DOLPHIN ― « Côtre » à moteur de la Marine.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Rutilius
Messages : 13052
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOLPHIN ― « Côtre » à moteur de la Marine.

Message par Rutilius » mar. oct. 20, 2009 9:12 pm

Bonsoir à tous,

Dolphin ― « Côtre » à moteur de la Marine (1913~1927)

□ En Mai 1917, fut nommé au commandement du « côtre » à moteur Dolphin, ainsi qu’à celui de l’École navale et des écoles d’élèves officiers, le capitaine de vaisseau Lucien Pierre François LATOURRETTE (Le Temps, n° 20.407, Lundi 21 mai 1917, p. 2, en rubrique « Marine ~ Commandements à la mer »).
Dernière modification par Rutilius le dim. juil. 28, 2019 10:59 pm, modifié 5 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: DOLPHIN ― Cotre.

Message par Memgam » jeu. juil. 18, 2019 8:36 am

Bonjour,

Dolphin, yacht construit en 1913 à Gennevilliers.
230 tx, ketch à moteur Gardner de 120 cv.
Acheté en 1913 par la Marine, aux héritiers de Mr. Teisserenc de Bort qui l'utilisait à des croisières scientifiques.
Léon Teisserenc de Bort (né le 6 novembre 1855, décédé le 2 janvier 1913 à Cannes), membre de l'Académie des Sciences, chevalier de la légion d'honneur, inventeur des ballons-sondes, observatoire de Trappes.

Doublé en cuivre au Havre en février 1914.
Arrive à Brest le 27 avril 1914 pour être une annexe du Duguay-Trouin qui abrite l'Ecole navale.
Premier appareillage en rade le 8 mai 1914.
Utilisé comme arraisonneur pendant la guerre.

27 février 1921, aborde un canot à vapeur en rade de Brest, un disparu.

31/01/1927, désarmé.
Avril 1927, vendu aux chantiers de démolition L'Hermitte à Brest.
En octobre 1927, existe encore.

Source : Jacques Vichot, Répertoire des navires de guerre français, AAMM, 1967.
Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, tome II, 1870-2006, Rezotel-Maury, 2005.
La Dépêche de Brest du 1er juillet, 24 novembre 1913, du 21 février, 6 et 28 avril, 4 et 9 mai 1914, 27 février 1921, 9 avril et 7 octobre 1927.

Cordialement.
Dernière modification par Memgam le dim. juil. 21, 2019 10:46 am, modifié 3 fois.
Memgam

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: DOLPHIN ― Cotre.

Message par Memgam » jeu. juil. 18, 2019 2:58 pm

Bonjour,

Le capitaine de vaisseau Grout (Marie-Gaston) a été nommé au commandement du Dolphin, de l'Ecole navale et des écoles des élèves-officiers. (La Dépêche de Brest n° 11 198 du lundi 27 mai 1916.

Grout (M.-G.), inscrit à Brest, né le 13 novembre 1863, entré au service en 1880, capitaine de frégate au 28 décembre 1904. (Liste de la Flotte 1911).

Cordialement.
Memgam

Rutilius
Messages : 13052
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOLPHIN ― « Côtre » à moteur de la Marine.

Message par Rutilius » sam. juil. 27, 2019 8:09 am

Bonjour à tous,


DOLPHIN ― « Côtre » à moteur de la Marine (1913~1927)

DOLPHIN - I bis - .jpg
DOLPHIN - I bis - .jpg (194.52 Kio) Consulté 158 fois
Dernière modification par Rutilius le dim. juil. 28, 2019 11:00 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: DOLPHIN ― Cotre à moteur de la Marine.

Message par Memgam » sam. juil. 27, 2019 8:57 am

Bonjour,

A l'attention de Rutilius.

Il y a antinomie entre le titre du sujet : "côtre", c'est à dire navire à un seul mât, et la présentation d'un "ketch", navire à deux mâts dont celui de l'arrière est plus petit et situé devant la barre (sinon, ce serait un yawl).

Cordialement.
Memgam

Rutilius
Messages : 13052
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOLPHIN ― « Côtre » à moteur de la Marine.

Message par Rutilius » sam. juil. 27, 2019 11:00 am

Bonjour Memgam,
Bonjour à tous,

Certes, un côtre est « un petit navire à un seul mât, gréant foc et trinquette (à la différence du sloop, qui ne comporte qu’une seule voie d’avant » (Dictionnaire culturel en langue française, sous la direction d’Alain Rey, Dictionnaires Le Robert, Paris, 2005, T. I., p. 1.905), mais, au cas présent, tel était l’appel-lation officiellement donnée au Dolphin par la Marine. C’est en effet sous cette qualification qu’il fut inscrit en Mars 1916 sur la Liste des bâtiments de la flotte (J.O. 18 mars 1916, p. 2.131).

J.O. 18-III-1916 - 2131 - .jpg
J.O. 18-III-1916 - 2131 - .jpg (25.66 Kio) Consulté 144 fois

En découvrant la photographie de ce petit bâtiment, j’avais bien relevé cette évidente contradiction, mais, en toute rigueur, je m’en suis tenu à sa dénomination officielle, que l’on retrouve, au reste, dans l’étude suivante :

— Capitaine de corvette Ignace Jean Paul Marie Pierre d’YTHURBIDE : « Les opérations des sous-marins français en Manche et dans l’Océan de 1914 à 1918 », École supérieure de guerre navale, Année 1924, 75 p. + 5 planches. — p. 17 et 18.

—> https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9760414k


DOLPHIN - Capture.JPG
DOLPHIN - Capture.JPG (239.91 Kio) Consulté 144 fois

A noter que dans le dictionnaire précité, le mot « Cotre » est écrit sans accent circonflexe.
Dernière modification par Rutilius le dim. juil. 28, 2019 11:01 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: DOLPHIN ― Cotre à moteur de la Marine.

Message par Memgam » sam. juil. 27, 2019 11:54 am

Bonjour,

Quand on rencontre une dénomination officielle, différente d'une dénomination usuelle, il me semble qu'il ne soit pas inconvenant de l'expliciter.

Au premier coup d'oeil, voir une photo de ketch pour illustrer un côtre, cela fait désordre, tout comme d'ailleurs voir écrit cotre au lieu de côtre dans un dictionnaire de la langue française. Mais les Français, fussent-ils linguistes, ne sont pas connus pour leurs connaissance maritimes.

Cela étant, il faut être reconnaissant à Rutilius, d'avoir multiplié les citations, pour nous asséner la véracité du "côtre" Dolphin, employé par la Marine nationale, qui n'est pas non plus connue pour la rigueur des ces appellations, dont la définition a toujours été à géométrie variable, comme dans d'autres marines d'ailleurs.

Ainsi, la Marine japonaise, qualifie de destroyers porte-hélicoptères (DDH en code Otan) ses deux porte-hélicoptères Hyuga et Ise, ou encore les Izumo et Kaga, qui sont des navires à pont d'envol continu, qualifiés ailleurs de porte-hélicoptères d'assaut, même s'ils mettent aussi en oeuvre des avions (LHD 1 Wasp, par exemple chez les Américains.
On notera que cette sémantique japonaise est liée à l'interdiction, pour leur pays, de disposer de porte-avions, et qu'ils reprennent, en toute ironie, le nom de porte-avions japonais de la seconde guerre mondiale pour leurs destroyers porte-hélicoptères.

De nos jours, ce qui fera plaisir à Rutilius, la Marine nationale, dispose toujours d'un côtre, écrit "cotre" et qui porte deux mâts, car il a un gréement de yawl (la barre devant le mât arrière) : Mutin, construit par les chantiers Florimond Guignardeau des Sables d'Olonne, construit sur le modèle des dundee et lancé le 18 mars 1927 et actuellement classé dans les "bâtiments écoles", comme cotre (sic). En 1960, il était "cotre-annexe" de l'Ecole de manoeuvre. En 1970, le Mutin, classé voilier-école, était "Dundee-annexe" de l'Ecole de manoeuvre. En 1988, il était simple "dundee" et uniquement voilier en 1990. En 1994, il est "côtre", avec l'accent circonflexe, qu'il reperd en 2016... (un correcteur "terrestre" zélé qui a lu les dictionnaires de linguistes ?).

Source : Stéphane Gallois, Alexandre Sheldon-Duplaix, flottes de combat 2018, Editions Ouest-France, 2018.
Henri Le Masson, Les flottes de combat 1966, EMOM, 1966.
Henri Le Masson, Les flottes de combat 1970, EMOM, 1970.
Jean Labayle-Couhat et Bernard Prézelin, flottes de combat 1988, EMOM, 1988.
Bernard Prézelin, flottes de combat 1990, EMOM, 1989.
Bernard Prézelin, flottes de combat 1994, EMOM, 1993.
Bernard Prézelin, flottes de combat 2016, EMOM, 2015.

Cordialement
Dernière modification par Memgam le sam. juil. 27, 2019 7:02 pm, modifié 1 fois.
Memgam

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: DOLPHIN ― « Cotre » à moteur de la Marine.

Message par Memgam » sam. juil. 27, 2019 3:53 pm

Bonjour,

Dolphin, yacht construit par les chantiers Luce à Gennevilliers, lancé le 6 août 1910 pour Léon Teisserenc de Bort.

Source : Navigazette du 11 août 1910.

Cordialement.
Memgam

Rutilius
Messages : 13052
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOLPHIN ― « Côtre » à moteur de la Marine.

Message par Rutilius » dim. juil. 28, 2019 11:11 pm

Bonsoir Memgam,

J’ai peine à comprendre votre acrimonie : mon propos n’était nullement, dans un quelconque esprit polé-mique, « d’asséner la véracité du "côtre" Dolphin, employé par la Marine nationale », mais plus modeste-ment — et, certes implicitement, mais comme vous — de relever le caractère à l’évidence fallacieux de la qualification officiellement retenue par la Royale pour désigner le ketch Dolphin. Et ce d’autant, qu’en la circonstance, l’erreur de qualification se trouve également commise, non par scribouillard à manches de lustrine, mais par un capitaine de corvette, de surcroît auditeur de l’École supérieure de guerre navale, donc supposé connaître précisément les caractéristiques des voiliers petits et grands qu’il est susceptible de rencontrer sur sa route lors de ses croisières ! D’où le dilemme auquel j’ai été confronté pour ré-intituler le présent sujet : adopter l’exacte désignation nautique, ou bien s’en tenir à la désignation officielle du bâtiment, bien que celle-ci soit manifestement inexacte. J’ai sans doute eu le tort de privilé-gier cette seconde approche, non par entêtement, mais dans le simple souci d’une exacte correspondance entre les termes de cet intitulé et de ceux apparaissant dans les diverses sources d’archives.

Quant à l’accentuation ou non du mot « cotre », il s’agissait bien entendu d’une simple remarque. Et, à cet égard, je viens de relever — ce qui va dans votre sens — que le Dictionnaire de la marine à voile de Pierre de Bonnefoux (1856) écrit bien ce mot avec un accent circonflexe sur le « o » (p. 233). Il convient donc effectivement de privilégier l’usage de cette graphie, plus conforme à la tradition maritime. Je m'y tiendrai désormais.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13052
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

DOLPHIN ― « Côtre » à moteur de la Marine.

Message par Rutilius » dim. juil. 28, 2019 11:38 pm

Bonsoir à tous,

■ Historique.

— 6 août 1910 : Lancé par les chantiers « de construction d’embarcations » Ferdinand LUCE, établis à Gennevilliers (Seine — aujourd’hui Hauts-de-Seine), quai du Petit Gennevilliers, près du pont d’Argenteuil, pour le compte de Léon Philippe TEISSERENC de BORT, météorologue membre de l’Académie des sciences, qui le destine à des croisières scientifiques (Navigazette, n° 1.111, Jeudi 11 août 1910, p. 9).


Chantiers F. Luce - Argenteuil - .jpg
Chantiers F. Luce - Argenteuil - .jpg (250.13 Kio) Consulté 74 fois


— Novembre 1913 : Alors qu’il se trouvait désarmé dans le bassin du Commerce, au Havre, à la suite du décès de Léon TEISSERENC de BORT — survenu le 2 janvier 1913 à Cannes (Alpes-Maritimes) —, acquis par le Ministère de la Marine auprès de ses héritiers, étant destiné à servir d’annexe à l’École navale, en rem-placement d’anciens bricks (La Dépêche de Brest, n° 10.346, Lundi 24 novembre 1913, p. 3 ~ Navigazette, n° 1.283, Jeudi 27 novembre 1913, p. 3).

— Fin Février 1914 : Entre en cale sèche au Havre pour y être calfaté et qu’il y soit procédé au double-ment en cuivre de sa coque en bois (La Dépêche de Brest, n° 10.435, Samedi 21 février 1914, p. 4).

— 27 avril 1914 : Arrive au port de commerce de Brest. Devient annexe du Duguay-Trouin, croiseur-école d’application, qui, peu après, sera transformé en navire-hôpital (La Dépêche de Brest, n° 10.500, Mardi 28 avril 1914, p. 3 ~ La Dépêche de Brest, n° 10.506, Lundi 4 mai 1914, p. 3).

— 8 mai 1914 : Premier appareillage pour une évolution en grande rade (La Dépêche de Brest, n° 10.511, Samedi 9 mai 1914, p. 3).

— 20 et 21 septembre 1915 : Après avoir été repeint à neuf, est mis à la disposition des sous-marins Floréal et Berthelot pour être utilisé comme appât au large de l’Île d’Yeu. Convoyé sur les lieux par le torpilleur d’escadre Francisque, alors commandé par le capitaine de frégate Pierre VINCENT-BRÉCHIGNAC. Courte expérience manifestement infructueuse.

— Mars 1916 : Inscrit sur la Liste des bâtiments de la flotte, ayant Brest pour port comptable (J.O. 18 mars 1916, p. 2.131).

— 27 octobre 1916 : Par suite d’une violente tempête, brise la chaîne qui le retenait à son poste d’amar-rage, puis s’échoue dans la baie du Fret. Est remis à flot par des remorqueurs, heureusement intervenus à temps (La Dépêche de Brest, n° 11.412, Samedi 28 octobre 1916, p. 2).

— Du 11 août 1917 au 1er juin 1919 : Administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre.

[Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 738.].

En 1917 et 1918, affecté au Groupe de Bretagne de l’Escadrille de surveillance des pêches de Bretagne et Loire, commandée par le lieutenant de vaisseau Paul Charles Henri WERVERBERGH, embarqué sur le Torpilleur 299, chef d’escadrille.

— 26 février 1921 : Étant redevenu annexe de l’École navale, alors qu’il regagnait son poste d’amarrage après divers exercices en rade de Brest, aborde un canot à vapeur appartenant au même service, qui coule immédiatement. Recueille les marins qui montaient ce canot, sauf un, disparu lors du naufrage (La Dépêche de Brest, n° 12.590, Dimanche 27 février 1921, p. 2).

— 1er février 1923 : Affecté à l’École des mousses — pontons Armorique et Magellan, ex-transports (La Dépêche de Brest, n° 14.282, Vendredi 16 février 1923, p. 3).

— 1er novembre 1923 : Affecté à l’École des apprentis-marins — annexe de l’Armorique (La Dépêche de Brest, n° 14.563, Mercredi 7 novembre 1923, p. 5).

— Avril 1927 : Cédé à un sieur LHERMITTE lors d’une adjudication publique sur soumissions cachetées, au cours de laquelle fut également vendu à la démolition le torpilleur d’escadre Magon (La Dépêche de Brest, n° 15.811, Samedi 9 avril 1927, p. 3).
Dernière modification par Rutilius le sam. août 03, 2019 11:16 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »