JEANNE BLANCHE - Patrouilleur

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: JEANNE BLANCHE - Patrouilleur

Message par Memgam » sam. juin 13, 2015 4:38 pm

Bonjour,

Merci à mugur pour cette information inédite.

Voici la photo présentée par feu Ar Brav en tête de sujet et extraite du livre de Jean Labayle-Couhat, French warships of world war I, Ian Allan, 1974, page 229.

Cordialement.

Image
Memgam

Rutilius
Messages : 13100
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

JEANNE-BLANCHE — Yacht — État français.

Message par Rutilius » sam. juin 13, 2015 5:45 pm

Bonjour à tous,

Jeanne-Blanche — Yacht — État français.

Le yacht de l’État Jeanne-Blanche fut administrativement considéré comme bâtiment armé en guerre du 2 août 1914 au 24 octobre 1919 [Circulaire du 25 avril 1922 établissant la Liste des bâtiments et formations ayant acquis, du 3 août 1914 au 24 octobre 1919, le bénéfice du double en sus de la durée du service effectif (Loi du 16 avril 1920, art. 10, 12, 13.), §. A. Bâtiments de guerre et de commerce. : Bull. off. Marine 1922, n° 14, p. 720 et 749.].

Il fut ensuite considéré comme bâtiment armé militairement du 24 octobre au 27 novembre 1919 (Arrêté du 13 juillet 1923 donnant Liste des bâtiments et formations ayant acquis des bénéfices de campagne 24 octobre 1919 au 1er janvier 1923 : Bull. off. Marine 1923, n° 23, p. 78 et 81).

Rayé de la Liste des bâtiments de la flotte le 1er octobre 1920 (Bull. off. Marine 1920, p. 367), il fut mis en vente le 23 décembre 1920 par le Bureau des Domaines de Toulon selon la procédure d’adjudication publique sur soumissions cachetées (J.O. 8 déc. 1920, p. 20.150).

Image
Dernière modification par Rutilius le dim. mars 24, 2019 6:55 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13100
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

JEANNE-BLANCHE — Yacht — État français.

Message par Rutilius » sam. juin 13, 2015 7:41 pm

[Message supprimé]
Dernière modification par Rutilius le sam. avr. 27, 2019 2:49 pm, modifié 6 fois.

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: JEANNE BLANCHE - Patrouilleur

Message par Memgam » sam. juin 13, 2015 7:48 pm

Bonjour,

Dans le registre 1930 du Bureau Veritas :

Roberto Ivens, ex Saint Hélier, ex Drief, ex yacht Jeanne Blanche, indicatif HRVI, est sous pavillon portugais, immatriculé à Porto; armateur Carlos Fernandez Guerra Gomes.
Sa machine à triple expansion est d'origine, sa chaudière Delaunay Belleville, Saint-Denis 1913, provient du cuirassé Iéna.

Source : Registre n° 274, Bureau Veritas 1930.

Cordialement.
Memgam

Rutilius
Messages : 13100
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: JEANNE BLANCHE - Patrouilleur

Message par Rutilius » sam. juin 13, 2015 8:31 pm


Bonsoir à tous,


Image

• in Association pour l’histoire de la construction navale à La Seyne-sur-Mer : « Sillages 1. – Les Pionniers », Marc Ferrier, coordinateur, 1994, 180 p.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

mugur
Messages : 6
Inscription : ven. juin 12, 2015 2:00 am

Re: JEANNE BLANCHE - Patrouilleur

Message par mugur » dim. juin 14, 2015 11:29 am

"Jeanne Blanche" had no guns on april 16,1918. She was loaded with precious goods that belonged to the french embassy in Constantinople (for example wine: Bordeaux 1812, Xerex 1876, expensive clothes, golden tableware, paintings...)
A small amount was sold by the french crew to cover personal expenses (wine, clothes etc). The entire crew was evacuated to France via Russia.
A few people involved in saving vessel:
Georges Debost (member of "Jeanne Blanche" crew)
marquis Hubert de Belloy de Saint-Liénard

Debost Pierre
Messages : 3
Inscription : sam. mars 23, 2019 6:35 pm

Re: JEANNE BLANCHE - Patrouilleur

Message par Debost Pierre » dim. mars 24, 2019 11:30 am

Hello, ma father is the son of Georges Debost, the one you said who belong to the crew in charge of selling goods from the yacht. My father is interesting in having more informations about that part of his father's life. According to him, his father had come back to France in august 1918. Do you know if it was by a train trought Swisterland and Germany (with gards who survey them) or with the rest of the regiment who needed 2 month trought Russia in march 1919 ?
Thanks for your knowledges on his father (my grandfather...)
Robin (Son of Pierre Debost)

Rutilius
Messages : 13100
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

JEANNE-BLANCHE — Yacht — État français.

Message par Rutilius » mar. mars 26, 2019 5:06 pm

Bonjour Robin,
Bonjour à tous,

DEBOST Georges Albert Victor


Né le 1er août 1888 à Paris (XIe Arr.) et décédé le 7 septembre 1959 à Palaiseau (Seine-et-Oise — aujourd’hui Essonne).

Fils naturel de Madeleine COSIL, née vers 1865, couturière (Registre des actes de naissance du XIe arrondissement de Paris, Année 1888, f° 80, acte n° 3.477). Reconnu le 9 août 1893 par son père (Registre des actes de naissance du XVIIIe arrondissement de Paris, Année 1893, f° 100, acte n° 3.802), Eugène Georges DEBOST, né le 9 août 1858 à Paris (...e Arr.) et décédé le 13 août 1911 à Paris (Xe Arr.) (Registre des actes de décès du Xe arrondissement de Paris, Année 1911, f° 52, acte n° 3.704), comptable.

Époux ultérieur de Julie PAGE, née le 2 janvier 1875 à Paris (XVIIIe Arr.), employée de commerce, avec laquelle il avait contracté mariage à Paris (XVIIIe Arr.), le 23 avril 1898 (Registre des actes de naissance du XVIIIe arrondissement de Paris, Année 1875, f° 9, acte n° 48 ~ Registre des actes de mariage du XVIIIe arrondissement de Paris, Année 1898, f° 40, acte n° 679).

• Époux en premières noces de Marie Germaine Louise Victorine NATIVELLE, née le ... à ... (...), avec laquelle il avait contracté mariage à Saint-Jean-le-Thomas (Manche), le 17 octobre 1919.

Époux en secondes noces de Germaine Jeanne Louise VOLLEREAUX, née le 24 février 1903 à Saint-Denis (Seine — aujourd’hui Seine-Saint-Denis), avec laquelle il avait contracté mariage à Saint-Ouen (– d° –), le 10 décembre 1935.

Signalement : Cheveux bruns. Sourcils bruns. Yeux marron. Front ordinaire. Nez moyen. Menton rond. Visage ovale. Taille : 1,69 m. Degré d’instruction générale : 3 (Sait lire, écrire et compter).

A la déclaration de guerre, était domicilié à Paris, au 8, rue Voltaire (Xe Arr.).

Parcours militaire

Classe 1908, n° 2.784 au recrutement de la Seine, 6e Bureau. Inscrit sous le n° 964 de la liste de recrutement du XVIIIe arrondissement de Paris.

Engagé volontaire pour 5 ans le 20 février 1907 à la mairie de Cherbourg (Manche) au titre du 1er Dépôt des équipages de la flotte, à Cherbourg. Arrivé au corps et apprenti marin torpilleur le même jour, matricule n° 25.471 – 1. Nommé matelot de 2e classe torpilleur breveté le 15 octobre 1907. Promu quartier-maître torpilleur le 28 juin 1910 à compter du 1er juillet suivant. Au terme de son engagement, renvoyé dans ses foyers et placé dans la réserve de l’armée de mer le 15 mars 1912. Certificat de bonne conduite accordé.

Rappelé à l’activité par l’effet du décret du 1er août 1914 prescrivant la mobilisation des armées de terre et de mer (J.O. 2 août 1914, p. 7.054) ; arrivé le 3 août 1914 au 1er Dépôt des équipages de la flotte. Affecté à la Brigade des fusiliers marins en qualité de second maître torpilleur à titre temporaire.

En 1917, était affecté à la Mission navale française auprès de la Marine roumaine, instance constituée en Juillet 1916 et placée sous le commandement le capitaine de frégate Jean Ludovic Marie de BELLOY de SAINT-LIÉNARD (*).

Par décision ministérielle du 27 juin 1917 (J.O. 29 juin 1917, p. 4.965), promu d’office au grade de second maître électricien à titre définitif pour « services exceptionnels rendus à la Mission navale française en Roumanie ». Alors second maître électricien à titre temporaire.

Inscrit au quartier maritime de Cherbourg le 2 janvier 1919 sous le n° 3.773 — et ce à compter du 8 décembre 1918.

Rayé des contrôles de l’activité le 8 avril 1924 ayant été admis à la retraite par ancienneté de service.

Rayé de l’Inscription maritime le 30 octobre 1927.

Libéré de ses obligations militaires le 20 février 1936.

Distinction honorifique

□ Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 12 décembre 1914 (J.O. 13 déc. 1914, p. 9.143 et 9.145), inscrit au tableau spécial de la médaille militaire à compter du 4 décembre 1914, au titre de la Brigade des fusiliers marins, pour « avoir constamment fait preuve d’un grand courage et d’une endurance physique et morale remarquable ».

____________________________________________________________________________________________

(*) La Mission navale française auprès de la Marine roumaine fut dissoute en Mars 1918, après la signature, le 3 mars, du Traité de Brest-Litovsk, puis, le 5 mars, du Traité préliminaire de Buftea entre la Roumanie et les Puissances centrales. Son personnel fut rapatrié en France via Mourmansk ; il arriva à Paris le 11 avril 1918.

— Auguste THOMAZI, Capitaine de vaisseau de réserve : « La marine française dans la Grande Guerre. Les marins à terre », éd. Payot, Paris, Collection de mémoires, études et documents pour servir à l’histoire de la guerre mondiale, 1933, 234 p., 12 croquis. — Spécialement p. 219.

La Mission fut citée à l’ordre de l’armée dans les termes suivants (J.O. 27 sept. 1917, p. 7.635) :

J.O. 27-IX-1917  -  .jpg
J.O. 27-IX-1917 - .jpg (55.76 Kio) Consulté 198 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Debost Pierre
Messages : 3
Inscription : sam. mars 23, 2019 6:35 pm

Re: JEANNE BLANCHE - Patrouilleur

Message par Debost Pierre » mer. mars 27, 2019 6:28 pm

Je suis Pierre le pere de Robin , ayant pris connaissance de la biographie de mon pere , je te remerçie de tes recherches encore stupefait des details apportes que je connaissait en partie .
Par contre , un point qui reste obscur est son rapatriement en France . Il n'est pas rentre avec le gros de la mission a travers la Russie car son livret militaire indique un depart le 28/06/1918 et son arrivee le 06/07/1918
Nous avions 50 ans d'ecart et quand ils sont jeunes les enfants ne sont guere curieux du parcours de leurs aines
Pourtant il me semble l'avoir evoquer une traversee en chemin de fer de l'Allemagne puis de la Suisse en wagon
plombe par crainte du typhus ( sentinelles aux portieres donc prisonnier ? )
Je te serai reconnaissant si tu pouvais m'eclairer sur ce periple
Cordialement a toi . Pierre

Rutilius
Messages : 13100
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

JEANNE-BLANCHE — Yacht — État français.

Message par Rutilius » sam. mars 30, 2019 8:13 am

Bonjour Pierre,

En dehors de l’ouvrage d’Auguste THOMAZI : « La marine française dans la Grande Guerre. Les marins à terre », je ne connais aucune autre source écrite ayant relaté, ne serait-ce que partiellement, la courte histoire de la Mission navale française auprès de la Marine roumaine. Et, pour l’heure, aucun document d’archives s’y rapportant n’est directement accessible en ligne sur le site « Mémoire des hommes », du Ministère des Armées.

—> http://www.memoiredeshommes.sga.defense ... .php?fam=3

De sorte que je ne puis, malheureusement, vous éclairer sur les circonstances dans lesquelles s’est opéré le retour en France de Georges DEBOST. Et, diable ! ce n’est pas faute d’avoir à nouveau cherché !

Seule certitude : il ne fut à aucun moment embarqué sur le yacht Jeanne-Blanche. Assurait en effet la garde de ce bâtiment, réfugié en Roumanie pour échapper aux mains des bolcheviks, le second maître fourrier Alphonse Marie MONOD, inscrit le 2 avril 1902 au quartier de Brest sous le n° 5.874, qui avait auparavant servi en Russie. Par arrêté du Ministre de la Marine en date du 7 novembre 1920 (J.O. 9 nov. 1920, p. 17.939 et 17.950), il fut inscrit au tableau spécial de la Médaille militaire dans les termes suivants :

MONOD Alphonse Marie — M.M. —  .jpg
MONOD Alphonse Marie — M.M. — .jpg (29.36 Kio) Consulté 155 fois
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »