GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Message par Memgam » sam. nov. 17, 2012 11:06 pm

Bonjour,

Pour apprécier la dernière photo présentée (dont l'origine n'est pas précisée) : "Les canons de 280 mm du Yavuz Sultan Selim ex Goeben", il faut se référer au début du sujet introduit par Rutilius, avec le plan du pont du navire. Comme l'indique la présence des chaînes d'ancres, la vue est prise de l'avant, en direction de la première tourelle double de 280 mm, et l'on remarque la deuxième tourelle, disposée en quinconce sur tribord, plus en retrait (elle a son pendant à babord arrière). Ces deux tourelles sont à plat sur le pont. On retrouve cette disposition identique à l'arrière, avec en plus, une troisième tourelle, montée sur fût et tirant en retraite, au-dessus de la cinquième tourelle arrière. Rappelons, pour mémoire, que le Dreadnought, le premier des cuirassés moderne (1906), avait cinq tourelles doubles de 305 mm, avec une disposition un peu différente, les deux tourelles latérales étaient parallèles et pas en quinconce, et les deux tourelles arrières dans l'axe l'une derrière l'autre à plat pont, ce qui interdisait de tirer en retraite dans l'axe à la quatrième. Le premier cuirassé français type Dreadnought (classe Courbet), résolvait les problèmes engendrés par ces deux dispositions en ayant 6 tourelles doubles de 305 mm, deux superposées à l'avant et à l'arrière, et une de chaque bord.

Cordialement.
Memgam

NIALA
Messages : 1120
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Message par NIALA » dim. nov. 18, 2012 12:35 am

Bonne explication de Memgan; je précise que les photos présentées sont tirées de ma collection personnelle; l'armement de canons de 280 mm a été porté:
- par la première série de Dreadnought allemands: les quatre Westfalen portaient 12 canons de ce calibre en 6 tourelles doubles.

-par les quatre premiers croiseurs de bataille allemands:

Le Von Der Tann lancé en 1909 avait 8 canons de ce calibre en 4 tourelles doubles
Les Moltke et Goeben déjà étudiés 10 canons en 5 tourelles doubles comme expliqué ci dessus
Le Seydlitz également portait 10 canons disposés de la même façon que sur les Moltke dont il était une amélioration; il en différait par un pont supplémentaire allant de la proue jusqu’à la passerelle sur lequel se trouvait la tourelle avant qui surélevée se trouvait ainsi mieux protégée des coups de mer.


Alain
Cordialement

Alain

ALVF
Messages : 6521
Inscription : mar. oct. 02, 2007 2:00 am

Re: GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Message par ALVF » dim. nov. 18, 2012 7:53 pm

Bonsoir,

Voici deux cartes-photos achetées et écrites le 19 mars 1919 à Constantinople par un militaire français avec la mention "Le Goeben à Constantinople".
Le croiseur de bataille est sous pavillon turc et une des photographies me semble presque semblable à celle de l'Australian War Memorial, indiquée avoir été prise le 7 décembre 1918.
Je posterai ultérieurement une très belle photographie du Goeben mouillant en 1918 à l'entrée du port de Sebastopol, sous une puissante batterie de côte aux mains des allemands.Cette photographie sera d'abord publiée dans une Revue maritime.
Image
Image
Cordialement,
Guy François.

dbu55
Messages : 1233
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Message par dbu55 » lun. nov. 19, 2012 8:11 pm

Bonsoir à toutes et à tous,

De la lecture en rapport avec le Goeben et le Breslau trouvée sur Gallica :

Un livre intitulé du Vice-Amiral Amédée Pierre Léonard BIENAIMÉ (1843 - 1930) (Voir sa biographie en suivant le lien http://military-photos.com/bienaime.htm intitulé Guerre navale, 1914-1915. 'Goeben' et 'Breslau'. Adriatique. Dardanelles. Guerre sous-marine. Fautes et responsabilités.

Suivre le lien http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k3 ... ben.langFR - je ne peux pas créer le lien à cause du smiley :/ qui s'affiche à la place du : suivi de / - Copiez le lien et collez le dans la barre d'adresse de votre navigateur et insérez : suivi de / entre ark et 12148

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]

Rutilius
Messages : 13947
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Message par Rutilius » mar. nov. 20, 2012 10:02 pm

Bonsoir à tous,

Rétablissement du lien « corrompu » par un « smiley », qui renvoyait, dans la contribution de Dominique, à l’ouvrage suivant :

— Amiral BIENAIMÉ : « La guerre navale (1914~1915). "Gœben" et "Breslau". Adriatique. Dardanelles. Guerre sous-marine. Fautes et responsabilités. », préface du lieutenant-colonel Rousset, ancien député de Verdun, éd. Jules Tallandier, Paris, 1920, 307 p.

Dernière modification par Rutilius le sam. sept. 12, 2020 8:51 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

dbu55
Messages : 1233
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Message par dbu55 » mar. nov. 20, 2012 10:18 pm

Bonsoir Daniel,
Bonsoir à toutes et à tous,

Merci Daniel pour la précision sur les smilies, j'ai pourtant cherché comme un damné une bonne demi-heure sans voir que l'option était sous mon nez !

je devrais changer de lunettes à moins que se soit une résurgence du fameux ramollissement du cerveau.

