Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2629
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Tanker » mer. déc. 10, 2008 5:24 pm

Bonjour,

Voici, pour les maquettistes, quelques photos commentées qui devraient leur permettre d'agrémenter leur char Schneider de détails réalistes
et inhabituels.

Comme le montre les deux premières photos, les chars pouvaient être encombrés d'un multitude de matériels.
Cette présentation du char ne correspondait qu'à des phases bien précises de la vie du char, et les chars allaient au combat totalement
débarassés de tout ces équipements.

Monter une maquette de Schneider dans une phase de combat limite donc les possibilités.
Quand on examine les photos, l'état du char permet très rapidement de voir dans quelle situation il se trouvait.

Au camp de base (Marly, Cercottes, Champlieu, Mailly, Martigny ou Bourron, le char est souvent sur le terrain d'exercice sans aucun matériel.

Il peut être observé avec du matériels s'il a été photographié lors d'un départ ou d'un retour. Les chars comme très souvent les militaires,
étaient mis en route très tôt à partir de ces camps. Les photos dans cette situation sont donc assez rares.

Le char encombré de son matériel est généralement photographié dans les zones de déploiement avant et après les actions de combat.
Les photos pendant l'action montrent des chars nus, et les photos de chars détruits permettent de découvrir des pièces d'équipements
emportées par le char au combat.

ImageImage

ImageImage

ImageImage


ImageImage

ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2629
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Tanker » mer. déc. 10, 2008 5:24 pm

Image

ImageImage

Parfois un double volume sur le toit du char.
Avec le filet de camouflage et la paille pour la paillasse du bivouac . . . . , les bâches chars prenaient rapidement du volume.

ImageImage

ImageImage

Le cric sur le toit du char est peut-être le deuxième. Dans la phase de déplacement vers les zones de combat, ou lors des retours, l'agencement organisé des matériels ne semble pas être la priorité des équipages.

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2629
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Tanker » mer. déc. 10, 2008 5:25 pm

Cette photo montre bien le manque de fixations pour les outils sur les premiers modèles de Schneider. La dotation initiale en outils n'avait rien à voir avec ce que les équipages prendront vite l'habitude d'emporter.
Avec 6 membres d'équipage et 3 fantassins d'élite (plus parfois des prisonniers allemands . . .), les outils se devaient d'être en nombre suffisants pour occuper tout le monde, et dégager le char ou préparer les passages dans les plus brefs délais. Les exemples de dépannage/désembourbage durant une à deux heures sous les tirs allemands sont nombreux dans les récits et rapports de l'AS.

L'emport de bidons d'essence sur le char, durant l'engagement, ne s'est plus reproduit après Juvincourt. A Juvincourt, les chars ont eu à effectuer un parcours d'approche très important qui les à amener très vite sous les feux de l'artillerie allemande (parcours en grande partie de jour et sans être masqués). Plusieurs chars n'ont pas même eu le temps de compléter leurs pleins avec les bidons qu'ils transportaient, et les autres se sont rapidement empressés de jeter les leurs. . . .

La modification des procédures a, par la suite, réglé ce problème. La mise en place des chars s'est alors faite, dans la mesure du possible, de nuit et au plus près du secteur d'attaque.
Les compléments étaient alors faits sur un dépot prépositionné les jours précédents, grace aux St Chamond caisson transformés en ravitailleur pour l'occasion ou avec les traineaux.


Image
Image

Cette autre photo montre un char, après son débarquement du train, avec une partie de son chargment. Le schneider M1 avait alors son surblindage, mais ni les crochets de fixation latérale des madriers, ni les rembardes de la galerie de toit n'étaient installées.
Si la dotation en madriers était normalement de deux, il n'était pas inhabituel de voir des chars avec 4 madriers. Finalement chaque équipage se faisait, à partir de son expérience, le lot d'équipements qui lui semblait indispensable.

Image
Image

On peut constater sur cette photo que la bâche, bien pliée, ne représente pas un très gros volume. Après un séjour sous la pluie, dans le froid et la boue, il n'en était pas de même. Il est finalement plus courant de voir des bâches mal pliées et volumineuses que prêtes pour une inspection des services techniques . . .
Le lot bord de ce char comprend deux pioches. D'autres photos du sujet montrent bien qu'aucune régle n'était fixée dans ce domaine. Sur ce Schneider M1, photographié en Mars 17 du côté de Roye sur Matz, les supports d'outils sont ceux posés par le constructeur. Ils sont donc très limités.
Le fanal arrière, démontable comme celui de devant, sera finalement totalement supprimé, et sur les versions M 2 seront mis en place des phares, de type voiture, plus normalisés.
Les feux de route ne servaient que pour les déplacements de nuit hors de zone de combat. Pour les mises en place de nuit, le pilote conduisait volet ouvert avec, le plus souvent un guide à pied devant le char.

ImageImageImage

Très rapidement le surblindage du char a permis un stockage fonctionnel des outils. C'est probablement cette possibilité qui a conduit les équipages à se constituer des lots "d'outils de jardinage" adaptés à leurs besoins. La variété des modèles et leur nombre montrent bien que cette "surdotation" n'a pas du être organisée par le commandement. La filière "système D" s'est révélée efficace, et la hiérarchie s'est probablement réfugiée derrière l'argument imparable du "je ne veux pas le savoir" . . . .

Avant la mise en place des galeries, le lanterneau de ventilation du toit permettait un sanglage propre des sacs. Toutes ces sangles ne faisaient pas partie de l'unité collective initiale du char, et là encore chacun a du activer ses "filières de récupération" pour se constituer son lot de sangles.
Les équipages n'emportaient pas leurs sacs au combat. ils restaient avec le gros du matériel à la Position de Départ (ou éventuellement à la Position d'Attente).
L'équipage (et ses fantassins d'élite) ne partaient qu'avec la ou les journées de vivres prévues. Ces vivres étaient stockés dans le char et chaque homme emportaient deux gourdes.

ImageImage

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2629
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Tanker » mer. déc. 10, 2008 5:35 pm

Les queues de franchissement du Schneider ont été accommodées à toute les sauces. Ces deux caisses à outils permettaient de disposer d'une plateforme arrière. Leur forme libérait l'accés au crochet d'attelage. Ce type de bricolage astucieux faisait partie de ceux qu'il était possible de garder dans les déplacements combat.

ImageImage

ImageImage

Les crochets de madriers sont, la plupart du temps, placés vers l'arrière du char. Certains Groupes de Schneider avaient décidé de mettre le numéro du char à l'arrière, et la mise en place des supports de madrier les a obligé à déplacer ces numéros qui disparaissaient derrière les madriers.

Certains chars (au groupement Lefebvre) ont centré la poutre (et cses deus crochets) sur le côté de la caisse. D'autres, comme à l'AS 2, ont placé 4 crochets sur la longueur du char. Cette solution permettait d'emporter des madriers plus long. Elle ne semble pourtant pas avoir été normalisée pour les chars Schneider.
Tous ces crochets, en dépit de leur épaisseur, étaient assez souvent très malmenés sur le terrain.

ImageImage

Image
Image

Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2629
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Tanker » mer. déc. 10, 2008 5:47 pm

Ces deux premières photos, de la partie arrière gauche d'un Schneider M2, montrent bien les supports d'outils (de grande taille) mis en place sur le blindage des réservoirs arrières. Dans l'absolu, l'arrière du char avec sa porte était, pour l'équipage, le point le plus fonctionnel pour regrouper les outils. L'équipage les avaient directement sous la main.

Il ne faut pas perdre de vue que la porte latérale gauche s'est mis en place assez tard (fin 1917).
L'accés arrière restera pour beaucoup la seule porte de sortie (à l'exclusion des trappes de toit).

Les plaques constructeurs étaient à l'arrière (à droite et à gauche du crochet d'attelage).
Plusieurs vues du cric sont visibles sur les photos qui suivent. Certains chars en emportaient deux, et leur place est variable selon les équipages. Le cric fait partie des outils qui allaient au combat.

Image
Image

Image
Image

Les supports d'outils du réservoir de droite ont les mêmes caractéristiques que ceux du côté gauche.

Image
Image

Le cable de remorquage est visiblement muni d'un cadre de blocage permettant de le maintenir bien roulé. Tous ceux qui ont manipulé du cable savent bien le temps que l'on peut gagner avec un cable bien stockés . . . . Ce bricolage ne semble pas avoir été généralisé.
Ce char est aussi équipé de deux crics.

Aucune photo ne montre de poulie. Visiblement la technique du mouflage ne semblait pas d'usage courant dans l'AS. Cette technique était peut-être plutôt pratiquée par les SRR qui disposaient d'un équipement plus conséquent.

Image
Image

Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2629
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Tanker » mer. déc. 10, 2008 5:58 pm

La première photo montre un bricolage réalisé sur un Schnieder M1 avant la mise en place des galeries de toit. Ici encore, c'est l'espace vide du surblindage qui a permis ce montage simple et démontable ! Cette installation de fortune est représentative des bidouilles qui n'avaient pas bonne presse dès qu'il s'agissait d'une revue ou d'un défilé . . . .

ImageImage

ImageImage


ImageImage

Image
Image

Avec l'installation des réservoirs d'essence à l'arrière, les même bouchons de réservoirs ont fait leur apparition sur l'arrière des chars. La plupart du temps,
les deux bouchons des réservoirs avant ont été conservés.
Ce n'est que sur des reconstructions de chars endommagés que ces bouchons ont pu être supprimés sur certains chars.

Image
Image

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2629
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Tanker » mer. déc. 10, 2008 6:09 pm

Image Image

ImageImage

Le traineau a été utilisé avec les trois types de char (Schneider, St Chamond et FT 17). Plusieurs solutions ont été essayées et le traineau s'est révélé la moins mauvaise en terrain bouleversé.
Chargé, il posait tout de même un problème aux embrayages des chars. A Cantigny, le Schneider qui a trainé le traineau du Groupe AS 5 de Paillard à Cantigny n'a pu participé au combat. Son embrayage n'avait pas survécu au traitement.

ImageImage

ImageImage

Le trépied de mitrailleuse est systèmatique à l'arrière gauche du char. Il s'agit probablement d'une consigne permanente de sécurité. Dans beaucoup d'exemples de mise en batterie, à l'extérieur du char d'une mitrailleuse, la vitesse d'exécution est souvent mis en avant. Le char immobilisé voyait arrivé sur lui un groupe d'Allemands aux intentions évidentes.
Sur une telle décision, il n'était pas question de perdre un temps préciaux à se demander où et de quel côté avait été placé le trépied.

Image
Image


Une bonne partie des photos utilisées ici ne sont que des détails de photos de l'ECPA-D.
Ces photos peuvent être commandées directement sur Internet sur le site de l'établissement ou en se rendant sur place au Fort d'Ivry.
Le site internet n'est pas nécessairement à jour des toutes dernières photos numérisées, il n'est donc pas inutile, pour ceux qui le peuvent, d'aller sur place.
L'accueil y est sympa et les moyens informatiques permettent de visionner les films et photos que l'on souhaite acheter.

Il ne reste plus qu'à attendre la maquette du schneider, que doit bientôt livrer le Père Noël, pour se lancer dans l'aventure du plus beau Schneider 2009 . . . .

A plus - Michel

Avatar de l’utilisateur
Pat95
Messages : 27
Inscription : ven. août 01, 2008 2:00 am

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Pat95 » ven. déc. 12, 2008 11:17 pm

Merci beaucoup Michel pour toutes ces informations précieuses !!! :hello:
Il y a de quoi écrire un livre.

Patrick

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2629
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am
Localisation : Oise

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Tanker » ven. déc. 12, 2008 11:44 pm

Bonsoir Patrick,

J'ai vu sur un autre site, un belge qui monte aussi un Schneider et qui se pose beaucoup de questions, il faut lui dire de jeter un coup d'oeil au forum. . . . .
Maintenant que j'ai regardé d'un peu plus près les différentes maquettes de Schneider au 1/72 sur internet, je vois un certain nombre de points qui pourraient être à reprendre. . . . . . Il faudrait que je fasse un montage des détails à modifier . . . . Sans doute une prochaine nuit de 4 à 5 !
Le 1/72 c'est tout de même un peu petit.

A suivre, un complément sur le surblindage, les fentes d'observation et le système de visée du chef de char . . . .

Bonne nuit sur le Schneider - Michel

Avatar de l’utilisateur
Pat95
Messages : 27
Inscription : ven. août 01, 2008 2:00 am

Re: Schneider CA1 - Les accessoires du char.

Message par Pat95 » sam. déc. 13, 2008 4:56 pm

C'est dans quel site ? Celui des "Colleurs de plastique" ?
Ceci étant, cette semaine, je reprends mon Schneider, et tout particulièrement mon affut de mitrailleuse. Les pieds étant trop gros, il faut que je mette des tiges plus fines.
J'ai déjà ajouté pioche et hache qui seront fixées entre la plaque de surblindage et la caisse.
Je verrai si je peux faire un cric. Malgré les photos que tu as si obligeamment mises, il me semble encore difficile de le reproduire faute de détails. Sinon, je me contenterai d'un câble...

Patrick

Répondre

Revenir à « Artillerie Spéciale »