DOUKKALA - Compagnie Paquet

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Rutilius
Messages : 13833
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOUKKALA ― Paquebot mixte ― Compagnie de navigation Paquet, Marseille.

Message par Rutilius » lun. août 26, 2013 8:56 pm

Bonsoir à tous,


Image

Carte postale expédiée de Marseille, le 3 février 1916.


Image

Carte postale expédiée de Marseille, le 27 décembre 1916.

Au dos :
« Le 27 décembre 1916.

Chère Adrienne,

Je suis sur le point de faire le grand voyage. Je pense embarquer aujourd’hui ; je vous envoie la photo du transport qui nous emmène. J’espère que le voyage sera bon, que Dieu nous protégera. Je vous enverrai des nouvelles aussitôt rendu.
[...]

G. POUCHET, 371e R.A., Parc d’artillerie, 16e Division coloniale, Secteur postal 513, Armée d’Orient. »
Dernière modification par Rutilius le ven. oct. 18, 2019 10:08 pm, modifié 5 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13833
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOUKKALA ― Paquebot mixte ― Compagnie de navigation Paquet, Marseille.

Message par Rutilius » jeu. nov. 16, 2017 3:52 pm

Bonjour à tous,

■ Traversées.

― 26 octobre ~ 3 novembre 1915 : Transporte de Marseille à Salonique le personnel et le matériel de l’État-major du 6e Groupe du 1er Régiment d’artillerie de montagne (Artillerie de la 57e Division de l’Armée française d’Orient), alors placé sous le commandement du chef d’escadron Pierre Victor Henri PÖLHS (X. 1882), rappelé à l’activité par suite de la mobilisation générale (*).

Transporte également le personnel et le matériel de deux ambulances et d’une section d’hospitalisation ― non identifiées ― destinées à la même division.

Nota : Dans le récit de traversée qui suit, on relèvera en particulier que le paquebot Doukkala n’était alors armé que de deux modestes canons de marine de 47 mm servis par des canonniers appartenant vraisemblablement à l’A.M.B.C. de Marseille.
____________________________________________________________________________________________

(*) Avait bénéficié d’une pension de retraite accordée par un décret du 5 juin 1913 (J.O. 16 juin 1913, p. 5.180 et 5.181).
____________________________________________________________________________________________

Journal des marches et opérations du 6e Groupe du 1er Régiment d’artillerie de montagne (Artillerie de la 57e Division de l’Armée française d’Orient) ― 17 octobre 1915 ~ 28 janvier 1919 ― : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 1214/2, p. num. 3 et 4.

« 17 octobre [1915]. — Le personnel et matériel de l’État-major comprend :

M.M. le chef d’escadron Pölhs du 57e d’artillerie affecté depuis la mobilisation à l’État-major de la place et des forts de Lyon ;
le lieutenant Guillermain du 1er de marche ... ;
le sous-lieutenant Brasey – d° – ;
le sous-lieutenant Molliex – d° – ;
le sous-lieutenant Thomas du 14e Escadron du train des équipages militaires, officier d’approvision-nement ;
5 ordonnances : Bouvier, Lombard, Baruquand, Maison, Birault ;
2 conducteurs : Jutier, Barbot ;
10 chevaux ;
2 arabas.

18 octobre. — Séjour à Lyon.

19 octobre. — Le Groupe embarque à la gare de Lyon-Guillotière se dirigeant à Marseille. Départ à 15 h. 49. Le train transporte en outre une section de télégraphie et deux sections de projecteurs, personnel et matériel.

20 octobre. — Arrivée à Marseille à 4 h. Le débarquement s’opère à 5 h. 30. Le personnel et le matériel sont cantonnés dans un terrain vague, boulevard de Paris. Les hommes et les chevaux
[sont] mis en subsistance au 15e Escadron du train. Le commandant chef de Groupe se met en communication avec la place et se rend en personne aux bureaux de ladite. Le capitaine Brunet qui le reçoit lui demande de faire prendre les ordres deux fois par jour par un de ses officiers.

Octobre, 21, 22, 23, 24, 25. — Séjour à Marseille.

Octobre, 26. — Nous embarquons sur le Doukkala, paquebot réquisitionné à la Compagnie Paquet. Ce navire emporte avec nous le personnel et matériel de deux ambulances et une section d’hospitalisation de la 57e Division. Il est armé à l’avant et à l’arrière d’un canon de marine de 47 mm servi par deux canonniers de la Marine de l’État. Il est convoyé par le torpilleur Rapière.

Octobre, 27. — En mer.

Octobre, 28. — – d° –.

Octobre, 29. — Vers 11 heures, nous passons devant Malte. Le torpilleur est remplacé par le contre-torpilleur Mangini qui convoie en même temps l’Amiral-Olry et un bateau anglais
(1). L’allure est ralentie. Le commandant Pölhs fait vacciner le personnel contre le choléra par le médecin du bord.

— 30. — Le paquebot a marché au Sud jusqu’au 34e parallèle et a repris sa route vers l’Est.

— 31. — A 19 heures, le navire est à l’entrée du canal de Sérigo. La vitesse est accélérée afin que le détroit soit franchi au cours de la nuit.

Novembre, 1er. — A 17 h. 45, le commandant du navire informe le commandant Pölhs qu’il fait route sur Moudros (Île de Lemnos).

Novembre, 2. — A 8 heures, le navire entre dans la baie de Moudros et stoppe. A 12 heures, il se met en route pour Salonique.

― 3. — A 9 h. 30, le navire accoste le quai de Salonique et le débarquement commence. Lorsque notre matériel sera débarqué, nous irons camper à Zeitenlick. Le chef d’escadron envoie le sous-lieutenant Thomas reconnaître notre emplacement et se rend en personne aux bureaux de la place.

Le commandant du navire, qui avait prévu l’enlèvement de nos arabas pour 16 heures, nous informe que ce matériel ne pourra être débarqué que dans la nuit. Le personnel conducteur et ordonnance étant indispensable pour l’enlèvement du quai dès le débarquement reste sur le bateau. Le commandant se rend en personne aux bureaux de la place pour connaître les ordres le concernant. Rien n’est encore arrivé. A 10 h, il revient au bateau et le commandant du Doukkala fait savoir au commandant du Groupe que les arabas pourront être enlevés enfin vers 14 h. ou 15 heures.
[...] »
___________________________________________________________________________________________

(1) Le City-of-Edimburg. Se joindra au convoi le même jour le transport de troupe britannique Alnwick-Castle (n° E. 682).
____________________________________________________________________________________________

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

— Fin novembre ~ 7 décembre 1915 : Transporte de Sète à Salonique la 49e Batterie (Capitaine Ferdinand SCHWANHARD) (1) du "Groupe spécial" du 1er Régiment d’artillerie de montagne (Chef d’escadron Marcelin Léon LEMAÎTRE, dit HOUELLE).

L’État-major et la 50e Batterie (Capitaine Jean-Baptiste François Marie ALATA) (X. 1905) (2) dudit groupe, qui avaient pris passage peu de jours auparavant sur le paquebot Plata, de la Société générale de transports maritimes à vapeur (S.G.T.M.), parvinrent à Salonique dès le 4 décembre 1915.

[Journal des marches et opérations du "Groupe spécial" du 1er Régiment d’artillerie de montagne (49e, 50e et 54e Batteries), Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 1233/2, p. num. 15].
____________________________________________________________________________________________

(1) Né le 24 mai 1885 à Montbéliard (Doubs), tué à l’ennemi le 5 octobre 1916 près de Pisoderi (Grèce). Matricule n° 803 au corps, classe 1905, n° 580 au recrutement de Belfort.

Cité à l’ordre de l’armée dans les termes suivants (J.O. 3 mars 1917, p. 1.755) :

SCHWANHARD Ferdinand - Citation - .jpg
SCHWANHARD Ferdinand - Citation - .jpg (68.05 Kio) Consulté 258 fois

(2) Capitaine à titre temporaire au 3e Régiment d’artillerie coloniale (D. 5 nov. 1915 : J.O. 8 nov. 1915, p. 8.030). Détaché au 1er Régiment d’artillerie de montagne.
____________________________________________________________________________________________

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

— 2 ~ 9 janvier 1916 : Transporte de Marseille à Salonique une fraction de la 32e Compagnie d’aérostiers de campagne — alors commandée par l’enseigne de vaisseau de 1re classe auxiliaire Georges Émile Marie REGNARD (1) —, composée d’un médecin-major, un officier, 2 sous-officiers, 4 caporaux, un maître-ouvrier et 42 soldats.

Une première fraction de cette compagnie, composée de 2 officiers, 7 sous-officiers, 7 caporaux, 3 maîtres-ouvriers et 107 soldats, prit passage le 2 janvier 1916 sur le croiseur auxiliaire Burdigala et parvint à Salonique le 8.

Carnet de comptabilité de campagne de la 32e Compagnie d’aérostiers de campagne, 1er trim. 1916 : Service historique de Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 2 A 24/8, p. num. 4.
____________________________________________________________________________________________

(1) Tué à l’ennemi le 1er mai 1917 à Bourg-et-Cormin (Aisne) ―–Chemin des Dames. Né le 8 septembre 1889 à Cherbourg (Manche). Alors détaché à la 31e Compagnie d’aérostiers de campagne, port de Cherbourg.

Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 17 novembre 1915 (J.O. 19 nov. 1915, p. 8.364) inscrit au tableau spécial de la Légion d’honneur pour le grade de chevalier dans les termes suivants :

« M. Regnard (Georges-Émile-Marie), enseigne de vaisseau de 1re classe auxiliaire, observateur à la 32e compagnie d’aérostiers : observateur en ballon hors de pair. Assure son service depuis 10 mois avec une habileté professionnelle, un dévouement, une énergie, une audace et un mépris du danger qui lui ont permis d obtenir, par tous les temps, de jour comme de nuit, dans des conditions souvent très périlleuses, des résultats tout à fait exceptionnels au point de vue du repérage des batteries ennemies et du réglage de tir de notre artillerie. (Croix de guerre). »

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

— 28 avril ~ 7 mai 1916 : Transporte de Mytilène (Île de Lesbos) à Toulon, via Malte, la Compagnie de mitrailleuses (Capitaine de BOISHAMON ; sous-lieutenant Ange PISELLA) du 7e Régiment mixte d’infanterie coloniale.

Le 1er mai 1916, vers 6 h; 45, grâce à une habile manœuvre du commandant Antoine AMBROSELLI, échappe à une torpille lancée par le sous-marin U-21 (Kapitänleutnant Otto HERSING).

Journal des marches et opérations de la Compagnie de mitrailleuses du 7e Régiment mixte d’infanterie coloniale — 1er mai 1915 ~ 26 févr. 1919 — : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote 26 N 868/3, p. num. 23.

« 27 [avril 1916]. — La Compagnie reçoit l’ordre de se tenir prête à partir. Elle verse le matériel qu’elle ne doit pas emporter au Bataillon malgache.

28. — La Compagnie quitte son cantonnement-bivouac de Chismeris
(2) et se rend avec la 13e Compagnie au quai d’embarquement.
Vers 11 h 00, elle embarque à bord du vapeur Doukkala qui lève l’ancre le soir vers 16 h; 00 à destination de la France.

29. — A bord du Doukkala. R.A.S.

30. — – d° –.

1er mai. — A bord du Doukkala. A signaler le passage d’une torpille vers 6 h. 45 à l’arrière du bateau. Le signal d’alarme est donné et tout le monde se rend au poste qui lui est assigné.
La torpille est passée heureusement sans toucher le bateau et le danger est conjuré.
Deux heures après environ, quatre chalutiers arrivent pour nous convoyer et nous arrivons sans autre incident notoire le soir vers 16 h. 00 à Malte.

2 mai. — En station dans le port de Malte. Rien à signaler.

3 mai. — En station dans le port de Malte jusqu’à 15 h. 00, date à laquelle le Doukkala lève l’ancre à destination de France.

4. — En mer à bord du Doukkala.

5. — – d° –.

6. — – d° –.

7 mai. — Débarquement le 7 mai 1916 à 4 heures du matin. Dirigés le même jour sur le camp de Fréjus ~ Saint-Raphaël.
[...] »
____________________________________________________________________________________________

(2) Cantonnement établi près de Mytilène (Île de Lesbos), sur la pente Ouest de la vallée de Chismeris.
____________________________________________________________________________________________ [/justify]
Dernière modification par Rutilius le ven. oct. 18, 2019 11:24 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13833
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOUKKALA ― Paquebot mixte ― Compagnie de navigation Paquet, Marseille.

Message par Rutilius » jeu. nov. 16, 2017 7:20 pm

Bonsoir à tous,

Marin décédé à bord du navire-hôpital Doukkala

— MAURICE Jacob, né le 1er juin 1880 à Trégunc (Finistère), au lieu-dit « Gouëlan », et domicilié à Arcachon (Gironde), décédé le 26 juillet 1915 à Moudros (Île de Lemnos, Grèce) à bord du navire-hôpital Doukkala. Matelot de 2e classe gabier breveté, Mission Goliath-Shamrock, inscrit le 7 mai 1906 au quartier maritime de Concarneau, n° 5.495 ; classe 1906, n° 1.681 au recrutement de Concarneau (Acte transcrit à Arcachon, le 20 nov. 1915).

Fils d’Yves Maurice, né vers 1848, marin-pêcheur, et de Marie Jeanne PICARD, née vers 1850, « ménagère », son épouse (Registre des actes de naissance de la commune de Trégunc, Année 1886, f° 12, acte n° 68.).

Époux de Marie Jeanne NERRIEC, avec laquelle il avait contracté mariage à Lanriec — aujourd’hui quartier de Concarneau — (Finistère), le 1er avril 1913 (Ibid.).
Dernière modification par Rutilius le ven. oct. 18, 2019 11:29 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

olivier 12
Messages : 3926
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: DOUKKALA - Compagnie Paquet

Message par olivier 12 » mar. nov. 21, 2017 9:07 am

Bonjour à tous,

Quelques CP du DOUKKALA

Image

Image

Image

Rencontre avec des mines flottantes 24 Août et 4 Septembre 1916

Lettre du capitaine AMBROSELLI AU ca Commandant Marine Marseille. 11 Septembre 1916

J’ai l’honneur de vous rendre compte que parti de Marseille le 18 Août à 17h00, je suis arrivé à Naples le 20 à la pointe du jour. J’ai chargé dans ce port 1500 tonnes de légumes pour l’armée d’Orient et 550 t de matériel de baraquement pour l’armée italienne. J’ai quitté Naples le 21 à 22h00.

Je suis arrivé à Salonique en passant par le détroit de Messine le 25 à 07h00. J’ai trouvé le port et la rade encombrés de nombreux navires. Mon débarquement n’a pu être commencé que le 29 Août et n’a été terminé que le 3 Septembre, jour où je suis parti pour La Sude et Marseille après avoir embarqué 661 travailleurs grecs et 77 prisonniers.
J’ai été escorté jusqu’au canal de Doro par le torpilleur PIERRIER.
Le 5 à la pointe du jour, j’ai mouillé dans la baie de La Sude où j’ai pris 629 nouveaux travailleurs grecs, ce qui a porté le nombre de mes passagers à 1375, y compris 8 gendarmes d’escorte, 180 femmes et 248 enfants. J’ai quitté La Sude le même jour à 15h00.

Le charbon fait à Marseille le dernier voyage était de très mauvaise qualité. De ce fait, la pression a été très dure à maintenir et la vitesse inférieure à 12 nœuds. J’ai besoin pour le prochain voyage de 650 tonnes de charbon.

Je vous rends également compte qu’au cours de ce voyage j’ai rencontré deux mines flottantes, probablement allemandes et du type suivant :

J’ai contribué à leur destruction dans les circonstances suivantes :

- La première a été rencontrée le 24 Août à 18h30 dans le S40E de l’île Piperi par 39°08 N et 24°31 E, à deux quarts sur notre bâbord. Je l’ai approchée à petite distance en ouvrant le feu dessus avec le canon de 47 mm et des feux de salve au fusil. J’ai tiré 11 obus et 121 cartouches. Au 11e obus, la mine a disparu.
- La 2e a été rencontrée le 4 Septembre vers 11h00 en plein canal de Doro par 38°03 N et 24°41 E, droit devant, presque dans le sillage du torpilleur PIERRIER qui nous convoyait et était à 600 ou 700 m sur l’avant du DOUKKALA. Cette 2e mine émergeait moins que la 1ère et n’était visible que par intervalle ce qui fait que le torpilleur n’a pu l’apercevoir, bien qu’elle soit passé à quelques mètres de lui.
Dès que nous l’avons aperçue droit devant, sous la forme suspecte d’un point noir brillant par intervalle, nous avons immédiatement mis la barre toute à gauche pour l’éviter, quitte à revenir sur la droite quelques secondes après pour ne pas la ramasser avec l’arrière. Dans l’instant qui a suivi cette manœuvre, la mine est passée à nous frôler le long du bord, à 10 m environ. Nous avons alors reconnu une mine flottante à la dérive, du même type que la 1ère.

