2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Avatar de l’utilisateur
IM Louis Jean
Messages : 2807
Inscription : dim. mars 22, 2009 1:00 am
Contact :

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par IM Louis Jean » lun. août 29, 2016 2:07 pm

Bonjour à toutes et à tous,

Pour une vision dépassionnée du contexte, lire D'un régiment de marche de la Légion étrangère (RMLE) à l'autre, répétition ou évolution de l'histoire ? par Philippe Guyot.

Cordialement
Étienne
<< On peut critiquer les parlements comme les rois, parce que tout ce qui est humain est plein de fautes.
Nous épuiserions notre vie à faire le procès des choses. >> Clemenceau

garigliano1
Messages : 743
Inscription : dim. nov. 18, 2007 1:00 am

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par garigliano1 » lun. août 29, 2016 4:00 pm

Bonjour à toutes et à tous,

L'évocation des fusillés est toujours un sujet sensible et le Prisme 14/18 suit avec intérêt les discussions "constructives" visant à déceler les causes de ces évènements.

Cordialement

yves

http://prisme1418.blogspot.fr/

pierreth1
Messages : 1756
Inscription : sam. déc. 30, 2006 1:00 am

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par pierreth1 » lun. août 29, 2016 6:51 pm

Bonsoir,


Je n'occulte rien, les faits sont réels! Il y a eu révolte, refus d’obéissance, et tous ces faits sont punissables (selon la qualification retenue) de la peine de mort et les circonstances atténuantes ne peuvent pas être invoquées. Donc les règles de fonctionnement de la justice militaire dans les armées en campagne ont été respectées à la lettre.

Si on se base sur ce que l’on sait : en février le 25 le colonel Ignatieff fait part de son opinion sur les soldats russes, suite à des « nombreuses lettres et réclamations qui parviennent à l'ambassade de Russie de la part des volontaires Russes et de leurs parents » il a du en recevoir un certain nombre car une ambassade n’intervient pas pour quelques lettres. Et encore les volontaires juifs, russo-polonais et émigrés ayant fuit le régime tsariste ne doivent ils pas se plaindre à l’ambassade. Il écrit aussi : « Les volontaires russes souffrent et se plaignent du fait d'être forcés de vivre et de combattre à côté d'étrangers de différentes nationalités, de leurs propres compatriotes de moralité très douteuse et de cadres de légionnaires envoyés d'Afrique. Ces derniers en particulier, ont apporté dans les régiments étrangers nouvellement formés une mentalité et des mœurs tout à fait spéciales et de nature à choquer et à révolter les volontaires russes » Pour ceux qui se demanderaient ce que cela sous entend, je conseillerai de livre de Edward Ireneus PRIME-STEVENSON : « a History of Similisexualism as a Problem of Social Life» édité sous le nom de Xavier MAYNE en 1909 réédité en 1975 Arno Press et spécialement le chapitre VIII : « The Uranian and the Uraniad in the Military and Naval Careers; in the Athletic Professions: and in Royal, Political and Aristocratic Social Life: Types and Biographies » (on peut trouver le texte sur le net en anglais). Là encore, je ne prends pas partie, je n’affirme pas ni ne sous entend que tous sont concernés… Et je sais que je vais faire hurler… mais il est exact que cela existe, et pas qu’à la légion, (comme dans toute collectivité exclusivement masculine, surtout si elle est « privée » de sorties ou tout au moins si elle n’a droit qu’à des sorties restreintes, le summum étant atteint dans les prisons où bien évidemment il n’y a pas de sortie du tout), mais il est exact que l’on retrouve cela et que cela pose problème dans une collectivité hiérarchisée, car il peut parfois y avoir des risques que cela ne se passe pas entre adultes avec le libre consentement de chacune des parties, le harcèlement ne concerne pas que les femmes…
Pour que l’attaché militaire écrive cette lettre le 25 février on peut considérer que cela fait déjà à l’époque un certain temps que des lettres de plainte arrivent. Donc vu les fins de « non recevoir » il est certain que le malaise ne pouvait que grandir. A noter pour être honnête que la Légion en l’occurrence n’est pas la responsable de cet état de fait : elle a reçu une mission, elle l’exécute, elle n’a pas le pouvoir de renvoyer les volontaires, et pour « contraindre » les volontaires elle n’a a sa disposition que le règlement de discipline, les punitions spécifiques (ce que l’on appellera improprement la « pelote », le « bal » ) et le code de justice militaire. Il y a une énorme différence entre un volontaire souscrivant un engagement dans la légion qui sait ce qu’il souscrit (pour des raisons personnelles, une histoire personnelle) et un engagé étranger pour la durée de la guerre qui voudrait servir dans une unité « régulière française, les motivations sont différentes, il est plus facile de supporter un régime « dur » lorsqu’on l’a choisi que lorsqu’il est imposé.
On apprend aussi (d’après Jeogef sur le forum le 25 mai 2011)
- « Vers le 10 avril, cinq volontaires russes du bataillon Berecki (1ère catégorie) quittent sans permission les Blancs Sablons et vont à Maizy réclamer au général commandant la 36ème Division contre les mauvais traitements dont ils étaient l'objet de la, part de leurs sous-officiers.
Plainte en conseil de guerre établie sur ordre du colonel commandant la 71ème Brigade.
Ordre du général commandant la 36ème Division de renvoyer dans leur compagnie, sans punition et sans non lieu, les cinq hommes objets de la plainte.
Fâcheux effet.

Mai – dans le courant de mai, les cinq mêmes hommes, punis de prison, refusent de faire le peloton de punition.
Plainte en conseil de guerre est établie contre eux mais par suite de changements de secteur (36ème Division groupement de Reims – 35ème Division 1er Corps) l'ordre d'écrou ne les a pas touchés à la date du 20 juin. Dans ces divers déplacements ils sont toujours en prévention de conseil de guerre ».
Donc en avril 5 légionnaires du bataillon qui sera concerné en juin par les évènements (BERECKI commande le bataillon F) « s’échappent » et vont se plaindre à la division ! Pour que le général de division estime qu’il ne faut pas punir, malgré la plainte en conseil de guerre de l’échelon inférieur qu’est la brigade, c’est qu’il y a un problème manifeste. On peut penser que dans un système militaire une telle mansuétude n’a pas été du goût du commandement et le retour de bâton a du être « violent » et comme ces soldats avaient « shunté et le commandant de bataillon et le chef de corps j’aurai tendance à penser que le commandant d’unité a eu le « feu vert », sans aller jusqu’au fameux « code red » du film « A Few Good Men » de Rob Reiner avec Tom Cruise , Jack Nicholson, et il y a une palette de possibilités !
Par ailleurs du fait des affectations dans des divisions différentes à plusieurs reprises on n’aurait pas eu la possibilité de traduire ces cinq soldats en conseil de guerre, certes MAIS si j’en crois Jeogef
« 11 juin – Onze légionnaires du bataillon Rozet, en cantonnement à Oeuilly, refusent de se rendre aux tranchées (ils se décident à obéir mais après s'être rendus coupables de refus d'obéissance).
Conseil de guerre = 17 juin. 5 ans de travaux publics. Sans suspension de peine. »
Autrement dit on n’est pas capable de faire passer en conseil de guerre depuis le 20 mais 5 soldats qui auraient voulu (entre autre) ) se plaindre à leur général de division, mais le 11 juin on fait passer 11 refus d’obéissance! C’est totalement incohérent, à moins que l’on soit gêné à l’idée de les faire passer en conseil de guerre « normal »…Accessoirement cela prouve que le malaise est diffus et pas limité à un bataillon !
Prenons le rapport du colonel Lecomte Denis chef de corps (rapport consultable dans le dossier des fusillés) suite aux décisions du CGS il écrit: "les nombreuses punitions et les plaintes au conseil de guerre dont ils furent l'objet n'ont contribué en rien à faire rentrer dans l'ordre ces véritables révoltés, pas plus que les bons conseils qui leur furent donnés d'une part par les officiers russes du régiment et d'autre part par le colonel attaché militaire russe" Quand on voit ce qu'écrivait ce colonel russe sur les volontaires russes on peut se demander quelle fut son efficacité, des polonais, juifs russes ayant fui la Russie ont du effectivement être emballés par l'apparition d'un officier tsariste (représentant le pays qu’ils avaient fui avec souvent de très bonnes raisons). Ces écrits du colonel confirment le malaise qui règne dans les rangs et pas seulement chez 55 légionnaires (Les 27 condamnés du 22 juin, le 11 du 11 juin et les 17 qui finalement rentrent dans le rang auquel on peut d’ailleurs rajouter un déserteur le 21 juin, mais n’appartenant pas au groupe « russo-arménien »…) on ne déplace pas l'attache militaire en pleine guerre pour faire la morale à une trentaine de soldats (mais la venue de celui ci était elle vraiment pour cela ? C’est donc la preuve que le problème est bien plus important chez les soldats russes et que l'on ne sait pas comment le résoudre. Encore que l’on peut estimer que le Colonel Lecomte Denis travestit la vérité en se donnant le « beau rôle » en effet en consultant les différents JMO concernant les officiers russes du bataillon on en découvre 1 le sergent Rochokowosky (l’orthographe du nom varie) qui passe sous lieutenant c’est le seul nom russe officier,( il y en a sans doute d’autres avec des noms d’emprunts non slave mais sans doute pas « beaucoup » et de toutes façons dans ce cas ce seraient des légionnaires anciens donc peu enclins à comprendre que l’on veuille quitter l’institution, et quand bien même qu’auraient ils pu dire ? Si ce n’est « tiens-toi tranquille », « fais profil bas », « obéis sinon », ils ne pouvaient pas dire aux engagés que ceux-ci avaient raison, ils ont pu essayer, mais aller raisonner quelqu’un qui s’estime victime d’une injustice. Et quand à la venue de l’attaché militaire, il semble n’être venu que le 20 mai ( or à cette époque Pallo est déjà sous le coup de deux inculpations en conseil de guerre une le 29 avril, l’autre le 13 mai, Brudeck et Artomachin font eux l’objet d’une plainte le 20 mai !) cet attaché militaire est en inspection avec le général commandant la 5eme armée et le général commandant le 18 corps d’armée autrement dit les bons conseils ont du être des plus réduits se limitant à une harangue sur le front des troupes puis selon l’habitude si il reste du temps à un repas en « salle d’honneur » .
Le 20 juin, jour de l’évènement, tout semble réunit pour que cela dégénère ! car les prévôts ne sont pas particulièrement apprécié dans les armées et je le dis d’autant plus facilement que personnellement en OPEX j’ai toujours entretenu de bons rapports avec nos prévôts et j’ai toujours apprécié de les avoir, mais je me rappelle notamment de deux chefs de corps qui refusaient même de leur serrer la main, les gendarmes ne sont pas forcément appréciés par les militaires non gendarmes alors par des soldats pour qui le gendarme représente l’empêcheur de tourner en rond …Et là on a réuni ensemble le lieutenant colonel prévôt du corps d’armée et un capitaine de gendarmerie (un peu comme un chiffon rouge agité devant un taureau !) De plus si ce lieutenant colonel est présent connaissant le système militaire c’est qu’il y a eu un compte rendu au général commandant le corps d’armée, il est impossible que cet officier se soit rendu là bas sur « invitation » sans savoir de quoi il retournait et dans ce cas il a reçu un feu vert soit de Guillaumat soit de son chef d’état major. Pour caractériser les faits, la présence de cet officier était elle nécessaire ? Certainement pas (et on en arrive au lieutenant commandant de compagnie qui écrit dans sa plainte qu’il n’a pas été témoin des faits, n’étant pas présent). A la limite on aurait voulu être certain que les meneurs maintiendraient leur refus on ne s’y serait pas pris autrement (c’est de « bonne guerre »). Rien ne l’indique et je me trompe peut être mais je n’imagine pas un lieutenant colonel de gendarmerie chef de la prévôté du corps d’armée (en mission) avec un capitaine de gendarmerie sans un minimum de gendarmes avec eux, normalement il y a une cinquantaine de gendarmes à la prévôté, et si il n’avait pas avec lui de gendarmes il devait au moins avoir une troupe fiable dont il avait l’assurance qu’elle obéirait, (des cavaliers du 6ème chasseur ? du 43 RI ? Rien dans leur JMO). Dans ces conditions la lecture de des ordres de marche et les sommations à ont du vraiment aggraver la situation. Je serai un adepte des théories du complot, je penserais que c’était le but, histoire d’épurer une fois pour toute ce régiment (personnellement c’est ainsi que j’aurai agi si j’avais voulu amener ces soldats à la faute). Et j’y verrai une autre raison, la présence des gendarmes qui ont une fonction de police judiciaire attestant que tout s’est déroulé dans le respect des lois et règlements, cela coupait l’herbe sous le pied à ceux qui pourraient réclamer ensuite auprès du pouvoir politique, un peu comme la présence du commissaire de police qui fait les sommations de dissolution d’un attroupement ! Le commandement savait pertinemment ce qui allait arriver (dans le meilleur des cas le craignait, dans le pire…), il savait aussi que nombre de ces volontaires s’étaient déjà plaint, que des courriers avaient circulé, que des sanctions lourdes et nombreuses risquaient d’émouvoir leurs milieux d’origine aussi était il judicieux que le chef de la prévôté soit présent.
Par ailleurs on constate que certains des condamnés avaient été mutés (à plusieurs) d'un bataillon à l'autre (ce que nous appelions le principe des "poubelles communicantes") Et on arrive ainsi à ce que Pallo qui est en prévention de conseil de guerre, deux fois (29 avril et 15 mai) n’a pas de punitions à son actif (dans son relevé de punitions !!! On aurait on oublié de transférer son dossier à son nouveau commandant d’unité ?) Il en est de même pour Brudeck (20 mai prévention de conseil de guerre) et Artomachin 20 mai prévention de conseil de guerre et seule punition le 19 juin 8 jours, la règle dans la gestion des militaires difficiles à gérer c’est de les isoler, or là on les regroupe ? Surprenant ! Si on avait voulu casser leur influence, il fallait les muter avec les Belges, le Suisses, les Grecs !
La formule employée par le colonel est lourde de sens: "le jugement du 21 au conseil de guerre a épuré le régiment et a été des plus salutaires pour la discipline générale du 2eme régiment Etranger" certes on a "épuré". Et comme l’écrivait le capitaine Jacquemin : « il faut réprimer cela de la façon la plus rigoureuse si l’on veut éviter des actes de rébellion plus grave encore » en fait plus que de punir, il faut tuer une rébellion dans l’œuf. Mais au final cette affaire se termine par la disparition du quart des effectifs et la dissolution du bataillon F autrement dit par la victoire posthume des mutins! C’est d’autant plus dommageable que semble t’il il avait été acté le transfert de ces volontaires dans leurs armées nationales dans les jours précédant la rébellion

Concernant les « contrats » je sais parfaitement que c’est biaisé, bien entendu et que cela n’a rien à voir avec l’achat d’un ticket de chemin de fer, et je ne me plaçais pas réellement sur le plan du droit ce que je voulais exprimer c’est que ces engagés d’une certaine manière avaient été trompés (ou tout au moins le pensaient, il est d’ailleurs à noter que ce problème s’est aussi posé pour certains des quelques volontaires ressortissant des états unis) , ce qui est une circonstance atténuante mais qui ne peut pas être prise en compte par un conseil de guerre spécial qui ne peut que répondre oui ou non aux questions le oui à certaines entrainant automatiquement la peine de mort..
Il a pu paraitre choquant à certain de voir des citations « malveillantes » envers la légion, mais c’est ce que pensaient certains français y compris dans le monde politique de gauche de l’époque, faire remonter cet antagonisme à la commune est réducteur (même si c’est intellectuellement confortable) car tout d’abord il n’y avait lors de la répression de la commune que 1000 légionnaires sur 116 000 hommes (et encore sur ces 1000 la moitié étaient des français dont pas mal de bretons) Il faut tenir compte du fait que si entre 1870 et 1914, il y a eu certes un patriotisme exacerbé dans la population (avec les hussards noirs de la république) il y a aussi eu un fond d’antimilitarisme ambiant non négligeable, la participation de l'Armée aux troubles ouvriers de Lyon (1887), Fournîtes (1891), Chalon-sur-Saône (1891), Longwy (1905), Bassin-de-Lens (1906), Raon-l'Etape (1907), Villeneuve-Saint-Georges (1908) y est pour beaucoup, la Confédération Générale du Travail (C.G.T.) demande à son vice-président Georges Yvetot de se consacrer à la lutte antimilitariste. "Il va organiser une campagne de propagande avec distribution de tracts incitant les soldats à désobéir et à ne pas tirer sur les ouvriers" La presse fourmille de publications antimilitaristes (voir les « carnets du soldat » de « l’AURORE », journal socialiste de Georges Clémenceau ou « L’AUTORITE » journal de droite de G de Cassagnac, »La GUERRE SOCIALE », « L’ASSIETTE AU BEURRE » etc.) , le monde politique se méfie du corps des officiers, ne veut pas d’engagés le problème se posera pendant une partie de cet entre deux guerre pour les troupes de marine qui ont besoin d’engagés). Non la réputation de la légion vient plutôt en grande partie de son mode de recrutement qui en fait sa spécificité dans le monde militaire, à partir du moment où le recrutement se fait sous une identité de son choix et une nationalité de son choix, et qu’un délinquant peut se « racheter » envers la société sous une autre identité, il est logique que certains aient une image négative. Par ailleurs force est aussi de constater qu’à cette époque, la consommation de vin est sans doute excessive chez les légionnaires (comme d’ailleurs dans les troupes coloniales outre mer), il a même été écrit « lorsque les légionnaires ne sont pas ivrognes en arrivant, ils le deviennent presque tous, quelle que soit la classe à laquelle ils appartiennent » ceci a été écrit entre 1899 et 1901( les connaisseurs de la Légion savent parfaitement qui a écrit cela). Autre grief fait semble t’il par certains volontaires, la légion est sans drapeau, c’est faux et vrai, faux car le 1er RE et le 2eme RE ont un drapeau mais les régiments de marche (régiments provisoires) émanation d’un régiment « support » eux n’ont effectivement pas de drapeau, (le 2eme Régiment de marche étranger/2eme RE) se verra remettre son drapeau en septembre 15 (peu de temps avant sa dissolution), on me rétorquera qu’il n’y a qu’un drapeau pour les chasseurs, mais c’est différent, le bataillon est unité faisant corps avec son fanion.

Concernant la légion je conseillerai de lire (même si cela concerne un période plus tardive et qu’il ya depuis la création de la Légion un nombre impressionnant de livres, romans et mémoires qui lui ont été consacré) Jacques WEYGAND « légionnaire » Paris 1951
Georges MAMUE « têtes brulées » Paris 1929
Zinovi PECHKOFF « la légion étrangère au Maroc » Paris 1927
Mais surtout
Docteur Pierre BONNETTE « la Légion Etrangère, ses prouesses, ses maladies, ses médecins » Tours 1933. (A noter qu’Il s’agit d’un médecin militaire 1868/1948)
« La Légion Etrangère Histoire et Dictionnaire » Robert Laffont &amp; ministère de la Défense 2013. La « bible »
Jean Paul MAHUAULD « E.V.D.G. – Engagés Volontaires pour la Durée de la Guerre à la Légion étrangère » Grancher 2013 (mais n’aborde que le côté « positif » malgré tout intéressant).
Concernant les engagés et l’armée professionnelle :
A HAMON « psychologie du militaire professionnel » Paris 1894 en sachant que ce pilosophe est engagé (anarchiste, puis socialiste, puis communiste) malgré tout et malgré les outrances (pour l’ancien militaire professionnel que je suis) il y a matière à réflexion. En outre cela donne une idée de ce que peuvent penser en 1914 certains milieux parisiens, je précise que citer cette étude ne veut pas dire que j’adhère aux idées développées (loin de là)



sur ce je ne participerai plus à ce blog car je crains qu'il soit impossible de discuter sereinement sans donner l'impression d'aggresser des institutions ou des admirateurs de ces institutions, ce qui pour qui m'ont connu dans une vie antérieure (un membre de ce forum a travaillé avec moi) rigoleront à l'idée que je puisse être un "bobo gauchiste" celui qui me l'a écrit se reconnaitra. ce n'est pas "zéphyr Joyeux" je le précise.

Et Non je ne suis pas spécialiste de la presse d'avant 14 mais si j'ai cité nombre de titre et le tirage c'etait juste pour faire remarquer que les sous officiers comme les autres français de cette époque lisaient des journaux et quand j'affirme quelque chose j'essaye de le prouver ou au moins de fournir des arguments.Il ne s'agit pas des collections d ela BN mais d'études sur le tirage de la presse française, et je ne vois pas ce que vient faire la bibliothèque du 2 Etranger ni le fameux TTA 150 (pour les non militaires "Traité Toutes Armes" il s'agit des fascicules documents règlementaires généraux de l'armée de terre française, le 150 est la bible du sous officier 20 tomes? topographie, armement, combat etc...) ni même la référence à Déodat du Puy-Montbrun qui fut parmi les créateurs de "Cercottes" qui est certes une figure et un héros mais a commencé sa vie militaire en 1938!Il serait bon de rester centré sur le sujet 14-18

Dans l'affaire des 9 fusillés dont il est question c'est juste mon ressenti, mon interprétation et je peux me tromper sur toute la ligne, je l'admets parfaitement, mais j'essaye de rester objectif et de citer des références, malgré tout je reste comme tout le monde subjectif dans mon mode de pensée, mais paradoxalemen tpar "formation intellectuelle et professionnelle" je serai plutôt du coté répressif que permissif mais le mode de fonctionnement des Conseils de Guerre Spéciaux me semble excessivement peu respectueux d'apporter un minimum de droits à la défense. Et que d'autres pays à d'autre époque aient fait pire ou pareil n'est pas une excuse.

Cordialement
Pierre
pierre

zephyr joyeux
Messages : 878
Inscription : jeu. avr. 24, 2014 2:00 am

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par zephyr joyeux » mar. août 30, 2016 12:52 am

Bonjour.Nous vous remercions pour votre brillante intervention et avons maintenant l obligation de vous eclairer sur nos loisirs (la bibliotheque,DDPM,et surtout le musee grace a Fred entre autres).Une population jeune ne pouvant se passer de musique,nous avons eu le plaisir d avoir comme sponsor "Mr Serge Gainsbourg",fils d immigres juifs russes qui a reussi une grande carriere musicale.Lors d une garden party, il a avoue prefere la compagnie des légionnaires a celle de .....Ses photos trônent sur les murs du cercle des caporaux chefs.Il nous aurait raconte qu un accueil bien moins sympathique lui aurait été reserve a Nice et a Strasbourg par des membres d une association que vous connaissez bien.Afin de l empecher de chanter une version reggae de la marseillaise,avec les chœurs de Bob Marley,il aurait recu de copieuses insultes personnelles,lui ainsi que ses musiciens noirs, traites de m.......A cette epoque la, j ai demande a Deo ce qu il en pensait et il me repondit:"on ne peut theoriser d apres l attitude et les propos de NG2".Aussi,ne pensez vous pas qu il est extrêmement imprudent de parler d antisemitisme dans l affaire qui nous interesse.Et je ne parle meme pas de l ivrognerie.
Lors de la Saint Barthelemy,pres d une centaine de catholiques et de juifs ont été assassines par les emeutiers.Charles IX serait il petainiste ?Dans l affirmative,Louis IX serait alors un nazi,et Pierre le Grand certainement un stalinien? Cordialement.
zephyr joyeux

pierreth1
Messages : 1756
Inscription : sam. déc. 30, 2006 1:00 am

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par pierreth1 » mar. sept. 06, 2016 4:50 pm

Bonjour,

J'avais décidé de ne plus alimenter ce sujet, mais je continue à lire les documents disponibles et je suis "tombé" sur une relation d'évènements semblables dans un second régiment à la même période.

je n'avais pas fait le rapporchement lorsque l'on parle de Carency car le 2eme Régiment de Marche du 2eme Regiment Etranger n'y participe pas et donc ne subit pas de pertes à cette occasion. les pertes de cette unité sont d'ailleurs plutôt basses n'étant pas exposé à des opérations d'envergure.

En réalité ces pertes sont subies par le 2eme Régiment de Marche de la Légion Etrangère du 1ere Regiment Etranger

sur le JMO de cette deuxième unité on lit:

24 Juin
"A 12 heures le régiment reçoit l’ordre d’aller relever avec deux bataillons et deux sections de mitrailleuses les zouaves qui occupent les tranchées de première ligne……. L’heure de départ est fixée à 13h30……….A l’heure du rassemblement les russes qui en majeur partie ont adressé des demandes tendant à les faire affecter à des régiments français de la 10ème Armée , se réunissent à part et opposent à toutes les exhortations et à toutes les injonctions un refus catégorique de marche.
Du fait de cette mutinerie le départ du Régiment est retardé d’une demi-heure"
25 Juin
"Les russes installés au cantonnement de Tincques se décident à marcher et sous le commandement du sous lieutenant Eyremoff rejoignent leur unité dans les tranchées dans la matinée du 25 juin….."
27 Juin
Le Colonel Oznobichine adjoint à l’attaché militaire due Russie en France arrive à Tincques où il voit individuellement les Russes et leur explique le sens et l’esprit des décisions ministérielles prises à leur égard et en vertu desquelles il leur est possible sur leur demande soit de retourner en Russie pour y faire leur service français soit pour passer dans un régiment français"
1er Juillet
"Les éléments Russes à l’effectif de 150 sont en instance de résiliation d’engagement ou de mutation pour passer dans un corps de troupe français métropolitain."

Donc les mutineries ont touché les deux régiments de marche comprenant un fort effectif de russes. Le traitement à été différent car le refus de monter en ligne dans cette unité n'a pas fait l'objet d'une plainte en Conseil de Guerre, mais ce régiment n'était pas affecté au même corps d'armée, donc les mêmes refus d'obéissance en groupe ( le JMO parle d'ailleurs de "mutinerie") pour des motifs vraisemblablement proches (si ce n'est semblables) n'a pas été traité de la même manière ni avec la même rigueur puisqu'on se contente de constater que les mutins rejoignent leur position le lendemain!

Cordialement

Pierre

pierre

Putine
Messages : 888
Inscription : sam. sept. 27, 2008 2:00 am

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par Putine » mer. sept. 07, 2016 8:17 am


Bonjour Pierre ! :hello:
Bonjour zephyr joyeux ! :hello:

C' est tres interessant...

Bien cordialement,
Igor


pierreth1
Messages : 1756
Inscription : sam. déc. 30, 2006 1:00 am

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par pierreth1 » lun. sept. 19, 2016 2:25 pm

Bonjour,

Un point de détail (peut être sans signification) nous savons que le commandant Vary a été muté à la suite de cette affaire (le capitaine Guillaumin dans un document du 26 juin 1915 fait état de cette mutation) , mais le commissaire rapporteur le capitaine Guillaumin du 75 RIT à lui aussi été muté: le 23 juillet 1915 au 284 RI (directive ministérielle du 11 juillet 1915) autrement dit les deux protagonistes de cette affaire (hors 2ème régiment de marche) ont été rapidement mutés.


Il serait possible que ce capitaine G Guillaumin soit en réalité Guillaumin Augustin Georges né le 2 juin 1868 à Angoulème, qui fut batonnier de l'ordre des avocats parisiens et conseiller municipal, chevalier de la LH en 1917 dans sa nomination en date du 21 avril 1917 il est "capitaine territorial à l'état major d'une armée" Cet avocat signe G Guillaumin et non A Guillaumin, or Le capitaine du conseil de guerre signe lui aussi G Guillaumin, les signatures sont différentes à première vue (mais pas tant que cela) , et sur les pièces du conseil de guerre et les lettres qu'il signe la signature varie .

A noter que l'on trouve trace de l'execution dans le JMO du service de santé du 75 RIT, à la date du 23 juin (mais sans qu'il soit fait état de la participation d'un médecin de cette unité, ce qui est cohérent son installation étant à Villers Franqueux jusqu'au 23 date à laquelle il se déplace sur Chenay) .

Cordialement
Pierre




pierre

air339
Messages : 2815
Inscription : mer. janv. 21, 2009 1:00 am

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par air339 » lun. sept. 19, 2016 7:31 pm

Bonjour Pierre,


Cette mutation du cpt Guillaumin est peut-être une pièce supplémentaire de ce tragique puzzle.

Le chef de bataillon Vary passe au 49e BCP (52e DI) le 26 juin, sans plus d'explication.

Concernant l'avocat de la défense, le ss lt Boisjoux, je n'ai pas trouvé son unité, mais seule certitude, il n'est pas mentionné dans le tableau des effectifs du 2 RE.


Bien cordialement,

Régis

pierreth1
Messages : 1756
Inscription : sam. déc. 30, 2006 1:00 am

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par pierreth1 » mar. sept. 20, 2016 10:46 am

Bonjour,
Concernant Guillaumin, il commence la guerre en aout 14 comme lieutenant à la 8eme compagnie du 75 RIT, il est désigné en janvier 1915 par un ordre de la division d'infanterie provisoire (qui devient en juin le groupe Guerin) commissaire rapporteur auprès du conseil de guerre de la DIP
Il passe capitaine TT par DM du 28 mai 1915

Je n'arrrive pas non plus à trouver le SLt Boisjoux en épluchant les JMO des différentes unités ayant été dans le secteur en élargissant, effectivement il n'appartient vraisemblablement pas au 2eme RM

Mais je ne trouve pas dans les différents JMO mention de la "parade d'exécution" (mais il est difficile de faire le point sur toutes les unité qui auraient pu être dans le secteurs) or si les descriptions sont fidèles aux faits il fallait 108 soldats et sergents pour les différents pelotons! et 18 pour l'accompagnement des condamnés (soit 126 au minimum)! en plus des troupes (plus ou moins nombreuses) contraintes d'assister (sous les armes ) je ne vois pas comment l'unité chargée de fournir les soldats ne l'aurait pas noté dans son JMO, à la lecture des JMO on voit bien qu'ils sont plus ou moins bien tenus mais quand même!

Sur le plan annecdotique (mais sans rapport avec les faits) la lecture de ces JMO prouve que tous les actes d'automutiltation ne faisaient pas systématiquement l'objet de poursuite devant le CG, on y découvre des blessures par arme à feu en nettoyant une arme et même une blessure au pied par carabine (6eme chasseur) approvisionnée armée chutant..Tout est toujours possible mais.. à priori il y a eu des médecins d'unité qui ont "humainement" avalisé les faits parce que réussir à se blesser avec son lebel en le nettoyant.....(blesse son camarade oui mais soi même??
Cordialement
Pïerre
pierre

pierreth1
Messages : 1756
Inscription : sam. déc. 30, 2006 1:00 am

Re: 2 RMLE 8 fusillés le même jour? (Fusionné avec "Révolte juin 1915")

Message par pierreth1 » jeu. sept. 22, 2016 1:12 am

Bonsoir
Concernant les évènements de pévy il est fait mention outre le lieutenant colonel Bonnet prévôt du 1er CA et d'un capitaine de gendarmerie Richard.
Le capitaine Richard sert comme prévôt de la 1ere division d'infanterie avant d'être appelé au 1er corps d'Armée comme adjoint au prévôt. On peut se demander pourquoi le chef et son adjoint se trouve le soir au même endroit (à Pévy)en général en cas de tournées d'inspection l'adjoint n'accopagne pas le chef et l'un des deux est censé rester auprès de l'état major.

Concernant l'éxécution, en charchant dans les différents JMO ,rien et pourtant dans celui du 43 il y a deux mentions (à deux jours differents) concernant la parade d'execution de la degradation d'un sergent.. L'unité présente à Pévy ce jour là est le 1er bataillon du 43 commandé par le chef d ebataillon Vary affecté à ce régiment en décembre 1914 et antérieurement officier d'état major à la premiere brigade d'infanterie.
L'éxécution a eu lieu sur le territoire d ela 1ere division 1ere brigade et aucu nJMO sante, prevote, unites ne fait état de cet évenement (à part le JMO du service de santé du 75 RIT le lendemain d el'évènement.
C'est assez surprenant.

je rencontre la petite fille du légionnaire Elfand demain soir

Cordialement
Pierre
pierre

Répondre

Revenir à « Légion étrangère »