Artillerie Spéciale - Combats du 503ème RAS

Avatar de l’utilisateur
stinger
Messages : 30
Inscription : dim. nov. 18, 2012 1:00 am

Re: Artillerie Spéciale - Combats du 503ème RAS

Message par stinger » mer. juil. 31, 2013 7:22 pm

Mise à jour du 22/08/2013: lien vers des photos récentes des lieux des combats et hommage aux morts du régiment (voir en bas du sujet).

Bonjour,

J'ouvre ce sujet dans le but d'échanger sur les combats du 503ème Régiment d'AS de juillet à novembre 1918. Faisant suite à un précédent sujet sur la carrière de mon GP dans l'AS, je me propose de retracer certains combats du régiment.

Mes sources:

- Historique du 503ème régiment d'Artillerie d'Assaut (Ed. FOURNIER, 1920).
- Les chars d'assaut, leur création et leur rôle pendant la guerre 1915-1918 ( Ed. BERGER-LEVRAULT, 1919).
- Les chars Français au combat 1917-1918, Bruno JURKIEWICZ.
- Mémoire de hommes pour les JMO des unités.

Pour commencer, j'évoquerai:

Les combats des 8ème et 9ème BCL autour de la ferme MENNEJEAN (secteur de LAFFAUX, AISNE) le 14 septembre 1918,

lors de la phase d'exploitation de l'Offensive de la Xème Armée (28 août - 3 septembre).

SITUATION GENERALE

Le 503ème RAS, formé le 8 juin 1918 (date de création de l'état-major) au camp d'AS de CERCOTTES par le regroupement des 7ème, 8ème et 9ème Bataillons de Chars Légers (BCL), est déployé le 1er juillet sur le camp d'AS de MAILLY-POIVRES. En alerte le 14 juillet, il est mis à disposition de la VIème Armée dans le cadre de la deuxième bataille de la MARNE (18-26 juillet). Après de très durs combats, il est retiré du front fin juillet et se remet en condition. Le 9ème BCL est mis à disposition de la 1ère armée dans le cadre de la bataille de la SOMME courant aout.

Fin août 1918, le 503 regroupé est mis à disposition de la Xème Armée, au sein du 1er Corps d'armée, pour mener une offensive vers le Nord-Est, à partir d'une ligne CRECY (au nord) - CROUY (au sud).

Le 28 août 1918, le 7ème BCL est à disposition de la 5ème DI, le 8ème BCL à disposition de la 69ème DI et le 9ème BCL à disposition de la 41ème DI. Jusqu'au 3 septembre, les chars vont appuyer la progression de la Xème Armée. Le 5 septembre, les allemands éreintés se retirent dans le secteur du CHEMIN DES DAMES.

SITUATION PARTICULIERE

Il est décidé de mener des opérations dites de détail à l'extrémité Ouest du CHEMIN DES DAMES, après le 5 septembre; une attaque est préparée vers le 5 septembre et sera exécutée le 14 septembre (reportée plusieurs fois en raison de conditions météo difficiles), avec comme direction de marche SANCY-VAILLY, autour des fermes MENNEJEAN et COLOMBE, au Sud-Est de LAFFAUX. Le 503ème RAS appuiera les 1er et 20ème CA. Ainsi, le 8ème BCL à trois compagnies est mis à disposition de la 128ème DI/1er CA (167ème, 168ème et 169ème RI) et le 9ème BCL, à deux compagnies, à disposition de la 5ème DI/1er CA (5ème, 74ème et 224ème RI); quant au 7ème BCL, il passe au 20ème CA (et appuie notamment les 67ème et 327ème RI) au Sud de la zone d'opérations.

IDEE DE MANOEUVRE DU 1er CA

"La manœuvre du 1er CA consistera en une attaque principale effectuée par les 5ème et 128ème DI en vue d'enlever le plateau de la ferme MENNEJEAN et de pousser rapidement en direction de l'ANGE GARDIEN, en débordant par l'est les défenses du moulin de LAFFAUX et du FRUTY qui seront attaquées de front par la 29ème DI."

Image

L'ATTAQUE de la 128ème DI

Le plan d'opération est le suivant: la 128ème DI attaquera dans la direction de la ferme MENNEJEAN (fuseau Nord), s'en emparera et exploitera vers l'Est. Les 168ème RI (au Sud) et 169ème RI (au Nord), en premier échelon, seront accompagnés respectivement des AS 323 (CNE BILLY) et AS 324 (LTN SAINT BONNET). Le 167ème RI avec l'AS 322 (CNE ANGELY) sont en réserve en second échelon, en mesure d'intervenir au profit du premier échelon.

L'assaut débute à 5h50 et la division se heurte progressivement à une forte résistance allemande depuis le Nord et l'Est du plateau de la ferme MENNEJEAN; si les chars parviennent à dépasser et à détruire moult résistances adverses, l'infanterie à découvert a du mal à suivre, prise à partie par les très nombreuses mitrailleuses camouflées dans les recoins de ce plateau escarpé. De plus, le terrain meuble ne facilite pas la progression des RENAULT et de nombreuses pannes se produisent; par ailleurs l'artillerie allemande détruit plusieurs chars se déplaçant à petite vitesse dans les trous d'obus. Ceci étant, l'objectif est atteint le 15 septembre à 12h20, quand le 168ème RI enlève par dépassement la ferme, à la troisième tentative; la 128ème DI peut reprendre la progression vers l'Est, le long de la RN2, vers le lieu-dit "l'ANGE GARDIEN". Le 8ème BCL a largement contribué à affaiblir la résistance allemande.

L'ATTAQUE de la 5ème DI

Le plan d'opération est le suivant: la 5ème DI attaquera dans la direction de la ferme MENNEJEAN (fuseau Sud) à partir d'une ligne LES GOLETS(N)/SANCY(S), prendra pied sur le plateau et exploitera vers l'Est, tout en se couvrant face au Sud, jusqu'à l'arrivée du 20ème CA à sa hauteur. Les 224ème RI (au Nord) et 74ème RI (au Sud), en premier échelon, seront accompagnés respectivement des AS 326 (CNE GIOT, en fait une "compagnie de marche" intégrant des sections rescapées de l'AS 325) et AS 327 (CNE GORSE). Le 5ème RI sera en réserve en second échelon, en mesure d'intervenir au profit du premier échelon (effort sur le fuseau du 224ème RI).

Le 224ème RI devra s'emparer successivement des GOLETS, du point côté 183.2, de l'ANGE GARDIEN et de la ferme de la MALMAISON (en progressant vers le Nord-Est). Le 74ème RI devra s'assurer de SANCY, de la carrière du PIANO, du plateau des MARRAINES puis du fort de la MALMAISON.

Dès le début de l'attaque, les deux régiments de tête abordant la tranchée PERTUISANE et les boyaux à l'Ouest de SANCY, sont pris à partis et de nombreuses contre-attaques ennemies ont lieu. L'Etat-Major du 1er CA télégraphie à 12h00 "Par ordre général MANGIN poussez l'attaque avec plus de vigueur, particulièrement 5ème DI. Utilisez à nouveau les chars d'assaut qui paraissent ne pas avoir donné ce matin le rendement exigé". L'artillerie allemande pilonne toute la zone occupée par la 5ème DI, s'acharnant sur les ravins de NANTEUIL et de SANCY. L'AS 327 perd 10 chars ("démolis" selon les fantassins) du début de l'engagement à 16h00, notamment sur le CHEMIN CREUX reliant la ferme de MENNEJEAN au village de SANCY. Le lendemain 15 septembre, les compagnies AS engagées ne sont plus opérationnelles. L'infanterie poursuit sa mission comme prévu. Le terrain très encaissé n'a pas permis aux chars engagés dans ce fuseau, d'obtenir les succès rencontrés au Nord.


BILAN HUMAIN et MATERIEL

Cette attaque du 14 septembre coûte au 503ème RAS:

- 4 tués: le 2ème classe CHANUT de l'AS 322 à NANTEUIL LA FOSSE, le 2ème classe BRAIN de l'AS 323 à la ferme MENNEJEAN, le 2ème classe MANGIN de l'AS 323 au ravin de VAUVENY, le maréchal des logis MATHEY de l'AS 324 à NANTEUIL LA FOSSE;
- 14 blessés: 1 officier et 13 hommes.
- 3 chars RENAULT sont détruits au 8ème BCL (et 6 en panne), au moins 10 sérieusement endommagés au 9ème BCL.

Le 7ème BCL restera encore sur zone et participera aux combats des 15 et 16 septembre (CELLES sur AISNE, tranchée de la PIROGUE) mais le terrain d'attaque mal choisi ne sera pas bénéfique à l'action des chars. Le bataillon perdra 3 hommes à CELLES, le 15: le maitre pointeur ETIENNE de l 'AS 320 et les MDL JACQUIN et HERZOCH de l'AS321.
Les 8ème et 9ème BCL sont retirés du front le 15 septembre, pour s'embarquer vers SOISSONS puis SURVILLIERS (8ème BCL).

Le secteur de la ferme MENNEJEAN aujourd'hui:

Image

Vous trouverez ici: http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... htm#t22016 ce que sont devenus les lieux des combats cités dans ce sujet.

Vous trouverez ici: http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... htm#t29841 un post en hommage aux tués du régiment dans les combats de l'AISNE.


Prochaine étape: les combats du 28 aout au 3 septembre.

Avatar de l’utilisateur
stinger
Messages : 30
Inscription : dim. nov. 18, 2012 1:00 am

Re: Artillerie Spéciale - Combats du 503ème RAS

Message par stinger » sam. août 03, 2013 8:34 pm

Bonjour,

Je poursuis donc avec l'évocation de:

L'offensive de la Xème Armée (Gal MANGIN) dans le SOISSONAIS du 28 août au 3 septembre 1918.

Les combats menés par le 503ème RAS lui vaudront l'inscription " VAUXAILLON 1918" sur son étendard.


