Artillerie Spéciale - Le Renault FT d'Instruction, premier char Léger produit en 1917

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2666
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Artillerie Spéciale - Le Renault FT d'Instruction, premier char Léger produit en 1917

Message par Tanker » mar. sept. 01, 2009 2:15 am

Bonsoir,

Avec le chars Renault FT, dont la carrière militaire fut des plus longues, on oublie trop souvent qu'un certain nombre de ces chars n'ont jamais fait la guerre. Il s'agit des premiers chars construits (après les prototypes) qui étaient destinés à la formation des équipages.
Semblables au char Renault de combat, ils s'en distinguaient principalement par la qualité des aciers utilisés : de simples plaques d'acier incapables d'arrêter la moindre balle allemande. . . . .


Ministère de la Guerre
- - - - - - - - - - - - - - - Paris, le 4 Avril 1918
Direction de l'Artillerie
Sous-Direction de l'AS
n° 987 / AS

Le Président du Conseil, Ministre de la Guerre,
à
Mr le Ministre de l'Armement et des Fabrications de Guerre
(S.M.F.A.)

A/S
du programme de
chars légers

J'ai l'honneur d'appeler à nouveau votre attention sur l'urgence de
la réalisation du programme de chars légers - de façon que je puisse mettre
à la disposition du Commandement, dans le plus bref délai possible, les 2000
chars de combat disponibles sur la ligne de feu par lui demandés ferme en
première urgence, dès le 10 Mai 1917 et pour l'époque actuelle par sa lettre
du 15 Septembre 1917 de votre département.

En fait, le Commandement ne dispose, à la date de ce jour, que de
17 chars de combat mobilisables, dans des conditions de précarité que le
compte-rendu ci-joint du Général Cdt l'Artillerie Spéciale, en date du 3 Avril,
met suffisamment en relief (1).



(1) La situation, à la date de ce jour, est exactement la suivante :
Les 453 chars, sortis d'usine, dont 400 très incomplets et en particulier non armés, se décomposent comme suit :

A la disposition des Armées :
Chars de combat mobilisables 17
A la disposition du Ministre de la Guerre :
(Au Parc Annexe d'Organisation des Compagnies de chars Légers au P.A.O.C. de Cercottes).
- Chars d'instruction (très incomplets) 122
- Chars de combat non mobilisables parce que très incomplets 43
Non encore livrés par le Ministre de l'Armement (annexe du CAMA ou en cours d'essais) :
- Annexe du CAMA de Cercottes :
Chars de combat non mobilisables parce que très incomplets 104
- A Chalais-Meudon :
Chars en cours de réception (la plupart incomplets). 144

Divers :
Chars d'instruction incomplets livrés à l'Armée Américaine 10
Chars d'instruction, modèles de fabrication livrés à l'industrie Interalliée, etc * 13

* Ces 13 chars couvrent les chars :
- servant de référence aux 4 constructeurs français (et aux américains). 2 chars par industriels.
- les 3 chars d'instruction livrés aux Britanniques

Au moins un char pour les Américains. Le 20 Octobre 1917, un ingénieur de chez Renault embarquait avec un char et tous les plans pour lancer aux USA la fabrication des 1200 Renault FT promis par les Américains.

Il s'agit de la première page d'une note abordant (en deuxième et dernière page) les problèmes de pièces de rechange et la volonté réaffirmée du Commandement de disposer très rapidement d'au moins 1500 chars pour ne pas sortir de la doctrine de l'emploi massif des chars Renault.
La pression des événements et les difficultés industriels conduiront le Commandement à engager des BCL "autonome" dès la fin Mai 1918. A partir d'Août 1918 l'emploi du Renault se fera de manière plus massive avec des engagements, au profit de plusieurs Divisions,de masses de 200 ou 300 chars (Renault, Schneider et Saint Chamond).
Si la lecture des JMO des unités appuyées donnent une impression de "Saupoudrage" des Renault FT, dans les combats des derniers mois de guerre, l'analyse des actions au niveau Corps d'Armée montrent bien qu'il en est rien.

Chars Renault FT d'instruction :
Au delà de montrer les problèmes de mise en oeuvre du programme FT, cette note présente le grand intérêt de confirmer le nombre de 150 Renault FT d'instruction livrés aux Armées. Les chars prototypes sont probablement compris dans ce lot.
La première commande de chars fut de 1150 chars.

Deux autres notes apportent quelques informations complémentaires sur ce modèle de Renault FT :

- Note n° 60155 1/SA Ministère de l'Armement et des Fabrications de Guerre/Direction du Service Automobile/Matériel du 14 Nov. 1917.
Dans cette note le ministre de l'Armement et des Fabrications de Guerre précisait qu'il venait :
"d'inviter la Maison Renault à livrer chars d'instruction Renault avec blindages non traités : cette autorisation s'applique aussi bien aux tôles qu'aux pièces en acier coulé."

- Note n° 7845 1/SA Ministère de la Guerre/Inspection des Fabrications du Service Automobile du 31 Octobre 1917.
Dans cette note le Capitaine Leisse (Chef du Contrôle des Tracteurs Spéciaux) précise que :
"Ces chars ne devant pas être transformés ultérieurement en chars de combat, la maison Renault est autorisé, conformément à votre accord * verbal du 28 Octobre, à monter sur ces chars d'instruction des blindages (tôles et acier coulé) non traités."

* Il s'agit de l'accord du Général Estienne.

Les chars d'instructions, directement fabriqués par Renault, sont numérotés dans la série "66xxx" et, de manière certaine dans les 150 premiers numéros.
A titre d'exemple le n° 66016 du musée de Bovington est un de ces 150 chars d'instruction, et le n° 66040 semble avoir été affecté à Langres au Tank Corps Américain.

Une partie (ou la totalité de ces chars d'instructions) étaient, semble-t-il, équipés de la tourelle moulée initialement conçue par Renault.
Cette tourelle moulée Renault n'avait été prévue que pour la mitrailleuse Hotchkiss.

Ce n'est qu'avec la tourelle semi-moulée Girod et la tourelle octogonale Omnibus que les masques différenciés (canon de 37 mm / mitrailleuse Hotchkiss) sont apparus.
La proportion char canon - char mitrailleuse commandée était de 40 % pour les chars canons et de 60 % pour les chars mitrailleuses.

Les pièces en acier coulé du char initial de la maison Renault comprenaient :
- la tourelle,
- la pointe avant de la caisse,
- le bloc trappe de conduite (en avant de la tourelle).

Les contraintes industriels (en particulier les retards du programme) ont amené à construire les Renault FT de combat en plaques rivetées d'acier cémenté.
Ce sont aussi les difficultés techniques de durcissement des pièces d'acier moulées qui ont poussé à utiliser des techniques moins élaborées.
Le 16 Octobre 1916, le Ministre de l'Armement informait le général Estienne que :

"la Maison Renault m'a fait connaître les difficultés qu'elle éprouve pour mettre au point la question du traitement des tourelles en acier coulé des chars-mitrailleuses . . . ".

(Note n° 44000 1/SA Ministère de l'Armement et des Fabrications de Guerre/Cabinet du Ministre du 16 Octobre 1917. )

On retrouve donc, normalement, ces parties en acier moulés sur les chars d'instruction. Il reste cependant à vérifier qu'aucun char de combat n'a été équipé de parties moulées en acier cémenté. La maison Renault pouvant avoir réussi à faire un certain nombre de moulages "bon de guerre" acceptés par la commission de contrôle. . . .

Informations provenant du SHD Vincennes (Carton 16 N 2130)

A suivre, plus tard, un point sur la production des chars Renault FT . . . . Une gageure ! Michel

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »