COURAGEUSE - Canonnière.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Rutilius
Messages : 13641
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par Rutilius » ven. déc. 12, 2008 3:32 pm


Bonjour à tous,

Un marin de la Courageuse décédé à l'Hôpital maritime de Saint-Mandrier :

― BOUSTOULER Félix, né le 2 septembre 1896 au lieu-dit Moustérou en Ploujean (Finistère) et y domicilié, fils de Jean-Marie et de MORVAN Marie Yvonne, décédé le 10 septembre 1918 à « l'Hôpital maritime de Saint-Mandrier des suites de grippe infectieuse », Matelot de 2e classe gabier breveté à bord de la Capricieuse, Matricule n° 3557 – Morlaix [Aucune transcription ... à Ploujean ; inhumé dans la Nécropole nationale de Saint-Mandrier (Var), rang I, tombe n° 41].

Il était cousin issu de germains de :

― BOUSTOULER Jean-Marie, né le 24 septembre 1899 au lieu-dit Parc-an-Normand en Ploujean (Finistère) et domicilié à Plouézoch (Finistère), fils de Pierre et de GALL Marie, décédé le 22 août 1917, « disparu en mer lors de la perte du croiseur auxiliaire Golo II », Quartier-maître timonier à bord de la Hallebarde, Matricule n° 107177–2 (Jug. Trib. Toulon, 23 déc. 1918, transcrit à Toulon ; inscrit au Mémorial des marins « Morts pour la France » de la Pointe Saint-Mathieu).

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par Terraillon Marc » mar. avr. 21, 2009 12:07 am

Bonsoir

C'est probablement le dragueur-canonnière de type Agile COURAGEUSE
1916 - 1920

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par Ar Brav » mar. avr. 21, 2009 11:43 am

Bonjour à tous,

COURAGEUSE Dragueur-canonnière type Agile (1916-1920)

Chantier & Caractéristiques :

Arsenal de Rochefort.
Commencé : 1916
Mis à flot : 1916
Terminé : 1916
En service : 1916
Retiré : 05.1920
Caractéristiques : 266 t ; 1 200 à 1 500 cv ; 60,20 x 7,20 x 2,90 m ; 1 machine alternatives à triple expansion ; chaudières Normand ou Du Temple ; 1 hélice ; 14 à 17 nœuds ; 55 h.
Rayon d’action 2 000 nautiques à 10 nœuds ; 85 tonnes de charbon.
Symbole de coque : CS.
Armement : II de 100 mm + grenades ASM.

Principales dates & Observations :

Fait partie des programmes de 1916.
Fin 1916 : est affecté à la Division des Patrouilles de la Méditerranée Orientale, scindée en deux escadrilles, une de 4 canonnières à Agostoli et Corfou, l’autre à Salamine
06.1917 : sert comme canonnière à Salamine, Mer Egée, affecté aux Patrouilles de la Méditerranée
01.07.1918 : fait partie de l’effectif de la Division de la Mer Egée, CV commandant la division sur le yacht Hélène, composée :
De la 2ème Escadrille de contre-torpilleurs :
Mameluck
Lansquenet
Spahi
Enseigne Henry
Aspirant Herbert
Carabinier

De la 6ème Escadrille de patrouille (13 chalutiers)
De la 9ème Escadrille de patrouille (10 chalutiers)
Des canonnières Capricieuse, Boudeuse, Courageuse, Tapageuse et Agile
1918 : en Méditerranée Orientale, la canonnière Courageuse, commandée successivement par les lieutenants de vaisseau Ceillier et Cosme, drague 14 mines, capture deux voiliers grecs, sauve 77 hommes, et mène cinq attaques contre des sous-marins au cours desquelles elle lance 27 grenades et voit deux torpilles passer sous sa quille.
05.10.1918 : au cours d’une de ces attaques, la dernière, elle cause vraisemblablement la perte d’un sous-marin, sans doute l’un de ceux qui disparurent sans que l’on ait su où ni comment (U-34, UB-49, UC-37)*
Le bâtiment est cité à l’Ordre du jour (J. O. du 19 novembre 1918) :
Canonnière Courageuse :
Bâtiment à bord duquel n’a cessé de régner le plus bel esprit militaire. A effectué depuis deux ans plusieurs dragages de champs de mines dangereux et pris part à diverses attaques de sous-marins menées avec beaucoup d’entrain et dont une au moins parait avoir eu un résultat heureux.

05.1920 : condamné
12.1921 : vendu à la démolition.

* à vérifier, bien entendu… :)

Sources :

Les Flottes de Combat en 1917, Commandant de Balincourt, Augustin Challamel, 1917
Les marques particulières des navires de guerre français 1900-1950, Jean Guiglini, SHM, 2002
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974
Jane’s Fighting Ships 1919, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1969
Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005
http://www.netmarine.net/dico/index.htm
La guerre navale dans la Méditerranée, CV A. Thomazi, Payot, 1929


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par Ar Brav » mar. avr. 21, 2009 1:58 pm

Bonjour à tous,

Le dragueur-canonnière Courageuse au port, à Cattaro en 1919 :

Image

Sources :
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974, page 182.


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par Ar Brav » mar. avr. 21, 2009 9:15 pm

Bonsoir à tous,

Concernant les sous-marins coulés :

05.10.1918 : au cours d’une de ces attaques, la dernière, elle cause vraisemblablement la perte d’un sous-marin, sans doute l’un de ceux qui disparurent sans que l’on ait su où ni comment (U-34, UB-49, UC-37) *

U-34 : a appareillé une dernière fois le 18.10.1918 : ce ne peut être lui, sauf erreur de date
UB-49 : saisi le 16.01.1919, il est démoli en 1922 à Swansea, Grande-Bretagne
UC-37 : désarmé le 25.11.1918, se rend à Malte en 1919. Démoli en 1920, ce n'est donc pas lui non plus...

Sources :
http://uboat.net


* La guerre navale dans la Méditerranée, CV A. Thomazi, Payot, 1929

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par Ar Brav » mar. avr. 21, 2009 9:29 pm

Re,

Les documents en ligne relatifs à la Courageuse, canonnière : journaux de bord du 21/10/1916 au 06/05/1919, journaux de navigation du 02/10/1916 au 26/07/1919, devis de campagne le 30/03/1918 sont disponible sous la cote SS Y 129 ici :

http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... iewer.html

Affaire à suivre...

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

gildelan
Messages : 49
Inscription : mar. juil. 08, 2008 2:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par gildelan » mer. févr. 17, 2010 1:15 pm

Bonjour à tous
Ci-dessous les rapports du LV COSME, commandant LA COURAGEUSE, sur les faits de guerre de cette canonnière.
Bonne lecture.

1 citation à l’ordre de le l’Armée.
La canonnière COURAGEUSE, appartenant à la Division de la Méditerranée orientale, a été commandée successivement par les Lieutenants de Vaisseau CEILLIER, jusqu’au 31 mars 1918, et COSME, à partir de cette date.

Texte de la citation à l’Ordre de l’Armée
(Journal officiel du 19 novembre 1918)

« La canonnière COURAGEUSE : bâtiment à bord duquel n’a cessé de régner le plus bel esprit militaire, a effectué, depuis deux ans, plusieurs dragages de champs de mines dangereux et pris part à diverses attaques de sous-marins menées avec beaucoup d’entrain et dont une au moins paraît avoir eu un résultat heureux ».

Extrait du rapport du 10 octobre 1918 du Lieutenant de Vaisseau COSME, commandant la COURAGEUSE

Faits de guerre principaux auxquels a pris part la COURAGEUSE :
11 décembre 1916 – Capture d’un caïque grec chargé de charbon.
14 décembre 1916 – Dragage du canal de Zéa, 8 mines sont détruites.
22 décembre 1916 – Capture d’un caïque grec.
31 décembre 1916 – Dragage devant Milo, 1 mine est détruite.

Pendant le dragage, la VENUS saute sur une mine à côté de la COURAGEUSE. La COURAGEUSE sauve 9 hommes.

21 juin 1917 – Le vapeur NORD, escorté par la COURAGEUSE, est torpillé de jour. Atteint. Une torpille passe sous la COURAGEUSE qui lance 4 grenades, le vapeur est sauvé.

11 décembre 1917 – Dragage auprès d’Akrati (Milo), 2 mines sont détruites.

3 janvier 1918 – Dragage du chenal de Doro, 3 mines sont détruites.

4 mars 1918 – Le CLAN GRAHAM, convoyé par la COURAGEUSE, est torpillé. Atteint de nuit. La COURAGEUSE recueille une embarcation chargée de personnel et dirige le remorquage par le SATURNE du bâtiment torpillé qui est sauvé.

20 août 1918 – Le BYZANTION, escorté par la COURAGEUSE, est torpillé de jour et manqué par un sous-marin. La COURAGEUSE lance dans de bonnes conditions 11 grenades.

Le bulletin de la guerre sous-marine du 26 août rend compte de cette attaque dans les termes suivants :
« En mer Egée, le sous-marin qui avait commencé une croisière très active, le 17, a été grenadé par la COURAGEUSE à la suite de l’attaque manquée du BYZANTION, le 20, et n’a plus été revu depuis ».

9 et 10 septembre 1918 – Le POLYCASTRIA, dans l’escorte duquel se trouve la COURAGEUSE, est torpillé. Atteint de nuit. La COURAGEUSE lance deux grenades, le vapeur torpillé est sauvé.

5 octobre 1918 – Le REVENTAZON et la MARIA, dans l’escorte desquels se trouve la COURAGEUSE, sont torpillés de nuit et coulent très rapidement. La COURAGEUSE sauve 44 hommes du REVENTAZON et, avec l’aide du COQUELICOT, 24 hommes du MARIA, dont des blessés graves. La COURAGEUSE est torpillée à son tour. La torpille passe sous le milieu du bâtiment. La COURAGEUSE opérant avec FLAMBERGE lance presque aussitôt 10 grenades sur le sous-marin dans des conditions telles qu’un résultat heureux semble très probablement avoir été atteint. 3 heures après, une nappe épaisse de mazout longue de 1000 m et large de 3 à 400 m recouvre la mer.

En résumé :
2 captures de caïques grecs,
7 dragages ayant entraîné la destruction de 14 mines ennemies,
5 attaques de sous-marins, au cours desquelles la COURAGEUSE a lancé en tout 27 grenades, le dernier grenadage ayant très vraisemblablement produit un résultat heureux.
2 torpilles sont passées sous la COURAGEUSE.

La COURAGEUSE a sauvé 77 hommes.


Rapport du Lieutenant de Vaisseau COSME, commandant la COURAGEUSE.

J’ai l’honneur de vous rendre compte des faits auxquels a pris part la COURAGEUSE pendant la nuit du 4 au 5 octobre 1918.

La COURAGEUSE faisait partie d’un convoi parti de Salonique à 16 heures. Le convoi, de nuit, dans le chenal dragué du golfe de Salonique, naviguait sur deux colonnes.

Le convoi ne zigzaguait pas. La nuit sans lune était très noire, la visibilité très courte. La mer était plate.

A 0h51, une explosion se produit sur le REVENTAZON, sans que rien ait été vu à bord de la COURAGEUSE.

Je ne peux sur le moment lancer de grenades, la MARIA étant venue se mettre exactement derrière moi. L’arrière du REVENTAZON s’enfonce rapidement, puis le bâtiment se mâte, toute la moitié avant émergeant verticalement, et coule à pic, au milieu du fracas de l’explosion des chaudières, 3 minutes au plus après l’explosion de la torpille. Ayant reçu l’ordre du chef de convoi d’avoir, en cas de torpillage, à m’occuper des bâtiments torpillés de la colonne de gauche, je vais exactement sur la place où s’est produit le sinistre, pour sauver les naufragés qui me semblent devoir être peu nombreux. J’entends cependant des cris sur la mer. Mes deux embarcations sont mises à l’eau et les naufragés sont recueillis tant du bord, à l’aide de bouts de filin, que par les embarcations, sur les épaves du bâtiment torpillé.

Pendant ce temps, je dis au Commandant de la TAPAGEUSE, qui passe près de moi, que je suffis pour le sauvetage et je le prie d’aller grenader, au jugé, derrière moi, à 7 ou 800 mètres. Je continue à sauver mes naufragés parmi lesquels il y a des blessés, tout en maintenant une veille attentive.

1h09 – Aucun « Allo » ou S.O.S. n’ayant encore été lancé, je fais le signal suivant :
S.O.S. S.S.S. 39 55 23 03 E.

1h12 – Une explosion double se produit par bâbord à moi. Je crois d’abord qu’il s’agit de grenades, mais je ne tarde pas à penser, en voyant la silhouette vague d’un navire qui paraît plus grand qu’un escorteur, qu’il s’agit d’un deuxième torpillage, et je prends le relèvement du bateau pour me porter ensuite sur les lieux.

1h50 – Le sauvetage des naufragées du REVENTAZON est terminé. Sur 58 personnes que portait le bateau, nous en avons sauvé 44. Je me porte sur les lieux du deuxième torpillage. C’est la MARIA qui a été torpillée, étant venue sur la gauche après le torpillage du REVENTAZON, alors que le reste du convoi a fui par la droite. Le COQUELICOT, qui est sur les lieux, a déjà sauvé la plus grande partie des naufragés du bâtiment espagnol. Il y a encore des survivants sur les épaves qui poussent des cris. Je mets mon youyou à l’eau pour achever le sauvetage, et sur demande du COQUELICOT, je prends à mon bord les blessés qu’il a sauvés, pour qu’ils reçoivent les soins de mon infirmier. Mon youyou repêche un autre blessé grave.

2h21 – Je télégraphie à PROVENCE IV et BRUIX : « MARIA et REVENTAZON torpillés, sauve naufragés ».

2h25 – Le sauvetage est terminé. Je patrouille aux environs des épaves, ainsi que le COQUELICOT, pour rechercher les naufragés qui pourraient encore être découverts, et je signale au COQUELICOT d’attendre des ordres.

2h56 – Je fais le signal suivant au BRUIX : « Ayant à bord hommes blessés gravement, dois-je rallier convoi ou Salonique ? ».

Ayant reçu la réponse du BRUIX, puis du SABRE, qui est arrivé sur les lieux, de retourner à Salonique, je signale au COQUELICOT :

3h02 – « Envoyer tous vos rescapés à mon bord ».

Je signale ensuite au SABRE :
« Je prends les naufragés du COQUELICOT et je vous propose de l’envoyer rejoindre le convoi qui n’a que deux escorteurs ». (Le SABRE avait signalé au COQUELICOT de rester sur les lieux).

J’ai mis mon youyou à l’eau pour achever le mouvement du personnel.

3h20 – Au moment où je stoppe pour reprendre le youyou et les naufragés du MARIA, un torpilleur qui vient d’arriver sur les lieux (le FLAMBERGE), Et qui se trouve à environ 500 m sur mon avant, tire un coup de canon avec sa pièce AV. La veille me signale en même temps un point noir à tribord devant puis, presque au même instant, un sillage de torpille.

Une torpille, en effet, se dirige sur la COURAGEUSE et elle passe sous le bateau, juste à l’aplomb de la passerelle, avec une inclinaison d’environ 30°. Le sillage est très phosphorescent. Je mets aussitôt la barre à droite toute et la machine en avant à toute vitesse. Le sous-marin a plongé. La FLAMBERGE marche sur le point où son capot a disparu et lance deux grenades de part et d’autre de ce point, sur l’avant du sillage très visible du sous-marin. Pendant ce temps, je suis le sillage de la torpille également très net et je commence à grenader une centaine de mètres avant le sillage de la FLAMBERGE, puis jusqu’à environ 600 à 700 m après ce sillage.

Le sous-marin a donc été grenadé en croix par COURAGEUSE et FLAMBERGE. Pour moi, après avoir franchi le sillage de la FLAMBERGE, j’ai infléchi légèrement ma route à droite, le sillage du sous-marin ayant la même inflexion en ce point, à l’endroit où il se terminait.

J’ai lancé en tout 10 grenades qui explosèrent parfaitement, en commençant environ 2 ou 3 minutes après le moment où la torpille est passée sous la COURAGEUSE.

Vers le milieu du grenadage, à la quatrième grenade suivant l’impression de presque tous, s’est produite une explosion d’une extrême violence, très différente de celle des autres grenades. Au lieu de former une simple intumescence de l’eau, elle a donné lieu à une colonne d’eau évaluée, par tous, à 20 m de hauteur environ, et absolument noire (noire comme la peinture de votre cheminée, m’a dit un officier anglais rescapé qui, au milieu des autres Anglais qui applaudissaient, avait jugé comme eux que le sous-marin était certainement détruit).

Mon officier en second, l’Enseigne de Vaisseau de la FOREST-DIVONNE, témoin plus calme, a jugé de la même façon la hauteur de cette colonne d’eau et sa couleur.

D’autre part, la violence de l’explosion s’était traduite par un choc énorme à bord qui me fit craindre des avaries à la coque. Il n’en était rien, heureusement, mais le choc avait cassé des lampes, jusque sur la passerelle. Sur la passerelle également, une tringle de cuivre, près de la barre, d’un diamètre de 8 millimètres avait été cassée, et l’axiomètre de la barre était démoli. La plupart des tableaux placés sur les murs de mon bureau avaient été décrochés et leurs vitres cassées, des abats jour de lampes électriques s’étaient décapelés, une porte d’appartement enlevée de ses gonds gisait sur le parquet, toute la vaisselle était sortie de ses emplacements, la table du carré était enlevée des ses encastrements, faits qui ne s’étaient jamais produits au cours des grenadages déjà effectués par la COURAGEUSE.

Sans avoir une opinion aussi ferme que la plupart sur l’heureux résultat de ce lancement des grenades, j’estimai cependant qu’étant données les conditions particulièrement favorables dans lesquelles le grenadage avait été effectué, il y avait de grandes chances pour que le sous-marin fût atteint.

3h30 – Je diminuai de vitesse pour reprendre mon youyou et les naufragés du MARIA.

Je me trouvai avoir ainsi à bord 44 naufragés du REVENTAZON et 24 du MARIA (sur 32 que comportait l’équipage), dont 5 blessés graves (côtes enfoncées, cuisses cassées, bras et épaules cassées). Pendant que mon infirmier, avec beaucoup de dévouement, s’appliquait à les soigner, tous à bord se mettaient en devoir très généreusement d’habiller ces malheureux.

4 h – Ayant encore patrouillé un moment, et voyant sur les lieux 2 torpilleurs de Salonique et 4 chalutiers, je mets en route sur Salonique et je signale au BRUIX à 6h40 : « Arriverai 8h30 avec 44 survivants REVENTAZON, 24 MARIA, dont blessés graves ».

9h30 – La COURAGEUSE s’amarrait au quai italien de Salonique pour débarquer les équipages recueillis. L’un des blessés mourut à bord, avant d’avoir été débarqué. Les autres furent pris par des voitures d’ambulances, avec les soins que nécessitait leur état.

Le soir, j’appris que la FLAMBERGE avait trouvé, sur les lieux du grenadage, vers 6h30 du matin, une vaste nappe très épaisse de mazout, que le Commandant p.i. de ce torpilleur évalue à 1000 m de long sur 3 ou 400 m de large (chiffres qu’il m’a autorisé à donner dans mon rapport) au milieu de laquelle se reconnaissaient les débris produits par les explosions des grenades. Je pense qu’on peut en conclure que le sous-marin a été gravement atteint. Pour ma part, je pencherais plutôt pour l’hypothèse – naturellement plus conforme à mes désirs – qu’il a été coulé, étant donné que la nappe de mazout se trouvait à l’emplacement même où le sous-marin fut grenadé, c’est-à-dire dans le Nord des lieux où les cargos avaient été torpillés, et ne s’était formée que plusieurs heures après l’explosion des grenades.

Je crois devoir signaler comme renseignement intéressant, que j’ai appris par le Commandant de la FLAMBERGE que, pour me torpiller, le sous-marins, qui était en surface, était venu se placer l’arrière vers moi pour lancer par tube arrière, et plongea ensuite rapidement en s’éloignant de moi.

Je tiens, Commandant, en terminant, à vous dire combien j’ai été fier au cours de ces opérations, tant pour le sauvetage des naufragés qu’au moment où le sous-marin nous a torpillé, et pendant le grenadage de l’ennemi, de l’attitude de mon bel équipage, calme, silencieux, exécutant tous les mouvements avec ordre et sang-froid, sous la direction de l’officier en second, et qui m’a donné constamment, dans ces circonstances, la preuve que je pouvais, aux heures difficiles, placer dans mes hommes une confiance illimitée.

Signé : COSME

(Source : Livre d'Or de la Marine - guerre 14/18)

Cordialement
Gilbert
Excès de peur enhardit.

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par GENEAMAR » ven. févr. 19, 2010 8:34 am

Bonjour à tous,...

CEILLIER Marie Raymond

Né le 9 juin 1884 à PARIS (Seine) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1900, Aspirant le 5 octobre 1903; port TOULON. Au 1er janvier 1904, sur le cuirassé "SAINT-LOUIS", Escadre de Méditerranée (Cdt Jules NÉNY). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1905. Au 1er janvier 1906, sur la canonnière "DÉCIDÉE", Escadre d'Extrême-Orient (Cdt Armand Le BLANC). Au 1er janvier 1909, Second sur l'aviso "JEANNE-BLANCHE", Stationnaire à CONSTANTINOPLE (Cdt Georges GOISSET). Au 1er janvier 1911, port TOULON. Le 7 avril 1911, Second du sous-marins "ARGONAUTE", Station des sous-marins de TOULON (Cdt Jean BROQUET). Lieutenant de vaisseau le 7 janvier 1913. Au 1er janvier 1914, sur le croiseur cuirassé "DUPLEIX", Division navale de l'Extrême-Orient (Cdt Marie DAVELUY). En 1915, affecté à la Brigade des Fusiliers Marins, il est cité en août à l'ordre de l'Armée navale. " Directeur du service de la plage de Seddul-Bahr. Au milieu des difficultés incessantes et sous le feu des batteries ennemies, cet officier, par sa tenacité et son esprit de méthode, a pu assurer le service de débarquement en même temps que sa belle tenue il a su maintenir dans tout son personnel le calme et le sang-froid en toute occasion.". Chevalier de la Légion d'Honneur, Croix de Guerre. D'octobre 1916 à mai 1918, Commandant la canonnière "COURAGEUSE", Division des patrouilles de Méditerranée orientale.
:jap:
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par GENEAMAR » ven. févr. 19, 2010 9:10 am

Bonjour à tous...,

COSME Ernest Jean François Robert

Né le 27 mai 1883 à AGEN (Lot-et-Garonne) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1901, Aspirant le 5 octobre 1904; port ROCHEFORT. Au 1er janvier 1906, sur le croiseur "GUICHEN", Escadre d'Extrême-Orient (Cdt Antoine TRACOU). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1906. Chevalier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1908, sur le croiseur "GALILÉE", Escadre de Méditerranée (Cdt Marcel TIRARD). Au 1er janvier 1909, Officier en instruction à l'École des Officiers torpilleurs. Officier breveté Torpilleur. Le 4 mai 1910, Second du sous-marin "PRAIRIAL", Station des sous-marins de CHERBOURG (Cdt Marie LATRON). Au 1er janvier 1912, sur le croiseur cuirassé "WALDECK-ROUSSEAU", 1ère Division légère, 1ère Escadre (Cdt Henri De MARTEL). Même affectation au 1er janvier 1914, 1ère Escadre légère, 1ère Armée navale (Cdt Louis CAUBET). Lieutenant de vaisseau le 30 décembre 1914; port ROCHEFORT. Chevalier de la Légion d'Honneur. En mai 1918, Commandant la canonnière "COURAGEUSE", en Mer Égée, puis en Mer Ionienne. Idem en mai 1919. --- Officier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1921, sur le croiseur cuirassé "EDGAR-QUINET", Aide de camp auprès du Contre-Amiral Charles DUMESNIL, Commandant la 1ère Division légère, Escadre de Méditerranée. Inscrit au tableau d'avancement.
[:geneamar:8]
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
Gastolli
Messages : 264
Inscription : lun. juin 29, 2009 2:00 am

Re: COURAGEUSE - Canonnière.

Message par Gastolli » ven. févr. 19, 2010 9:10 pm

Bonjour à tous,
bonjour Gilbert,
Ci-dessous les rapports du LV COSME, commandant LA COURAGEUSE, sur les faits de guerre de cette canonnière.
...
31 décembre 1916 – Dragage devant Milo, 1 mine est détruite.
Pendant le dragage, la VENUS saute sur une mine à côté de la COURAGEUSE. La COURAGEUSE sauve 9 hommes.
...
Looking the "journaux de bord du 21/10/1916 au 06/05/1919" (SS Y 129), you can find this incident on page 56, the COURAGEUSE reporting "reculli 20 hommes sur 35" - if I can read it correctly.

So there is an discrepancy in her own reports :???:

Oliver

Répondre

Revenir à « MARINE »