I. SITUATION GENERALE

Le 503ème RAS, formé le 8 juin 1918 (date de création de l'état-major) au camp d'AS de CERCOTTES par le regroupement des 7ème, 8ème et 9ème Bataillons de Chars Légers (BCL), est déployé le 1er juillet sur le camp d'AS de MAILLY-POIVRES. En alerte le 14 juillet, il est mis à disposition de la VIème Armée dans le cadre de la deuxième bataille de la MARNE (18-26 juillet). Après de très durs combats, il est retiré du front fin juillet et se remet en condition. Le 9ème BCL est mis à disposition de la 1ère armée dans le cadre de la bataille de la SOMME courant août.

Débarqués en gare de VACHE NOIRE les 25 et 26 août, les 7ème, 8ème et 9ème BCL - fraichement revenu de la SOMME, s'installent respectivement à BERNY, VIGNOLLES et VIC SUR AISNE. Le régiment ainsi regroupé est mis à disposition de la Xème Armée, au sein du 1er Corps d'armée, pour participer à une offensive vers le Nord-Est, à partir d'une ligne CRECY (au nord) - CROUY (au sud) dans le but de percer le centre du dispositif défensif allemand. Pratiquement, il s'agira de franchir l'AISNE et de réduire de formidables défenses ennemies. Le commandant MICHEL, chef de corps et ancien adjoint du général ESTIENNE, commande pour ces opérations toute l'AS de la Xème Armée.

II. SITUATION PARTICULIERE

Le 1er CA a reçu pour mission de s'emparer du plateau de la MALMAISON (chemin des dames) et des débouchés au nord de l'AILETTE.
Pour ce faire, il dispose en premier échelon des 59ème DI - 41ème DI - 69ème DI - 5ème DI, la 32ème DI constituant le deuxième échelon.
Le 27 août 1918, le 7ème BCL est à disposition de la 5ème DI (à droite du dispositif), le 8ème BCL à disposition de la 69ème DI (au centre du dispositif) et le 9ème BCL à disposition de la 41ème DI (à gauche du dispositif, en liaison avec le 30ème CA), au sud du secteur de l'attaque.

Voici la planification de l'offensive sur carte d'Etat-Major du 1er CA:

Image


III. COMBATS du 7ème BCL au sein de la 5ème DI et de la 59ème DI

La 59ème DI (232ème RI, 277ème RI dissous le 13/09/18, 323ème RI) est située à l'extrême gauche du dispositif du CA, elle a à sa droite la 41ème DI. La 5ème DI (5ème RI, 74ème RI et 224ème RI) a pour zone d'action l'extrémité droite du fuseau du CA, dont la base de départ se situe sur la rive Sud de l'AISNE.

Le 7ème BCL est détaché initialement auprès de la 5ème DI, le 27 août, de la façon suivante: 1 compagnie (indéterminée) auprès du 5ème RI, 1 compagnie auprès du 224ème RI, 1 compagnie en réserve divisionnaire (avec le 74ème RI). Puis le 29 août, le bataillon au complet passe à la 59ème DI.


Journées du 28 et 29 août 1918

La mission de la 5ème DI, s'inscrivant dans celle du 1er CA, est de s'emparer de la ferme MENNEJEAN et être relevée sur position par la 32ème DI en réserve divisionnaire. La 5ème DI relèvera la 32ème DI pour s'assurer des hauteurs de l'AILETTE. Dans la nuit du 28 au 29 aout, la DI doit franchir l'AISNE à l'Est de SOISSONS, derrière la 69ème DI. Alors que la 69ème DI obliquera vers l'Ouest (faubourgs Est de SOISSONS - St WAAST et St MEDARD), la 5ème DI prendra vers l'Est en direction de BUCY LE LONG. Le 5ème RI à gauche, le 74ème à droite, suivi par le 224ème.

Voici le dispositif pour le franchissement de l'AISNE:

Image

Les chars doivent selon les ordres rester en mesure de rejoindre la division.

Au soir du 29, un bataillon seulement a réussi à franchir. Or, au Nord du fuseau du CA, la situation précaire exige un renfort en appuis. L'ordre tombe et le 7ème BCL est transféré vers la 59ème DI sans avoir combattu pour la 5ème DI.

Journées du 30 août au 3 septembre 1918

Note: le JMO de la 59ème DI pour cette période est des plus succincts.

Le 30 août, la 59ème DI enlève VILLERS LA FOSSE, le Bois du COURONNE et CHAVIGNY, aidé en cela par une section de l'AS 319 (ASP BERQUE) qui livre les lisières Ouest du bois aux fantassins. Les bois des ORMEAUX et du MOULIN à l'Est de CHAVIGNY sont enlevés.

Le 31 août, alors qu'à mi journée le bois des FAUCONS (NO de LEURY) et les lisières Ouest de LEURY sont atteintes par 4 sections des 7ème et 8ème BCL (la 41ème DI agissant de concert avec la 59ème) laissant derrières elles 1500m de terrain exempt de menaces pour l'infanterie qui suit, non sans pertes pour l'AS à cause du terrain très cloisonné propice au combat antichar, une section de l'AS 320 (aidée par une section de l'AS 325) participe à la prise du village de nuit, après une longue infiltration.

Le 1er septembre, l'AS 321 (LTN D'ALEMAND) à deux sections roulant en avant de l'infanterie, progresse dans la direction de la route nationale reliant SOISSONS à LAON et gagne un kilomètre. Ce jour, l'artillerie allemande pilonne par ailleurs à l'obus chimique la zone SOISSONS - SAINT VAAST - ST MEDARD.

Le 2 septembre, neutralisant tous les nids de mitrailleuses rencontrés, l'AS 321 dépasse en fin de bond la RN mais n'est pas suivie par l'infanterie, acculée à la route et sous le feu des mitrailleurs fermement retranchés.

La journée du 3 septembre voit l'AS 319 donner une section en renfort au 145ème RI pour la prise de TERNY-SORNY.


BILAN HUMAIN et MATERIEL

Après quelques jours sans mission de combat auprès de la 5ème DI, le 7ème BCL s'est jeté à fond dans la bataille avec la 59ème DI. Se sacrifiant littéralement pour ouvrir la voie aux fantassins de la division, le bataillon du CDT D'ANGERVILLE a payé un lourd tribut:

AS 319: MDL MONTAIGNE tué le 3 septembre au RAVIN DES RAMIERS; 2ème classe BATAILLARD, DESMEDT et CHARLET, tués le 30 août à VILLERS LA FOSSE.
AS 320: 2ème classe GONGUET tué le 3 septembre au RAVIN DES RAMIERS.
AS 321: 1ère classe VIBERT tué le 1er septembre à LEURY.



IV. COMBATS du 8ème BCL au sein de la 69ème DI

La 69ème DI (129ème RI, 151ème RI, 162ème RI), encadrée à gauche par la 41ème DI et à droite par la 5ème DI, reçoit pour objectif initial de se rendre maître du plateau au Nord-Est de CROUY.

Les compagnies d'AS du 8ème BCL sont affectées de la manière suivante: l'AS 322 (CNE ANGELY) est en réserve du 1er CA dans la région de SOISSONS. L'AS 323 (CNE BILLY) est détachée auprès du 162ème RI. L'AS 324 (LTN SAINT BONNET) appuiera le 129ème RI.

Journées des 28, 29 et 30 août 1918

Pas d'activité significative des chars mentionnée dans les JMO.

Au petit matin du 28, Un bataillon du 151ème RI, franchissant l'AISNE au village de POMMIERS à 01h00, se porte vers VAUXROT mais est arrêtée par un violent tir de barrage et de mitrailleuses (de la côte 129, ce même point fortifié qui ralentit la progression du 23ème RI de la 41ème DI, voir plus haut). Deux autres bataillons tentent de franchir le cours d'eau avec l'aide du génie et y parviennent en fin de journée, occupant les lieux dits ST WAAST et ST MEDARD. Un bataillon du 162ème RI franchit l'AISNE pour appuyer le 151ème. RAS au 129ème RI qui intègre l'AS 324.

Le lendemain 29 août, les 151ème et 162ème RI poursuivent le nettoyage de ST WAAST et ST MEDARD en direction du NORD (VAUXROT - CROUY).

La journée du 30 août voit le 151ème RI prendre possession de la verrerie de VAUXROT et atteindre le village de CROUY, qu'il nettoie et occupe. Le 162ème RI se masse sur les rives au Nord de l'AISNE, prêt à progresser vers le Nord. Le 129ème RI lui, n'a toujours pas franchi. L'AS 322 appuie ces attaques.


Journée du 31 août 1918

Le 151ème RI reçoit pour mission de progresser vers le NE, dans la direction du plateau au NE de CROUY. Appuyé par deux sections de chars RENAULT de l'AS 322, le 151ème RI progresse vers la ferme de la PERRIERE, lentement, toujours à cause de la densité des canons de 77 et des mitrailleuses. Deux chars sont rapidement détruits et les autres se mettent à couvert près de chemin de fer. Sous un barrage d'artillerie "peu vu depuis VERDUN", les fantassins s'accrochent au terrain et le livrent le soir venu aux 162ème et 129ème RI qui reprendront l'offensive le 2 septembre.

Journée du 1er septembre 1918

Rien de particulier, les unités d'infanterie se réorganisent et se remettent en ordre de marche pour reprendre l'offensive le lendemain. Le 151ème RI est relevé sur position dans la nuit du 31 au 1er.

Journée du 2 septembre 1918

Le 162ème RI (à gauche) et le 129ème RI (à droite) relancent l'attaque, le 151ème RI en réserve divisionnaire. La ferme de la PERRIERE est dépassée mais pas encore sécurisée, et les abords du plateau de VREGNY sont occupés après de violents assauts. Les compagnies AS 323 et AS 324 prennent part aux combats. Progressant dans les ravins, malgré un bombardement à l'obus chimique, les chars évitent à la division une attaque frontale du plateau de VREGNY, fortement défendu. Au débouché sur la plateau, de nombreuses positions de mitrailleuses ont été anéanties. 200 prisonniers sont faits par le 129ème RI.

Progression de la 69ème DI dans la journée du 2 septembre:

Image

Journée des 3 et 4 septembre 1918

La DI poursuit sont action, visant à prendre les carrières au Nord de la ferme de la PERRIERE ainsi que cette dernière (qui se traduit par la perte de 4 chars), et à s'implanter définitivement sur la plateau de VREGNY.

Une section de l'AS 324 est donnée en renfort à la 5ème DI, pour la prise de BUCY LE LONG. Cette section réalise un combat en plein village et parvient à le traverser, sans que l'infanterie ne puisse suivre.

Le 5 septembre, l'ennemi se replie, laissant un répit aux compagnies fortement émoussées par une semaine de combats.

BILAN HUMAIN ET MATERIEL

Le 8ème BCL, à l'instar des autres bataillons du 503, s'est sacrifié pour permettre la prise de positions que l'infanterie seule n'aurait pu venir à bout. Réduisant les nids de mitrailleuses, dépassant les résistances formidables d'un ennemi qui a pu organiser sa défense en profondeur, ouvrant des brèches dans les lignes adverses, le bataillon a rendu de fiers services à la division, ce qui n'apparait pas forcément dans les JMO.

Le bataillon a perdu 9 hommes tués:

AS 322: MDL ARRIVAT, tué le 3 septembre à CROUY.

AS 324: les 2ème classe EDEL et JAVELLE, tués le 31 août à SOISSONS, le BRI COUSY et 2ème classe MEHEUT, tués le 2 septembre à CROUY. En marge de ces combats, le MCH ARCIER et le 2ème classe GARREL sont tués le 6 septembre à SOISSONS.

AS 323: Le MDL JOUBERT et le BRI BRISSET, tués le 31 août à CROUY.

De nombreux blessés sont également à déplorer. Exsangue, le 8ème BCL doit se reconstituer.


V. COMBATS du 9ème BCL au sein de la 41ème DI

La 41ème DI reçoit le 27 août pour mission " d'attaquer dans l'axe CHAMECY-NEUVILLE s/MARGIVAL-la vallée GUERBETTE en liaison avec la 59ème DI à gauche et la 69ème DI à droite". A gauche dans le fuseau divisionnaire, le 23ème RI avec une compagnie de chars (AS 327 - CNE GORSE) à 2 sections), à droite le 42ème RI avec une compagnie de chars (AS 326 - CNE GIOT à deux sections), en deuxième échelon et en réserve, le 128ème RI avec une compagnie de chars (AS 325 - CNE EILERSTEN). Il est précisé que "les chars d'assaut cessent d'être à la disposition de la division lorsqu'elle aura atteint NEUILLY s/ MARGIVAL".

Voici le dispositif initial de la DI, le 28 août. Les ovales représentent la position des bataillons en base de départ.

Image

Journée du 28 août 1918

L' attaque est déclenchée à 07h00. Presqu'aussitôt, une vive résistance de l'ennemi cloue les fantassins sur place. A 8h40, le 42ème RI atteint le bord Ouest du plateau de PASLY, le 23ème RI est à 80m de sa base de départ. Quant aux chars, ils "s'efforcent de réduire les nids de mitrailleuses mais sont vivement pris à partie par les canons et les fusils anti-tanks". La résistance provient du MONUMENT DES INSTITUTEURS au centre du fuseau où est notamment camouflé un canon anti-char et de la côte 129, dans le secteur du 23ème RI. 12 chars des AS 326 et 327 sont détruits ou endommagés. A 10h30 puis à 16h00, l'attaque est relancée avec notamment deux sections de chars rescapées et après une vive préparation d'artillerie qui s'avère néanmoins inefficace. Au soir, seul le 23ème RI s'est rendu maître de la côte 129.


Journée des 29,30 et 31 août 1918

Le 29, plusieurs contre-attaques ennemies visant à reprendre le terrain chèrement conquis la veille sont repoussées. Au bilan de cette journée, seules les ailes du dispositif ont évolué, mais pas le centre. Ci-après, le front dans la zone du MONUMENT DES INSTITUTEURS.

Image

Les 30 et 31, la division progresse au prix de lourdes pertes, sans l'appui du 9ème BCL en régénération avant de nouveaux engagements. CUFFIES est dépassé, les faubourgs Sud de LEURY-carrières (au Nord), le ravin Est de CUFFIES (au centre), la ferme de la MONTAGNE NEUVE et les faubourgs Nord de VAUXROT sont atteints au soir du 30. Une section de l'AS 325 participe à la prise de LEURY. Le 31, seul le 23ème RI au Sud du fuseau progresse d'environ 1,5 km vers l'est (BOIS DU SIGNAL). Au nord, les feux de mitrailleuses de l'ennemi empêchent toute progression.

Progression de la 41ème DI les 29, 30 et 31 aout:

Image


Journée du 1er septembre 1918

Progression très limitée pour le 42ème RI (au Nord), de quelques centaines de mètres. Progression de 800m, à la grenade, vers l'Est pour le 23ème RI (au Sud). Le 9ème BCL, retiré des combats pendant 4 jours, est à nouveau sur le pied de guerre et reprendra les combats le lendemain.


Journée du 2 septembre 1918

La DI doit obliquer vers le NNE, pour s'emparer des lisères Sud de CLAMECY via les bois de la REDOUTE, de la PIEUVRE; à l'Est, elle doit conquérir les plateaux des BUTTES et de la PERRIERE, de même que la voie ferrée SOISSONS-LAON. Soit une progression d'environ 1500m vers le Nord.
Un retard dans la mise en place des chars retarde une attaque des carrières souterraines à l'Ouest du dispositif. Cette attaque est menée à 08h00 et se solde par un échec. 4 chars sont détruits. Vers 13h00, nouvelle attaque et nouvel échec. Les positions restent inchangées durant le reste de la journée. A l'est du fuseau, quelques chars dépassent la RN malgré un feu très violent mais l'infanterie ne peut dépasser cette même route.

Journée du 3 septembre 1918

La DI se rend maître des objectifs initiaux, grâce notamment à un gros appui de l'artillerie. Pas d'activité des chars mentionnée. De nombreux canons de 77 et fusils antichars de 13mm sont pris et retournés contre l'ennemi.

Jours suivants

Le 4 septembre, la 41ème DI tient la ligne Ouest-Est LEURY - CLAMECY - BRAYE SOUS CLAMECY. Le 5 vers 15h00, le 128ème RI seul en première ligne perçoit un affaiblissement de l'ennemi qui se concrétise par un décrochage en fin de journée vers le CHEMIN DES DAMES.

BILAN HUMAIN et MATERIEL

Pertes humaines: le 2ème classe JAUR (AS 325) tué le 2 septembre à LEURY; le SLT JUNIA (AS 326) grièvement blessé et mort des suites de ses blessures le 28 août; les 2ème classe TAURIE, REYNAUD et SAVIGNARD (AS 326) tués le 28 août à PASLY, le dernier des suites de ses blessures.
En marge des combats cités, le 2ème classe COTTENCEAU (AS 326) tué le 4 septembre à COURSIL; le brigadier DUPARC et le 2ème classe CHEVALIER (AS 325) tués le 8 septembre à CHIVRES.

Après ces durs combats contre des positions fermement tenues et défendues, le 9ème BCL a perdu temporairement ou définitivement tous ses chars. Entre deux phases de combat, 4 jours auront été nécessaires pour remettre en ordre de marche les compagnies d'AS. Le bataillon aura pendant cette phase détruit de nombreux nids de mitrailleuses entravant la progression de l'infanterie.

Prochaine étape: les combats du SOISSONNAIS du 18 au 27 juillet 1918.

Avatar de l’utilisateur
stinger
Messages : 30
Inscription : dim. nov. 18, 2012 1:00 am

Re: Artillerie Spéciale - Combats du 503ème RAS

Message par stinger » jeu. août 08, 2013 5:18 pm

Mise à jour du 22/06/2014: Combats du 7ème BCL au sein de la 63ème DI.

Bonjour,

Je poursuis donc avec l'évocation de:

La contre-offensive de la VIème Armée (Gal DEGOUTTE) dans le SOISSONAIS du 18 au 26 juillet 1918.

Les combats menés par le 503ème RAS lui vaudront l'inscription " SOISSONNAIS 1918" sur son étendard.

I. SITUATION GENERALE

Le 503ème RAS, formé le 8 juin 1918 (date de création de l'état-major) au camp d'AS de CERCOTTES par le regroupement des 7ème, 8ème et 9ème Bataillons de Chars Légers (BCL), est déployé le 1er juillet sur le camp d'AS de MAILLY-POIVRES. En alerte le 14 juillet, il est mis à disposition de la VIème Armée du général DEGOUTTE, dans le cadre de la contre-offensive française, menée de concert avec la Xème armée (MANGIN), pour percer l'aile droite du dispositif allemand qui a négligé sa flanc-garde. Marchant vers l'Est, les deux armées vont repousser l'envahisseur en lui causant la perte de 35000 prisonniers, 700 canons et 3300 mitrailleuses.

Le déroulé de la contre-offensive:

Image

II. SITUATION PARTICULIERE

Débarqué à BETZ et LIZY sur OURCQ le 15 juillet, les 3 bataillons du régiment sont affectés aux 2ème CA (2ème DI, 33ème DI et 47ème DI, avec la 63ème DI de réserve) et 7ème CA (164ème DI, 4ème DI.US) de la VIème Armée. Dans le détail et initialement, le 7ème BCL (CDT D'ANGERVILLE) est détaché auprès de la 2ème DI/2ème CA; le 8ème BCL (CEN BLOCH) auprès de la 47ème DI/2ème CA et le 9ème BCL (CDT BES) à cheval entre le 164ème DI/7ème CA (AS 325) et la 63ème DI/2ème CA (AS 326 et 327).

III. COMBATS du 7ème BCL

A. Au sein de la 2ème DI

La 2ème DI, composée des 8ème, 110ème et 208ème RI est initialement intercalée dans le fuseau du CA, entre la 33ème DI au Nord et la 47ème DI au Sud, et sa zone d'action du 18 au 25 juillet est la suivante (dimensions 25km de profondeur sur 2 km de largeur):

Image

L'axe de marche de la division est plein Est et obliquera vers le Nord Est à compter du 23 juillet.

Journée du 18 juillet 1918

Les compagnies d'AS 320 (CNE DESHAYES) et 321 (LTN D'ALEMAND) appuieront les 110ème RI (au Nord) et 208ème RI (au Sud). L'AS 319 (CNE DE BOURBON CHALUS) restera en réserve divisionnaire avec le 8ème RI.

Image

L'attaque débute à 4h35 sans préparation d'artillerie pour garantir un effet de surprise maximum, et l'infanterie est précédée d'un barrage roulant.

Au nord du fuseau, l'ennemi abandonne successivement PASSY EN VALOIS et MONTROU (dont la prise est facilitée par l'action de "trois chars", qui neutralisent les nids de mitrailleuses et malgré des tirs de 77). L'attaque ralentit au Nord car la 33ème DI ne peut se rendre maître de MARIGNY SAINT MARD, ce qui entrave la progression du 110ème RI. Un char essayant de faire la liaision avec la 33ème DI est "éventré par une pièce antichar".

Au sud du fuseau, les chars avancent en tête et sont signalés, par avion, à 7h15 à l'Est de MACOGNY. Ils y subissent pertes et avaries car le 208ème RI signale qu'aux alentours de 8h00 "sur les trois sections de chars mises à disposition du régiment, seuls 3 chars restent dont 1 seul fonctionne encore".

Le soir, la division est arrêtée sur les contrepentes à l'Ouest de NEUILLY SAINT FRONT.

Journée du 19 juillet 1918

L'attaque est relancée sur la largeur du fuseau.

Image

Au Nord du fuseau, pas d'activité des chars mentionnée. NEUILLY SAINT FRONT est atteint et enlevé à la mi-journée par le 110ème RI qui n'a pas de liaison avec le 208ème RI au Sud.
Au Sud, dès le début (04h00) l'attaque est stoppée près de la base de départ et "les chars rentrent en action". A 6h15, l'offensive reprend.
La progression se fait non sans pertes et au soir du 19, le 208ème RI a atteint les lisières Ouest du bois de LATILLY.

Le 8ème RI, jusque là en réserve divisionnaire, reprend l'attaque à son compte sur tout le fuseau, à raison d'un bataillon par demi-fuseau.

Journée du 21 juillet 1918

L'historique du 503ème RAS signale la participation de l'AS 319 à la prise du BOIS DE LATILLY, des villages de RESSONS et de TREVISE.

Journées du 21 au 26 juillet 1918

Plus d'activité des chars du 7ème BCL auprès de la 2ème DI, qui progressera en direction de FERE EN TARDENOIS (cf plan du 2ème CA ci-dessus).
Tout ou partie du bataillon est transféré auprès des 47ème et 63ème DI pour poursuivre le combat.

B. Au sein des 47ème et 63ème DI


La 63ème DI, composée des 216ème, 298ème et 305ème RI est initialement en réserve d'armée. Elle accueillera tout ou partie des BCL du 503ème RAS pendant cette offensive. A signaler que les 298ème RI et 305ème RI ne disposent pas d'un JMO digne d'être exploité. Seul le 216ème RI bénéficie de ce document indispensable aux recherches.
En ce qui concerne les compagnies d'AS du 7ème BCL, il est à noter que le 23 juillet, lors de l'attaque du bois de CHATELET, l'AS 321 mise à disposition du 305ème RI participe à la prise de ce bois; le 26 juillet, l'AS 319 est à BRECY.

jpsss
Messages : 156
Inscription : jeu. août 22, 2013 2:00 am

Re: Artillerie Spéciale - Combats du 503ème RAS

Message par jpsss » mar. mars 04, 2014 11:22 pm

Mise à jour du 22/08/2013: Combats du 7ème BCL au sein de la 2ème DI.

Bonjour,

Je poursuis donc avec l'évocation de:

La contre-offensive de la VIème Armée (Gal DEGOUTTE) dans le SOISSONAIS du 18 au 26 juillet 1918.

Les combats menés par le 503ème RAS lui vaudront l'inscription " SOISSONNAIS 1918" sur son étendard.

I. SITUATION GENERALE

Le 503ème RAS, formé le 8 juin 1918 (date de création de l'état-major) au camp d'AS de CERCOTTES par le regroupement des 7ème, 8ème et 9ème Bataillons de Chars Légers (BCL), est déployé le 1er juillet sur le camp d'AS de MAILLY-POIVRES. En alerte le 14 juillet, il est mis à disposition de la VIème Armée du général DEGOUTTE, dans le cadre de la contre-offensive française, menée de concert avec la Xème armée (MANGIN), pour percer l'aile droite du dispositif allemand qui a négligé sa flanc-garde. Marchant vers l'Est, les deux armées vont repousser l'envahisseur en lui causant la perte de 35000 prisonniers, 700 canons et 3300 mitrailleuses.

Le déroulé de la contre-offensive:

https://forum.pages14-18.com/mesimages/ ... eMarne.jpg

II. SITUATION PARTICULIERE

Débarqué à BETZ et LIZY sur OURCQ le 15 juillet, les 3 bataillons du régiment sont affectés aux 2ème CA (2ème DI, 33ème DI et 47ème DI, avec la 63ème DI de réserve) et 7ème CA (164ème DI, 4ème DI.US) de la VIème Armée. Dans le détail et initialement, le 7ème BCL (CDT D'ANGERVILLE) est détaché auprès de la 2ème DI/2ème CA; le 8ème BCL (CEN BLOCH) auprès de la 47ème DI/2ème CA et le 9ème BCL (CDT BES) à cheval entre le 164ème DI/7ème CA (AS 325) et la 63ème DI/2ème CA (AS 326 et 327).

III. COMBATS du 7ème BCL

A. Au sein de la 2ème DI

La 2ème DI, composée des 8ème, 110ème et 208ème RI est initialement intercalée dans le fuseau du CA, entre la 33ème DI au Nord et la 47ème DI au Sud, et sa zone d'action du 18 au 25 juillet est la suivante (dimensions 25km de profondeur sur 2 km de largeur):

https://forum.pages14-18.com/mesimages/ ... 106__T.jpg

L'axe de marche de la division est plein Est et obliquera vers le Nord Est à compter du 23 juillet.

Journée du 18 juillet 1918

Les compagnies d'AS 320 (CNE DESHAYES) et 321 (LTN D'ALEMAND) appuieront les 110ème RI (au Nord) et 208ème RI (au Sud). L'AS 319 (CNE DE BOURBON CHALUS) restera en réserve divisionnaire avec le 8ème RI.

https://forum.pages14-18.com/mesimages/ ... titre.jpg

L'attaque débute à 4h35 sans préparation d'artillerie pour garantir un effet de surprise maximum, et l'infanterie est précédée d'un barrage roulant.

Au nord du fuseau, l'ennemi abandonne successivement PASSY EN VALOIS et MONTROU (dont la prise est facilitée par l'action de "trois chars", qui neutralisent les nids de mitrailleuses et malgré des tirs de 77). L'attaque ralentit au Nord car la 33ème DI ne peut se rendre maître de MARIGNY SAINT MARD, ce qui entrave la progression du 110ème RI. Un char essayant de faire la liaision avec la 33ème DI est "éventré par une pièce antichar".

Au sud du fuseau, les chars avancent en tête et sont signalés, par avion, à 7h15 à l'Est de MACOGNY. Ils y subissent pertes et avaries car le 208ème RI signale qu'aux alentours de 8h00 "sur les trois sections de chars mises à disposition du régiment, seuls 3 chars restent dont 1 seul fonctionne encore".

Le soir, la division est arrêtée sur les contrepentes à l'Ouest de NEUILLY SAINT FRONT.

Journée du 19 juillet 1918

L'attaque est relancée sur la largeur du fuseau.

https://forum.pages14-18.com/mesimages/ ... .jpg1..jpg

Au Nord du fuseau, pas d'activité des chars mentionnée. NEUILLY SAINT FRONT est atteint et enlevé à la mi-journée par le 110ème RI qui n'a pas de liaison avec le 208ème RI au Sud.
Au Sud, dès le début (04h00) l'attaque est stoppée près de la base de départ et "les chars rentrent en action". A 6h15, l'offensive reprend.
La progression se fait non sans pertes et au soir du 19, le 208ème RI a atteint les lisières Ouest du bois de LATILLY.

Le 8ème RI, jusque là en réserve divisionnaire, reprend l'attaque à son compte sur tout le fuseau, à raison d'un bataillon par demi-fuseau.

Journée du 21 juillet 1918

L'historique du 503ème RAS signale la participation de l'AS 319 à la prise du BOIS DE LATILLY, des villages de RESSONS et de TREVISE.

Journées du 21 au 26 juillet 1918

Plus d'activité des chars du 7ème BCL auprès de la 2ème DI, qui progressera en direction de FERE EN TARDENOIS (cf plan du 2ème CA ci-dessus).
Tout ou partie du bataillon est transféré auprès des 47ème et 63ème DI pour poursuivre le combat.

B. Au sein des 47ème et 63ème DI

bonsoir,
bravo vraiment pour cette présentation tellement bien documentée et intéressante. j'ai vu dans le texte que vous faisiez allusion à une attaque sur un axe CHamecy - neuville sur Margival mais je ne trouve pas, sur la carte 'Google earth' , Chamecy. Pourriez-vous me dire où ce village se situe ?
merci d'avance,

jean-pierre

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »