Quiz de rentrée

ALVF
Messages : 6466
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Quiz de rentrée

Message par ALVF » ven. août 28, 2020 6:07 pm

Bonsoir,

Pour se remettre en forme après les vacances, je vous propose un petit Quiz, de difficulté moyenne, avec cette photographie, assez répandue en carte postale mais très rarement bien identifiée:
Canon.jpg
Canon.jpg (165.41 Kio) Consulté 614 fois
La question est triple:

-1: quel est le modèle de la bouche à feu (pas de réelle difficulté pour les amateurs)?

-2: quel est ce curieux montage? La réponse doit inclure l'inventeur, assez connu dans l'artillerie?

-3: pour les "pro", où sommes-nous et à quelle date approximative?

Cordialement,
Guy François.

bernard berthion
Messages : 3270
Inscription : dim. oct. 24, 2004 2:00 am

Re: Quiz de rentrée

Message par bernard berthion » mar. sept. 01, 2020 12:23 pm

Bonjour Guy François,
pour lancer le débat, je m'avance en disant "ALVF à glissement".
En voyant des civils, je pense que nous sommes devant un exercice, peut-être au Camp de Mailly.
Peut-être un modèle en expérimentation, la bouche à feu ne me semble pas très longue ....

Cordialement BB

PS: Bravo pour votre très bon article dans GBM 133.
- Août 1914 dans le département des Ardennes : du début août avec l'arrivée et le passage des troupes se concentrant en se dirigeant vers la Belgique, au repli de fin août vers la Marne en résistant sur la Semoy, La Chiers, la Meuse, l'Aisne, la Retourne.

ALVF
Messages : 6466
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Quiz de rentrée

Message par ALVF » mar. sept. 01, 2020 5:36 pm

Bonsoir,

Merci, Bernard, de votre appréciation sur mon gros article de GBM 133 sur les pièces ALVF à glissement, la suite est à paraître dans GBM 135 (en fin d'année) et montrera des matériels encore plus impressionnants!

Pour en revenir au "Quiz", malheureusement, ce n'est pas un matériel à glissement mais nous sommes bien en présence d'un prototype employant une formule de montage de pièce sur rail demeurée unique et sans descendance.
Les lieux ne sont pas à Mailly mais il s'agit d'un camp où aucune autre pièce sur rail n'a jamais été employée après les essais de notre prototype!
Pour aider quelque peu les recherches, je précise que l'inventeur est un artilleur bien connu à l'époque.
Enfin, le tube de la pièce ne devrait pas poser de problème d'identification car il a été très utilisé avant, pendant et après la guerre sur bien des modèles de matériels (et pas tous d'ALVF loin s'en faut!).
Bonnes recherches!
Cordialement,
Guy François.

bernard berthion
Messages : 3270
Inscription : dim. oct. 24, 2004 2:00 am

Re: Quiz de rentrée

Message par bernard berthion » jeu. sept. 03, 2020 10:47 pm

Bonjour Guy François,
les réponses semblent bien calmes.
Si ce n'est pas un affût à glissement, ce devrait être un affût à berceau ...
Cordialement BB
- Août 1914 dans le département des Ardennes : du début août avec l'arrivée et le passage des troupes se concentrant en se dirigeant vers la Belgique, au repli de fin août vers la Marne en résistant sur la Semoy, La Chiers, la Meuse, l'Aisne, la Retourne.

ALVF
Messages : 6466
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Quiz de rentrée

Message par ALVF » ven. sept. 04, 2020 3:17 pm

Bonsoir,

Merci, Bernard, de votre intérêt pour ce sujet qui ne déchaîne pas l’enthousiasme général!
Non, il ne s'agit pas d'un affût à berceau, il n'y a aucun organe de frein de tir sur ce matériel qui, sans être à glissement, recule toutefois un peu à la manière des pièces à échantignolles qui lui sont d'ailleurs de peu antérieures.
L'identification du tube est assez facile et je ne peux répéter que ces tubes sont très répandus dans diverses composantes de l'artillerie française.
Cordialement,
Guy François.

Austerlitz
Messages : 47
Inscription : mar. sept. 13, 2011 2:00 am

Re: Quiz de rentrée

Message par Austerlitz » ven. sept. 04, 2020 10:15 pm

Bonsoir,

Pour le canon, je propose une pièce de 240mm Mle 1884 montée sur un affût « rustique » lui même installé sur un wagon PLM de 20 tonnes. En phase de tir, l’ensemble était installé sur un échafaudage de madriers montés sous le wagon.

La conception de cet ensemble revient au général Perruchon, la construction à la société lyonnaise La Buire.

Pour l’année, je pencherai pour 1915 (ce prototype ayant été présenté en avril 1915).

Pour le camp utilisé pour les essais de ce matériel, c’est plus problématique... À tout hasard, le camp du Ruchard ? Ou du fait d’une proximité avec Lyon, le camp de La Valbonne?


Cdt.
"Pour la France et de bon coeur".

bernard berthion
Messages : 3270
Inscription : dim. oct. 24, 2004 2:00 am

Re: Quiz de rentrée

Message par bernard berthion » sam. sept. 05, 2020 10:02 am

Bonjour Guy François,
Bonjour Austerlitz,

En suivant l'intéressante réponse d'Austerlitz, voici quelques passages écrits en 2012 par Guy François:

"...Les seuls obus de "240 P" sont les obus de 240 mm "Perruchon" ("P" pour le nom de l'inventeur, le futur général Perruchon).Ce sont des obus à très forte capacité d'explosif destinés initialement à l'artillerie de côte, ces projectiles furent employés dans des canons de côte montés sur des affûts de l'Artillerie Lourde sur Voie Ferrée (A.L.V.F) employés sur le front terrestre à partir de 1916..."

"...Les obus "P" avaient donc une très forte charge d'explosif pour créer des dommages importants aux coques non protégées des navires, les obus ogivés ricochaient sur l'eau à l'inverse des obus "P".
La grande capacité en explosif des obus "P" leur a permis d'être utilisés sur le front terrestre dans les canons suivants:
-canon de 24 cm modèle 1876 sur affûts de circonstance puis de fortune sur voie ferrée.
-canon de 240 mm modèle 1884 sur affût à échantignolles, puis sur affûts A.L.V.F et affûts à tracteurs.
-240 mm modèle 1903 TR sur voie ferrée, utilisable sur voie ferrée normale ou sur voie de 0,60 m.
Tous ces canons étaient à l'origine des canons de côte fixes, montés à partir de 1915 sur des affûts permettant leur emploi sur le front..."

"...Autre atelier de production d'armement à Lyon: les Chantiers de la Buire qui assurèrent le montage du canon de 240 "Perruchon" sur wagon PLM en 1915 (mais ce canon ne fut pas adopté), les chantiers de La Buire construisirent ensuite des chenilles pour les Chars et les "Caterpillars" (tracteurs d'artillerie à chenilles)..."

Le champ de tir de La Valbonne ne semble t'il pas trop petit pour la portée de ce 240?

Cordialement BB
- Août 1914 dans le département des Ardennes : du début août avec l'arrivée et le passage des troupes se concentrant en se dirigeant vers la Belgique, au repli de fin août vers la Marne en résistant sur la Semoy, La Chiers, la Meuse, l'Aisne, la Retourne.

ALVF
Messages : 6466
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: Quiz de rentrée

Message par ALVF » sam. sept. 05, 2020 5:44 pm

Bonsoir,

Bravo à Austerlitz qui a répondu à presque toutes les questions du Quiz!
Je joins quelques précisions tirées de mon petit article de la Revue GBM 111 de janvier 2015:

Le général Perruchon, ancien commandant du 6e CA avant la guerre, inventeur bien connu, notamment des obus "P" à trajectoire sous-marine de l'artillerie de côte, est en août 1914 commandant de la 53e Division de Réserve. Il est brutalement limogé par Joffre le 3 septembre 1914 et est nommé ensuite Inspecteur des Dépôts d'Artillerie à Lyon.
Il étudie alors un canon sur rail employant un canon de côte de 240 modèle 1884 et son affût en fonte. L'affût est porté sur un wagon de 40 tonnes du PLM à boggies (série UL 6101 à 6400) et un système de suspension permet d'abaisser la semelle de l'affût au niveau du ballast et de remonter l'ensemble pour le transport. Pour le tir, une forte plateforme en chêne est établie au niveau de ballast où le canon repose pour le tir. Le recul entraîne le wagon à l'arrière mais les organes de suspension du wagon ne sont soumis à aucune réaction violente.
Le matériel peut tirer un coup par minute.
Le projet est approuvé le 3 juillet 1915 mais "on" espère en haut lieu que le manque de moyens industriels ne permettra pas une construction rapide du matériel qui ne séduit ni les services ministériels, ni la Commission de l'ALVF qui ont d'autres projets en cours de réalisation.
C'est mal connaître la détermination des milieux lyonnais qui aident le général Perruchon:
-les ateliers du PLM et les chantiers de La Buire modifient et équipent rapidement le wagon de 40 tonnes du PLM, immatriculé UL 6225, d'un 240 modèle 1884 de côte envoyé par le Parc d'Artillerie de Place de Toulon.
-le célèbre Louis Lumière est mis à contribution pour photographier et filmer les réactions du matériel.
Un épi de tir de 100 mètres de long est construit dans le Camp de la Valbonne où le matériel effectue son premier tir le 7 septembre 1915, des améliorations diverses et des séances de tir s'échelonnent jusqu'au 5 novembre 1915.
Joffre condamne a priori le matériel Perruchon "trop lié au rail" et tous les prétextes sont bons pour disqualifier le matériel mais "on" évite soigneusement de le faire savoir au général Perruchon qui dresse des projets d'organisation et de réalisation d'une première batterie de trois pièces.
Pour se débarrasser de ce gêneur, on envoie à Mailly le matériel et la 52e batterie bis du 10e R.A.P qui le sert. Là, le matériel est mis de côté tandis que la batterie est mise au service de canons de 240 modèle 1884 de côte sur affût à échantignolles dont la "rusticité" est bien connue.
Le général Perruchon pourra dès lors passer le restant de la guerre à inspecter les dépôts d'artillerie mais aussi à étudier des fusées dont certaines très remarquables...
Un plan et une rare photographie prise aux ateliers et chantiers de La Buire à Lyon, parmi les civils, il y a Louis Lumière et le directeur de l'observatoire de Lyon:
240 Perruchon plan.PNG
240 Perruchon plan.PNG (201.39 Kio) Consulté 146 fois
240 Perruchon.PNG
240 Perruchon.PNG (243.48 Kio) Consulté 146 fois
Merci aux participants!
Cordialement,
Guy François.

bernard berthion
Messages : 3270
Inscription : dim. oct. 24, 2004 2:00 am

Re: Quiz de rentrée

Message par bernard berthion » sam. sept. 05, 2020 7:03 pm

Bonsoir Guy François,

un grand merci pour cette passionnante histoire si bien racontée.
Bonne soirée à Vous et à Austerlitz.

Cordialement BB
- Août 1914 dans le département des Ardennes : du début août avec l'arrivée et le passage des troupes se concentrant en se dirigeant vers la Belgique, au repli de fin août vers la Marne en résistant sur la Semoy, La Chiers, la Meuse, l'Aisne, la Retourne.

Répondre

Revenir à « Artillerie »