transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey


Modérateurs : armand, Charraud Jerome, Arnaud Carobbi, Jean RIOTTE, - Joel Huret -, Gilles ROLAND, alain chaupin

mahele
Messages : 65
Inscription : jeu. août 02, 2007 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par mahele » jeu. août 16, 2007 10:13 pm

Voici la lettre que mon grand-père Joseph, instituteur varois, 21 ans , a écrite à sa famille à Six-Fours :

Au Repos. Jeudi 8 avril 1915
Mes chers Parents.
Excusez-moi si depuis 3 jours je ne vous ai plus donné de mes nouvelles. Nous étions aux tranchées, nous avons fait une attaque terrible à la baïonnette et ensuite comme repos il nous a fallu soutenir les attaques des autres. Nous nous sommes battus comme des enragés; il n'a pas été question d'écrire, de boire, ni de manger, à peine quelques biscuits ou quelques morceaux de viande froide entre les coups de fusil. Pour vous rassurer je vais vous dire que par miracle je n'ai rien eu, à peine la manche gauche de mon imperméable traversée d'une balle qui ne m'a pas touché la peau. Voici le récit de l'affaire,récit que vous lirez aux amis et parents qui vous demanderont de mes nouvelles, car je n'ai le temps d'écrire qu'à vous.
Le Lundi 5 avril, au soir est arrivé l'ordre de boucler le sac et de monter directement aux tranchées. On est partis sans avoir le temps d'envoyer une seule carte on a marché pendant toute la nuit ou plutôt jusqu'à 3 heures du matin. Dans les tranchées on nous a dit : " à 9 heures vous partirez à la baïonnette pour aller occuper la tranchée allemande qui n'était qu'à 50 mètres de la nôtre.à partir de ce moment l'artillerie s'est mise à canarder les tranchées boches avec toutes les pièces disponibles, même le nouveau mortier de 220 qui est peut être la pièce actuelle la plus terrible. Jamais de la vie je n'ai entendu pareil vacarme. Tous nos obus tombaient au but voulu, faisant un mal terrible.
Je voyais les obus soulever les abris allemands et envoyer leurs habitants à des hauteurs variant de 80 à 100 mètres. Quand il est venu 9 heures l'ordre est arrivé d'attendre jusqu'à midi pour attaquer et pendant 3 heures l'artillerie a continué sa besogne d'enfer. Les Boches ripostaient coup pour coup mais à l'inverse du nôtre leur tir était absolument nul. On aurait dit que tout s'écroulait, que tout sautait, enfin, je ne sais pas comment vous faire comprendre ce qu'est un feu violent d'artillerie. A midi moins le quart nous avons tous dressé une petite échelle contre le parapet de notre tranchée pour sortir vite et tous ensemble. A midi notre artillerie a cessé le feu d'un seul coup et au signal de notre capitaine nous nous sommes élancés dehors tout le bataillon à la fois. Comme j'étais nouveau dans ce métier j'étais placé entre mon caporal et mon sergent par ma propre initiative. En une demi-minute de pas de course nous sommes arrivés au parapet arrière de la tranchée boche malgré les coups de fusil qui nous partaient dessus de tous les côtés. A ce moment les boches se sont mis à se sauver vers leur deuxième ligne. Nous étions tous couchés à plat ventre. Le premier qui est sorti devant moi a eu un triste sort; à une quarantaine de mètres je l'ai visé froidement entre les deux épaules et j'ai serré la détente. Vous devinez le reste. Il est tombé bras en croix, face à terre, raide mort. Que la morale me pardonne !
Immédiatement après 3 boches cachés dans un trou sortent la tête et essayent de nous voir. L'un d'eux nous aperçoit couchés et abaisse son fusil pour nous viser. Mon caporal appuie son arme sur une pierre; pour plus de sûreté j'appuie mon lebel sur l'épaule de mon sergent et nous visons avec mon caporal le casque à pointe qui laissaient voir un peu de la figure. Nos deux coups partent en même temps le casque arraché de la tête de l'homme saute en tournoyant à un mètre de hauteur et le prussien s'écroule. Qui l'a touché ? le caporal ou moi, peut-être tous les deux. Nous sautons ensuite dans la tranchée boche où quelques types se rendent en nous offrant leur cigares et en tremblant de tous leurs membres. Mais le moment n'est pas fait pour fumer. Quelques uns gardent les prisonniers et nous commençons à organiser (?) la tranchée, contre les anciens occupants.tout d'un coup les Boches nous cernent de toutes parts et l'on nous crie de nous replier. Entendant crier hé! hé ! dans un boyau je regarde croyant voir mon sergent, dont j'étais séparé involontairement dans le feu de la lutte. Au lieu de mon sergent j'aperçois devant moi un gradé boche reconnaissable à une petite patte sur l'épaule c'était un adjudant sans doute, peut être un officier qui, fusil au poing ramenait ses hommes vers nous. il tournait la tête vers ses hommes et ne me voyait pas malgré qu'il ne fût qu'à 3 mètres de moi Je me suis dit :" Mon petit, tu es tranquille" je ne vais pas te rater." je dresse doucement mon fusil et je le vise froidement, à bout portant, à la nuque. A ce moment, du coin de l'oeil il a du voir le mouvement, car il s'est tourné brusquement vers moi avec des yeux féroces et en essayant d'abaisser son fusil vers moi; mais c'est tout ce qu'il a pu faire. Je lui ai fait partir mon coup de fusil à un mètre ou deux en pleine figure. Il a poussé un immense soupir de dégoût et d'étonnement un Oh! formidable et il s'est écroulé la tête broyée comme une pastèque la cervelle dehors. Lui aussi raide mort. Les autres n'ont pas osé voir venir ce qui se passait et j'ai pu me sauver dans notre tranchée poursuivi par les coups de fusil des Boches qui arrivaient. Ce n'est que mon imperméable qui a été touché. Je n'ai commis aucune imprudence, j'ai été courageux, je suis content de moi. car j'ai échappé de cette affaire. J'ai maintenant la consolation de savoir que si par malheur je n'échappe pas à une autre j'aurai descendu deux, et peut être trois de ces brutes de la garde impériale car ce sont ces être terribles que nous avons devant nous. Cette tranchée a été prise et reprise 4 ou 5 fois. Actuellement elle est à nous.
Vendredi 9 avril. Je continue la lettre; J'ai reçu deux des votres avec le billet bleu et les photos ainsi qu'une autre avec la toile émeri. Merci de tout mon coeur pour tout celà. Je me dépêche car l'on va ramasser les lettres. A l'instant je reçois une carte de Laurent et Marius Gerbaud vient me voir. Les 3 frères vont bien. Rassurez leurs parents. Je viens d'apprendre que je vais être nommé caporal. Pas trop tôt ! plus de corvée ni de faction aux créneaux.
Peyron a été blessé fortement mais je pense qu'il guérira. J'ai fait tout ce que j'ai pu pour celà. Les pertes de la compagnie sont de 82 hommes ( morts, blessés, disparus).
Je vais envoyer en même temps que la lettre une carte qui arrivera peut-être plus vite . Je n'ai plus reçu de colis. Restez quelque temps d'en envoyer sinon j'en aurai trop à la fois, car tous finissent par arriver.
Merci pour les cartes envoyées par Papa.
Je termine la lettre en vous embrassant de tout mon coeur.
Bonne santé,
Do
Le bonjour aux parents, amis et connaissances.
Inutile d'envoyer de l'argent j'en ai.


- Il signait "Do" car c'est ainsi que l'appelait sa petite soeur quand ils étaient enfants.
- J'ai toujours vu , accroché à une patère à l'entrée du cellier, l'imperméable troué à la manche gauche, et à l'époque, je trouvais bizarre qu'il garde cette vieillerie qui aurait pu aller toute seule au lavoir si elle avait su marcher ! De même qu'il a toujours bu son café dans son quart : cela aussi, je trouvais très bizarre et peu ragoûtant. Je regrette qu'il ne nous ait pas raconté tout cela, mais tout compte fait, je ne crois pas que cela nous aurait intéressés; trop tôt !

Marie-Hélène


Marie-Hélène

Avatar de l’utilisateur
mounette_girl
Messages : 4894
Inscription : lun. juil. 18, 2005 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par mounette_girl » ven. août 17, 2007 11:35 am

quote]--- Je regrette qu'il ne nous ait pas raconté tout cela, mais tout compte fait, je ne crois pas que cela nous aurait intéressés; trop tôt ![/quote] Merci, Marie-Hélène, pour le mal que vous vous êtes donné afin de nous transcrire ce témoignage de votre grand-père.
Et vous avez raison, quand on est enfant, on ne mesure pas l'importance de tels récits.
Merci encore.
Cordialement.
Mounette.
"Tes yeux brillaient moins aujourd'hui /Dis-moi, dis-moi pourquoi chère âme /Dis-moi quel chagrin, quel ennui /Mettait un voile sur leur flamme." - Sergent Ducloux Désiré, dit Gaston - 146° RI

mahele
Messages : 65
Inscription : jeu. août 02, 2007 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par mahele » ven. août 17, 2007 12:56 pm

Merci pour votre marque d'intérêt, Mounette : aucun mal, ( je tape vite) et toujours contente de venir lire le forum.
Marie-Hélène
Marie-Hélène

Avatar de l’utilisateur
Jean RIOTTE
Messages : 6092
Inscription : sam. nov. 05, 2005 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par Jean RIOTTE » ven. août 17, 2007 1:00 pm

Bonjour Mahele,
Bonjour à toutes et à tous,
Belle lettre montrant bien combien l'issue d'une attaque pouvait changer très rapidement. Merci de ce témoignage. A quelle unité appartenait votre parent?
Cordialement.
Jean RIOTTE.

mahele
Messages : 65
Inscription : jeu. août 02, 2007 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par mahele » ven. août 17, 2007 1:24 pm

Je ne sais si je réponds à votre demande ( unité ?) mais mon grand-père faisait partie de la 8 ème cie du 163ème RI.
Le maire de Flirey,dans son garage de Limey, nous a fort gentiment reçus et nous a dit ne rien avoir dans sa ( minuscule) commune, pas d'argent, pas de témoignagnes, pas de photos ; il se disait un peu démuni et dépassé par l'ampleur de la tâche quand il recevait des lettres demandant des renseignements.
Il nous a aussi beaucoup amusés en nous racontant la visite rapide de M. Estrosi, ministre délégué etc etc,( originaire des Alpes-Maritimes) qui s'était étonné de la coïncidence extroaordinaire : " Ah bon, Flirey comme l'avenue de Flirey à Nice?" Il est vrai qu'un ex-sportif de haut niveau ne peut pas tout savoir, même s'il vient sur le terrain en qualité de ministre. et qu'il voit sur le MAM que le 163ème était composé de soldats de 06 et 83 ........
:lol: :ange:
Amicalement,
Marie-Hélène
Marie-Hélène

Avatar de l’utilisateur
Jean RIOTTE
Messages : 6092
Inscription : sam. nov. 05, 2005 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par Jean RIOTTE » ven. août 17, 2007 1:56 pm

Re-,
Je "connais" Mr Estrossi pour l'avoir "fréquenté" professionnellement lorsque je servais pas très loin de Nice.
Oui, par unité j'entendais régiment. Merci de votre réponse.
Cordialement.
Jean RIOTTE.

humanbonb
Messages : 1635
Inscription : ven. juil. 08, 2005 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par humanbonb » mer. mai 07, 2008 12:28 pm

Bonjour à tous et à toutes,
Pour faire suite à ce post, je me permet de vous faire part des photos d'un coupe papier. Qui sait, la bataille décrite se déroulait peut être au bois de Mortmare.


Image

Image

Image

Sur ce dernier cliché, difficle à lire mais il est écrit " A Mon Cher Papa ".



Bonne journée à tous.
Julien.


p Lamy
Messages : 960
Inscription : ven. juin 01, 2007 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par p Lamy » jeu. mai 15, 2008 2:28 pm

Bonjour,
merci pour ce superbe témoignage plein d'action et vraiment à chaud après les événements.
Il faut que je cherche dans mes photos mais je crois avoir des images du secteur Flirey-Limey.

Cordialement.
P. Lamy
"C'est le Vin qui a fait gagner la Guerre"
Jean-Louis Billet, agent de liaison au 70e BACP

humanbonb
Messages : 1635
Inscription : ven. juil. 08, 2005 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par humanbonb » ven. mai 16, 2008 2:58 pm

Merci à toi p.Lamy de réagir sur ce post, je suis impatient de voir les photos si tu les retrouve.
Bonne journée.

p Lamy
Messages : 960
Inscription : ven. juin 01, 2007 12:00 am

Re: transcription d'une lettre relatant la bataille de Flirey

Message par p Lamy » lun. mai 19, 2008 8:22 am

Bonjour,
quelques images...
Image
Image
Cordialement
P. Lamy

Répondre

Revenir à « Pages vécues : récits & témoignages »