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]

Rutilius
Messages : 13947
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Message par Rutilius » ven. nov. 23, 2012 7:55 pm

Bonsoir à tous,


Bombardement de Philippeville par le croiseur allemand Goeben :
la riposte de la batterie d’El-Kantara commandée par le lieutenant de réserve Cardot



• « 6e Groupe d’artillerie à pied. Historique du Corps pendant la campagne contre l’Allemagne (1914~ 1919). », Imprimerie Imbert, Alger, sans date, 76 p.

« 3 ~ 4 AOÛT 1914. — AFFAIRES DU " GŒBEN " ET DU " BRESLAU ".

BOMBARDEMENT DE BÔNE ET DE PHILIPPEVILLE.

Le 3 août, dans la matinée, le commandant de l’artillerie du front de mer d’Alger apprend, chez le Général Gouverneur d’Alger, la présence de deux croiseurs allemands dans les parages de Bizerte. Il adresse immédiatement un message à tous les officiers commandant de groupes, et donne le signalement des deux croiseurs : le Gœben : deux cheminées entre deux mâts, longueur 186 m. 50, hauteur des mâts au-dessus de l’eau 49 m. 50, hauteur des cheminées 19 mètres. Le Breslau : quatre cheminées entre deux mâts, longueur 136 mètres, largeur 13 m. 70, hauteur des mâts 42 m. 50, des cheminées 17 mètres. Il visite personnellement les ouvrages et donne ses instructions.
Le même jour, à 11 heures, un radio du cuirassé Courbet signale la présence des deux croiseurs
" dans nos parages ". Des instructions sont données à la 1re et à la 2e batteries, en vue d'une action éventuelle dans la nuit.
Le soir, les batteries suivantes sont prêtes à entrer en action : Batterie du Lazaret 4/24 ; Batterie d’Estrées 2/24 et 4/95 ; Batteries des Arcades 4/24 et 2/95 ; Sidi-Ben-Nour 4/24 ; Duperré 2/24 et 4/95 ; Prison civile 3/95 ; Jetée Nord 4/75 ; Digue Sud 2/95. Tous les projecteurs possèdent leurs trois équipes.
Le 4 août, le commandant du front de mer d’Alger notifie à tous les commandants de groupes que
: " La guerre est déclarée entre la France et l’Allemagne ". Le bombardement de Bône et de Philippeville par les croiseurs allemands est signalé dans la matinée.

Bône. — Dans la Place de Bône, aucun ouvrage de la défense côtière n’est occupé le 4 août, jour du bombardement. En effet, les artilleurs mobilisés de la région ont dû rejoindre, le 3 août, la portion centrale de la 12e Batterie bis à Philippeville pour être habillés et équipés. La place de Bône, par suite de ce départ, ne possède à cette date qu’un gardien de batterie, qui n’a rien pu faire.

Philippeville. — Le 4 août 1914, à 4 h. 30, est aperçu un navire venant de l’Est et se dirigeant à grande allure sur l’îlot Srigina. Arrivé à hauteur de l’îlot, ce navire, qui ne porte aucun pavillon de nationalité et aucun des signaux de reconnaissance, fait un virage, hisse son pavillon national (allemand) et fait feu d'une première bordée ; il tire ensuite avec les pièces de retraite, et lorsque son virage est terminé, il tire une nouvelle bordée.
Dès que le navire ennemi a tiré son premier coup de canon, la batterie de 19 d’El-Kantara, la seule du front de mer de Philippeville qui soit armée, ouvre le feu. Elle tire quatre coups chargés à obus P., mais qui sont tous courts.
Au premier coup tiré par la batterie, le navire sans répondre prend une grande allure et disparaît bientôt derrière l’îlot Srigina, sortant ainsi du champ de tir de la batterie d’El-Kantara. Cette batterie ne peut servir que deux pièces sur les quatre qu’elle possède, par suite de duretés de manœuvre, et parce qu'une de ses pièces manque de guidon.
La batterie est commandée par le lieutenant de réserve Cardot, qui dépose un rapport. Le navire allemand était le Gœben.
A propos de cet incident, il importe de signaler que, au départ de la 4e Batterie (Philippeville) pour la France, le 31 mars 1914, le commandant du 6e Groupe avait obtenu du XIXe Corps l’autorisation de conserver à Bône, Philippeville et Bougie de petits détachements d’active, capables de servir à toute heure : la nuit, les batteries de 47 T. R. et les projecteurs ; le jour, une pièce de gros calibre, et de former le noyau des réservistes de l’ancienne 14e Batterie, devenue 12e bis. La mobilisation de ces réser-vistes devait se faire directement dans les trois Places. En juillet, les lieux de mobilisation n’ayant pas encore été modifiés sur les fascicules, le commandant du 6e Groupe demanda au XIXe Corps de stopper à leur modification. En conséquence, les réservistes ont été mobilisés à Philippeville, conformément aux anciens fascicules, et les détachements de Bône et de Bougie y furent envoyés conformément au plan de transport primitif. Sans ces dispositions, les trois Places auraient été démunies de toute défense côtière et aucune riposte n’aurait pu être faite au Gœben dès sa première salve.

A Alger. — Aussitôt connu, le bombardement de Bône et de Philippeville, le commandant du front de mer télégraphie au commandant du groupe de Matifou
: " Navires ennemis ayant bombardé Philippeville à 5 heures, semblent longer côte et pourront être en vue de Matifou vers 11 heures ou 12 heures ; préparez batteries Lazaret et Estrées pour tirs à revers contre navires venant de l’Est. " Même message est adressé à la batterie des Tagarins.
Le même jour, à 9 h. 15, l’Amiral Commandant la Marine fait savoir que le Gœben est signalé par le sémaphore de Cap-de-Fer (Est de Philippeville) faisant route vers le Nord-Est ; et le Breslau par le sémaphore de Cap-de-Garde (Ouest de Bône), faisant route vers le Nord-Ouest, et semblant se diriger vers un lieu de rendez-vous.
A 5 h. 15 arrive devant Alger une force navale française, composée du cuirassé Courbet, portant pavillon du vice-amiral Boué de Lapeyrère, de six croiseurs et de six contre-torpilleurs.
Le lendemain 5 août, vers 4 h. 30, arrivent également 18 cuirassés ou croiseurs et 18 torpilleurs d'escadre destinés à convoyer les transports de troupes.
Le 5 août, à 16 heures, le commandant du 6e Groupe rend compte au général commandant en chef les forces de l’Afrique du Nord que la mobilisation des 1re, 11e, 2e et 12e Batteries est terminée, ainsi que celle du Front de mer. Depuis le 3 août, toutes les pièces étaient servies à Alger, sauf deux canons de 24 au fort d’Estrées. » (op. cit., p. 4 à 6.)
.


Journal des marches et opérations de la 12e Batterie « bis » du 6e Groupe d’artillerie à pied d’Afrique — 2 août 1914 ~ 21 février 1916 — : Service historique de la Défense, S.G.A., Cote 26 N 1242/24, p. num. 5.

« 4 août 1914. — Le Mardi 4 août 1914, à 4 h 30, fut aperçu un navire venant de l’Est et se dirigeant à grande vitesse sur l’îlot Srigina.
Arrivé à hauteur de cet îlot, ce navire, qui ne portait aucun pavillon de nationalité et aucun des signaux de reconnaissance, fit un virage et se dirigea à petite vitesse sur l’entrée du port. Arrivé à environ deux kilomètres de cette entrée, il commença un nouveau virage, hissa son pavillon national (allemand) et fit feu d'une première bordée ; il tira ensuite avec ses pièces de retraite, et lorsque son virage fut terminé, il tira une nouvelle bordée.
Dès que le navire ennemi eut tiré son premier coup de canon, la batterie d’El-Kantara, la seule du front de mer de Philippeville qui fut armée, ouvrit le feu. Elle tira quatre coups chargés à obus P, mais qui furent tous courts.
Au premier coup de canon tiré par la batterie d’El-Kantara, le navire ennemi sans répondre prit une grande allure et disparut bientôt derrière l’îlot Srigina, sortant ainsi du champ de tir de la batterie d’El-Kantara. La batterie d’El-Kantara n’a pu servir que deux pièces sur les quatre qu’elle possède, par suite de duretés de manœuvre, et parce qu’une de ses pièces n’avait pas de guidon.
La batterie d’El-Kantara était commandée par le lieutenant de réserve Cardot. »
Dernière modification par Rutilius le sam. sept. 12, 2020 10:22 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

David1980
Messages : 601
Inscription : ven. févr. 15, 2008 1:00 am
Contact :

Re: GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Message par David1980 » ven. oct. 11, 2013 7:14 pm

Bonjour,

Rutilius a mis les tués du bombardement du Goeben. Je le remercie. Je voudrais savoir si il y a eu des tués lors du bombardement du Breslau à Bône (Algérie) ? Existe t il une liste ?
Cordialement
David1980

Rutilius
Messages : 13947
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Message par Rutilius » ven. oct. 11, 2013 10:07 pm

[Message supprimé]
Dernière modification par Rutilius le sam. sept. 12, 2020 10:54 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13947
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

GŒBEN — Croiseur de bataille allemand.

Message par Rutilius » ven. oct. 11, 2013 10:14 pm

Bonsoir à tous,

Militaire blessé lors du bombardement de Philippeville
par le croiseur allemand Gœben
(4 août 1914)


— BENHAMOU Yahia, Soldat de 2e classe, 3e Régiment de marche de zouaves, 4e Compagnie, matricule n° 11.628 au corps.

□ Par arrêté du Ministre de la Guerre en date du 5 mai 1919 (J.O. 7 mai 1919, p. 4.703), inscrit au tableau spécial de la Médaille militaire dans les termes suivants (Rang du 30 juin 1915) :

Image
Image
Dernière modification par Rutilius le sam. sept. 12, 2020 10:49 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »