Artillerie Spéciale - St Chamond M1 et M2 au 1/35° de la société Takom

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2726
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Artillerie Spéciale - St Chamond M1 et M2 au 1/35° de la société Takom

Message par Tanker » jeu. juil. 16, 2015 1:26 pm

Bonjour Théo,

Un dernier point. Les marquages sur le Saint Chamond "Pas Kamarad", avec Petit Jean et le caïman,
ne sont que sur l'avant gauche du char. Inutile donc de les reproduire à droite.

Les photos allemandes, prises à Lataule, montre bien que le côté droit du St Chamond ne porte,
sur la porte, que les marquages réglementaires d'identification du char.

La présence de dessin et/ou de surnom sur les deux côtés du char n'est pas une généralité,
comme semble parfois le penser les producteurs de maquette et/ou les maquettistes.
C'est ici, comme toujours, du cas par cas à traiter, sur la base des photos existantes !

A titre d'exemple, au Groupe AS 31, surnommé "les Pélicans", au moins 2 chars sont parfaitement
identifiées avec le dessin du pélican sur les deux côtés du char.
Le dessin du pélican est bien identique sur trois chars de différentes Batteries du Groupe AS 31.

Pour en revenir au caïman, ce dessin de Tim Ridley est bien dans le style de celui du char.

Image

Il fait ressortir les points importants :
Ventre et dessin de gueule plus clair,
Aspect tacheté/strié du dos,
Nervure écaillée simple et dorsale du bout de la queue,

Sue le bas du dos, la nervure écaillée est double et elle se transforme en une dorsale unique sur la queue.
C'est ce détail, sur un aussi petit dessin (sur la maquette) qui peut retranscrire le mouvement de fouetter/lever
de cette queue.
C'est un instantannée que l'on voit sur les films animaliers qui est certainement difficile à bien reproduire ici.

Les dessins peints sur les différents chars, en particulier si la recherche de réalisme avait été cherchée,
n'étaient probablement pas de la même qualité.

Si dans les premiers mois de 1918, avant l'engagement de l'AS 38 à Méry, les équipages avaient le temps
de peaufiner ce genre de détails, ce n'était plus le cas après, surtout qu'avec les pertes de chars, il fallait
alors repeindre les caïmans . . . .

On voit bien qu'à partir de Juin/Juillet 1918, même les marquages basiques des chars ne sont parfois même pas repeints.

Y at-il eu un seul "artiste" de l'AS 38 a décorer les chars du Groupe ou bien chaque Batterie et chaque équipage s'est débrouillé ?

Pleins de questions à cent balles qui relèvent de la petite histoire non écrite de l'Artillerie Spéciale . . .

A plus - Michel
Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »