Cantines de gare du Loiret

Organisation, unités, hôpitaux, blessés....
Avatar de l’utilisateur
laurent provost
Messages : 1047
Inscription : lun. juin 11, 2007 2:00 am

Cantines de gare du Loiret

Message par laurent provost » sam. mai 26, 2018 4:45 pm

Bonjour,
J'ouvre un nouveau sujet pour compléter le sujet général sur les cantines de gare

ImagePour le département du Loiret on retrouve trace de 4 cantines de gares toutes placées à des nœuds ferroviaires ; Elles furent créées à des dates différentes la dernière est celle d’Orléans qui fut mise en place a la fin de l’année 1917. Pour celle de Gien, une délibération du conseil général y fait allusion, quand à celle de Malsherbes, seule la citation de la liste parue dans le forum page 14-18 est la seule trace que je possède
Bien sur celle de Montargis, grâce à la source locale, est la plus documentée,nous la verrons plus tard.
Orleans
Orléans se plie a la prescription du Ministre de la guerre
Mais avant cette création, l’infirmerie de gare aura ravitaillé en boissons chaudes les 10 ou 20000 permissionnaires qui passaient chaque jour à la gare d’Orléans.
La première trace concernant cette cantine provient du journal du Loiret (Archives Municipales), quotidien, en date du 11 novembre 1917 . c’est un appel du délégué général régional de la SSBM, le marquis de Kéroman, aux commerçant de la ville pour venir doter en vivre et en dons la future cantine qui doit s’installer dans la gare,
L’impulsion vient du Généra de L’Espée, commandant de la 5e région, à la demande du sous-secrétaire d’état à la santé. LA SSBM va faire appel aux deux autres sociétés qui travaillent aussi à Orléans, collaboration relativement rares entre les trois sociétés pour être remarquée.
Le but est de la rendre gratuite ou pour le moins une somme dérisoire, et comme a Montargis, on publiera chaque quinzaine la liste et la valeur des dons et donateurs.
Le 21 décembre 1917 elle commence à fonctionner, 80 personnes ont répondu a l’appel pour assurer le bon déroulement des opérations. Elle est installée dans l’ancienne salle des départs , et à coté dans la cour des messageries, deux baraquements chauffés, pour le repos et la toilette. Elle est placé sous la houlette de Mme de Champvillain, surveillante générale de l’infirmerie de gare.
En Janvier elle collectera 1082,50 fr soit autant , à peu de chose prés, que celle de Montargis pour le même mois, en février par contre le conseil municipal, versera 2000 fr en compensation des droits d’octroi perçu sur les denrées distribués dans la cantines. m^me chose en mars,
Elle arrêtera de fonctionner le 27 avril 1919. Les recettes atteindront 1.139.424 fr 10 dont 8000 fr de subventions diverses , et de 25.876 de quête et dons . Elle aura servi 675.600 repas à 1fr. Plus de 150 personnes l’auront fait vivre
Malsherbes
Hormis la citation de la base de donnée issue des pages 17-18, aucune indication à ce jour.
Gien
La seule trace de l’existence d’une telle formation a la gare de Gien , provient d’une délibération du Conseil Général visant à allouer une subvention a la cantine de la gare de Montargis à la condition que celle de Gien en reçoive une aussi.
Aucune information en revanche sur les dates de fonctionnement , ni des volumes des dons et des rations distribuées.
Montargis dans un prochain post.../...
Cordialement

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8311
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: Cantines de gare du Loiret

Message par Charraud Jerome » dim. mai 27, 2018 10:08 am

Bonjour
Concernant Malesherbes, deux élémentq sur Delcampe
https://www.delcampe.net/fr/collections ... 67327.html

Image

https://www.delcampe.net/fr/collections ... 67667.html

Image

Cordialement
Jérôme Charraud
Les 68, 90, 268 et 290e RI dans la GG
Les soldats de l'Indre tombés pendant la GG
"" Avançons, gais lurons, garnements, de notre vieux régiment."
Image

Avatar de l’utilisateur
FAB1
Messages : 1819
Inscription : lun. déc. 07, 2009 1:00 am

Re: Cantines de gare du Loiret

Message par FAB1 » dim. mai 27, 2018 10:57 am

Bonjour
Pour Orléans, citation pour Madame Vallois née Peyrot
[attachment=0]export.jpg[/attachment]
Cordialement
FABRICE
Pièces jointes
export.jpg
export.jpg (55.35 Kio) Consulté 426 fois

Rutilius
Messages : 12525
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Cantines de gare du Loiret.

Message par Rutilius » dim. mai 27, 2018 12:29 pm

Bonjour à tous,

□ Par décret du Président de la République en date du 29 mai 1920 (art. 3 ; J.O. 3 juin 1920, p. 8.010 et 8.015), la Médaille de la Reconnaissance française (Bronze) fut conférée à :

Cantines de gare - Orléans - x - .jpg
Cantines de gare - Orléans - x - .jpg (30.28 Kio) Consulté 420 fois

□ Par décret du Président de la République en date du 29 mars 1921 (art. 3 ; J.O. 28 mars 1921, p. 3.830 et 3.840), la Médaille de la Reconnaissance française (Bronze) fut conférée à :

Cantines de gare - Orléans - xx - .jpg
Cantines de gare - Orléans - xx - .jpg (31.89 Kio) Consulté 417 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8311
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: Cantines de gare du Loiret

Message par Charraud Jerome » dim. mai 27, 2018 2:13 pm

Bonjour
La cantine d'Orléans est citée par deux fois dans cette très intéressante sources des archives de la ville d'Orleans
http://archives.orleans-metropole.fr/ar ... e-_doc.pdf

Cordialement
Jérôme Charraud
Les 68, 90, 268 et 290e RI dans la GG
Les soldats de l'Indre tombés pendant la GG
"" Avançons, gais lurons, garnements, de notre vieux régiment."
Image

Avatar de l’utilisateur
laurent provost
Messages : 1047
Inscription : lun. juin 11, 2007 2:00 am

Re: Cantines de gare du Loiret

Message par laurent provost » dim. mai 27, 2018 2:30 pm

Bonjour
Merci messieurs de ces indices supplémentaires qui viennent étoffer mes maigres ressources:). ils sont intégrés dans le document final qui verra le jour au format pdf.
cordialement
Laurent

Avatar de l’utilisateur
FAB1
Messages : 1819
Inscription : lun. déc. 07, 2009 1:00 am

Re: Cantines de gare du Loiret

Message par FAB1 » dim. mai 27, 2018 8:35 pm

Bonjour
Une infirmière Croix Rouge à la gare de Montargis, Hélène Marguerite SEEBERGER, a reçu la médaille des épidémies argent JO du 08/03/1917
export.jpg
export.jpg (11.99 Kio) Consulté 380 fois
[/img]
Cordialement
FABRICE

Rutilius
Messages : 12525
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: Cantines de gare du Loiret

Message par Rutilius » dim. mai 27, 2018 9:07 pm

Bonsoir à tous,

□ Par décret du Président de la République en date du 18 février 1919 (art. 3 ; J.O. 20 févr. 1919, p. 1.870 et 1.886), la Médaille de la Reconnaissance française (Bronze) fut conférée à :

Cantines de gare - Gien - x - .jpg
Cantines de gare - Gien - x - .jpg (45.17 Kio) Consulté 375 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
laurent provost
Messages : 1047
Inscription : lun. juin 11, 2007 2:00 am

Re: Cantines de gare du Loiret

Message par laurent provost » lun. mai 28, 2018 9:53 am

Bonjour,
Merci encore pour ces recherche dans Gallica journal officiel ! perdu dans mes dépouillement de presse :roll: ,j'ai négligé ce type de recherche. Merci pour Gien Rutilus !,
Quand a Melle Seeberger, je l'ai déjà rencontrée dans un travail sur les formations sanitaires de Montargis ICI et plus particulièrement LA , article sur l'infirmerie de gare.
Merci encore
Laurent

Avatar de l’utilisateur
laurent provost
Messages : 1047
Inscription : lun. juin 11, 2007 2:00 am

Re: Cantines de gare du Loiret

Message par laurent provost » mar. mai 29, 2018 11:47 am

Bonjour
je commence la diffusion de mes travaux sur Montargis.
Image
C’est en fait l’objet de l’étude et c’est pour laquelle on a, sur plus de 4 ans, soit 208 semaines ou presque, une information, sur les dons et le nombre de rations distribuées dans la semaine ou dans la quinzaine. La gare entre 1914 et 1918 était le centre de l’activité Montargoise, entre la cantine, l’infirmerie de gare, les prisonniers allemands qui travaillaient au dépôt, et le dépôt en lui même, les militaires en faction, en transit cela devait être une véritable fourmilière. En 1914, le nombre de train pour le service des passagers « civils » est important : de 0h a 12 h 20 trains au départ pour les 5 directions : Paris /Moret, Paris/Corbeil, Nevers, Sens Orléans, et 16 trains à l’arrivée des mêmes directions, soit un mouvement de 36 trains chaque jour en Octobre 1914, évidemment sans compter les mouvements fret et les trains militaires...Le premiers des trains « civil » passager arrive de Paris à1 h 12 et le dernier part pour Orléans à 23 h12, ce qui laisse la gare sans mouvement, passager civil, pendant deux heures. (Annexe 3)
Localisation
Image
Comme on l’a vu, La gare de Montargis se trouve sur deux axes majeurs, Nord-Sud, et Est Ouest. Aujourd’hui seul l’axe Nord-sud Paris-Nevers par Moret est en activité, toutes les autres directions sont déclassées
.
Image
Comme beaucoup de gare, elle a été placé en dehors de l’agglomération lors de son érection à presque deux km du centre de la ville.
A son installation, la cantine de la gare sera établie sous tente, juste avant le buffet des voyageurs, puis à la fin de novembre dans une annexe, en dur, du buffet des voyageurs.
Devant l’annexe se trouvait un espace dégagé où les premières installations sous tente furent implantés avant de migrer dans l’annexe du Buffet
Image
Image
Aujourd’hui la verrière centrale a disparue, le passage d’un quai l’autre est devenu souterrain, après bien des tergiversations dont l’écho se retrouve dans la presse locale.
Au fond et à droite se trouvait la rotonde et le dépôt des machines qui furent détruit à la fin des années 1960 et remplacés par un parking
Organisation
Le Huit septembre 1914, un « groupe de citoyens » fonde le comité de la cantine de la Gare, c’est une émanation du comité de la SSBM qui elle gère l’infirmerie de gare.
« Là, pas de noms mis en avant, c’est le comité, groupe anonyme, qui procède au ravitaillement . »
<< La cantine fonctionne tous les jours de 5h du matin à 11h du soir ; un service est d’avance arrêté et exécuté ponctuellement. Le premier service part de 5 h à 11h, le 2e de 11h à 15 h, le 3e de 15 h à 19h, le 4e de 19h à 23 h. Chaque service comprend : Un directeur de service, 7 dames et 4 hommes. 2 cyclistes sont affectés aux courses extérieures. Des automobiles sont mises à disposition de la cantine par des commerçants de la ville. »
Si le compte est bon, cela fait 76 personnes qui sont mobilisées chaque jour pour assurer le service.
Le 3 octobre le Journal du Gâtinais va visiter la cantine et en donne une description de son installation précaire et à tout vent.:
A l’extrême droite du quai, face à la voie tout près de la nouvelle .... que le comité a établi ses quartiers, voici les chaudières, mobiliers en plein vents servant à confectionner la soupe, deux cuisiniers sont attachés à la cuisine ;M Lebrecq et Tardieu..M. Lebrecq est aujourd'hui de service. Obligeamment, il nous découvre une de ses chaudières d'où monte aussitôt un délicieux fumet. A coté des chaudières, on a monté une tente sous laquelle on a placé des tables et des bancs. c'est là que viennent eux-même se ravitailler les blessés qui peuvent encore marcher. Prés des tables, contre la cloisons de planches que forme un baraque où a été installé la cantine sur laquelle vient s'accrocher la tente, s'étagent des boites de lait vides. Le lait provient des vaches réquisitionnés par le service de l'armée, et qui se trouvent présentement parquées dans la prairie des Closiers. Des ampoules électriques on été disposées sous la tente et permettent le soir d'éclairer le hangar improvisé
Image
Cette cantine, est constituée par une baraque foraine enlevée du Pâtis. Sur les étagères se trouvent disposées les fruits, légumes, confitures, conserves, biscuits, etc en un mot tout ce qui est nécessaire à un ravitaillent rapide au lunch hâtif offert durant un arrêt du train. Des pains de 4 livres garnissent le fond de la baraque. Sur le devant, des chanteaux et des fruits, recouverts de gaze, garnissent de vaste vastes plateaux où puisent les personnes au service de la cantine, lors des passages des convois.
Enfin, aussitôt après la baraque, le secrétaire du Comité a installé son bureau : une table, une chaise qu'abrite un vaste parasol rouge gracieusement prêté par m. Leroy, industriel.
.
Dès septembre le comité s’organise pour recevoir les dons, les dons en espèces seront reçus par le Trésorier M. Leloup, rue du Loing, les dons en nature seront eux collectés M Vauvelle, rue du loing, et par M. Chaumeron , propriétaire de l’hôtel de la gare, proche de celle ci et sans doute équipé pour la conservation des aliments frais. A la mi novembre, M. Leloup mobilisé, laisse la trésorerie à M. Malifert qui le restera jusqu’à la dissolution en 1919.
le « comité » lance non seulement une souscription dans la ville et les environs qui va lui rapporter 7000 fr, ce qui va lui permettre un bon démarrage, mais aussi à tous les maires de l ‘arrondissement de Montargis une demande de subvention pour pérenniser la démarche ‘(voir annexe 4.)
Grâce à ses descriptions, certains anonymes sont moins anonyme que d’autres. En effet nous avons déjà une petite liste de nom de membres de ce comité :
M. Chameron, Le Brecq, Leloup, Leroy, Malifert, Tardieu, Vauvelle. le journaliste ne pouvant difficilement ne pas les citer, mais comme par hasard, M. Le Brecq est député du Loiret. On verra plus tard qu’il sera un des généreux donateurs de cette cantine.
Quatre membres de ce comité laisseront leur vie dans la tourmente : MM. Guillaume, Viratelle, Gaullier, Meigiel, hommage leur sera rendu dans les discours le jour de la dissolution.
Cependant, aucun nom de femmes n’apparaît au décours des articles le long des ces 5 longues années de fonctionnement. Elles seront pourtant bien présente le long des quais
.

La suite au prochain n° :D
Cordialement

Répondre

Revenir à « SERVICE SANTE »