groupe d'artillerie d'assaut as 35

delac
Messages : 5
Inscription : sam. mai 29, 2010 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par delac » sam. mai 29, 2010 5:02 pm

Bonjour,
Mon pére était canonnier à l'AS 35 en 1917 1918 sur st Chamond. Paul delachatre issu de l'artillerie lourde
Quel était le role exact du canonnier ?
Comment etaient choisis les équipages; volontaires ou d'office ?
En janvier 1919,il reçu un document à son nom avec les citations du 35 AS commandé et signé du capitaine BALLAND . En méme temps on lui remis l'insigne correspondant à savoir la croix de guerre avec deux étoiles et une palme . Je posséde ce document et cet insigne . Etait il dans les habitudes de recompenser des équipages entiers ?. J'ai vu une photo dans le livre "les chars de la victoire" de guénaff et jurkiewiecz montrant une décoration d'équipages . Quelq'un peut-il répondre à ces questions
Merci
.


Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2516
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par Tanker » sam. mai 29, 2010 8:10 pm

Bonjour,

Le Capitaine Balland était le Commandant du Groupe de char Saint Chamond AS 35, c'est donc lui qui signait ce type de document.
Les citations attribuées aux unités étaient effectivement aussi remises en copie à tous les membres de l'unité, ayant participé aux actions citées.

Les 3 citations de sa croix de guerre lui ont-elles été attribuées par l'Artillerie Spéciale, ou en avait-il déjà reçu avant ?

Quel était son grade, de quelle unité d'artillerie venait-il et à quelle date est-il arrivé dans l'AS ?

L'affectation dans l'AS pouvait être le résultat d'une demande individuelle ou d'une mutation automatique, suite aux demandes de personnels faites par le GQG.
Il y avait donc de tout et de nombreuses unités profitaient régulièrement de ces ponctions en personnels pour l'AS pour se débarasser d'indésirables . . .

Concernant Paul Delachatre, artilleur avant son affectation dans l'AS, c'est probablement sa formation initiale dans l'artillerie comme canonnier qui l'a fait affecter à ce poste de canonnier.
Il ne faut cependant pas oublier que "canonnier" était dans l'AS l'appellation des Hommes du Rang. Il pouvait donc avoir un autre emploi dans le char.
Est-il nommé, dans ses citations, pour ses qualités dans l'utilisation du canon de 75 ?

L'emploi du canon, tant dans le Schneider que dans le St Chamond n'était pas très compliqué dans la mesure ou il s'agissait de tir tendu à vue entre 200 et 600 m.
Dans chaque char, plusieurs membres de l'équipage étaient formés à l'emploi du canon :
le chef de char (Officier ou Sous-officier)
le sous-chef de char (Sous-officier ou Brigadier)
le canonnier en titre (Brigadier ou HdR)

A suivre, le temps de fouiller la doc, un point sur sa carrière à l'AS 35.

Michel

delac
Messages : 5
Inscription : sam. mai 29, 2010 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par delac » dim. mai 30, 2010 11:45 am

Bonjour ,
L'entète du document des citations est celle du 35° groupe as , avec l'inscrition "le canonnier Delachatre a combattu vaillamment dans le 35° groupe de chars d'Assaut qui a obtenu les citations suivantes".il était simple soldat Incorporé au 49° regiment d'artillerie de campagne ,matricule6422 puis au 81 regiment d'artillerie lourde ,matricule 8556 rattaché au 35° as , puis

delac
Messages : 5
Inscription : sam. mai 29, 2010 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par delac » dim. mai 30, 2010 11:57 am

puis au 500° régiment d'artillerie le 1.5.1918 matricule 34466 .Blessé le 18.7.1918 au plateau de Coutry . Il était peut ètre aussi miutrailleur ,car il me parlait souvent des mitrailleuses hotchkiss .
Je posséde le journal de mar'che du 35° groupe as ,mais il ne répond pas à mes questions .

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2516
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par Tanker » dim. mai 30, 2010 1:01 pm

Bonjour Jean,

Il a donc servi au 49° RA, puis dans l'Artillerie Spéciale à l'AS 35. Le 81° RALT était le Régiment support de toute l'AS.
Il était donc affecté au 81° RALT, pour emploi à l' AS 35 (après sa formation initiale au fort du Trou d'enfer).

Avec la Création du 500° RAS (Régiment support de l'Artillerie Spéciale, en remplacement du 81° RALT), toutes les unités
et tous les personnels de l'AS sont passés au 500° RAS au 1° Mai 1918.
Ce n'était, pour la plupart qu'un simple jeu d'écriture sur leurs pièces administratives.

A quelle date a-t-il été affecté au 81° RALT, et à quelle date a-t-il rejoint l'AS 35 après sa blessure ?

Après les combats de Juillet 18, l'AS 35 a combattu a deux occasions avec l'Armée américaine et sa présence dans ces actions
est conditionnée à cette date de fin de convalescence, et de retour dans son Groupe.

Si ses citations ne mentionnent pas de rôle spécifique dans l'emploi du canon, il était plus probablement mitrailleur à bord du char.
Par ailleurs, s'il avait été mécaniciens de char, il aurait très probablement aussi beaucoup parlé des problèmes techniques.

Le JMO de l'AS 35 est effectivement très court (Paul Delachatre y est tout de même cité dans les blessés du 18 Juillet).
Encore quelques documents à fouiller avant de faire un point sur son séjour à l'AS 35.

A plus - Michel

delac
Messages : 5
Inscription : sam. mai 29, 2010 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par delac » dim. mai 30, 2010 7:15 pm

Bonjour Michel,
Il a été affecté au 81°ralt le 1.5.1917 . Apres sa blessure a rejoint son unité le 27 .aout 1918 . Il a effectivement combattu avec l'armée americaine , il en a mème rapporté des objets comme rasoir ,etc
Jean

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2516
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par Tanker » dim. mai 30, 2010 9:58 pm

Bonsoir Jean,

J'étais sur deux réponses en même temps, d'où l'erreur de prénom . . . !

Sa date de retour à l'AS 35 est une bonne confirmation de ce que j'ai trouvé.
Le 18 Juillet, son char s'est renversé (et n'a donc pas participé au combat).
Il a du être sérieusement commotionné dans l'accident.
Il a donc manqué la phase de combat du 19 au 23 Juillet.

Je met tout ça en forme, ça va prendre un peu de temps, mais il y a des billes : numéro de Batterie, numéro du Char, nom de tout l'équipage. . . .

Son char avait-t-il un surnom ?

A plus - Michel

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2516
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par Tanker » ven. juin 25, 2010 5:57 pm

Bonjour,

Voici donc, pour bien suivre la carrière de Paul Delachatre à l'AS 35, une chronologie des événements concernant le Groupe AS 35.
Paul Delachatre a donc suivi tout la carrière opérationnelle de ce Groupe à l'exception du combat du 18 Juillet 1918.

Les circonstances de sa blessure sont mentionnées en fin de sujet

Le Groupe AS 35 est créé le 3 Avril 1917, aux ordres du Cne Ternisien (Cdt de Groupe) au Fort du Trou d'Enfer.

Il quitte Marly-le-Roi par VF, pour le camp d'AS de Cercottes (Nord d'Orléans).
A Cercottes le Groupe perçoit ses chars, véhicules et matériels. Il y poursuit son instruction conduite, tir canon et tir mitrailleuse.

Les officiers du Groupe AS 35 à la création du Groupe :

Capitaine Maurice Ternisien - Infanterie (cdt de Groupe)
Lieutenant Robert Malézieux - Cavalerie
Lieutenant Henri Durand - Cavalerie
S/Lt Paul Boussard - Infanterie
S/Lt Philippe Guignabeaudet - Artillerie
S/Lieutenant Henri L'Hospital - Infanterie
S/Lieutenant Régis Seux - Infanterie
S/Lieutenant Auguste Moullet - Infanterie
S/Lieutenant Georges Baumann - Infanterie Coloniale
S/Lieutenant Maurice Levrard - Artillerie
S/Lieutenant Maurice Klein - Service Automobile
S/Lt Lucien Lelarge - Infanterie
S/Lt Jean de Beyssac - Infanterie
S/Lt Jacques de Bissac d'Albis - Infanterie

En l'absence de détails dans le JMO ou de note d'organisation, il est impossible de donner la position par batterie de ces officiers.

Le 4 Juillet 1917 le Groupe quitte Cercottes pour se rendre au Camp d'AS de Champlieu (Sud de la forêt de Compiègne).

L' AS 35 appartient au Groupement n° XI (AS 32 - AS 34 - AS 35) commandé par le Chef de Bataillon Herlaut.
Du 5 Juillet 1917 au 25 Novembre 1917 l'AS 35 poursuit son instruction à Champlieu et se réorganise.

Arrivé à Champlieu avec 4 Batteries de 4 Saint Chamond le Groupe passe, comme toutes les unités d'AS, à 3 Batteries de 4 chars.
Le 10 Novembre 1917, le Capitaine Balland, venant du Groupe AS 31, prend le commandement du Groupe AS 35.

Organisation du Groupe AS 35 au 25 Novembre 1917

Capitaine Adrien Balland : Commandant du Groupe
Lieutenant Henri Testulat : Officier Adjoint tactique
Lieutenant Jean Claudel : Officier d'échelon

1° Batterie :

Lt Robert Malézieux : Commandant de la 1° Batterie
S/Lt Paul Boussard : Chef de la 1° Section
S/Lt Philippe Guignabeaudet : Chef de la 2° Section

2° Batterie :

Lieutenant Henri Durand : Commandant de la 2° Batterie
S/Lieutenant Henri L'Hospital : Chef de la 1° Section
S/Lieutenant Régis Seux : Chef de la 2° Section

3° Batterie :

Lieutenant Auguste Moullet : Commandant de la 3° Batterie
S/Lieutenant Georges Baumann : Chef de la 1° Section
S/Lieutenant Maurice Levrard : Chef de la 2° Section

Le manque de précision des documents ne permet pas d'être totalement certain de la place dans les Batteries des officiers chefs de Sections.
Les Sous-Officiers (Aspirants et Maréchaux des Logis) n'étant pas cités, il n'est pas possible de donner les noms des autres chefs de chars.

Avec la multiplication des Groupes de chars, le camp de Champlieu n'était plus en mesure de recevoir les derniers Groupes formés.
La mise en place, à Champlieu, du centre de formation des unités de chars Renault amena le commandement à déplacer sur les camps d'AS (Mailly-Poivres et Martigny-les-Bains).

Le 26 Novembre 1917, l'AS 35 est déplacé sur le camp d'AS de Mailly-Poivres.
A Mailly, l'AS 35 poursuit son instruction et participe aux exercices de formations des unités d'infanterie au combat avec les chars.

Le 4 Mai 1918, l'AS 35 quitte Mailly par VF pour débarquer à Moyenville (Oise) le 4 Mai 1918.
Du 5 Mai au 3 Juin 1918, le Groupe participe à l'instruction char des unités d'infanterie du secteur et se prépare à intervenir.
Les officiers participent à des reconnaissances sur des hypothèses d'engagement dans le secteur du Matz.

Combats de Juin de Méry-la-Bataille (Première phase de la Bataille du Matz):

Sous la pression de l'attaque allemande dans le secteur du Matz, le Groupe AS 35 quitte Moyenneville le 4 Juin 1918 pour le bois d'Eraine puis se rend à Ereuse.
Tout le Groupement XI est rassemblé dans le secteur Ereuse - Bois d'Eraine (Ouest d'Estrées Saint Denis)

Le 10 Juin 1918, en prévision de la contre-attaque du Groupement Mangin, l'AS 35 quitte Ereuse pour les bois à l'Est de Montiers (le long de l'Aronde)

11 Juin 1918, le Groupe attaque en direction de St Maur en appui de la 48° Division d'infanterie.

12 et 13 Juin stationnement dans le marais de Montiers. Remise en état du matériel
14 Juin 1918 - Départ par voie routière vers Ereuse
15 Juin au 4 Juillet - Stationnement dans le secteur Ereuse et remise en état du matériel.
5 et 6 Juillet 1918 - Déplacement par voie routière vers Noroy.
7 au 13 Juillet 1918 - Instruction au profit d'unités d'infanteries du secteur.

Les chars du Groupe AS 35 à la Bataille de Méry

1° Batterie :
Saint Chamond M1 n° 62550 - Lt Guignabaudet
Saint Chamond M1 n° 62549 - Adjt Durand
Saint Chamond M3 n° 62631 - Lt Boussard
Saint Chamond M1 n° 62532 - MdL de Clerval
2° Batterie :
Saint Chamond M3 n° 62588 - Lt Lambert
Saint Chamond M1 n° 62580 - MdL Bergeron
Saint Chamond M1 n° 62541 - Lt Lhospital (en panne le 11 Juin 18)
Saint Chamond M1 n° 62411 - MdL Beurville (en panne le 11 Juin 18)
3° Batterie :
Saint Chamond M1 n° 62688 - Lt Levrard (en panne le 11 Juin 18)
Saint Chamond M1 n° 62691 - Brg. Tastevin
Saint Chamond M1 n° 62548 - S/Lt Baumann (en panne le 11 Juin 18)
Saint Chamond M3 n° 62692 - MdL Bardoux (char incendié le 11 Juin 18 devant St Maur)

Chars d'Echelon :
Saint Chamond M1 n° 62469
Saint Chamond M1 n° 62546
Saint Chamond M1 n° 62547

Chars caisson :
Saint Chamond M1 n° 62404
Saint Chamond M1 n° 62416

Les chars du Groupe AS 35 dans les combats avec l'Armée américaine :

Avec la montée en puissance de l'Armée Américaine, la décision d'engagement de Divisions américaines, sous Commandement français, est prise.
C'est dans ce contexte que plusieurs unités de chars St Chamond (dont l'AS 35), Schneider et Renault FT interviendront au profit de Divisions américaines.
Les américains n'ont commencé à percevoir leurs chars à partir d'Août 1918.
Les deux premiers bataillons de chars Renault FT ont été livrés en Août 1918 et le troisième sera livré en Novembre 1918.

Combats de Juillet dans le secteur de Missy aux Bois - Chaudun :

14 et 15 Juillet - Déplacement par voie routière d'Ereuse vers Catenoy et embarquement VF à Catenoy.
Le char encore en panne du groupe et remorqué et laissé à la SRR en gare d'Avrigny.
16 Juillet 1918 - Débarquement en gare de Villers-Cotterets (le 16 à 6 heures) et déplacement vers la forêt d'Haramont.

Le déplacement VF des Groupements XI et XII vers Villers-Cotterets fut très laborieux.
Moins de 24 heures avant l'attaque 50 % des chars étaient encore sur train.

16 Juillet 1918 à partir de 21 heures - Déplacement du Groupe AS 35 vers la PA (Position d'Attente du Groupe) de la ferme de l'Epine.

C'est au cours du déplacement de nuit d'Haramont à la ferme de l'Epine que le char du canonnier Paul Delachatre bascule dans un fossé.
Ce char ne prendra pas part au combat du 18 Juillet avec la 1° DI US.

17 Juillet 1918 à partir de 21 heures - Déplacement (ferme de l'Epine vers Coeuvres) pour rejoindre la PD (Position de Départ) dans la contre-attaque du 18 Juillet avec la 1° DI US ( Big Red One).

Le Groupe AS 35 ne peut engager que 8 chars dans cette attaque.

18 Juillet 1918 - Engagement des chars à partir de 6h 45.
19 Juillet 1918 - Poursuite de l'attaque avec les chars du Groupement XI encore en état.
20 Juillet 1918 - Regroupement de l'AS 35 à la ferme de La Glaux et déplacement vers la Position de Départ de Coeuvres.
21 et 22 Juillet - Remise en état des chars et récupérations des chars sur le terrain.
23 Juillet 1918 - Déplacement de Coeuvres vers Haramont
23 Juillet 1918 - Engagement d'une Batterie du Groupe sur Villemontoire
24 Juillet au 1° Août 1918 - Regroupement au Nord de Coeuvres Entretien du matériel.
25 Juillet 1918 - Déplacement sur Haramont.Entretien et remise en état du materiel jusqu'au 1° Août 1918.
2 Août 1918 - Déplacement par voie routière et embarquement à la gare de Villers-Cotterets.
3 Août 1918 - Arrivée au Camp de Martigny-les-Bains *.
4 Août au 7 Septembre 1918 - Remise en état des matériels et perception de nouveaux chars.

* Le déplacement sur Martigny du Groupement XI permettait de libérer le camp de Mailly (plus près des actions en cours) pour les Groupement prêts à être engagés.
Avec la montée en puissance de l'Armée Américaine et son positionnement dans le dispositif d'attaque des Armées Alliées, un certain nombre d'unités de chars françaises sont mises
à la disposition des US.

EM de la 1° Brigade d'AS (Colonel Wahl)

EM du 505° RAS (Chef de Bataillon Mare)
505° RAS - XIII° BCL (Chef de Bataillon Duclos)
505° RAS - XIV° BCL (Chef de Bataillon Guillot)
505° RAS - XV° BCL (Chef de Bataillon Richard)

Groupement IV (Chef d'Escadron Chanoine)
AS 14 (Cne Liscoat)
AS 17 (Cne de Sainte Pereuse)

Groupement XI (Chef de Bataillon Herlaut)
AS 34 (Cne Deloncle)
AS 35 (Cne Balland)

AS 104 (Lieutenant Schmid)
AS 105 (Lieutenant Chéroy)

L'arrivée du Groupement XI au camp de Martigny-les-Bains se place dans ce contexte.

Combats de Septembre et Octobre 1918 avec la 1° Armée Américaine.

Il fallait de l'ordre de 3 semaines pour remettre un Groupe en état après un engagement important.
Début Septembre, un certain nombre d'unités de chars françaises, dont les Groupes AS 34 et AS 35, sont mises à la disposition de la 1° Armée Américaine.

Organisation de l'AS 35 en Septembre 1918.

Capitaine Adrien Balland : Commandant du Groupe
Lieutenant Henri Testulat : Officier Adjoint tactique
Lieutenant Jean Claudel : Officier d'échelon

1° Batterie :
Lt Philippe Guignabeaudet : Commandant de la 1° Batterie
S/Lieutenant Alfred Dufraisne : Chef de la 1° Section
: Chef de la 2° Section
2° Batterie :
Lieutenant Henri Durand : Commandant de la 2° Batterie
S/Lieutenant Henri Lambert : Chef de la 1° Section
S/Lieutenant Pierre Allard : Chef de la 2° Section
3° Batterie :
Lieutenant Régis Seux : Commandant de la 3° Batterie
S/Lieutenant Georges Baumann : Chef de la 1° Section
S/Lieutenant Marcel Fortin : Chef de la 2° Section

AS 105
Lieutenant André Chéroy : Commandant de la SRR 105
S/Lieutenant Alfred Toulleron : Officier Adjoint

8 Septembre 1918 - Départ par VF de Martigny-les-Bains. Le Groupe est mis à la disposition de la 2° DI américaine.

Arrivé à destination le 8 au soir, le Groupe reçoit l'ordre de ne pas débarquer de nuit.
Débarquement à Frondes pour les véhicules à roues.
Le train des chars est poussée vers le bois de la Rappe (N/E de Domèvre-en-Haye).

9 Septembre 1918 Débarquement des chars dans la matinée du
10 Septembre 1918 - Débarquement à Frondes pour les véhicules à rouesà Noviant aux Prés (Entre Toul et Thiaucourt)
Le PC du Groupe est à proximité du presbytaire de Noviant-aux-Près (300 m. Ouest)
11 Septembre 1918 - Déplacement par voie routière vers la Position de Départ (Ravin au Sud de Limey).

Attaque à partir de 20 heures, en appui la 2° DI US dans les combats au Nord-Est de Limey.
13 Septembre 1918 - Départ du point de regroupement en forêt d'Eiche pour le secteur Nord de Thiaucourt.
14 Septembre 1918 - Une Batterie de l'AS 35 intervient dans le secteur de Xammes (Nord de Thiaucourt)

15 Septembre 1918 - Regroupement au Nord de Thiaucourt et se déplace vers la corne sud du Bois d'Eiche.
16 Septembre 1918 - Retour par voie routière à Noviant aux Près et remise en état du matériel dans la journée du 17.
18 Septembre 1918 - Déplacement vers Tremblecourt (Sud-Est de Noviant aux Près).
20 Septembre 1918 - Le Groupe embarque en gare de Tremblecourt à 19 heures.
22 Septembre 1918 - Débarquement en gare de Dombasle. Suite à la panne d'un char le débarquement se termine à 2h. 30

Si le JMO de l'AS 35 parle d'un embarquement le 20 Septembre, le rapport du Cdt Herlaut (Commandant du Groupement donne plus de détails).
Le Groupe AS 34 embarque le 18 Septembre à Tremblecourt et arrive à Dombasle dans la nuit du 19 au 20.
Le Groupe AS 35 embarque le 19 Septembre à Tremblecourt et arrive à Dombasle dans la nuit du 22 au 23.

Ces embarquements et débarquements se font de nuit dans des conditions très difficiles.
Si le trajet entre ces 2 gares a duré 36 heures pour le Groupe AS 34, celui de l'AS 35, pour la même distance a duré 76 heures.

Le JMO donne le détail des déplacements du Groupe pour la période du 22 au 28 Septembre 1918;
Les retards dans la planification conduiront les Saint Chamond de l'AS 35 à suivre, sans être réellement engagés, l'attaque de la 79° DI US (5° Corps d'Armée US).
Ce sont les Renault des 14° et 15° BCL du 505° RAS qui fourniront l'appui en première des régiments américains de cette Division.
Dans un terrain particulièrement bouleversé les unités d'AS ont eu beaucoup de mal à faire réaliser les travaux d'itinéraire permettant aux chars
d'être à pied d'oeuvres à l'heure H.

29 Septembre 1918 - Regroupement au bois de Montfaucon. Remise en état des matériels jusqu'au 2 Octobre 1918.

Les chars du Groupe AS 35 le 2 Octobre 1918 au matin de l'engagement dans le secteur du Bois de la Tuilerie.

Saint Chamond M3 n° 62700
Saint Chamond M3 n° 62685
Saint Chamond M3 n° 62636
Saint Chamond M3 n° 62683

Chars non engagés et restés au Bois de la Tuilerie
Saint Chamond M3 n° 62701 - En panne : charnière de chenille cassée. Chape d'attache des bielles longitudinales dérivetées.
Saint Chamond M3 n° 62705 - En panne : moteur essence qui cogne.
Saint Chamond M3 n° 62626 - En panne : moteur essence qui cogne.
Saint Chamond M3 n° 62704 - En panne : cornière d'un longeron du chassis frotte contre la chenille.
Saint Chamond M3 n° 62760 - En panne : moteur essence à régler.
Saint Chamond M3 n° 62675 - En panne : blindage traversé par éclats d'obus
Saint Chamond M3 n° 62596 - En panne : moteur essence à revoir.

Saint Chamond M1 caisson n° 62404 - En panne : coups de feu au moteur électrique droit.
Saint Chamond M1 caisson n° 62428 - En panne : moteur essence qui cogne.

Chars restés sur le terrain au Nord de Nantillais
Saint Chamond M3 n° 62790 - Détruit : brulé par l'artillerie ennemie.
Saint Chamond M3 n° 62771 - En panne : génératrice brulée.
Saint Chamond M3 n° 62634 - En panne - char enlisé.
Saint Chamond M3 n° 62678 - En panne - rupture de chenille.

Chars restés sur le terrain dans le bois de Montfaucon
Saint Chamond M3 n° 62758 - En panne : clavetage d'un des 2 moteurs electrique à refaire.
Saint Chamond M3 n° 62595 - En panne : moteur à essence qui cogne.
Saint Chamond M3 n° 62798 - En panne : moteur à essence qui cogne.

Cette liste fait un point des chars du Groupement XI. Le détail par Groupe est difficile à réaliser.
La totalité des Saint Chamond M1 (à toit plat) ont été remplacé par des versions à toit incliné (modèle 2/3).
Une partie des chars livrés en modèle 2 (toit incliné sans tourelleau) n'ont, semble-t-il pas été modifiés avant leur engagement combat.
En l'absence de photo, il reste difficile pour une partie des chars d'être certains de leur mise à la norme modèle 3.

4 Octobre 1918 - Engagement du Groupe dans le secteur de Nantillois au profit de la 80° DI du 3° Corps d'Armée US.
5 Octobre 1918 - Engagement d'une Batterie du Groupe dans le secteur Bois des Ogons/Cunuel
6 Octobre 1918 - Le Groupe est remis à disposition de l'AS et stationne au bois de Montfaucon
7 0ctobre 1918 - Déplacement par voie routière pour les lisières Sud du bois d'Avocourt (Nord d'Avocourt).
8 au 12 Octobre 1918 - Déplacement par voie routière pour la forêt de Hesse. Séjour au camp "H".
14 Octobre 1918 - Retour du Groupe à Martigny-les-Bains.

L'AS 35 est à Martigny au moment de l'Armistice.
Dans les engagements de Septembre à Octobre avec les Américains, le Groupe AS 35 a a eu 3 tués (dont 1 officier), 5 blessés et 1 disparu.
Le Groupement XI (AS 34 et AS 35) n'a perdu qu'un char détruit par obus. 12 chars sont restés en panne dans les lignes des Alliés.

La carrière Artillerie Spéciale du Canonnier Paul Delachatre.

Affecté dans l'AS le 1° Mai 1917, et déjà formé comme soldat, Paul Delachatre a probablement été rapidement affecté à l'AS 35.
il peut y être arrivé :
suite à une demande manuscrite de sa part,
sur réponse aux demandes de volontariat pour l'Arme des chars que recevaient toutes les unités,
sur désignation d'office pour un contingent de personnels envoyé dans l'AS par son unité.

En 1917, le circuit normal d'un affecté A.S. passait d'abord par le Fort du Trou d'enfer à Marly le Roi, il se pousuivait par un passage au camp de Cercottes.
Le passage à Marly correspondait à la phase de concentration des personnels, destinés à former les futurs Groupes de chars.
Quand les quotas d'un nouveau Goupe étaient atteints, les personnels choisis était mis aux ordres d'un commandant de Groupe et envoyé à Cercottes pour
percevoir ses matériels et terminer son instruction. Les formations tir se faisaient à Cercottes.l

Au 1° Mai 1917, date d'affectation de Paul Delachatre dans l'AS, sa future unité, l'AS 35, est déjà à Cercottes.
Si rien n'indique qu'il est passé à Marly. Il est possible, qu'en temps que soldat déjà formé, il ait reçu l'ordre de rejoindre directement le camp de Cercottes
pour y être affecté à l'AS 35.
Sur ces pièces, sa date d'affectation AS 35 est, peut-être, mentionnée. Elle devrait être un peu différente de celle de son arrivée dans l'AS.

Le camp de Cercottes n'était pas en zone des Armées.
Le temps passé en Zone des Armées étant normalement comptabilisé.
Cette date d'arrivée en Zone des Armées est sans doute aussi mentionnée dans ses pièces.
Si cette date est le 4 ou le 5 Juillet 1918, on peut en conclure qu'il a bien rejoint le Camp de Champlieu avec l'AS 35.

En l'absence de date sur ses pièces ou de notes de service le mentionnant, il est tout aussi vraisemblable qu'il ait suivi le circuit normal par Marly-le-Roi, Cercottes puis Champlieu.
Selon les stages et niveau des personnels, ce circuit pouvait durer de l'ordre de 2 à 3 mois.
En tout état de cause, à l'été 1917, Paul Delachatre était au camp de Champlieu pour quelques mois.

Le 26 Novembre 1917, il rejoint le Camp de Mailly Poivres avec l'AS 35.

A la création de ce nouveau camp d'AS, le Groupement d'AS n° XI (AS 32, AS 34 et AS 35) et le Groupement d'AS n° IV (AS 3, AS 8, AS 11, AS 12 ) y sont affectés.
Ces deux Groupements sont aux ordres du Lt Colonel Chedeville.

Comme précisé plus haut, la création de ce Camp permet de :
- désengorger le Camp de Champlieu,
- placer au plus près des différents Groupes d'Armées des unités de chars susceptibles :
- d'instruire l'infanterie dans ces nouvelles techniques de combat,
- d'intervenir dans les futurs combats.

La création du Camp de Martigny-les-Bains répondra au même besoin.
A Martigny-les-Bains, les Groupements d'AS seront mis aux ordres du Colonel Wahl.

La Chronologie des activités de l'AS 35 développée plus haut permet de suivre la carrière de Paul Delachatre.
Le seul combat auquel il ne participe pas et celui au cours duquel il a été blessé. Si Paul Delachatre est bien cité dans le JMO comme blessé et évacué le 18 Juillet 1918, ce n'est pas au cours des combats à l'Est de Coeuvres. Le char de Paul Delachatre : le Saint Chamond M1 n° 62411 n'a pas participé au combat du 18 Juillet 1918.
En effet, ce char s'est renversé de nuit dans le fossé de la route, lors du déplacement entre Haramont et la ferme des Epines.

Le Groupe AS 35, après avoir débarqué, le 16 Juillet 1918 à 6 heures, en gare de Villers-Cotterets, s'est rendu en position d'attente près d'Haramont (4 Km Nord-Ouest de Villers-Cotterets).
C'est au cours du déplacement entre Haramont et la ferme des Epines (Nord de Vivières) que le char s'est renversé sur la route de crête en forêt, au nord d'Haramont (point coté 221).
Le char n'a pu être dépanné qu'après les combats.

C'est donc dans la nuit du 17 Juillet 1918 que Paul Delachatre a été blessé avec 2 des camarades.
Le JMO, dans les blessés du Groupe pour la journée du 18 Juillet, mentionne 3 des canonniers de cet équipage : Girault, Béasse et Delachatre.
Leur char n'ayant pu participé au combat, ces trois hommes ont visiblement été blessé dans cet accident.
Le retour à l'AS 35 de Paul Delachatre 8 jours plus tard semble bien montré qu'il ne s'agissait pas d'une blessure sérieuse par balle ou par éclat d'obus.

Le char de Paul Delachatre appartenait à la deuxième Batterie du Groupe AS 35, Batterie commandée par le Lt Durand.
Il s'agissait d'un Saint Chamond de première génération avec toit plat, équipé du 75 mm Schneider.
Le chef de char était le Maréchal des Logis Meurville, et l'équipage comprenait :
Sous-Chef de char : Brg. Verger
Equipage : Canonnier Girault
: Canonnier Béasse
: Canonnier Delachatre
: Canonnier Froment
: Canonnier Jehenne
: Canonnier Trébillon

delac
Messages : 5
Inscription : sam. mai 29, 2010 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par delac » sam. juin 26, 2010 12:24 pm

Bonjour,
Merci Michel pour la récapitulation extrémement compléte de la carriere de mon père . Je peux maintenant clore mon dossier .
Jean

bernard-Lionel
Messages : 2
Inscription : dim. mai 29, 2011 2:00 am

Re: groupe d'artillerie d'assaut as 35

Message par bernard-Lionel » dim. mai 29, 2011 10:03 am

Bonjour,
Mon pére était canonnier à l'AS 35 en 1917 1918 sur st Chamond. Paul delachatre issu de l'artillerie lourde
Quel était le role exact du canonnier ?
Comment etaient choisis les équipages; volontaires ou d'office ?
En janvier 1919,il reçu un document à son nom avec les citations du 35 AS commandé et signé du capitaine BALLAND . En méme temps on lui remis l'insigne correspondant à savoir la croix de guerre avec deux étoiles et une palme . Je posséde ce document et cet insigne . Etait il dans les habitudes de recompenser des équipages entiers ?. J'ai vu une photo dans le livre "les chars de la victoire" de guénaff et jurkiewiecz montrant une décoration d'équipages . Quelq'un peut-il répondre à ces questions
Merci
.
Bonjour,

Mon grand père Donatien Poulard a reçu la même citation.
J'ignore s'il a eu la croix de guerre.
La dernière citation du document est incomplète et non signée, car d'après mes recherche ce groupe d'assaut était alors devant une armée américaine.
J'ai aussi une photo du saint Chamond de mon grand père à la ferme de l'Epine le 18/07/1918 juste avant la seconde bataille de la marne.
j'aimerais que vous preniez contact avec moi.

Bien cordialement [email protected] 0675036396

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »