Les mitrailleurs enchaînés à leurs pièces...

monte-au-creneau
Messages : 4331
Inscription : dim. nov. 02, 2008 1:00 am

Re: Les mitrailleurs enchaînés à leurs pièces...

Message par monte-au-creneau » lun. nov. 22, 2021 12:06 pm

Alain Dubois-Choulik a écrit :
dim. nov. 21, 2021 12:34 pm
Bonjour,
Enchainés ? il me semblait la question résolue.
Je regardais l'une des photos du site, la légende mentionne
(......) Ses clichés témoignent de ce moment important pour les populations belges, celui où l’ennemi craint pendant cinquante mois devient un vaincu.
Un vaincu !!! ???? Un vaincu est fait prisonnier et désarmé, au "mieux" il recule en vitesse en essayant d'échapper à un (ex-)ennemi qui le suit de près !!! Là il repart, avec armes et bagages - armes au sens propre, personne ne leur a confisqué leurs cartouches ; l'Armistice n'est pas signé, mais ça ne changera rien ensuite.
Les chariots sont chargés à craquer, (de nombreuses villes ont été évacuées pour "leur sécurité", et les maisons inoccupées sont tentantes) et pendant qu'une arrière-garde se dévoue, retenant des alliés qui sentant la fin prochaine n'ont pas envie de prendre trop de risques, il retraversent la Belgique, calmement, personne ne les agresse. Je n'ai noté qu'une seule fois dans les historiques allemands une volée de cailloux, alors que ces rédactions faites pour certaines "en préparation de la suivante" n'auraient pas manqué de signaler une quelconque embuscade, mais faite avec quelle arme d'ailleurs ?

Les régions envahies contentes de voir partir l’occupant, comme un propriétaire respire au départ d'un locataire indélicat, les regardent passer, et même cantonner en centre ville parfois. Sur certaines photos (ailleurs) on croirait un défilé militaire au milieu d'une population en paix !
Le chemin est tout tracé pour atteindre la frontière qu'ils vont traverser calmement pour être acclamés à leur passage dans les villes qui pavoisent.
Cordialement
Alain
Bonjour,
Ils ont du copieusement se servir et ont du rentrer chez eux bien chargés... Il me semble même avoir lu que, bien plus tard, des descendants de ces "teutons-casque-à-pointe" ont restitué (à leur propriétaire) des biens issus des villes pillées... Mais j'ai oublié où j'ai lu ça !



Cordialement.
On s'éloigne des mitrailleurs enchainés... s'ils existent :mrgreen:

Avatar de l’utilisateur
kglbayrRIR2
Messages : 130
Inscription : ven. déc. 04, 2020 11:53 am

Re: Les mitrailleurs enchaînés à leurs pièces...

Message par kglbayrRIR2 » ven. janv. 21, 2022 1:58 am

Bonsoir,
monte-au-creneau a écrit :
dim. nov. 21, 2021 11:31 am
Ce qui est certain, c'est que dans la 2e moitié de 1918, les Allemands désertent en masse, sans qu'il soit possible de freiner le mouvement... De là à les enchainer à leur canon et à leurs mitrailleuse pour les empêcher de déserter, il y a un pas ... que je ne franchirais pas.
j'ai toujours considéré comme absurdes les déclarations de soldats français selon lesquelles ils auraient vu des soldats allemands attachés à la mitrailleuse. Maintenant, cependant, j'ai trouvé des indications claires dans l'histoire d'un régiment de saxe (heureusement pas bavarois !!) que cela était manifestement pratiqué.
L'auteur se plaint du déclin de la discipline dans les troupes et critique un règlement vers la fin de la guerre selon lequel les soldats ne pouvaient plus être attachés.Incroyable. Je suis horrifié.
anbinden02.png
anbinden02.png (655.36 Kio) Consulté 508 fois
anbinden01.png
anbinden01.png (1.11 Mio) Consulté 508 fois
Traduction :
(anbinden02)
Une autre injonction préjudiciable était l'interdiction de lier au lieu d'une arrestation accrue. Dans la guerre de mouvement, il n'y a généralement pas de possibilité - souvent dans la guerre de position - de purger des peines d'arrêt dans une cellule.
(anbinden01)
Plus tôt la peine commence à être purgée, plus l'impression sera efficace non seulement sur le délinquant mais aussi sur d'autres éléments non fiables. Quiconque connaît la dure réalité de la vie de soldat le sait. L'attache de deux heures la veille devant l'ennemi au lieu d'un séjour de 24 heures dans une cellule sombre avec du pain et de l'eau et une literie dure était en fait la seule sanction disciplinaire efficace pour certaines personnes.
source: v. Kotsch (Generalleutnant a. D.), Aus der Geschichte des früheren Königlich Sächsischen 9. Infanterie-Regiments Nr. 133, Dresden 1924, p. 243 f

Cordialement
Joseph

Avatar de l’utilisateur
Ben El Mehli
Messages : 490
Inscription : lun. nov. 25, 2013 1:00 am

Re: Les mitrailleurs enchaînés à leurs pièces...

Message par Ben El Mehli » ven. janv. 21, 2022 4:43 pm

Bonjour.
Il n'est nullement fait mention d'armes, mitrailleuses ou canons, dans tout cela.
Par contre, ce que vous citez ressemble davantage à certaine mesure ( prise, je crois mais c'est à vérifier, par le Gal Pétain ) qui consistait à expédier , sans armes, des soldats , au delà du parapet, entre les lignes, face à l'ennemi .
Peut être là:
viewtopic.php?f=23&t=72880&p=531560&hil ... nçailles#p
Cordialement
Ben El Mehli

Avatar de l’utilisateur
kglbayrRIR2
Messages : 130
Inscription : ven. déc. 04, 2020 11:53 am

Re: Les mitrailleurs enchaînés à leurs pièces...

Message par kglbayrRIR2 » sam. janv. 22, 2022 1:26 pm

Bonjour,
Ben El Mehli a écrit :
ven. janv. 21, 2022 4:43 pm
Il n'est nullement fait mention d'armes, mitrailleuses ou canons, dans tout cela.
vous avez bien sûr raison de dire qu'il s'agit en fait d'une sanction disciplinaire. Entre-temps, j'ai également trouvé le règlement d'application correspondant du 2 juillet 1873. Il était valable jusqu'en 1917. Il était reconnu que la peine tendait à encourager la désertion.
anbinden_bestimmungen01.png
anbinden_bestimmungen01.png (164.08 Kio) Consulté 350 fois
Il stipule (traduit mutatis mutandis) que le délinquant doit purger une peine d'arrêt sévère en étant ligoté pendant 2 heures ou en portant des « fusils » ou des « selles » si une cellule d'arrestation appropriée (par exemple lors d'un combat) n'est pas disponible. S'il doit être attaché, cela se fait généralement debout le dos au mur ou un arbre. L'emplacement ne doit pas être visible « au public » (??). Dans le même temps, cependant, cela devrait se produire pendant la «garde» et sous «surveillance militaire».
La question est maintenant de savoir où était quelqu'un attaché s'il n'y avait pas « d'arbre » ou de « mur ». Il n'est pas tout à fait faux de supposer qu'un trépied de mitrailleuse à l'avant a ouvert une opportunité pour cela. Un lien avec les « fusils » est également établi dans le règlement d'application. Il faut dire qu'en allemand à cette époque, la mitrailleuse était aussi généralement appelée « Gewehr » (= fusil ; plus tard simplement « MG »).

Vos conseils pèsent lourd. Je dois admettre que je n'ai pas encore de preuve concluante que la punition, car je crois qu'elle a eu lieu. D'un autre côté, les supérieurs militaires évitaient naturellement de documenter toute forme de mauvais traitement des subordonnés. Les officiers pourraient être sévèrement punis pour cela.
Quant à la pratique du côté anglais ou français, je suis un peu perplexe. Le général de division Alfred von Kotsch, que j'ai cité (voir ci-dessus), s'est plaint pendant près de 2 pages du bien trop laxisme de la juridiction militaire allemande. Il est d'avis qu'il aurait fallu agir beaucoup plus sévèrement contre ses propres soldats. Mais la « social-démocratie » a empêché cela. Il croyait que la France avait également gagné la guerre parce qu'elle avait pris des mesures immédiates et rigoureuses contre la fatigue de guerre et la mutinerie en 1917.
(Oh oui. Hélas ! Avec les généraux allemands, c'était toujours les autres qui étaient à blâmer.)

Enfin, quelques lignes d'un poème bien connu d'Erich Kästner. (Ses livres ont donc été brûlés en 1933.)

Die andere Möglichkeit
(…)
Wenn wir den Krieg gewonnen hätten,
dann wär der Himmel national.
Die Pfarrer trügen Epauletten
Und Gott wär deutscher General.
(…)
Dann läge die Vernunft in Ketten.
Und stünde stündlich vor Gericht.
Und Kriege gäb's wie Operetten.
Wenn wir den Krieg gewonnen hätten -
zum Glück gewannen wir ihn nicht!

L'autre possibilité
(...)
Si nous avions gagné la guerre
alors le ciel serait national.
Les curés portent des épaulettes
Et Dieu serait un général allemand.
(...)
Alors la raison serait enchaînée.
Et serait au tribunal toutes les heures.
Et il y aurait des guerres comme des opérettes.
Si nous avions gagné la guerre -
heureusement que nous ne l'avons pas gagné !

Bien cordialement !
Joseph

Avatar de l’utilisateur
Ben El Mehli
Messages : 490
Inscription : lun. nov. 25, 2013 1:00 am

Re: Les mitrailleurs enchaînés à leurs pièces...

Message par Ben El Mehli » sam. janv. 22, 2022 4:37 pm

Bonjour.
Et pourquoi pas les " faire passer par les baguettes " comme sous Frédéric II ?
Renouons avec les bonnes vieilles traditions militaires prussiennes ! :evil:
Cordialement.
Ben El Mehli

Avatar de l’utilisateur
kglbayrRIR2
Messages : 130
Inscription : ven. déc. 04, 2020 11:53 am

Re: Les mitrailleurs enchaînés à leurs pièces...

Message par kglbayrRIR2 » sam. janv. 22, 2022 6:23 pm

Bonsoir,
Ben El Mehli a écrit :
sam. janv. 22, 2022 4:37 pm
Et pourquoi pas les " faire passer par les baguettes " comme sous Frédéric II ?
malgré la gravité du sujet, je dois rire maintenant. C'était exactement ce que demandait le vieux général saxon. Dans chaque troisième phrase, il parle du "Vieux Fritz" (Friedrich II).
J'espère que vous comprendrez que nous, les Bavarois, pensons différemment à ce sujet.

Salam
Joseph

Répondre

Revenir à « Sujets généraux »