Image

Le torpilleur PIERRIER, qui n’avait pas aperçu la mine, me voyant ainsi manœuvrer me demanda par signaux « Que faites-vous ? » J’ai répondu : « Je viens d’éviter une mine qui n’a pas dû passer certainement loin de vous puisque je l’ai aperçue droit devant, dans votre sillage ».
PIERRIER s’est immédiatement approché de l’endroit indiqué et, au moment où moi-même j’allais ouvrir le feu, ayant découvert la mine il m’a signalé : « Ecartez-vous de mon champ de tir » ce que je fis immédiatement. Le torpilleur ouvrit alors le feu et, après plusieurs coups de canon, il réussit à couler la mine. Il me signala alors : « La mine est coulée. Vous pouvez continuer votre route ».

DOUKKALA a mouillé dans le port du Frioul le 9 Septembre à midi. La désinfection du navire et des passagers a été terminée aujourd’hui à 15h00.

Cdlt
olivier

Rutilius
Messages : 13833
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOUKKALA ― Paquebot mixte ― Compagnie de navigation Paquet, Marseille.

Message par Rutilius » mar. oct. 06, 2020 5:23 pm

Bonsoir à tous,


Passagers militaires décédés à bord du navire-hôpital Doukkala

(Liste non exhaustive : 4 noms)


■ 2e Bataillon d’infanterie légère d’Afrique.

― LIMOUSIN Pierre, né le 1er novembre 1892 à Labégude (Ardèche) et domicilié à Marcols-les-Eaux (– d° –), décédé le 19 août 1919 (Maladie contractée en service). Soldat de 2e classe, matricule au corps incon-nu, classe 1912, n° 99 au recrutement de Privas [Corps rapatrié à Marseille (Bouches-du-Rhône)].

3e Régiment de marche de zouaves.

― CARUANO-DINGLI Léon, né le 18 février 1890 à Souk-Ahras (Département de Constantine, Algérie), décédé le 23 mai 1915 à Moudros (Grèce) (Blessures de guerre). Soldat de 2e classe, matricule n° 04.986 au corps, classe 1909, n° 1.306 au recrutement de Constantine (Acte transcrit à Constantine, le 23 juin 1920).

175e Régiment d’infanterie.

― BARD Pierre Marius Simon, né le 30 septembre 1894 à Argenteuil (Seine-et-Oise ― aujourd’hui Val-d’Oise), décédé le 23 mai 1915 (Blessures de guerre). Soldat de 2e classe, matricule n° 2.946 au corps, classe 1914, n° 762 au recrutement de Clermont-Ferrand [Acte transcrit à Saint-Étienne (Loire), le 28 juill. 1916].

― CARON Maximin Julien Milien, né le 17 juin 1880 à Cognet (Isère), décédé le 23 mai 1915 (Blessures de guerre). Soldat de 2e classe, matricule n° 010.804 E. au corps, classe 1900, n° 1.304 au recrutement de Grenoble (Acte transcrit à Cognet, le 28 oct. 1919).
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13833
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOUKKALA ― Paquebot mixte ― Compagnie de navigation Paquet, Marseille.

Message par Rutilius » mar. oct. 06, 2020 6:04 pm

Bonsoir à tous,


DOUKKALA – Paquebot mixte – I – .jpg
DOUKKALA – Paquebot mixte – I – .jpg (157.88 Kio) Consulté 111 fois


DOUKKALA – Paquebot mixte – II – .jpg
DOUKKALA – Paquebot mixte – II – .jpg (172.24 Kio) Consulté 111 fois


DOUKKALA – Paquebot mixte – III – .jpg
DOUKKALA – Paquebot mixte – III – .jpg (159.66 Kio) Consulté 111 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

olivier 12
Messages : 3926
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: DOUKKALA - Compagnie Paquet

Message par olivier 12 » mer. oct. 07, 2020 10:29 am

Bonjour à tous,

Quelques autres CP du DOUKKALA

Image

Image

Image

Image

Cdlt
olivier

olivier 12
Messages : 3926
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: DOUKKALA - Compagnie Paquet

Message par olivier 12 » ven. oct. 09, 2020 8:59 am

Bonjour à tous,

Quelques autres images du DOUKKALA

Image

Image

Image

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »