Obusite

Avatar de l’utilisateur
lignard2
Messages : 1409
Inscription : mer. déc. 07, 2011 1:00 am
Localisation : Entre Sambre-et-Meuse

Obusite

Message par lignard2 » jeu. juin 09, 2022 5:30 pm

Bonjour à toutes et à tous,

J'ai dans mes fiches matricules, ce soldat qui a gardé des séquelles de la guerre.
obusite 1.JPG
obusite 1.JPG (152.94 Kio) Consulté 683 fois
Ne serait-ce pas un symptôme lié à ce que l'on appelle "l'obusite"?
Merci de votre réponse.
On parle peu de ces malades sur le forum, si ce n'est pour signaler les cimetières des "Oubliés", ces meurtris du cerveau. Celui de Cadillac par exemple. Une visite avant sa restauration.
aaa 1.jpg
aaa 1.jpg (113.87 Kio) Consulté 683 fois
Cordialement
Lignard
« Il portait ainsi en lui le nom de quelques camarades, laissés dans les petits cimetières de Champagne ou de l’Aisne, ou bien entre les lignes, sur la terre à personne, » Roland Dorgelès

air339
Messages : 3004
Inscription : mer. janv. 21, 2009 1:00 am

Re: Obusite

Message par air339 » ven. juin 10, 2022 9:56 pm

Bonjour,

"Tremblement des membres supérieurs et paralysie agitante", cela ressemble fort à l'obusite, cependant l'obusite survient - théoriquement - suite à l'exposition à un bombardement. Donc imputable à la guerre. Or ici la réforme est de 2e catégorie, donc non imputable à la guerre... Et donc pas d'indemnité pour ce malheureux paralytique, il faudrait avoir le dossier complet entre les mains pour comprendre la raison du classement dans cette 2e catégorie.


Cordialement,

Régis R.

Avatar de l’utilisateur
lignard2
Messages : 1409
Inscription : mer. déc. 07, 2011 1:00 am
Localisation : Entre Sambre-et-Meuse

Re: Obusite

Message par lignard2 » sam. juin 11, 2022 9:27 am

Bonjour Regis
merci de votre réponse.
Voici le lien pour la fiche matricule complète
Ad Gard, Mourgues Louis François cl 1894, N° 1288
https://v-earchives.gard.fr/viewer/FRAD ... 8_0001.jpg
si ce soldat était au 120ème rit, comme l'indique sa FM, il a subi en mai 1915 des bombardements.
d'où peut-être une cause à effet?
Avec sa fiche complète, est-ce plus parlant?
2ème catégorie? Que voulez-vous dire?
Cultivateur de profession, avec une paralysie agitante, cela ne devait pas être évident.
Merci de votre avis
Cordialement
Christian

Ajouté
J'ai lu (roman historique, oui mais lequel?????) qu'au début de la guerre, ces pauvres gars étaient considérés comme simulateurs et renvoyés au front (la mort assurée) ou bien encore passaient pour déserteurs et en subissaient les conséquences)
« Il portait ainsi en lui le nom de quelques camarades, laissés dans les petits cimetières de Champagne ou de l’Aisne, ou bien entre les lignes, sur la terre à personne, » Roland Dorgelès

air339
Messages : 3004
Inscription : mer. janv. 21, 2009 1:00 am

Re: Obusite

Message par air339 » sam. juin 11, 2022 11:31 am

Bonjour,


Pour les deux catégories de réforme, voici des extraits de l'"Instruction relative au fonctionnement des commissions spéciales de réforme" du 21 janvier 1910 (article 12), rééditée le 20 septembre 1915, donc à une date très proche du cas de Louis Mourgues.

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... rk=21459;2

"Il existe deux espèces de réforme définitive : la réforme n° 1 et la réforme n° 2."

La réforme n°1 est attribuée "soit pour infirmités ou mutilations résultant de blessures reçues en service
commandé, soit pour infirmités provenant de maladies contractées par le fait des obligations du service militaire, soit enfin pour infirmités antérieures à l'incorporation ou ne dépendant pas exclusivement d'une circonstance déterminée de service ayant cependant acquis, sous l'influence des conditions spéciales à la vie militaire, un développement entraînant l'incapacité de servir
".
La cause étant attribuée au service militaire, la responsabilité de l'état est engagée et donne lieu à réparation selon un barème (gratification, pension).

La réforme n°2 "est prononcée soit pour des infirmités antérieures à l'incorporation, soit pour des infirmités ou mutilations résultant de blessures reçues hors du service, soit pour des infirmités provenant de maladies ne résultant pas du fait des obligations du service militaire".
La responsabilité de l'état n'est pas engagée, il n'y a pas de réparation.


Pour cet infirme de 41 ans, on semble considérer en 1915 que son état de délabrement nerveux est indépendant des circonstances de guerre, comme le serait la maladie de Parkinson.
Pourtant, selon sa fiche matricule, une pension pour "tremblements généralisés" est proposée en septembre 1920, accordée en septembre 1921, avec effet rétroactif à 1915. Mais en 1920, suite au Traité de Versailles, les commissions se montrent plus généreuses : on est dans la croyance que, selon le mot du ministre des Finances Louis-Lucien Klotz, "l'Allemagne paiera".


En saisissant "obusite" dans le moteur de recherche, on retrouve plusieurs sujets consacrés à cette affection. L'histoire des supposés simulateurs est racontée par Jean-Yves Naour, "Les soldats de la honte". Il y a le cas connu du zouave Deschamps, malmené par son médecin. Celui-ci sera désavoué par un conseil de guerre : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k ... rk=42918;4#

Cordialement,

Régis R.

Avatar de l’utilisateur
lignard2
Messages : 1409
Inscription : mer. déc. 07, 2011 1:00 am
Localisation : Entre Sambre-et-Meuse

Re: Obusite

Message par lignard2 » sam. juin 11, 2022 4:23 pm

Bonjour

Merci de cette explication.
Ces pauvres gars, ceux vraiment reconnus souffrant de ce syndrome , on n'en parle pas beaucoup. Pourtant ils ont souffert de cela encore après la guerre, enfermés qu'ils étaient dans des asiles d'aliénés.
J'ai un autre soldat, du même régiment, du même village qui a été également évacué en juin 1915.... avec la paralysie du bras et de la main. Il sera transféré d'hôpital en hôpital, de Mendes à Marseille pour terminer sa vie en 1918 dans un asile d'aliénés du Vaucluse de 1917 à 1918. Dans cet asile, il y avait également Camille Claudel qui y restera de 1916 à 1943!.
Il reste le poème de Paul Eluard pour le souvenir.
000 1 2017.jpg
000 1 2017.jpg (65.06 Kio) Consulté 493 fois
Cadillac
merci de vos deux réponses.
Cordialement
lignard
« Il portait ainsi en lui le nom de quelques camarades, laissés dans les petits cimetières de Champagne ou de l’Aisne, ou bien entre les lignes, sur la terre à personne, » Roland Dorgelès

Répondre

Revenir à « Sujets généraux et MDH »