Le prénom d'un canon...

rolando
Messages : 623
Inscription : lun. juil. 02, 2007 12:00 am

Re: Le prénom d'un canon...

Message par rolando » dim. janv. 23, 2011 2:31 pm

Bonjour,

L'étude des noms attribués par les artilleurs à leurs canons est un sujet très intéressant à "creuser".
J'ai remarqué que les noms attribués à des pièces de campagne sont rares et qu'ils sont beaucoup plus fréquents dans l'artillerie lourde et presque systématiques dans l'Artillerie Lourde à Grande Puissance.J'en ai recensé plus de cent cinquante et la tâche est loin d'être achevée!
Les noms peuvent être classés en catégories:
-les prénoms féminins de loin les plus fréquents.
-les noms géographiques rappelant les origines des artilleurs ("Tunisienne", "Algéroise","La Bretagne","Brest",etc...).
-les noms "belliqueux": "Durandal","Sans Pitié", "Revanche","Vendetta", etc...
-les noms de lieux de combat:"Verdun", "Prosnes", "Assevilliers", etc...
-les noms d'actrices ou chanteuses célèbres: "Yvette Guilbert", "Ketty", etc...
-les noms "à la mode": "Rintintin", "Nénette","La Madelon", "Filochard",etc...
-les noms de vent: "Cyclone", "Bourrasque", "Simoun", etc...
-les noms caricaturaux: "Moustique", "Kinz-Gram" (pour des pièces de 400!),"Kultur", "Kolossal", etc...
-les noms propres , très rares: "Reine Elisabeth","Regina Elena" (pour honorer la reine d'Italie pour un 293 employé là -bas),"Charles Humbert" (sénateur célèbre pour la campagne "des canons,des munitions!", ce nom dut être rayé en 1918 et l'implication de celui-ci dans des instructions judiciaires!) .
-des noms de "circonstance": "Vieux Charles" (nom de l'avion de Guynemer).
-des diminutifs nous ramenant à la femme: "Brin d'Amour", "Ma Minette".
-des noms "africains": "Aïcha", "Balek","Fissa",etc...
-des noms d'origine indéterminée: "M'Brouka" et "K'Bira", toute précision sera la bienvenue, il ne semble pas que ces noms correspondent à des artilleurs tués au combat.Par contre des noms d'artilleurs tués en 1914-1918 seront donnés en 1939 à des canons d'A.L.V.F.:"Ranavalo", artilleur malgache tué en 1917, "Maître-Pointeur Andreone",il ne semble pas que cette pratique ait eu lieu pendant la première guerre mondiale, sous réserve de découverte en ce domaine!
Cordialement, Guy.
Bonjour Guy, bonjour à toutes et à tous,

J’aime bien votre classification des noms de canons.
Vous écrivez que certains ont été baptisés, comme "Ketty" par Mlle Lapeyrette de l'Opéra (dont le prénom était Ketty) en présence du général Maurin en juillet 1917.
Est-ce qu’il existe une tradition en la matière, du moins pour l’ALVF ?
Il n’en reste pas moins vrai que le canon constitue un symbole phallique particulièrement évident (virilité/fécondité)... dont je laisse l’interprétation des appellations, souvent féminines, à plus qualifés que moi.
Je suis avec curiosité et intérêt les réponses de ce fil !

Bien cordialement,

Caballero.


Caballero

Avatar de l’utilisateur
Tanker
Messages : 2468
Inscription : mar. oct. 02, 2007 12:00 am

Re: Le prénom d'un canon...

Message par Tanker » dim. janv. 23, 2011 4:33 pm

Bonsoir,

Je ne sais pas si Guy a aussi celui-là : Victoire (vu dans un album photo sur E-bay . . .).

Image

Bonne fin de Week-End - Michel

ALVF
Messages : 5560
Inscription : mar. oct. 02, 2007 12:00 am

Re: Le prénom d'un canon...

Message par ALVF » dim. janv. 23, 2011 5:48 pm

Bonjour,

Merci pour votre intérêt pour ce sujet!Je réponds aux questions posées et soumet une énigme à votre sagacité:

-Oui, Michel, je connais "Victoire", c'est un 340 B modèle 1912.

-Concernant le "baptême" des pièces d'A.L.V.F, on peut distinguer deux cas, le baptême en présence d'une "Marraine" amenée par un officier supérieur ou général, comme "Ketty" (Lapeyrette), soprano célèbre de l'Opéra de Paris, probablement sollicitée par le général Maurin lui-même.Il est aussi probable que la chanteuse populaire "Yvette Guilbert", dont le nom fut donné à un canon de 305 Ch modèle 1893-96, assista aussi au baptême de sa filleule!
Le plus souvent, le baptême a lieu en petit comité (personnels de la batterie, ingénieurs et ouvriers d'usine notamment), les quelques photos jointes montrent le baptême de deux canons de 32 cm Mle 1870-81 achevés en juillet 1916, "La Bretagne" et "L'Ouragan", les canons sont à Montchanin, sont neufs, encore peints en "gris artillerie"et vont gagner le Centre de Formation de Bailleul-sur-Thérain (Oise) avant d'être engagés dans la Somme.
On voit qu'en juillet 1916, les artilleurs partaient encore vers le front "la fleur au fusil".

Image
"La Bretagne" à Montchanin le 15 juillet 1916.
Image
Le canon de 32 cm "L'Ouragan" à Montchanin en juillet 1916.
D'autres canons furent également baptisés dans des lieux non déterminés comme la "Tunisienne", canon de 305 mm modèle 1893-96 sur affût à glissement Schneider, terminé fin 1916.Remarquons encore l'origine "Africaine" de nombreuses batteries d'A.L.V.F, composées de cadres métropolitains et d'artilleurs d'Afrique du Nord mobilisés en 1914 dans l'artillerie de côte puis transférés en France à l'automne1914, ils furent remplacés en partie par des artilleurs malgaches et africains à partir de 1917.
Image
La "Tunisienne", 305 mm modèle 1893-96.

Dans les noms peu communs:
-"Buddhy", un 240 mm modèle 1884 sur affût Saint-Chamond modèle 1916, un des six canons de ce type prêtés à la Brigade de côte américaine en 1918.
Image
"Buddhy", 240 mm Saint-Chamond prêté à l'Armée américaine.

-des noms de reines des pays alliés, il est probable que ces canons furent honorés par des visites royales dans la région de l'arrière front même s'il est certain que la Reine de Belgique et le Roi Albert 1er de Belgique ont rendu visite sur le front à plusieurs batteries d'A.L.V.F françaises.
Un mortier de 293 mm fut baptisé "Regina Elena" (engagé en 1917 en Italie), un 340 B Mle 1912 "Reine Elisabeth" et un autre 340 B "Queen Mary":
Image
Le 340 B modèle 1912 Saint-Chamond "Queen Mary", nom donné en 1918 après un engagement sur le front britannique en août 1918.

-enfin trois énigmes, je voudrai bien connaître la signification de trois noms de pièces A.L.V.F "Staïfïa" (370 B Mle 1915), "M'Brouka" et K'Bira" (obusiers de 400 mle 1915 pour ces deux derniers), dont voici deux photographies:
Image
L'obusier de 400 modèle 1915 "K'Bira".
Image
L'obusier de 370 modèle 1915 "Staïfïa", magnifiquement camouflé en 1918.
L'origine africaine de ces noms est certaine mais qui pourrait en dire plus?
Cordialement,
Guy François.

Avatar de l’utilisateur
Achache
Messages : 8586
Inscription : sam. sept. 13, 2008 12:00 am
Contact :

Re: Le prénom d'un canon...

Message par Achache » dim. janv. 23, 2011 6:34 pm

Bonsoir,

Il s'agit, apparemment, de prénoms (féminins) d'Afrique du Nord:
Si on prend les origines musulmanes : Aziz, c’est Aimé, Nour-eddine c’est la lumière de la religion, Aïcha, la vitalité, M’Brouka est bénie, chanceuse.
Source: http://marrakechetnous.canalblog.com/ar ... 28298.html

"Staïfïa"; me semble être le nom des habitantes de Sétif, utilisé aussi en prénom

K'Bira: idem, prénom; à confirmer et expliciter, comme les deux précédents, du reste...

Bien à vous,

[:achache:1]
Image
Émouvante forêt, qu'avons-nous fait de toi ?
Un funèbre charnier, hanté par des fantômes.
M. BOIGEY/LAMBERT, La Forêt d'Argonne, 1915

ALVF
Messages : 5560
Inscription : mar. oct. 02, 2007 12:00 am

Re: Le prénom d'un canon...

Message par ALVF » dim. janv. 23, 2011 9:34 pm

Bonsoir,

Merci "Achache" pour ces précisions!
Je me doutais bien que les artilleurs des 6ème et 7ème G.A.P.A, nombreux dans l'A.L.V.F, avaient choisi ces noms en Algérie ou en Tunisie!
Cordialement,
Guy François.

Rutilius
Messages : 11773
Inscription : mar. avr. 22, 2008 12:00 am
Localisation : Chaville (Hauts-de-Seine).

Re: Le prénom d'un canon...

Message par Rutilius » lun. janv. 24, 2011 11:57 pm


Bonsoir Yann,
Bonsoir à tous,

« Ce n'est pas l'étoile de David qui est apposée sur les parois. C'est la plaque du constructeur : Forges et Aciéries de la Marine et d'Homécourt à Saint Chamond. »

Merci pour cette mise au point, de surcroît illustrée : je faisais assurément fausse route. Mais, que diable !, pourquoi cette société ― qui, également, travaillait beaucoup pour la construction et l'artillerie navales ― a-t-elle adopté une plaque d'origine d'une forme aussi singulière, alors que celles apposées par la plupart des autres constructeurs mécaniques étaient soit rectangulaires, soit ovales ?

Un exemple emprunté au « post » de Guy François consacré au canon de 320 sur affût à glissement Schneider AT 3043, dit « L'Espérance » :

Image
_______________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Franck R
Messages : 312
Inscription : mar. déc. 23, 2008 12:00 am

Re: Le prénom d'un canon...

Message par Franck R » mar. janv. 25, 2011 4:25 pm


K'Bira: idem, prénom; à confirmer et expliciter, comme les deux précédents, du reste...

[:achache:1]
Bonjour à tous

Merci Guy et aux autres pour ce magnifique post

D'après un ami marocain, K'Bira veut dire "La grande"

Cordialement

Franck

Avatar de l’utilisateur
pierret
Messages : 390
Inscription : jeu. févr. 03, 2005 12:00 am
Localisation : BOURG-EN-BRESSE

Re: Le prénom d'un canon...

Message par pierret » sam. janv. 29, 2011 9:59 pm

Bonsoir

Je profite de la "remontée" de ce fil pour vous soumettre ces photos.

Elles ont été prises au cours de l'hiver 1914 1915 dans le secteur de Ban de Sapt ou Saint Jean d'Ormont par Joseph Saint Pierre, médecin au 23° RI de Bourg en Bresse (elles font partie de la collection de Dominique Saint Pierre, et sont mises en ligne avec son accord).

Image

Image


Je souhaiterais savoir ce que signifient les inscriptions ainsi que le régiment auquel appartiennent ces pièces.

Merci par avance pour tous les renseignements que vous pourriez me communiquer.

Bien cordialement

Jean-Louis
133° RI "Les Lions du Bugey"
"Pas s'en faire, pas s'en fichtre .... Le Lion atteint toujours sa proie"

ALVF
Messages : 5560
Inscription : mar. oct. 02, 2007 12:00 am

Re: Le prénom d'un canon...

Message par ALVF » sam. janv. 29, 2011 10:26 pm

Bonsoir,

Une certitude: le canon est un 155 C modèle 1890 "Baquet", un des tous premiers modèles, avec le 120 C modèle 1890 "Baquet", à avoir été équipé d'un frein hydro-pneumatique (une "première" mondiale à mettre au compte de l'artillerie française, les allemands attendront encore plus de 10 ans avant d'avoir des pièces lourdes ainsi équipées).
Plus difficile est l'identification de l'unité, la présence de cette "main" (de Fatima?) et les caractères arabes me font penser à une des premières batteries formées par le 6ème Groupe d'Artillerie à Pied d'Afrique (G.A.P.A) venues à l'automne 1914 d'Algérie où elles avaient pour mission de servir les batteries de défense des côtes.Les batteries de ce Groupe formant corps ont servi en France différents matériels anciens, dont des 155 C Mle 1890 mais je n'ai pas trouvé la trace d'une de ces batteries vers le Ban-de-Sapt.On ne peut exclure une unité du 7ème G.A.P.A venue de Bizerte dans les mêmes conditions (défense des côtes) mais l'historique de ces batteries est mal connu pour les années 1914-1915 (ces deux G.A.P.A seront spécialisés ensuite jusqu'en 1917 dans le service des pièces très lourdes dont celles de l'A.L.V.F).
Quelques précisions complémentaires seraient souhaitables si possible.
Cordialement,
Guy François.

Avatar de l’utilisateur
pierret
Messages : 390
Inscription : jeu. févr. 03, 2005 12:00 am
Localisation : BOURG-EN-BRESSE

Re: Le prénom d'un canon...

Message par pierret » sam. janv. 29, 2011 11:03 pm

Bonsoir Guy François

Merci pour la promptitude de votre réponse et les renseignements que vous apportez.

Je vais essayer de vous donner plus de précisions sur la date de ces photos et la localisation . . . . si cela est possible.

En attendant voici une autre vue de ces pièces avec un marquage sur le coté gauche, avec, me semble-t-il, un "croissant".

Image

Bien cordialement.

Jean-Louis.
133° RI "Les Lions du Bugey"
"Pas s'en faire, pas s'en fichtre .... Le Lion atteint toujours sa proie"

Répondre

Revenir à « Artillerie »