FRIPONNE - Dragueur

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Ar Brav » dim. août 17, 2008 9:43 am

Bonjour Michel,

Voila je viens de trouver dans « les navires de guerre français de 1850 à nos jours »

Merci pour ces précisions (les 2 clichés du dessus proviennent de cet ouvrage de Francis Dousset).

Concernant le reste, vous pouvez tapez "Canonnières" dans le moteur de recherche (case en haut à droite + loupe), il y a plusieurs fils qui traitent du sujet susceptibles de vous intéresser, autant sur les canonnières affectées sur le front Ouest classées par batteries, que sur les canonnières d'Extrême-Orient.

Bon dimanche,
Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Ar Brav » ven. août 29, 2008 7:34 pm

Bonjour à tous,

Une autre vue de la Friponne :

Image

Sources :
French Warships of World War I, de Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

dbu55
Messages : 1233
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par dbu55 » jeu. déc. 25, 2008 6:19 pm

Bonjour à tous,

un autre marin de la FRIPONNE :

CONAN Victor Ange Marie né le 02/10/1894 à Auray (Morbihan), Quartier Maître Mécanicien - Décédé le 12/09/1918 (23 Ans) à Sidi-Abdallah (Hôpital Maritime) - Maladie - Pneumonie Grippale

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par GENEAMAR » lun. janv. 19, 2009 7:58 am

Bonjour à tous...

De MONTS de SAVASSE Marie Joseph Bertrand

Né le 1er mars 1877 à BALBINS (Isère) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1895, Aspirant le 5 octobre 1898; port BREST. Au 1er janvier 1899, sur le transport "DURANCE", Station locale du SÉNÉGAL (voir Paul GERVAISE, Cdt). Au 1er janvier 1900, sur le croiseur "PROTET", Division navale du Pacifique oriental (Cdt Paul GERMINET). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1900. Aux 1er janvier 1901,1902, 1903, port BREST. Le 1er janvier 1904, sur le contre-torpilleur "HALLEBARDE", Défense mobile de TOULON (Cdt Joseph DESCHAMP). Au 1er janvier 1906, en service à l'École des Mécaniciens torpilleurs. Au 1er janvier 1908 (affectation du 27 octobre 1906), sur l'aviso-torpilleur "BOMBE", 1ère Flottille de torpilleurs de la Manche (Cdt Maurice MERCIER de LOSTENDE). Au 1er janvier 1909, Officier en instruction à l'École des Fusiliers Marins de LORIENT. Officier breveté Fusilier. Lieutenant de vaisseau le 21 janvier 1909. Au 1er janvier 1911, Capitaine de la 3ème compagnie à l'École des Fusiliers Marins à LORIENT. Au 1er janvier 1912, sur le cuirassé "VERGNIAUD", 1ère Escadre (Cdt Laurent DROUET). Chevalier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1914, Capitaine de la 3ème compagnie d'Apprentis Fusiliers Marins sur le transport "CALÉDONIEN". En décembre 1914, affecté au 1er Régiment de Fusiliers Marins, Commandant la 10ème compagnie, il est blessé au combat et est cité à l'ordre de l'Armée navale : " Officier énergique et prudent. Blessé dans les tranchées.". De septembre 1916 à octobre 1917, Commandant la canonnière "FRIPONNE". Au 1er janvier 1918, port ROCHEFORT, inscrit au tableau d'avancement.

Image
[:geneamar:8]
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par GENEAMAR » lun. janv. 19, 2009 7:59 am

Bonjour à tous...

JOURNÉ Jules Ollivier

Né le 18 février 1882 à PARIS (Seine) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1899, Aspirant le 5 octobre 1902; port CHERBOURG. En 1903, à bord du croiseur "TAGE", Division navale de l'Atlantique. (Cdt Edouard AMELOT). Au 1er janvier 1904, sur le croiseur cuirassé "DUPLEIX", Division navale de l'Atlantique (Cdt Edourd AMELOT). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1904. Aux 1er janvier 1905, 1906, sur le contre torpilleur "DURANDAL", 2ème Flottille de torpilleurs de la Manche (Cdt du 1er mars 1905, Eugène BARTHES). Aux 1er janvier 1908, 1909, sur le croiseur "FORBIN", Escadre du Nord (Cdts Louis ANDRÉ-FOUËT puis Paul BERNARD). Au 1er janvier 1911 (nomination du 20 novembre 1909), Second du sous-marin "FRUCTIDOR", Station des sous-marins de BREST (Cdt Louis SIBAUD). Au 1er janvier 1912, sur le "TOURVILLE", École de canonnage (Cdt Jean ALLEMAND). Lieutenant de vaisseau le 7 octobre 1912. Au 1er janvier 1914, Second sur le torpilleur "GLAIVE", 2ème Escadrille, 2ème Escadre légère (Cdt Pierre COURTOUX). Au 1er janvier 1917, port CHERBOURG. En novembre 1917, Commandant la canonnière "FRIPONNE". Idem en janvier 1920. Au 1er janvier 1921, port TOULON.
[:geneamar:8]
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
Hoel2956
Messages : 51
Inscription : jeu. août 14, 2008 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Hoel2956 » sam. févr. 28, 2009 7:29 pm

Merci à tous pour les compléments

Rutilius
Messages : 13478
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Rutilius » ven. févr. 10, 2012 10:17 pm


Bonsoir à tous,


■ Historique (complément).


— 27 septembre 1916 : Recueille dans le Nord des Baléares, par 41° N. et 3° E., 16 hommes de l’équipage du cargo charbonnier britannique Roddam – dont le troisième officier French –, qui avaient pris place dans deux embarcations criblées de trous d’obus et faisant eau de toutes parts ; les débarque à Marseille.

Roddam – Cargo charbonnier de 3.218 t (100,9 x 14,5 x -- m ; machine à triple expansion ; 10 nœuds) construit en 1912 (Yard n° 181) par la société Tyne Iron Shipbuilding Co. Ltd., de Newcastle-Upon-Tyne (Royaume-Uni) pour le compte de la société d’armement Red "R" Steamship Co. Ltd. (Stephens, Sutton & Stephens), également établie à Newcastle-Upon-Tyne.

The Wreck Site —> http://www.wrecksite.eu/wreck.aspx?163077

uboat. net —> http://uboat.net/wwi/ships_hit/5170.html

Coulé au canon le 26 septembre 1916 à 16 h 30 par le sous-marin allemand U-35 (Kapitänleutnant Lothar von Arnauld de la Perière) dans l’E. S.-E. de Barcelone, par 41° 10’ N. et 3° 40’ E. (Interrogatoire réglementaire de l’état-major et de l’équipage : V. ci-après), alors qu’il allait sur ballast de Savone à Barry Dock (Cardiff, Royaume-Uni). Équipage composé de 28 hommes, soit 15 britanniques – dont deux Royal Marines embarqués comme canonniers –, 4 grecs, 3 espagnols, 2 néerlandais, un danois, un norvégien, un portugais et un suédois.


● Canonnière Friponne, Registre historique de la correspondance intéressant le personnel et le matériel du bâtiment – Note n° 4 du lieutenant de vaisseau Marie Joseph Bertrand de Monts de Savasse, commandant le bâtiment : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 240, p. num. 770, 772 et 773.


« n° 8. – [Rapport de mer non daté]


Compte rendu de la croisière du 24 septembre au 1er octobre [1916].

.............................................................................................................................................

27 septembre 1916.

6 h 00. – Plusieurs chalutiers en vue.

7 h 20. – La Bouffonne rallie. Je lui prescris de patrouiller la route entre les parallèles 41° et 42° 20’, la Friponne dans l’Est, la Bouffonne dans l’Ouest de la route.

10 h 00. – Plusieurs chalutiers en vue.

10 h 20. – Alerte. Mis aux postes de combat. On aperçoit à 1.500 mètres environ deux objets suspects très voisins l’un de l’autre. Mis le cap dessus à toute vitesse. En approchant, on reconnaît deux embarcations.
Recueilli 16 hommes du charbonnier anglais Roddam. Il fait mauvais. J’ai l’ordre de patrouiller dans la direction de Marseille. Je me décide à y transporter les naufragés que je n’aurais pu sans danger transborder sur un autre bâtiment et que je ne pouvais pas non plus conserver à bord pour de multiples raisons.

13 h 20. – Je signale à bras à la Bouffonne
: " Nous venons de recueillir 16 hommes du Roddam. Le vapeur a été coulé.".

16 h 30. – Friponne à Athmah, Bacchante et Hussard, n° 75-4 st : " Friponne a recueilli aujourd’hui 13 heures, par L. = 41° ~ G. = 3°, 16 hommes vapeur anglais Roddam coulé par canon hier 17 h par L. = 41° 10’ ~ G. = 3° 40’. Sous-marin autrichien gris-vert petite dimension, deux canons. Capitaine vapeur prisonnier. Une embarcation avec reste naufragés onze hommes pas retrouvée. Je ramène équipage Marseille. Bouffonne continue recherches." [...] »


● Canonnière Friponne, Registre historique de la correspondance intéressant le personnel et le matériel du bâtiment : Service historique de la Défense, S.G.A. « Mémoire des hommes », Cote SS Y 240, p. num. 851 à 853.



Image
Image

.......................................................................................................................................

Image
Image

.......................................................................................................................................


Image

________________________

Bien amicalement à vous,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Hoel2956
Messages : 51
Inscription : jeu. août 14, 2008 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Hoel2956 » sam. févr. 11, 2012 1:24 pm

effectivement voici le détail de cet évènement :

Croisière du 24 Septembre au 1er Octobre 1916 :
Chasse au Sous-marin et sauvetage
Le 23 a 17 h le lieutenant de vaisseau commandant la friponne reçoit un télégramme de l’Amiral Atmah, lui ordonnant d’appareiller pour patrouiller au Sud des Baléares où un sous marin a été signalé le 22 à 17h, la Bacchante et la Catapulte l’y rejoindrons.
La Catapulte donne l’ordre à la Friponne qu’une fois la Bouffonne rejointe, de patrouiller jusqu’au point M puis de remonter sur la route des Baléares, si alors ils reçoivent des informations faisant penser que le sous-marin se trouve au Nord alors elle pourra continuer les recherches dans le Nord. Sinon elle redescendra vers Alger.
Les mouvements d’entrée et de sortie de Bizerte étant interdit de nuit, la Friponne appareille le lendemain à 6h de Séti Mérien, pour faire route vers l’Ouest, après avoir croisé au large de Bizerte 2 Torpilleurs numérotés.
Le 25 à 8h20, la Bouffonne ralliée celle-ci patrouillera à quelques milles en arrière de la Friponne jusqu'à 5 milles du point M. A 15 h elles font route vers les Baléares à une vitesse de 12 nœuds.
Le 26 à 10 h situé à Fragonere, elles continuent leurs recherches en direction du cap St Sebastien. A 11h30 elles reçoivent de la catapulte l’ordre de patrouiller dans la région du nord du parallèle 40 et de se mettre sous les ordres du Commandant Hussard.
A 16h10 la Friponne croise le Transylvania un transporteur de troupes anglais escorté d’un torpilleur anglais. A 16h45 elle croise un deuxième transporteur anglais avec un sloop. A 18h45 au point M, ralliement de la Bouffonne, de Monts ordonne a celle-ci par signaux à bras : « Faites route parallèle et à 2 milles Est route recommandée - Rendez-vous demain matin 10 h à 10 milles Ouest Dragonnera ». A 19 h la Friponne remonte ensuite vers le Nord en se tenant à 2 milles dans l’Ouest de la route.
Le 26 à 9h28 la Friponne dépasse un chalutier armé supposé être le Vautour. À 9h30 la Bouffonne la rallie. La Friponne lui indique que le sous-marin a été vu à 20 milles du cap St Sébastien. Elles continueront donc les recherches vers le Nord et rendez-vous est pris pour le lendemain matin 7h à 5 milles à l’Est du cap St Sébastien. À 9h30 un chalutier supposé être le Vaucluse la croie à contre-bord. À 9h37 la Bouffonne doit stopper pour effectuer une réparation mécanique. À 9h45 la Friponne croise a porté de voix le Verdon et lui demande s’il a de nouveaux renseignements.
Dans la soirée le Bellatrix, la Bouffonne, la Friponne, et le Hussard conviennent du plan de recherches pour le lendemain. (le Bellatrix a 14h40 est à 41°30 0320 E 14 26).
Vers 22h elle croise un chalutier armé et continue sa croisière en remontant vers le cap St Sébastien.

Le 27 les navires et notamment la Friponne patrouilleront entre les parallèles 41 et 42°20 sur la route des transports et en fonction des heures de passage des vapeurs montants. Le 27 à 6h plusieurs chalutiers armés sont en vue, la Bouffonne rallié à 7h20, toutes les deux vont patouiller entre les parallèles 41 et 42°20, la Friponne dans l’Est, sa compagne dans l’Ouest de la route. 10h plusieurs chalutiers armés sont en vue.
12h20 Alerte - Aux postes de combats ! deux objets flottants sont aperçus à1500 mètres environ, très proches l’un de l’autre. La Friponne met le cap dessus à toute vitesse. En s’approchant les marins reconnaissent deux embarcations. À 13h, par L41° G3° Ils recueillent 16 hommes du charbonnier anglais Roddam. Le vapeur anglais a été coulé la veille à 17h par L=41°10’ G=3°40’ (en fait à L’est Sud Est de Barcelone : ESE Barcelona 4053N, 0318E at 5,10pm) par un sous-marin autrichien gris vert de petite dimension, possédant 2 canons, après avoir fait prisonnier le capitaine du navire anglais. Une autre embarcation de 11 hommes n’a pas été retrouvée vers 25 milles au Sud Cap San Sebastian. [Le Roddam le 08 Mai 1902 se trouvait dans la rade de St Pierre lors de l’explosion de la montagne Pelée en Martinique, Le Capitaine Freeman commandant du Roddam, en arrivant à Port-Castrie prononce cette terrible phrase : "Nous venons des portes de l'enfer, vous pouvez télégraphier au monde qu'il n'y a plus une âme vivante à Saint-Pierre."source : http://scubaspot.free.fr/epaves/roraima.html]
Le Roddam a été coulé par le sous-marin allemand U35 commandé par l’as mondial des sous-mariniers le redoutable Kapitän-Leutnant Lothar Von Arnault de la Périère ( il a le plus important palmarès de navires coulés, à ce jour jamais battu !) U 35 aurait coulé 15 vapeurs et trois voiliers, soit 18 navires représentant un tonnage net de 31000 tx pour les vapeurs et 2500 tx pour les voiliers pendant cette deuxième quinzaine de Septembre (source http://pages14-18.mesdiscussions.net/pa ... 2068_1.htm) meme site : RODDAM, armé d’un 47 mm Hotchkiss, échange avec le sous-marin une douzaine d’obus, tous courts.
Atteint à la passerelle par un éclat d’obus qui blesse le second, il stoppe et est évacué. L’embarcation du capitaine est hélée et celui-ci est retenu prisonnier. Liste des navires coulés de l’U 35 : http://www.histomar.net/arnauld/htm/palmares.htm


16h rencontre 2 chalutiers dont l’Aiglon. De 21 h à 23 h la brume devient épaisse, fait route vers Marseille.

Le temps est mauvais, le commandant reçoit l’ordre de patrouiller en direction de Marseille, il décide d’y évacuer les naufragés ne pouvant le faire sur un autre bâtiment sans danger. À 13h20 il communique à la Bouffonne son sauvetage, celle-ci reste dans le secteur pour continuer les recherches du sous-marin et des naufragés.
Le 28 à 6h croise un sloop anglais, 7h05 reçoit l’ordre de déposer ses naufragés puis de patrouiller la route Ouest jusqu’au cap Creus. À 8 h amarrage de l’arrière au quai de la Fraternité à Marseille
A 16 h appareillage de Marseille,le temps est mauvais mais fait route néanmoins vers cap St Sebastien. Durant la nuit la mer se calme et devient clapoteuse au petit jour.
Le 29 à 9h croise la Bouffonne puis à 11h un chalutier, depuis le 28 le cdt ne se sent plus d’aucune utilité dans le Nord des Baléares, un S.O.S lui donne raison à 12h, c’est le Nellore qui appelle à l’aide par 37°47’ 00 02 Est. Sans attendre les ordres la Friponne fait route vers le Sud des Baléares ou un sous-marin à été aperçu au point 38°35 20 09 Est le 28 septembre à 15h (l’ordre lui parvient ½ heure plus tard).
Le 30 la Friponne passe par Dragonnera vers 8h20, puis patrouille en direction du Sud, a 16h le Rigel (qui sera coulé bientôt) leur signale que l’Etat-major a fait savoir qu’il devrait y avoir des sous-marins français dans l’Ouest du Cap Palos.
La Friponne prévoit de patrouiller jusqu’au 2 Octobre au plus tard, devant ravitailler à Toulon pour y prendre des dynamos de rechange et notamment des radeaux. Mais le sous-marin ennemi étant dans le bassin Ouest méditerranéen, il leur est interdit de remonter vers Toulon, seul le ravitaillement à Bizerte leur est autorisé. Elle reçoit l’ordre de patrouiller de Dragonnera au point M jusqu’au 1er Octobre. À aperçoit la Diligente. À 23h40 la Friponne reçoit l’ordre immédiat de rentrer se ravitailler à Oran pendant que les autres navires continuent les recherches.
Le 1er Octobre à 4h11 passage du point M et prend la direction d’Oran, à 8h20 croise la Rapière, amarrage au quai Dugay-Trouin à Oran pour ravitailler en Pétrole, vivres et eau.

Avatar de l’utilisateur
Hoel2956
Messages : 51
Inscription : jeu. août 14, 2008 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Hoel2956 » mer. oct. 16, 2013 9:34 pm

Bonsoir, la liste des marins mort de la grippe ne cesse de s'agrandir, et donc on voit ici que la maladie a sévit plusieurs mois jusqu'en début 1919, puis que mon grand oncle vincent Le Padellec rentre à l'hôpital maritime de st Mandrier le 01/01/19, pour dcd le 05/02 son commandant lui dcdera (de mémoire) 15 jours plus tard.
merci de nous transmettre les autres décès.

bien amicalement à tous ,
michel

NIALA
Messages : 1077
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par NIALA » jeu. oct. 17, 2013 12:22 am

La Friponne constitue un record de longévité puisque elle existait encore récemment ( après 2008 )dans la marine roumaine sont son nom de Locotenent commandor Stilhi Eugen; certes elle a beaucoup changé depuis 1916; mais s'agit d'un cas exceptionnel qui mérite d'être signalé.

Alain
Cordialement

Alain

Répondre

Revenir à « MARINE »