régions de l’A.O.F. (Soudan, Côte-d’Ivoire, Mauritanie, Sénégal, etc.), avec une très forte proportion de réser-vistes, avec des officiers qui, pour la plupart, ne connaissent ni leurs cadres ni leurs hommes, et qui n’ont eux-mêmes jamais servi sous les ordres du colonel. Il est nécessaire que, le plus rapidement possible, cet organisme soit mis au point. Tous les jours, matin et soir, tout le monde, même les comptables, manœu-vra d’après les principes du nouveau
Service en Campagne.
Ces manœuvres doivent avoir lieu malgré l’organisation matérielle qui doit être révisée en même temps. On peut dire que le régiment manque de tout : 75 % de ses fusils, d’après la visite d’un inspecteur d’armes, ont besoin d’être changés. Il n’y a ni une voiture ni un cheval. Les vêtements légers apportés du Sénégal sont inutilisables ; il faut habiller, équiper tout le personnel, y compris les officiers. Les mitrail-leuses n’ont qu’une partie de leur matériel ; il n’y a pas d’ateliers téléphoniques, pas d’éclaireurs montés, pas de cyclistes, pas de conducteurs. Les cadres mêmes sont incomplets.
Le Bataillon Schneegans arrive sur le Tibet et le Lybia le 19 et le 20 septembre. L’Amiral-Hamelin, qui transporte le Bataillon Saportin arrive seulement le 28 septembre.
Le 30 septembre, le régiment organisé reçoit l’ordre de s’embarquer le lendemain. Il prend officiellement le nom de
Régiment Sénégalais du Corps d’Armée Colonial. Le départ aura lieu par quatre trains transpor-tant respectivement chacun des trois bataillons et l’état-major du régiment.
Entre temps, le régiment a reçu une légère modification dans son organisation : il est constitué d’une compagnie hors rang, chargée de l’administration des trois bataillons, qui ne forment plus qu’un corps.
[...] »
Dernière modification par Rutilius le dim. juin 07, 2020 7:35 am, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

olivier 12
Messages : 4140
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par olivier 12 » mer. mars 24, 2010 11:37 pm

Bonjour à tous,

AMIRAL VILLARET DE JOYEUSE

Cargo mixte de 5600 tx JB et 7564 tpl.
Machine à triple expansion. Trois chaudières cylindriques à 12 kg
Vitesse aux essais 13,6 nds.

Portait le nom d'un amiral né en 1750 et décédé en 1812. Combattit aux Indes sous Suffren. Contre-amiral en 1793. Après le combat d'Ouessant, ramène un convoi de blé à Brest (Episode du VENGEUR). Capitaine Général de la Martinique et de Sainte Lucie en 1802, doit capituler devant les Anglais après un mois de résistance.
Gouverneur de Venise.

Le cargo fut désarmé au Havre en Juillet 1931, puis vendu en Janvier 1934 à des démolisseur de Britton Ferry (Angleterre).

(Source : "Histoire Maritime des Chargeurs Réunis" par Beaugé et Cogan)

Cdlt
olivier

Rutilius
Messages : 14477
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par Rutilius » mer. sept. 01, 2010 1:49 am

Bonsoir à tous,

Marin de l’État ayant été embarqué sur le cargo Amiral-Villaret-de-Joyeuse

― MAROUBY Jean, né le 10 avril 1898 à Bort-les-Orgues (Corrèze) et domicilié à Treignac (– d°–), décédé le 27 juillet 1918 à l’Hôpital militaire de Marseille (Maladie contractée en service : fièvre typhoïde). Apprenti marin, A.M.B.C. du Havre, matricule n° 17.112 – 4 ; classe 1918, n° 1.117 au recrutement de Tulle.

• Fils de Jean Baptiste MAROUBY, né vers 1851, cantonnier, et de Marie BOURDARIE, née vers 1853, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de Bort-les-Orgues, Année 1898, f° 9, acte n° 32).
Dernière modification par Rutilius le dim. juin 07, 2020 8:39 am, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 14477
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par Rutilius » sam. janv. 07, 2012 3:14 pm

Bonjour à tous,


Passagers militaires décédés à bord du cargo Amiral-Villaret-de-Joyeuse

(Liste non exhaustive : 8 noms)

Avertissement : Orthographe de certains toponymes incertaine


■ Dépôt des isolés coloniaux.

― KABASSE, présumé né en 1897 à Yabala (Congo), décédé en mer le 5 novembre 1917 (Cause incon-nue). Tirailleur de 2e classe, matricule n° 4.366, classe, n° et lieu de recrutement inconnus.

― KOUADIO Kra, né à une date inconnue à Dimbé (Côte d’Ivoire), décédé le 20 juin 1918 (Cause incon-nue). Tirailleur de 2e classe, matricule n° 6.459, classe, n° et lieu de recrutement inconnus.

― NGUYEN VAN Gi, présumé né en 1898 à Thanh Jiam (Tonkin ― aujourd’hui Viêt-nam) et y domicilié, décédé en mer le 18 octobre 1917 (Cause inconnue). Tirailleur de 2e classe, matricule n° 6/41, classe, n° et lieu de recrutement inconnus.

■ 21e Bataillon de tirailleurs sénégalais.

― NIAMO, né à une date inconnue à Koli (Haute-Volta ― aujourd’hui Burkina Faso) et domicilié à Dakar (Sénégal), décédé en mer le 5 novembre 1918 (Cause inconnue). Tirailleur de 2e classe, matricule n° G. 5.442, classe, n° et lieu de recrutement inconnus.

■ 46e Bataillon de tirailleurs sénégalais.

― SOUFFRON Xavier, né le 12 août 1889 à Tursac (Dordogne), décédé en mer le 9 août 1916 dans la traversée de Dakar à Bordeaux (Maladie contractée en service : paludisme aigu). Sergent fourrier, matricule n° 1/8.568 au corps, classe 1909, n° 435 au recrutement de Bergerac (Acte transcrit à Tursac, le 4 juin 1917).

• Fils de Jean Élie SOUFFREN, né vers 1848, « propriétaire », et de Lydie LACROIX, née vers 1851, sans profession, son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de Tursac, Année 1889, f° 3, acte n° 10).

■ 98e Bataillon de tirailleurs sénégalais.

― MOUSSA Koné, né le 12 août 1889 à Tiédougou (Cercle de Bougouni, Soudan ― aujourd’hui Mali), décédé en mer le 26 janvier 1919 (Cause inconnue). Tirailleur de 1re classe, matricule n° 8.130, engagé vo-lontaire en 1900, n° inconnu au recrutement de Bobo Dioulasso.

■ Régiment de marche de tirailleurs sénégalais.

― INNKY Konaté, présumé né en 1883 à Gassoudougan (Cercle de Bougouni, Soudan ― aujourd’hui Mali), décédé en mer le 15 septembre 1914 par 36° 15’ N. et 6° 32’ W. Tirailleur de 2e classe, matricule au corps, classe, n° et lieu de recrutement inconnus.

■ Unité indéterminée.

― OBAMA N’Koro, né à une date et en un lieu inconnus, domicilié à Cotonou (Dahomey ― aujourd’hui Bénin), décédé en mer le 23 octobre 1918. Tirailleur de 2e classe, matricule au corps n° 2.913, classe 1918, n° 57 au recrutement de Dakar.

___________________________________________________________________________________________
Dernière modification par Rutilius le mer. juin 10, 2020 9:28 am, modifié 3 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

olivier 12
Messages : 4140
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par olivier 12 » ven. août 08, 2014 12:15 pm

Bonjour à tous,

AMIRAL VILLARET DE JOYEUSE

Image

Rencontre avec un sous-marin le 19 Avril 1917. Rapport du Capitaine

AMIRAL VILLARET DE JOYEUSE. Compagnie Maritime des Chargeurs Réunis. Traversée Alger – Le Havre.
Capitaine GUENEAU Jules, CLC inscrit au Havre n° 850

Position le 19 Avril à 16h10 : 47°10 N 06°59 W
Route à 10 nœuds au S80E sans zigzags
Temps clair. Grosse houle de NNW. Brise fraîche de NNW
Aperçu sous-marin en surface à 4 quarts tribord avant à 5 milles nous coupant la route à toute allure. Venu au NNW bout à la lame et forcé l’allure au maximum. Le sous-marin prend chasse et cherche à épauler la lame en faisant du NNE. Mais il est gêné par la mer et ne gagne pas.
A 16h30, envoyé SOS par TSF. Reçu réponse de Saint Nazaire et Ouessant.

A 18h00, le sous-marin ralentit et disparaît à l’horizon. Gouverné au Nord, puis à 19h30, nuit venue, fait route au N70E, cap sur l’Iroise. Envoyé signal « Sauvé » Croisé un vapeur anglais auquel nous signalons par pavillons et boule la présence du sous-marin. Excellente tenue de l’équipage. N’avons pas ouvert le feu car le sous-marin était trop éloigné.

Description du sous-marin

Grand sous-marin de 80 à 100 m de long
On ne voyait que le kiosque. Avant élancé, arrière s’abaissant
N’avons vu ni antenne TSF, ni artillerie (trop éloigné)
Peinture gris blanchâtre

Le sous-marin rencontré

N’est pas identifié. Toutefois, on pourrait penser à l’UC 21 de l’OL Rheinhold Saltzwedel qui ce même jour coulera le vapeur anglais CILURNUM à une position toute proche de celle donnée par le capitaine Guéneau, 47°45 N et 04°30 W soit 5 milles au SW de Penmarch.
Suivant l’heure à laquelle a été coulé le CILURNUM, on pourrait même peut-être savoir s’il n’est pas le vapeur aperçu par AMIRAL VILLARET DE JOYEUSE dans la soirée, vers 18h30.

Cdlt
olivier

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2048
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par Yves D » ven. août 08, 2014 5:37 pm

Bonjour Olivier, bonjour à tous
Cilurnum pourrait-il être le vapeur aperçu par le Capt. Guéneau, possible mais pas certain. Ce vapeur a été coulé "dans l'après-midi" d'un tir de torpille en surface au sein d'un convoi côtier de 8 vapeurs...
Source Spindler, Der Handelskrieg mit U-Booten, vol. IV p.131
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Rutilius
Messages : 14477
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

AMIRAL-VILLARET-DE-JOYEUSE ― Cargo ― Compagnie des chargeurs réunis.

Message par Rutilius » ven. août 08, 2014 9:16 pm

Bonsoir à tous,

Le capitaine du cargo Amiral-Villaret-de-Joyeuse lors de l’attaque du 19 avril 1917

— GUENEAU Jules Gabriel, capitaine au long-cours, inscrit au quartier du Havre, n° 350.

En 1892, candidat au concours d’entrée à l’École navale.

En 1920, commande le paquebot-poste ex-allemand Buenos-Ayres, ultérieurement renommé Céphée, après sa cession à la Compagnie maritime des chargeurs réunis à titre de réparation de guerre.

En 1922, commande le paquebot Europe, appartenant la même compagnie.

En 1925 et 1926, commande le paquebot Groix, appartenant à la même compagnie.

Distinction honorifique

□ Par décret en date du 24 mai 1932 (J.O. 29 mai 1932, p. 5.688), nommé au grade de chevalier dans l'Ordre du Mérite maritime.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »