Re: 5ème RCA

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » jeu. nov. 12, 2020 3:25 pm

BOYART Léon211.png
BOYART Léon211.png (159.33 Kio) Consulté 864 fois
(Collection BOYART)

Bonjour,

Chasseurs du 2escadron du 5e RCA fin 1918. Peut-être que l'un d'entre eux est notre cavalier du régiment de ce jour, Fernand GATTI.

GATTI, Fernand - né le 2 septembre 1894 à AIN BESSEM (Algérie)
Il exerce la profession de maçon lorsqu'il est incorporé le 1er septembre 1914 au 5e RCA.
Arrivé au corps le 19 septembre 1914.
Parti aux armées le 24 août 1915.
Il est affecté au 2ème escadron du 1/2 régiment du 5e RCA.
Le régiment se trouve à cette époque près de SAINTE MENEHOULD.
Le 14 juin 1919 il passe au 2e RCA.
Mis en congé illimité le 23 août 1919.
Il est titulaire de la médaille interalliée.
Croix de guerre étoile de Bronze.
Médaille commémorative de la Grande Guerre.
Cité à l'ordre du Régiment N° 84.
"A fait preuve de courage, d'endurance et d'allant au cours de 10 patrouilles successives faites en avant des lignes et en participant à l'attaque d'un poste ennemi".
Aucune date précisée.
Bonne journée.
François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » ven. nov. 13, 2020 8:33 am

BDIC_VAL_108_004-2.jpg
BDIC_VAL_108_004-2.jpg (128.21 Kio) Consulté 846 fois
(ECPAD)

Bonjour,

Cavaliers du 5e RCA en exercice de reconnaissance en 1915 près de SAINTE MENEHOULD (Marne).
Au sein du régiment se trouvait Fernand GOBRON tout jusque 20 ans à la déclaration de guerre.
GOBRON, Fernand est né le 1er août 1894 à RUMIGNY dans les Ardennes.
Le 11 octobre 1912 il s'engage pour 5 ans à la mairie de SIGNY L'ABBAYE (Ardennes) au titre du 5e RCA.
Arrivé au corps le 25 octobre 1912.
Il participe avec le 5e RCA à la bataille de Charleroi, la retraite, la Marne, L'Yser, l'Argonne puis l'Alsace.
Le 20 juillet 1916 occupe les tranchées de PFETERHAUSEN. Fernand GOBRON fait partie des 40 volontaires des 2e et 5e RCA sous les ordres du Lieutenant DUFOUR du 2ème escadron pour effectuer à 23 heures un coup de main dans les tranchées Allemandes du Largin.
L'opération est éventée suite à des indiscrétions et échoue.
Le 2ème RCA à 1 tué et 1 disparu ainsi que 12 blessés.
Le 5ème RCA à 4 blessés dont 1 grave.
De nombreuses récompenses sont attribuées aux chasseurs. Fernand GOBRON sera cité à l'ordre du Régiment et obtiendra la croix de guerre "Volontaire pour toutes les missions périlleuses de la semaine du 13 au 20 juillet 1916, s'est particulièrement fait remarquer dans l'opération du 20 où il a fait montre de beaucoup de courage et d'énergie".
Le 17 décembre 1917 il est muté au 4e RCA et part pour l'Orient jusqu'en avril 1919.
Il est démobilisé le 9 août 1919.
Bonne journée à tous.

François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » sam. nov. 14, 2020 10:00 am

BRUN, Jean.JPG
BRUN, Jean.JPG (131.8 Kio) Consulté 814 fois
(Mémoire des hommes - JMO 4e RMZ)

Bonjour,

Aujourd'hui honneur à Jean - Henri BRUN du 5e RCA détaché au 4e régiment de marche de zouaves comme éclaireur monté.
BRUN, Jean - Henri est né le 1er mars 1890 à LYON.
Employé il décide de s'engager le 5 octobre 1909 pour 3 ans à la mairie de LYON 2 au titre du 2ème régiment de Dragons.
Arrivé au corps le même jour.
Envoyé dans la disponibilité le 5 octobre 1912.
Rappelé à l'activité le 1er août 1914 au 5e RCA à ALGER.
Arrivé le 3 août 1914.
Détaché au 4e RMZ comme éclaireur monté.
Blessé grièvement à la tête et au bras le 17 juillet 1918 dans l'Aisne.
Cité à l'ordre du régiment, 4e RMZ, le 13 novembre 1916.
"Au front depuis le début de la Campagne, s'est fait remarquer pendant la période du 23 au 29 octobre 1916. A rempli de façon parfaite ses fonctions d'agent de liaison malgré de violents tirs de barrage qui rendait sa tâche très périlleuse.
Cité à l'ordre de la Division Marocaine dont dépend le 5e RCA du 30 juillet 1918.
"Agent de liaison d'une bravoure remarquable et d'une énergie à toute épreuve n'a cessé depuis le début de la campagne de faire preuve d'un dévouement inlassable dans l'exécution des missions qui lui ont été confiées.
A été blessé grièvement à son poste de combat."

Bon journée à tous.
François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » dim. nov. 15, 2020 9:28 am

20190320_181817[1].jpg
20190320_181817[1].jpg (97.99 Kio) Consulté 785 fois
(ECPAD)

Bonjour,

Je fais suite au message d'hier concernant les chasseurs d'Afrique détachés auprès de régiments de la Division Marocaine comme éclaireurs montés.
Sur la photo il s'agit de chasseurs du 5e RCA détachés auprès du 8e RTA.
Sur la liste des soldats cités à l'ordre du régiment, le 4e RMZ, Il y avait Joseph VIDALOCHERE, LAVAINE, Charles, CHANUT, Gaston et MAYEN, Fernand.
Je n'ai pas trouvé VIDALOCHERE, Joseph sur le grand mémorial ni sur Généanet.
LAVAINE, Charles était détaché par le 6e RCA.
CHANUT dont le prénom est Marie, Gaston étant son troisième prénom et MAYEN, Emmanuel, Fernand étant son deuxième prénom provenaient bien du 5e RCA.
CHANUT, Marie est né le 31 mars 1892 à SAINT VICTURNIEN (Haute Vienne)
Il s'engage le 5 octobre 1910 pour une durée de 3 ans à la mairie de BERGERAC (Dordogne) au titre du 20e régiment de Dragons.
Nommé Brigadier le 31 octobre 1913.
Passé dans la réserve le 5 octobre 1913.
Rappelé à l'activité le 2 août 1914 au 20e Dragons.
Passe au 5ème RCA sans date précise.
Détaché comme éclaireur au 4e RMZ.
Nommé Maréchal de Logis le 21 janvier 1918.
Cité à l'ordre du régiment 4e RMZ (voir message ci-dessus).
Envoyé en congé illimité le 10 juillet 1919.

MAYEN, Emmanuel, Fernand né le 7 octobre 1886 à ALGER (Algérie)
Il exerce la profession de comptable lorsqu'il est appelé au service armé le 6 octobre 1907 au titre du 2e RCA.
Arrivé au corps le 8 octobre 1907.
Nommé Brigadier le 1er octobre 1908.
Participe à la campagne du MAROC en 1908.
Passe dans la réserve le 1er octobre 1909.
Rappelé à l'activité le 1er août 1914 au 5e RCA.
Arrivé le 2 août 1914.
Passe au 6e RCA le 4 décembre 1915.
Passe au 4e RCA le 19 septembre 1916.
Nommé Maréchal de Logis le 1er octobre 1916.
Blessé le 30 mars 1918 au bras droit à ORVILLERS (Oise)
Passe au 5e RCA le 1er octobre 1918.
Cité 3 fois pour son courage sous le feu lors de transmissions des ordres.
Titulaire de la :
Croix de guerre Bronze et Argent
Médaille du Maroc
Médaille Militaire.
A droit personnellement au port de la fouragère aux couleurs de la médaille militaire.

Bonne journée à tous.

François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » lun. nov. 16, 2020 8:17 am

4e RMZ.jpg
4e RMZ.jpg (83.61 Kio) Consulté 756 fois
(ECPAD)

Bonjour,
Chasseurs du 5e RCA détachés comme éclaireurs montés au 8e RTA.
Voici deux autres chasseurs du 5e RCA détachés au 4e RMZ.
Il s'agit de Louis CABOT et Georges FAUROUX.

CABOT, Louis - né lé le 16 avril 1887 à FORDOUCK (Algérie)
Il exerce la profession de cultivateur lorsqu'il est incorporé le 10 septembre 1908 à la 8e Compagnie de remonte à CONSTANTINE (Algérie).
Arrivé le 10 septembre 1908.
1ère classe le 7 janvier 1910.
Renvoyé dans ses foyers et placé dans la réserve le 26 septembre 1910.
Rappelé à l'activité le 1er août 1914 au 5e RCA à ALGER où il arrive le 3 août 1914.
Détaché au 4e Régiment de marche de Zouaves le 15 août 1914 comme éclaireur monté.
Blessé le 31 mai 1918 à CARLEPONT (Oise) par éclatement d'obus.
Cité à l'ordre du Régiment le 13 mai 1916 pour s'être fait remarquer durant la période du 25 au 29 octobre 1916 comme agent de liaison malgré de violents tirs de barrage.
Il est titulaire de la :
croix de guerre étoile de bronze
médaille militaire.
Démobilisé le 21 mars 1919.

FAUROUX, Georges - né le 9 octobre 1889 à CONSTANTINE (Algérie)
Il exerce la profession de directeur technique lorsqu'il décide de s'engager le 3 décembre 1907 pour 3 ans à la mairie de MONTEPELLIER au titre du 5e RCA.
Nommé brigadier le 7 octobre 1908.
Nommé Maréchal des Logis le 18 février 1910.
Passe dans la réserve le 3 décembre 1910.
Rappelé à l'activité le 2 août 1914. Arrivé le 4 août 1914 à ALGER.
Affecté comme agent de liaison au 4e Régiment de marche de Zouaves.
Envoyé en congé illimité le 20 avril 1919.
Il fait l'objet de 3 citations dont une à l'ordre du régiment et deux à l'ordre de la Briagde.
Ordre du régiment le 28 août 1916. "Sur le front depuis le début de la campagne s'est particulièrement fait remarquer pendant la période du 5 au 16 août 1916 assurant une liaison rendu difficile par des tirs de barrage d'obus de gros calibres.
Ordre de la brigade le 21 novembre 1916 comme agent de liaison auprès du chef de corps pour s'être dépensé sans compter malgré de violents bombardements.
Ordre de la brigade le 14 novembre 1917 pour avoir consciencieusement et courageusement assuré à titre d'observateur dans un poste bombardé et battu par les mitrailleuses ennemies.
Il est titulaire de :
La croix de guerre - 3 étoiles de Bronze
Médaille commémorative de la grande guerre
Médaille de la Victoire
Médaille de l'Yser.

Bonne journée.

François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » mer. nov. 18, 2020 7:46 am

PAQUELET Auguste.jpg
PAQUELET Auguste.jpg (11.34 Kio) Consulté 721 fois
(Généanet 14/18- famille PAQUELET)

Bonjour,

Un hommage aujourd'hui à Auguste PAQUELET - brigadier au 5e RCA - détaché au 8e RTI comme éclaireur monté en 1914. (En photo ci-dessus)
PAQUELET, Auguste est né le 29 mars 1888 à MEDEA en Algérie.
Il exerce la profession de charpentier lorsqu'il est incorporé le 14 novembre 1904 au titre du 5e RCA à ALGER.
Arrivé au corps le dit jour.
Envoyé en disponibilité le 1er août 1905. Détaché du Corps et mis à la disposition de la Société "La construction manufacturière" à ALGER.
Passe dans la réserve le 1er octobre 1907.
Nommé brigadier le 17 octobre 1908 après avoir effectué une période d'exercice.
Rappelé à l'activité le 1er août 1914.
Arrivé au corps le 3 août 1914.
Détaché comme éclaireur monté au 8e régiment de tirailleurs indigènes.
Affecté au 1er régiment de Train le 1er janvier 1918.
Décédé de la grippe espagnole le 16 février 1919 à ALGER.
D'octobre 1918 à novembre 1919 on comptera 19 morts des suites de maladies dont une grande partie imputable à la grippe espagnole.
Auguste PAQUELET a été cité à l'ordre du Régiment le 27 avril 1915.
"A depuis le début de la campagne, et, surtout dans l'Aisne et en Belgique montré de jour et de nuit le plus grand zèle et le plus grand courage dans le service de liaison qu'il a toujours assuré quelque fut la violence du feu de l'ennemi."
Titulaire de la croix de guerre avec étoile de Bronze.
Bonne journée à tous.

François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » jeu. nov. 19, 2020 3:06 pm

BDIC_VAL_108_0892.jpg
BDIC_VAL_108_0892.jpg (82.67 Kio) Consulté 689 fois
ECPAD

Bonjour,
Aujourd'hui hommage à 3 cavaliers du 5ème RCA, OVIGNY, Albert - BOUCHERON, Georges et COURATIER, Arthur.

OVIGNY, Albert est né le 8 décembre 1892 à LA TRETOIRE (Seine et Marne)
Il exerce la profession de maçon lorsqu'il décide de s'engager le 30 juin 1911 pour 3 ans à la mairie de COULOMMIERS au titre du 5e RCA.
Arrivé au corps le 3 juillet 1911.
Nommé trompette le 14 janvier 1913.
Brigadier trompette le 6 mai 1913.
Cassé de son grade le 8 mai 1913 pour fait grave de discipline.
Passe au 3ème RCA le 14 août 1913.
Retrouve son grade de brigadier trompette le 11 mai 1914.
Passe dans la réserve le 30 juin 1914.
MDL trompette le 12 octobre 1915.
Passe au 4e RCA le 1er janvier 1916.
En orient du 4 mars 1915 au 2 janvier 1918.
MDL/Chef Trompette major.
Repasse au 5e RCA le 31 janvier 1918 au 1er demi-régiment.
Nommé Adjudant le 21 février 1918.
Mis en congé de démobilisation le 19 juillet 1919.

BOUCHERON, Georges né le 16 mars 1892 à MONT SAINT SULPICE (89)
Cultivateur.
Il contracte un engagement de 3 ans le 29 mars 1913 à la mairie d'AUXERRE au titre du 5e RCA.
Arrivé au corps le 4 avril 1913.
Affecté le 2e RCA le 14 juin 1919.
Décédé le 4 août 1919 à la gare de régulation de Creil "Se serait suicidé"
Il a été cité à l'ordre du régiment le 10 septembre 1918.
"Très bon soldat courageux et dévoué. Au front depuis le début de la campagne a pris part comme volontaire à plusieurs reconnaissances où il s'est fait distingué particulièrement en Argonne.
Titulaire de la croix de guerre
Médaille Interalliée
Médaille commémorative de la Grande Guerre.

Bonne fin de journée.
François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » ven. nov. 20, 2020 10:36 am

ROBERT, Clément -31.jpg
ROBERT, Clément -31.jpg (192.44 Kio) Consulté 666 fois
(Collection Arnaud PERGELINE )

Bonjour,

Aujourd'hui honneur à ROBERT, Clément (sur la photo) qui après un engagement de 4 ans dans l'armée au sein du 5e RCA fera une très belle carrière militaire terminant celle-ci avec le grade de chef de bataillon et totalisant pas moins de 11 décorations.
Clément ROBERT, durant toute la guerre, a écrit au jour le jour sur un carnet ses joies, ses peines et ses douleurs.
En attendant l'autorisation de Arnaud PERGELINE de retranscrire les écrits de son grand-père je vous présente celui qui a eu une carrière exemplaire au sein de l'armée.
ROBERT, Clément est né le 26 décembre 1889 à GIVET dans les Ardennes.
Le 18 décembre 1907, il vient d'avoir 18 ans, il décide de s'engager à la mairie de DIJON (Côte d'Or) au titre du 5e RCA.
Il arrive à son corps le 31 décembre 1907.
Nommé Brigadier le 21 février 1909.
MDL le 3 avril 1912.
Affecté à la section Mitrailleuses sous les ordres du Lieutenant GIGANDET.
MDL/chef le 14 septembre 1914.
Le 4 juillet 1917 il est nommé Sous-Lieutenant à titre temporaire et passe au 42e RIC.
Le 1er mai 1918 il passe au 33e Bataillon de tirailleurs Sénégalais.
Le 1er août 1918 il passe au 42e RIC.
Le 15 août 1918 il passe au 26 bataillon de tirailleurs Sénégalais.
Le 5 décembre 1918 au 5e RIC et le 14 janvier 1919 le 7e RIC.
Le 28 juin 1919 il réintègre la cavalerie en étant nommé Lieutenant à titre temporaire au 1er Régiment de chasseurs à cheval.
Nommé officier d'administration de 3ème classe il terminera sa carrière comme chef de bataillon le 19 juillet 1940.
Il est cité à l'ordre du Corps d'armée le 25 septembre 1914.
Sur l'historique du Régiment son nom est mentionné à la date du 5 septembre 1914 :
"le convoi a peine à sortir de Montmirail ; la section mitrailleuses GIGANDET dégage avec beaucoup de sang-froid, sous le feu, une voiture brisée par un éclat d'obus et le maréchal de Logis ROBERT reçoit dans cette circonstance une citation à l'ordre du Corps d'Armée".
ROBERT, Clément est titulaire de la :
Légion d'honneur - fait chevalier.
Croix de guerre avec étoile vermeil.
Médaille Commémorative de la grande guerre.
Médaille Inter Alliée.
Croix du Combattant.
Médaille d'Orient.
Military Cross.
Médaille commémorative Roumaine.
Officier du Michan Iftikar.
Médaille commémorative Serbe.
Officier de l'étoile noire du Bénin.
Mon grand-père Auguste PEZET a fait partie de cette section mitrailleuse du 5ème RCA avant de quitter lui aussi le régiment en août 1917.
En pensant que tous les deux se sont rencontrés me rend heureux.

Bonne journée à tous.

François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » sam. nov. 21, 2020 10:51 am

ROBERT, Clément -3.jpg
ROBERT, Clément -3.jpg (97.28 Kio) Consulté 239 fois
(collection Arnaud PERGELINE)

Bonjour,

Voici une photo de ROBERT, Clément - MDL/chef certainement prise en 1914.
Il est entouré de deux camarades certainement de la section mitrailleuses qui pourraient être ceux souvent cités dans son carnet de campagne "LEJEUNE et WEBER".

Ici commence son carnet de campagne. Il n'est pas complet malheureusement mais il est intéressant.

l'Etat major ainsi que les 1er et 2e escadrons embarquent pour la France le 4 août 1914.
Les 3e et 4e escadrons ainsi que la section Mitrailleuses dont fait partie le MDL ROBERT, Clément embarquent le 8 août 1914.
""8 août : Embarquement à bord du Carthage - encombrement du quai, j'ai une couchette épatante - vais manger au restaurant avec ma femme, LEJEUNE et sa fiancée.
- 9 août : Restons à ALGER, les croiseurs Allemands GOEBEN et BRESLAU étant dans la méditerranée, sécurité insuffisante pour la traversée.
- 10 août : Partons à 4 heures du soir - foule nombreuse sur le quai - des chants patriotiques retentissent sur tous les bateaux - ma chère femme s'efforce de ne pas pleurer, pauvre petite. Restons en rade 2 heures - ma
femme nous rejoint en barque avec Melle Jeanne - cela m'étonne et me fait d'autant plus plaisir que jamais elle n'avait voulu monter en barque.
- 11 août : En mer avons passer la nuit sans lumière, toujours escorté par le Gaulois, le Charlemagne et le Saint Louis.
- 12 août : Débarquement à CETTE à 7 heures du matin, laborieux et très long -
CHARLES ROUX 3.jpg
CHARLES ROUX 3.jpg (160.63 Kio) Consulté 211 fois
(Arrivée du 5e RCA à Cette (Sète)
embarquement le soir à 4 heures pour Marseille - sur tout le trajet enthousiasme de la population - voyage en 1ère classe.
- 13 août : Arrivée à Marseille à 2 heures du matin - campons à Borély.
BORELY.jpg
BORELY.jpg (103.34 Kio) Consulté 213 fois
- 14 août : Partons à 4 heures du matin - traversée de Marseille pénible et dangereux sur les pavés glissants - embarquons pour Laon - partout accueil chaleureux, particulièrement à TASSIN -
tassin.jpg
tassin.jpg (59.36 Kio) Consulté 208 fois
- population froide jusqu'à PARIS. Aux environs de Paris impossible de manger - les dames montent sur les wagons - distribution de médailles - fleurs - cigarettes.
Remis la bague de tir à blanc - en consigne à la gare de Nevers. A Moulins mettons en batterie contre les aéroplanes, ne les connaissons pas.

Je poursuivrai demain.
Bonne journée.

François

Avatar de l’utilisateur
demonts
Messages : 1587
Inscription : mar. déc. 29, 2009 1:00 am

Re: 5ème RCA

Message par demonts » dim. nov. 22, 2020 8:28 am

Bonjour à tous,
Reprise du carnet de campagne de ROBERT, Clément - à l'époque Maréchal des Logis à la Section des Mitrailleuses du 5ème RCA.

- 15 août 1914 : En chemin de fer wagon découvert - Sainte Marie j'y pense.

- 16 août : Continuons voyage - réveil 6 heures - étonnement de nous trouver à HIRSON - débarquons à ANOR - vois un Lieutenant des Douanes de Givet qui me reconnait. Entrée en Belgique - accueil magnifique, fraternité ressentie - de l'émotion de rentrer sur une terre connue - cantonnons à VAULX - passage d'un aéroplane allemand à 6 heures - mise en batterie trop tard, hélas.

- 17 août : Départ de VAULX à 8 heures du matin - Nous arrivons à CERFONTAINE à 2 heures. Entendons le canon la nuit.

- 18 août : Départ de CERFONTAINE à 5 heures du matin - arrivée à THUILLIES à 10 heures - bon cantonnement.
CHARLEROY.jpg
CHARLEROY.jpg (135.14 Kio) Consulté 200 fois
- 19 août : Arrivée à MONT SUR MARCHIENNE (faubourg de CHARLEROI) - bon accueil - mange chez le Lieutenant de la garde civique - nous avons mangé parfaitement bien - reçois en cadeau une boîte de 50 à cigares. Donne mon adresse et ma photo.
- 20 août : Mont Sur Marchienne - passage de 2 dirigeables Français "Le Montgolfier et le Dupuy de Lôme";
Passage d'un aéroplane Allemand.
Dupuy de Lôme.jpg
Dupuy de Lôme.jpg (119.42 Kio) Consulté 200 fois
- 21 août : Arrivée à AISEAUX à 10 heures - on entend le canon - ordre est donné de se tenir prêt - ça sent l'Allemand. L'Officier, LEJEUNE et quelques hommes vont faire une reconnaissance des ponts de la Sambre et reçoivent des coups de fusils. On se replie les Allemands ont passé la Sambre - mise en batterie au Sud Est de Château de Presle - partons cantonner à GOUGNIES à 11 heures du soir.
- 22 août : Reprise de la même position de batterie - changeons de position vers midi - les immigrés Belges fuient en masse affolés - un train de combat Allemand nous est signalé - tirons dessus - apparence de désordre - un cavalier touché - recevons l'ordre d'aller soutenir l'attaque des tirailleurs et des zouaves - nous nous y portons - sommes dans une mauvaise position - les balles sifflent de tous côtés - une maison abri momentané - sommes trop prêts - spectacle lamentable - blessés innombrables revenant de l'arrière - impression pénible de voir tous ces hommes couverts de sang. Nous nous replions sur le plateau de BINGES à environ 600 mètres de la ligne - fusillade terrible - mettons en batterie quand même - que de faute sur un terrain découvert. Un escadron passe devant les mitrailleuses Allemandes à 50 mètres. 3 blessés - 1 disparu - nous replions dans un champ. L'artillerie Allemande nous y poursuit - battons en retraite - a MORIALME (à côté de FLORENNES) gardon un carrefour jusqu'à minuit et allons cantonner à YVES à côté de STAVE.
BDIC_VAL_108_092.jpg
BDIC_VAL_108_092.jpg (83.26 Kio) Consulté 200 fois
- 23 août : Reprenons le contact à HANZINELLE - assistons au bombardement et à un duel d'artillerie. Allons cantonner à HEMPHINES.
- 24 août : Retournons à l'Ouest de MORIAlME - position de batterie excellente - voyons ennemis - artillerie de l'autre côté du volage (1100) - obligés de nous replier sans avoir brulé une cartouche - nous rageons -arrêt vers midi auprès d'une ferme abandonnée - n'avons pas mangé depuis l'avant veille - le gardien me permet de prendre un pot de confiture et me donne un restant de poulet - c'est maigre pour 27 hommes - arrivée du Colonel du 7e chasseurs qui veut me faire passer au conseil. Passe un aéro Allemand - tirons dessus - résultat nul.
Repassons YVES - on dit qu'une division Allemande nous poursuit - repartons - mettons pied à terre sur le plateau de Laneffe - restons 2 heures au moment ou l'on remonte à cheval 2 gros obus tombent sur la route à proximité d'une auto de la croix rouge - elle disparaît dans la fumée, n'est pas atteinte - immédiatement après c'est sur nos têtes que ça éclate - partons au petit galop en bataille - un cheval tombe mort - deux cavaliers blessés - suis en tête - commande par la droite en colonne - chemin trop juste - un peloton de cavaliers affolés nous passe devant la pièce.
WEBER se trompe de route - LEJEUNE va le rechercher - ramassons un caisson de munitions - étape très dure et pénible - arrivons à 1h du matin à EPPE-SAUVAGE (France).
- 25 août : - 3 généraux vont passer - Ravitaillons - général "VERRIE" !! - dirige les convois - mise en batterie pour permettre écoulement 38e Divisions - repartons sur FERON - retrouvons convoi et caisson que nous n'avions pas vu depuis le 22. Le caisson a perdu 2 chevaux et pris 2 juments à la cavalerie Belge. Cantonnons à FERON - alertés à minuit - départ 6 heures.

A demain pour un nouvel épisode.

Bonne journée.
François

Répondre

Revenir à « Cavalerie »