canonnier Allaizeau

nimo35
Messages : 10
Inscription : jeu. août 05, 2010 2:00 am

Re: canonnier Allaizeau

Message par nimo35 » ven. août 06, 2010 11:11 am

Bonjour ,

Je recherche des infos sur le parcours de mon arrière grand père entre 1916 et 1919
Son nom est Donatien Allaizeau , né en vendée en 1896.
Il a été incorporé au 51e Régiment artillerie le 7/09/1916 , puis dirigé vers le 81e Régiment artillerie à Marly le roi le 29 mai 1917.
Il est passé au AS 311 en formation au 500e regiment artillerie assaut le 8 mai 1918.
Je sais seulement ensuite qu'il a été intoxiqué au gaz dans le secteur de Juvigny en sept 1918 , puis blessé fin octobre près de Banogne Recouvrance.
Après sa convalescence et la fin de la guerre , il a ensuite été affecté au 85e regiment artillerie lourde à Briare en janvier 1919.
Il rejoint Marseille pour être envoyé au Maroc entre février et septembre.

Si quelqu"un pouvait me donner des infos complémentaires sur le parcours de son régiment au front , entre mai et novembre 1918 , ainsi que sur la présence au Maroc qui serait je suppose les débuts de la guerre du RIF , j'en serais comblé !!
Merci d'avance.

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2808
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: canonnier Allaizeau

Message par Tanker » ven. août 06, 2010 11:41 am

Bonjour,

S'il va être possible d'éclaircir sa carrière dans l'AS, pour ce qui de son affectation au Maroc après guerre, c'est une autre paire de manche (en tout cas pour moi !).

Voici déjà le lien sur le JMO du 502° RAS :
http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... iewer.html

et celui sur l'AS 311 (sa compagnie).
http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... iewer.html

Il n'y a pas de JMO du 4° BCL, et le JMO de l'AS 311 le cite bien dans les blessés

Il a donc combattu au sein de la 311° Compagnie d'AS du 4° Bataillon de Chars Légers du 502° Régiment d'Artillerie Spéciale.
Son Bataillon a d'abord été commandé par le Cdt Roussie, puis par le Cne de Gaspart.
Sa compagnie était commandée par le Cne Vivet.

Les affectation au 81° RALT, puis au 500° RAS correspondaient a des affectations administratives de tous les personnels AS.
Les personnels y étaient affectés pendant leurs périodes de formation à Marly-le-Roi et Cercottes, et continuaient à être gérés administrativement par ces unités pendant leur affectation en unité de combat.

Le passage du 81° RALT au 500° RAS s'est fait pour tous les affectés Artillerie Spéciale le 1° Mai 1918. A sa date a été créé le 500° RAS qui a pris la relève du 81° RALT pour l'instruction et l'administration de l'AS.

Au vu de son grade, il sera sans doute difficile de remonter jusqu'à sa section de chars (voir à son char . . . ).
Il est possible que vous ayez des photos (en particulier de groupes ou de chars) ou des documents qui permettent de recouper certaines informations.

Son passage assez long à l'instruction, avant d'arriver à Champlieu le 9 Mai 1918 doit, sans doute, pouvoir s'expliquer.

Bonne lecture de ses JMO et à plus.
Michel

Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

nimo35
Messages : 10
Inscription : jeu. août 05, 2010 2:00 am

Re: canonnier Allaizeau

Message par nimo35 » ven. août 06, 2010 11:50 am

merci pour la rapidité de la réponse , je vais lire tout ça.

nimo35
Messages : 10
Inscription : jeu. août 05, 2010 2:00 am

Re: canonnier Allaizeau

Message par nimo35 » ven. août 06, 2010 3:59 pm

Je souhaiterais une petite précision sur le role que pouvait jouer mon arriere grand père dans son tank.
Etait ce d'abord un char Renault FT ?
On parle de canonnier sur les écrits de la compagnie ou de mécanicien sur le registre militaire , était il donc le tireur debout dans le char ou le pilote assis comme je le vois sur une photo de ce site ?



http://ww1artwork.jexiste.fr/SteelMonst ... /FT.17.htm


nimo35
Messages : 10
Inscription : jeu. août 05, 2010 2:00 am

Re: canonnier Allaizeau

Message par nimo35 » ven. août 06, 2010 4:20 pm

Sinon , pour peut être d'autre sources d'infos possibles que je pourrais obtenir , il me semble lire les numéros matricules suivants :

n° 5889 pour le 51e regiment artillerie 61e bataillon du 7/08/1916 au 29/05/1917
n° 8758 pour le 81e regiment artillerie 80e bataillon à partir du 29/05/1917 , puis 81e bataillon le 27 mars ( début de la campgane aux armées )
n° 341333 au 500e régiment artillerie assaut à partir du 8 mai.

Merci d'avance.. :)

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2808
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: canonnier Allaizeau

Message par Tanker » sam. août 07, 2010 12:22 pm

Bonjour,

Vos questions vont dans la direction de celles que je voulais vous poser dans ma future réponse. . . .

Le terme canonnier était l'appellation commune (ou "générique") pour tout militaire non gradé de l'Artillerie Spéciale (comme de l'artillerie traditionnelle).
Un soldat se présentait comme le canonnier tartempion" à ses supérieurs.

S'il est présenté comme mécanicien dans ses pièces militaires, c'est un élément très intéressant qui permet de préciser sa fonction.
Sur Renault FT, il devait donc être pilote de char.

Je repréciserai, dans une réponse plus complète, mes hypothèses pour la période avant son affectation à l'AS 311.

Les numéros matricules ne nous servent à rien dans la mesure ou aucun registre général des personnels de l'AS n'a été conservé.

Ses affectations successives au 81° RALT sont logiques. Il ne s'agit pas de Bataillons mais de Batteries.
En effet, au sein du 81° RALT, très grosse structure qui ne gérait pas que l'Artillerie Spéciale, les 80°, 81°, 82° et 83° Batteries d'ALT étaient spécifiques de l'AS.
Ces Batteries, à partir du 1° Mai 1918, deviendront les 80°, 81°, 82° et 83° Batteries d'Artillerie Spéciale du 500° RAS.

La 80° était à Marly, et sa date d'affectation dans l'AS du 29 Mai 1917 correspond bien à sa date d'arrivée au Fort du trou d'Enfer.

Son affectation à la 81° Batterie le 27 Mars . . . . : il s'agit de 1918 ?

Dans les JMO du 502° RAS sont cités les Divisions et Régiments appuyés par le 4° BCL.
Quand il s'agit d'unités françaises, vous devez pouvoir retrouver, sur le site du SGA "Mémoire des Hommes" les JMO de ces unités.
Il y a, parfois, des compléments d'information sur l'emploi des chars.
De la même manière, vous devez pouvoir remonter un peu sa carrière au 51° RA avant Mai 1917.

A plus et à suivre - Michel
Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

nimo35
Messages : 10
Inscription : jeu. août 05, 2010 2:00 am

Re: canonnier Allaizeau

Message par nimo35 » sam. août 07, 2010 1:51 pm

affectation le 27 mars 1918 à la 81e batterie , précedemment le 28/02/1918 il aurait été affecté à l' AS 300 , toujours au 81e RA donc.

sur le registre militaire , il est bien spécifié que sa période "aux armées " est entre le 30 mai 1917 et le 29 octobre 1918.
Du 7 sept 1916 au 29 mai 1917 puis du 30 oct 1918 au 15 fév 1919, il est "à l'intérieur" , et du 15 fév 1919 au 22 sep 1919 au Maroc.

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2808
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: canonnier Allaizeau

Message par Tanker » dim. août 08, 2010 9:30 pm

Bonsoir,

Ayant maintenant vu la fiche du Canonnier Donatien Allaizeau, il est possible de faire le point sur sa carrière dans l'Artillerie Spéciale.
Il reste quelques zones d'ombres qui seront probablement difficiles à supprimer.

29 Mai 1917

Affecté au 81° RALT le 29 Mai 1917, Donatien Allaizeau rejoint la 80° Batterie du 81° RALT à Marly-le-Roi.

A sa création, la 80° Batterie du 81° RALT de Marly-le-Roi (Fort du Trou d'Enfer) recevait les nouveaux affectés de l'AS et se chargeait de la formation individuelle et de l'instruction conduite sur char. La présence à Marly était variable et pouvait durer plusieurs mois, comme elle pouvait se réduire à une quinzaine de jours, en fonction des besoins en personnels spécialisés.

Le principal de la mission de cette batterie de Marly consistait à :
- incorporer et immatriculer les nouveaux affectés,
- trier et classer les personnels en fonction de leur compétences (et en vue de leur future affectation dans l'AS),
- équiper tous ces personnels.
- commencer l'école de conduite.

Quand les effectifs correspondant à un Groupe étaient réalisés, le personnel était envoyé à Cercottes pour :
- percevoir leurs matériels,
- poursuivre l'instruction spécialisée (pilote, mitrailleur, canonnier et mécanos),
- procéder à la création officielle du Groupe d'AS.

Le tir (canon et mitrailleuse) ne pouvant se faire à Marly, le camp de Cercottes est rapidement devenu le deuxième centre AS d'instruction.

A partir du 1 Octobre 1917, Cercottes deviendra l'unique Centre d'instruction de l'AS, et Marly sera définitivement fermé le 29 Octobre 1917.

Visiblement les papiers militaires de Donatien Allaizeau ont été très mal tenus.
En effet il a pu y rester au Centre AS de Marly jusqu'à sa fermeture en Octobre 1917, mais a nécessairement été affecté ailleurs entre
le 29 Octobre 1917 et son départ pour Champlieu du 28 Mars 1918.

Quelles ont été ses fonctions à Marly le Roi ? Il est impossible de le dire.
A-t-il été envoyé plus tôt à Champlieu ?
A-t-il été affecté à Cercottes ,
A-t-il été envoyé en stage chez les industriels pour y être former techniquement ?

Sa mutation à l'AS 300, puis en unité de chars peuvent permettre de penser qu'il a été formé à la mécanique et aux techniques chars avant
d'arriver à Champlieu.

Quoiqu'il en soit, il y a bien un trou de 3 mois dans sa carrière AS.

Affecté à la 80° Batterie de Marly-le-Roi du 29 Mai 1917 au 27 Février 1918, il n'est pas en "Zone des Armées" mais en "a l'intérieur".
Visiblement les report de ses périodes aux Armées est aussi des plus inexacte.

28 Février 1918

Affecté à l'AS 300 au camp de Champlieu, il se retrouve à la Batterie de Parc chargée des chars en dépôt au camp de Champlieu.
Cette Batterie a sous la main les chars d'instruction Schneider et Saint-Chamond (non opérationnels dans les groupes) et les 200 Renault FT d'instruction du PAOC.
L'AS 300 a été créé à partir du Groupe AS 7, dissous après les combats de Junvincourt du 16 Avril 1918, et transformé en Groupe dépôt pour Champlieu.

Arrivant le 28 Février 1918 à Champlieu il est en zone des Armées, et ce jusqu'au 27 Mars 1918.

27 Mars 1918

Donatien Allaizeau est affecté à la 81° Batterie du 81° RALT à Cercottes. Il est donc, de nouveau hors "Zone des Armées".

Le 25 Mars 1918, juste après l'attaque allemande, l'ordre est donné d'envoyer à Cercottes tout ce qui concerne les unités de Renault FT.
C'est pour cette raison que Donatien Allaizeau est muté à Cercottes et donc à la 81° Batterie du 81° RALT.
Il est cependant vraisemblablement resté employer à l'AS 300.
Les personnels, matériels, hangars, batiments et voies ferrés du PAOC (Parc Annexe Organisation des Chars légers) sont démontés et envoyés par train à Cercottes. L'AS 300 faisait partie des organismes du PAOC déplacés à Cercottes.

L'ordre de création des Compagnies d'AS 310 à 321 (les 9 compagnies du 502° RAS et la première compagnie du 503° RAS.) a été donné le 21 Mars 1918, juste au moment de l'attaque allemande.
La montée en puissance de ces unités devait se faire à Champlieu et c'est sous la menace de cette attaque que l'ordre de transférer à Cercottes les BCL en formation a été donné. Ne sont restés à Champlieu que les unités de chars opérationnelles.

Le processus de création des unités de Renault FT a donc pris un peu de retard.

La formation de chaque compagnie durait 3 semaines et à chaque nouvelle semaine l'instruction d'une autre compagnie était lancée.
L'AS 311 a été créé le 13 Avril 1918 à Cercottes, la formation de cette compagnie a du commencer dans la dernière quinzaine de Mars 1918.

Il n'y a aucune indication sur la date d'affectation à l'AS 311 du Canonnier Allaizeau.
Présent à Cercottes pendant la période de formation de l'AS 311, sa date de mutation dans cette unité aurait du être mentionnée.
Y a-t-il été affecté à cette époque, ou a-t-il rejoint plus tard, avant les premiers engagements opérationnels du 4° BCL ?

8 Mai 1918

Donatien Allaizeau est administrativement affecté au 500° RAS.
Logiquement, c'est la date du 1° Mai 1918 qui aurait du être mentionnée dans ses pièces, car c'est à cette date que le 500° RAS a été créé
pour remplacer le 81° RALT comme corps support de l'AS.

Arrivé le 9 Mai à Champlieu, l' AS 311 et le 4° BCL ont été déclarés mobilisable le 3 Juin 1918.

Si le JMO du 502° RAS et celui du 4° BCL fournissent une chronologie détaillée des activité de l'unité, il n'est pas possible de préciser la place
de Donatien Allaizeau au sein de la compagnie AS 311.
Il est seulement possible de remonter l'organisation de la compagnie jusqu'au niveau des chefs de sections de chars.

A la création de l'AS 311

Commandant de Compagnie
- Cne Rivet

1° Section - Lt Jean-Charles Roman d'Amat (muté AS 325 le 29 Août 1918)
2° Section - Lt Macker (blessé le 29 Août dans un bombardement)
3° Section - S/Lt Vigneron (blessé et évacué - char brulé et resté sur le terrain)
Section d'Echelon - Lt d'Arbaumont (évacué le 9 Août 1918) remplacé par le S/Lt Rirchgesner

Au 29 Août 1918

Commandant de Compagnie
- Cne Rivet

1° Section - Adjt Rosenbaum
2° Section - S/Lt Rirchgesner (reprise par Lt Macker le 18 Septembre 1918)
3° Section - non identifié
Section d'Echelon - S/Lt Rirchgesner

Le Cne Rivet, blessé le 2 Septembre 1918 au PC Div Marocaine est évacué

Au 2 Septembre 1918

Commandant de Compagnie :
- Lt Macker

1° Section - Adjt Rosenbaum
2° Section - MdL Saurat
3° Section - (autre sous-officier non identifié)
Section d'Echelon - S/Lt Rirchgesner

Le 1 sept 1918 le Canonnier Allaizeau est évacué pour intoxication au gaz sur le HCA 42.
Il rejoint la compagnie le 6 Octobre 1918.


Au 10 Octobre 1918

Commandant de Compagnie :

- Lt Granthomme

1° Section - Mdl Tissot
2° Section - Lt Ygonnet
(affecté le 19 Octobre 1918 et venant de l'AS 317 et tué le 25 0ctobre dans le secteur de Banogne).
3° Section - S/Lt Maubec
Section d'Echelon - S/Lt Rirchgesner

Le 25 oct 1918, le Canonnier Allaizeau est blessé au visage lors de l'attaque sur Banogne et évacué sur le HOE 31 de Malesherbes.

Le JMO, pour les combats de cette date parle d'un char mitrailleur de la section du Lt Ygonnet dont l'équipage blessé réussit à rentrer avec son char.
Il s'agissait de la deuxième action de combat de la journée, et il pourrait s'agir du char du Canonnier Allaizeau.
C'est la seule information qui permette de penser qu'il pouvait être à la 2° section de l'AS 311.

La citation qui lui a été accordée est très cohérente avec cette action de combat décrite par le JMO :

" mécanicien courageux et adroit, a pris part aux 2 attaques du 25 Octobre 1918 conduisant son char dans un terrain parsemé d'obstacles et sous un feu des plus violents.
Blessé pendant l'action".


Le 30 octobre 1918, il est transféré à l'hopital temporaire 55 de Clermont Ferrand
Le 4 Décembre 1918, il est mis en congé de convalescence.

Le 15 Janvier 1919, Il est affecté au dépot des chauffeurs du 85° Régiment d'Artillerie Lourde.

A cette époque, l'Artillerie d'Assaut a du muter un nombre important de personnels formés à la conduite.
La décision de ne pas créer le 510° RAS et les 3 derniers BCL prévus (28°, 29° et 30° BCL) libérait un volume important de personnels et
permettait au Service Automobile de fournir des chauffeurs qualifiés à des unités déficitaires.

C'est probablement dans ce contexte que Donatien Allaizeau a-t-il été muté. Peut-être a-t-il aussi fait acte de volontariat pour aller servir au Maroc ?

Une chose est certaine, c'est que les chars ne l'ont pas oublié puisqu'après sa démobilisation du 22 Septembre 1919 et jusqu'en Février 1934,
il était réserviste dans plusieurs des Régiments de chars de combat (503° RCC, 512° RCC, 514° RCC, 501° RCC et 505° RCC).

Une dernière question. A-t-il obtenu une autre citation et a-t-il été décoré de la croix de guerre, en plus de sa médaille militaire remise en 1936.

Michel
Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

nimo35
Messages : 10
Inscription : jeu. août 05, 2010 2:00 am

Re: canonnier Allaizeau

Message par nimo35 » dim. août 08, 2010 10:43 pm

Grand merci pour tout ce boulot !! :bounce:

Je n'ai pas entendu quoique ce soit concernant une croix de guerre , je pourrais toujours essayer de demander des renseignements auprès d'anciens de la famille qui ont pu garder certains documents.
Pour ce qui est de la 2e section cela pourrait en effet cadrer avec le fait qu'il a participé aux 2 attaques.
:hello:

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2808
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: canonnier Allaizeau

Message par Tanker » lun. août 09, 2010 3:31 pm

Bonjour,

En fait je me demandais s'il n'avait eu que cette citation.
Le premier engagement, au cours duquel il a été gazé aurait pu être une occasion de citation.

Ce n'est visiblement pas le cas et par ailleurs la Compagnie AS 311 elle-même, contrairement à la compagnie AS 310
qui participait au même combat n'a pas été cité lors de ces actions.

Cité qu'une fois, durant son affectation guerre dans l'Artillerie Spéciale, il n'a donc pas eu droit à la croix de guerre.
A l'AS, elle était normalement accordée pour deux citations.

Visiblement, contrairement à d'autres, il ne lui a pas été possible d'obtenir cette croix après guerre, sur la simple base de cette citation.
Ce sont probablement ces états de services, dans la réserve des chars de combat jusquau début des années 30 qui lui ont donné
les points nécessaire à l'obtention de la médaille militaire en 1936.

Michel
Email - [email protected]

Liens sur les sujets Artillerie Spéciale de "Pages 14-18" :
viewtopic.php?f=34&t=52768

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »