Saint Chamond - Mise en route et entretien du char

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2654
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Saint Chamond - Mise en route et entretien du char

Message par Tanker » sam. janv. 02, 2010 6:52 pm

Bonsoir,

Voici, pour mieux apprécier les photos (intérieur et d'extérieur) que l'on peut voir sur les sites d'Antoine Misner (chars français.com) ou sur Landships, la fiche de tache des pilotes et mécaniciens des chars Saint Chamond. Ce document est signé du Capitaine de Frégate de Perrinelle Dumay, qui fut le 1° commandant du Groupement d'AS n° X (Avril à Décembre 1917).

Mise en route et entretien des chars Saint Chamond.

1° - Avant de sortir :


A - Moteur à explosion :

1 - Compléter le niveau d'huile dans le carter en se basant sur la jauge à flotteur. Pour cela n'employer que de l'huile fluide Panhard pour moteurs sans soupapes, et la verser dans le réservoir latéral dont le trop plein se déverse dans le carter.

2 - Vérifier le plein d'eau des radiateurs.

3 - Vérifier que les robinets à pointeau commandant l'arrivée et la sortie de l'eau au radiateur sont ouverts.

4 - Vérifier le plein d'essence du réservoir supérieur, et surtout du réservoir inférieur. Pour cela avoir soin d'ouvrir la tuyauterie d'air de ce dernier, pour permettre à l'air de s'échapper pendant le remplissage.

5 - Vérifier la tension des courroies de ventilateurs.

6 - Remplir de graisse consistante les "stauffeurs" (graisseurs Stauffer) assurant le graissage des axes des ventilateurs et des poulies de renvoi (2 graisseurs par ventilteur et un par poulie).

7 - Faire tourner quelques minutes au ralenti avant de mettre le moteur en charge.

8 - Nettoyer fréquemment la tuyauterie d'huile ; s'assurer que ses joints sont bien faits, bien étanches, sans quoi la pression de lapompe à huile se perd et le graissage des chemises se fait mal, ou même ne se fait pas.

Remarque 1 - Lors de la mise en marche par lancement du moteur à l'aide de la génératrice, si le moteur ne tourne pas, se rappeler que cela peut provenir :

a) de ce que le tambour de la boite de marche n'est pas rappelé à fond.
b) de ce que le shunt n'est pas rappelé à fond.
c) de ce que le froid paralyse les accumulateurs.
d) de ce que les accumulateurs sont déchargés.

Remarque 2 - S'il gèle, attendre avant d'emballer le moteur que la circulation d'eau fonctionne normalement.


B - Equipement électrique :

1 - Dynamo. Graisser les paliers par les deux petits godets postérieurs et antérieurs.

2 - Vérifier que le relai de charge des accumulateurs fonctionne bien. On en a l'assurance lorsque, en appuyant sur la pédale d'accélération, on entend l'encliquetage à l'arrière du tracteur.

3 - Moteurs électriques. Graisser par le godet graisseur de chaque moteur.

4 - Graisser avec un mélange de graisse consistante et d'huile le carter des engrenages de transmission.

5 - Graisser l'arbre intermédiaire par le réservoir disposé à cet effet (Pendant la marche regarder de temps en temps si l'huile coule bien).

6 - S'assurer de la propreté des collecteurs et du bon portage des balais et du bon état de leurs ressorts, dans les moteurs électriques et dynamo.


C - Chassis, Commande, etc . . . .

1 - Vérifier la tension des chaines. Les chaines doivent toujours être tendues à fond. Cette tension se régle par l'écrou tendeur de la tige de fourche qui supporte la roue de renvoi (poulie de tension). pour tendre la chaîne, exécuter successivement des mouvements de marche avant et arrière de quelques mètres, pendant qu'on serre l'écrou. Une fois la tension obtenue immobiliser la fourchette au moyen des deux contreplaques boulonnées sur les longerons intérieurs et extérieurs du chariot qui la supporte. (Par renversement de ces plaques on gagne un demi trou en longueur).
Cette opération terminée on desserre l'écrou qui ne doit jamais travailler en marche. (jeu d'au moins 3 cm).

2 - Graisser les axes des galets, des barbotins et des roues de renvoi avant, en dévissant les bouchons d'axes. Avoir soin d'enlever la goupille qui obstrue le trou de graissage de l'axe du barbotin et de la replacer une fois le graissage terminé.

3 - Graisser la chaîne en versant un bidon d'huile sur les axes et les chenilles de roulements des sabots, au départ, lorsque la chaîne avance lentement.

4 - Graisser les axes des rouleaux supérieurs supportant la chaîne en dévissant la vis qui se trouve sur le côté du rouleau. Il est recommandé d'installer un système de graissage permanent, lubrifiant les patins en marche.

5 - S'assurer du bon fonctionnement de la boite de marche et du shunt en vérifiant qu'ils rappellent bien à fond.

6 - Vérifier au panneau des contacteurs que les touches sont bien en contact franc, lorsque les volants de direction et de changement de marche sont aux positions voulues. Si ce contact n'avait pas lieu, par suite d'une modification dans la tension du cable, la rétablir au moyens des tendeurs de cables.

7 - Vérifier d'une façon analogue le bon réglage des boites de marche et du combinateur. Dans le cas de la boite marche, c'est en vissant les écrous des tiges de commande filetées qu'on modifie le réglage.


2° - En rentrant :

1 - Mettre du pétrole dans les cylindres par les robinets de décompression.

2 - Débrancher les accumulateurs.

3 - Fermer les robinets d'essence.

4 - S'il gèle, s'assurer que les radiateurs contiennent un mélange d'eau et de glycérine.

5 - Nettoyer l'appareil : le laver si possible et en tout cas enlever la boue.

6 - Vérifier la boulonnerie.

7 - Si l'appareil doit séjourner dans la boue par un temps froid, arroser avec du pétrole les chenilles et toutes leurs articulations.

Signaler toutes les observations faites sur la marche de l'appareil à l'officier mécanicien.


3° - Après 10 heures de marche :

1 - Mettre une goutte d'huile dans le graisseur de la magnéto (sans aucun excès)

2 - Graisser la couronne dentée du barbotin. Pour cette opération, pénétrer sous l'appareil et introduire dans le carter un mélande d'huile ou de graisse par un petit regard situé sur le couvercle et fixé par 4 vis.

3 - Graisser les axes des machoires du frein.

4 - Graisser les diverses articulations des bielles du chassis et des ressorts des chariots.

5 - Graisser les articulations des pédales, des manettes et des volants de commande.

6 - Vérifier que le rappel des pédales est en bon état, que les machoires des freins serrent sur chaque moteur, lorsque l'on serre le frein à main.

7 - Vérifier l'état de l'accouplement élastique du moteur à explosion avec la génératrice.

Il est bien entendu que tout graissage doit être précédé d'un nettoyage. Les organes à graisser doivent être préalablement dans le plus grand état de propreté.
Il est bon de nettoyer de temps en temps tous les graisseurs par une injection de pétrole, après lequelle on graisse de nouveau.

Dix heures de marche correspond, en moyenne, a une journée d'activité combat avec approche, mise en place, déplacement de combat et retour.
Les mécanos avaient de l'ordre de 3 à 4 heures de travail pour réaliser un cycle d'entretien.
Il est évident que, sur le terrain et en hiver, la mise en oeuvre du nettoyage préalable du char avant toute opération devait poser quelques problèmes. Les équipages ne disposaient alors pas de station de nettoyage haute pression dont disposent maintenant les unités de chars.

En déplacement, le mécanicien avait un rôle permanent de contrôle de tous les points vérifiés avant le départ, qui lui étaient accessibles dans le char.


Source - SHD Vincennes (carton 16 N3132)

Michel

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _723_1.htm

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _724_1.htm

http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... _732_1.htm

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »