Question sur les funiculaires

Avatar de l’utilisateur
pouldhu
Messages : 1998
Inscription : mar. nov. 27, 2007 1:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par pouldhu » lun. sept. 21, 2009 11:12 pm

Bonjour à tous, dans l'Aisne les pentes sont parfois très fortes, le Génie a adapté les voies de 60 en construisant des funiculaires comme la 3/51 de la 5ème DI près de Braye en Laonnois.
Je me pose la question de savoir si les wagonnets étaient suspendus ou si ils étaient tractés/tirés par un câble suspendu ?
Dernière question : le JMO dit qu'ils construisent des wagonnets, le terme "construire" m'étonne à moins que cela veuille dire qu'ils les assemblaient, sinon j'ai l'impression que c'est de la "bricole".
Cordialement,
Gilles.

Avatar de l’utilisateur
le begue
Messages : 2036
Inscription : ven. juin 13, 2008 2:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par le begue » mar. sept. 22, 2009 11:33 am

Bonjour à tous,
bonjour Gilles,
Dans le terme "construire", il faut, je pense, comprendre "adapter". En fait, il suffit, en partant des essieux, de démonter la plate-forme existante et d'en réaliser une capable de rendre les services attendus. N'oubliez pas qu'à cette époque, à l'inverse d'aujourd'hui, ils disposaient d'un parc de matériels conséquent, forges comprises, et que les barres de fer faisaient parties des lots collectifs du TC1.
Ce qui nous paraît insurmontable aujourd'hui était en fait d'une grande banalité pour nos Anciens.
Un exemple ?
En Salonique, les sapeurs ont construit non pas une, mais deux voies de 0.60. Une montante, une descendante. Et la micheline ? point de tracteur !
Ils ont installé une poulie de renvoi. Résultat ? ceux d'en bas chargeaient les wagonnets de matériels et ceux d'en haut extrayaient la pierre. Au résultat, on a construit en bas le camp de base et en haut, la voie avançait dans le confort. Il suffisait de déplacer la poulie de renvoi...
Et les wagonnets dans tout cela ? Ils les ont "construit" en démontant des wagonnets "benne" pour les transformer en plateau.
Là dessus, je vais consulter le JMO de la 3/51 !
Cordialement,
Louis.

Avatar de l’utilisateur
armand
Messages : 3112
Inscription : dim. déc. 24, 2006 1:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par armand » mar. sept. 22, 2009 11:33 am

Bonjour Gilles

Je n'ai pas d'élements précis. Dans les Vosges le Genie allemand (Festungseisenbahnbaukompanie = compagnie de chemin de fer) a constuit un télephérique : http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... 6956_1.htm

Cdt
Armand
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4")

Avatar de l’utilisateur
pouldhu
Messages : 1998
Inscription : mar. nov. 27, 2007 1:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par pouldhu » mar. sept. 22, 2009 7:40 pm

Bonjour à Tous, Armand et Louis merci pour vos infos. Le truc assez étrange est non pas de ne pas trouver ce funiculaire sur les cartes mais d'en avoir un autre ! Plus ancien mais peux être d'avant guerre, il aboutit au canal de l'Aisne à l'Oise. A son sujet, il n'y a rien dans les JMO. Bref, je traque sans doute des chasseurs alpins nostalgiques des Alpes françaises ou autrichiennes !
Cordialement,
Gilles.

Avatar de l’utilisateur
le begue
Messages : 2036
Inscription : ven. juin 13, 2008 2:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par le begue » mar. sept. 22, 2009 9:30 pm

Bonjour à tous,
Bonjour Gilles,
Je crains de ne pas saisir le sens de votre réponse.
Dans le Génie, on construit, en montagne, des téléphériques et depuis fort longtemps. Vous pouvez en trouver trace dès les années 1880. Elles sont généralement nommées "compagnies de communication".
Je n'ai pas en tête de funiculaire réalisé en temps de paix par les 4° ou 5° RG.
Pour résumer :
Si funiculaire il y a :
Soit son existence est antérieure au conflit, et le Génie, éventuellement, l'entretien.
Soit il est réalisé pendant le conflit, mais c'est alors très certainement une entreprise civile qui traite le chantier.
Enfin, sans doute les spécialistes des troupes de montagnes pourront nous aider, mais je vois mal les chasseurs alpins construire un téléphérique, fusse sur les monts de champagne. Quant à les voir réaliser un funiculaire sur les bords du canal de l'Aisne à l'Oise...
Quant au JMO de la 3/51, je l'ai lu en Z, mais il reste assez vague.
Cordialement,
Louis.

Avatar de l’utilisateur
pouldhu
Messages : 1998
Inscription : mar. nov. 27, 2007 1:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par pouldhu » mer. sept. 23, 2009 12:13 am

Bonsoir Louis, pour les chasseurs c'est juste une bêtise !
Je voulais dire qu'un funiculaire est présent sur les cartes d'avant l'attaque du 16 avril 17 alors que la zone est allemande mais les agriculteurs de l'Aisne ont utilisé ce type de moyen de transport pour transporter les betteraves des plateaux vers les vallées donc faute de renseignements dans les JMO et dans la doc civile, il est difficile de savoir l'origine de ce funiculaire. Ce qui est particulier c'est la présence de deux funiculaires à moins d'un kilomètre de distance sur un front de presque 50 où ce type d'ouvrages ne semble pas avoir été utilisé.
Cordialement,
Gilles.

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4783
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par Eric Mansuy » jeu. sept. 24, 2009 9:17 am

Bonjour à tous,
Bonjour Gilles,

Premiers éléments "historiques" tirés du JMO du Groupe Vosgien n°6. C'est un survol chronologique très général sous forme d'éphéméride, mais attention : les hommes y ont travaillé tous les jours, hormis ceux durant lesquels les intempéries les en empêchaient !

27 juillet 1915 :
2 groupes de travailleurs sont demandés par le Groupe Vosgien n°6 pour effectuer, l’un les travaux du câble du Valtin, l’autre les travaux du plan incliné du Rudlin (pas plus qu’on ne parlera de « téléphérique », mais de câble [aérien], on parlera de plan incliné, et non de « funiculaire »). Le groupe du Rudlin se compose de bûcherons, de terrassiers et de poseurs de voie.

4 août :
Des auxiliaires de forteresse entament les travaux d’accès à la gare du plan incliné. 117 hommes œuvrent à la préparation de la plateforme de la route d’accès à la gare du Rudlin, sur une longueur de 120 mètres. Le chantier « plan incliné Rudlin – Gazon du Faing » est placé sous les ordres du lieutenant Sibille.

17 août :
Le terrassement du plan incliné débute (167 travailleurs) ; son tracé sera longé par un sentier d’une largeur d’un mètre, entamé ce même jour (7 travailleurs).

19 août :
Le chantier est dirigé par le lieutenant Henry.

23 août :
10 hommes du 43e R.I.T. se joignent aux auxiliaires de forteresse sur le chantier.

24 août :
230 territoriaux du 43e R.I.T. travaillent sur le chantier, aux côtés de 174 auxiliaires.

1er septembre :
Les travaux de la plateforme atteignent une longueur de 825 mètres.

6 septembre :
22 travailleurs posent 100 mètres de voie.

13 septembre :
Le GV 6 dispose de deux tracteurs et leurs remorques pour le transport des bobines du câble et du moteur du plan incliné au Gazon du Faing.

3 octobre :
Déroulage du câble du plan incliné.

8 octobre :
Le commandant de la 10e Section de Chemins de Fer de Campagne vient assister aux travaux du plan incliné.

12 octobre :
Les 40 hommes du détachement d’auxiliaires de forteresse quittent le chantier du plan incliné. L’essai du moteur a lieu ce même jour, et le plan incliné entre en fonction.

13 octobre :
La 10e Section de Chemins de Fer de Campagne prend possession du plan incliné.

25-26 octobre :
Pose de rouleaux graisseurs sur la voie.

27 octobre :
Début de la construction de l’abri du téléphone.

8 novembre :
Sous les ordres du lieutenant Sibille, les travaux du quai de la gare d’arrivée (Gazon du Faing) sont entamés.

18 novembre :
Les travaux du plan incliné sont terminés.

20 décembre :
Début de la construction d’un quai couvert à la gare.

7 janvier 1916 :
« Corvée du funiculaire » : premier emploi du terme dans le JMO.

-----

Je vais voir ce que je peux vous donner côté "technique", et vous mettrai également quelques photos en ligne.

Bien cordialement,
Eric Mansuy
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Avatar de l’utilisateur
pouldhu
Messages : 1998
Inscription : mar. nov. 27, 2007 1:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par pouldhu » jeu. sept. 24, 2009 10:19 am

Bonjour à tous, merci Eric pour ce témoignage, il recoupe celui du Génie de la 5ème DI.
Cordialement,
Gilles.

Avatar de l’utilisateur
armand
Messages : 3112
Inscription : dim. déc. 24, 2006 1:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par armand » jeu. sept. 24, 2009 3:33 pm

Bonjour Eric

Merci pour ce journal. Pouvez vous nous en dire plus sur la composition organique de ce Groupe Vosgien ?
et, si possible, me confirmer ma compréhension de la lecture :

- Travailleurs : soldat de l'infanterie mis à disposition d'une unité du Génie, sans doute ici du 43e RIT. cf Qu'est ce qu'un travailleur ?
- Auxiliaire de forteresse : Territoriaux du Génie (Cie dites "de forteresse ») ou bien auxiliaire du Genie
- Section de Chemins de Fer de Campagne cf voir 10e section de CFC

Cdt
Armand
Sur les traces du 132ème RI " Un contre Huit " et du 294ème RI (le "29-4")

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4783
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Question sur les funiculaires

Message par Eric Mansuy » jeu. sept. 24, 2009 5:28 pm

Bonjour Armand,

Côté composition du GV 6, je dois avoir un tableau récapitulatif dans un coin, il s’agira de retrouver où…
De mémoire, parmi les effectifs qui y ont été affectés, ont figuré diverses compagnies du 43e R.I.T., du 54e R.I.T. (17e à 20e compagnie) ; vous pouvez également consulter le JMO du 39e R.I.T., dont un bataillon a opéré dans le secteur, et qui offre près d’une quinzaine de pages de photos prises sur les crêtes.

Quant aux travailleurs et auxiliaires de forteresse, les "travailleurs" étaient bien des territoriaux mis à disposition du commandant du Génie du GV 6, mais je ne pourrai vous en dire plus sur ces "auxiliaires de forteresse", dont j'ignore la provenance dans l'immédiat. Je pense que le document que je vais tenter de retrouver nous donnera la réponse !

A bientôt,
Eric
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Répondre

Revenir à « Génie »