FRIPONNE - Dragueur

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Hoel2956
Messages : 51
Inscription : jeu. août 14, 2008 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Hoel2956 » mer. mars 26, 2014 3:39 pm

Oui il va bientôt fêter ses 100 ans à Contanza, voici des liens étrangers vers des pages qui racontent sa post vie française en roumanie et en URSS, de quoi écrire un opuscule pour son anniversaire pour ce valeureux centenaire navire :
http://www.miscellanea.ro/2008/03/onoare-i-patrie.html
traduction :
"Le navire est la canonnière »Le lieutenant-commandant Eugene Stihi» et a près de 100 ans. Il a été construit en 1916 à Lorient en France comme la Friponne (wag en roumain). Bien que la période entre deux guerres a été dépassé, en quelque sorte réussi à passer à travers deux guerres mondiales, a été "emprunté" par les Russes, a été utilisé aussi cher pour moi en tant que navire-école navire de recherche hydrographique, ces dernières années. Il a été reconstruit à plusieurs reprises, il ne faut pas conserver la superstructure forme originale. C'est comme la hache de Lincoln, si vous avez trouvé le paradoxe. Hull maintient toujours sa forme originale avec poupe arrondie.

À l'âge vénérable qui a Stihi est l'un des plus anciens navires de guerre dans le monde encore fonctionnelle. Ceux de plus qu'elle peut compter sur les doigts. Pour le moment je pense qu'il a renoncé à l'idée de le couper de retour à la ferraille de cette idée est apparue en 2004, et est sur le point de devenir un bateau-musée.

lien photos :
http://romaniaforum.info/board3-marina- ... ihi-eugen/

lien caractéristique et photos :
http://romaniaforum.info/board3-marina- ... /#post2139

traduction :
construite en France dans les 1916-1917 ans, les quatre navires ont été employées dans la flotte française en Méditerranée, où les batailles ont eu lieu avant la fin de la Première Guerre mondiale. Où, depuis Août 1914, sous-marins allemands ont commencé à opérer dans la mer du Nord, des canonnières ont été utilisés comme sous-marins de chasse. En 1920, dans des circonstances que nous présentons ci-dessous, quatre canonnières ont été vendus à la Roumanie.

Utilisation de mines marines et fluviales opérations navales, bien que vieux, s'est répandue insoupçonnée jusqu'à ce que la Première Guerre mondiale. Depuis la période de neutralité (1914-1916), le danger de guerre avec moi était clair et la Roumanie, où de nombreuses mines, la dérive a commencé à faire son apparition sur nos côtes.

Après la Roumanie entra en guerre, les opérations militaires qui se déroulent dans la rivière et la mer, la construction d'une flotte de dragage est devenue une nécessité à être satisfaites qu'après la paix. Le 31 Octobre 1918, le Conseil établi navale programme de dragage intermède, divisant les zones rurales. La Roumanie a assumé la mission de balayage des champs de mines ennemis situés à Constanta, la région de Balchik, sur le Danube, et White Castle, en général, les eaux au large de ses côtes.

Le manque de navires spécialisés et le matériel mis spécifiques dragage operţiunile démarrer vers la fin. En Janvier 1920, la suite du rapport du ministre de la Guerre, le brigadier John Rascanu, le roi Ferdinand, j'ai signé le décret n ° 7740 qui est mis en place, en commençant avec effet rétroactif au 1, que Janvier année, une division de canonnières cher-moi "Grande division dépend, résidents administrative à Constanta, en vue d'organiser le dragage systématique des zones minées roumaine côtes de la mer, contrôler pour rendre la navigation la sécurité des routes et de donner des avis aux navigateurs sur les zones déminées et periculuoase ". Les navires ont été adaptés en fonction de la nouvelle mission en installant l'équipement nécessaire à bord ecipamentelor et le dragage marin. Canonnières ont été à l'origine appelé A, B, C, D.

Première commande d'officiers du personnel de bataille de la canonnière a mis:
Pour l'effort de guerre à l'automne de 1943, a été décoré de l'Ordre "Étoile de la Roumanie" avec le grade de l'agent avec des épées ruban "militaires vertu» drapeaux: "le lieutenant- CDOR. Stihi Eugen "," capitaine Constantin Dumitrescu "," lieutenant. Ghiculescu John "," pour le courage et le sacrifice montré par les commandants, des officiers, capitaines et équipages de ces navires, l'exécution de plus de 120 missions de guerre ("Stihi Eugène»), le dragage, la sécurité et de patrouille AS de la mer Noire dans les eaux couvertes plus de 10.000 Mm m'a infecté, toujours en danger de l'aviation d'attaque, sous-marin et les forces de surface tonnage ianmicului beaucoup plus élevé et une puissance de feu, assurant le transport entrepris. Les sous-marins d'attaque résolue et audacieuse rencontrés lors des missions exécuté, frustrés toutes les tentatives pour attaquer les convois. " Même ordre reçu et la canonnière "Dumitrescu" pour l'exécution de plus de 150 missions de combat plus de 10.000 mm et la canonnière »Ghiculescu" pour plus de 170 missions de combat de plus de 13.000 Mm.

Dragage de la mer par 23 Août, 1944
Après la cessation des actions militaires contre les troupes des Nations Unies à Août 23, 1944, roumaine des forces terrestres, aériennes et maritimes ont été retirés des missions de combat allemands recevant à la nouvelle situation. Entre les missions de la Marine royale roumaine retourné après le 23 Août 1944 et ceux qui étaient de la coopération avec la sécurité des unités navales soviétiques et la superficie des terres de Constanta, Mangalia et Sulina, l'équitation, la sécurité de conduite et les performances des navires soviétiques entrant dans les ports Roumain, Roumain balnéaire de déminage. L'exécution de ces tâches est devenu extrêmement difficile après la saisie soviétique, 1-5 Septembre 1944, la majorité des roumains bastimentelor à Ismail, la situation plus compliquée parce que, après le 9 mai 1945, la Marine Roumaine allé à la tâche principale l'exécution de la mer et le dragage de la rivière, la conduite dangereuse, à long terme, les navires et équipages qui ont besoin appropriées spécialisée, hautement expérimentés. En Juin 1945, les propositions faites par sous-secrétaire d'Etat à la Marine en tant que résultat de l'ordonnance n. 20210 du ministère de la Guerre de déplacer le temps de paix, de la Royal Navy, montrent que le nombre du personnel existant, le 21 Juin 1945 à 566 officiers et 744 sous-officiers et les superviseurs - va se poursuivre, compte tenu de la mission était pour la Royal Navy depuis deux à trois ans après la guerre, à savoir la mer et le dragage du fleuve. «Opération de dragage - rapport d'enregistrement - ne peut fonctionner sans le personnel dévoués et expérimentés (sn). Personal Best est vérifiée au cours de la campagne actuelle. Opération de dragage est obligatoire pour l'Etat et implique de graves problèmes économiques et politiques ". Il était l'un des raisons pour lesquelles la «démocratisation» de la marine a commencé plus tard.

Au printemps 1945, la Roumanie a demandé à la Commission de contrôle alliée - Département de la Marine, Naval Command de communiquer l'intention soviétique sur le glisser-moi barrages placés le long de la côte roumaine, afin de prendre des mesures résultant matériel nécessaire pour l'équipement, la délimitation les zones de dragage et de matériaux de dragage équipement des navires ", si la marine vont coopérer dans ces opérations."

Le 12 Octobre 1945, canonnières "Stihi" et "Ghiculescu" ont été retournés à la Roumanie par le gouvernement soviétique; la canonnière "Dumitrescu" est choisi. Sous le commandement du Soviet canonnière "Stihi" a été nommé "Ahtuba" canonnière "Ghiculescu" a été appelé "Angopa" (selon d'autres sources "Angara"), et la canonnière "Dumitrescu" a été appelé "Aracs".

Le 4 Novembre 1945 une décision ministérielle a été donnée pour le passage des navires retournés à la position de la disponibilité de l'armée, certains ré-entrant dans la composition de la flotte de dragage. "Pour la première fois depuis l'armistice - écrit le journal" New Navy "- est arrivé à Constanta un Roumain navire de guerre avec l'équipage roumain. La canonnière "Stihi" qui fait partie des navires de guerre retournés à la Roumanie et de la Marine Roumaine a enseigné à Octobre 12, 1945, à Galati, le gouvernement soviétique. "

Une période d'efforts soutenus visant à moderniser le matériel de dragage, l'expansion de la flotte des navires dragueurs, de sorte que la restauration d'un état avancé d'usure, et par l'acquisition de nouveaux. Dragage de la mer à cette époque est devenue une question d'intérêt national. Le transport maritime commercial et donc l'économie en souffrira à cause du danger des mines. Navires en partance et de ports qui seront fournis à haute roumaine premières qui provoque la hausse des prix des marchandises et, naturellement, en évitant les ports roumains par des compagnies maritimes.

Au début de 1947, une présidence du Conseil dans le cadre du ministère de la Guerre a repris les discussions sur les besoins d'équipements marins de dragage de la mer, la campagne pour commencer à l'été 1947. Suite à la réunion de Février 7, le Comité consultatif de la Marine a décidé de mettre fin à Avril 10, 1947, pour toutes les réparations nécessaires aux navires nécessaires pour entrer dans la composition de la flotte de dragage, y compris le canonnières "Ghiculescu» et «la nature.

Les premières sorties de la flotte de dragage des eaux maritimes de la mission de Sulina a été le 1 Juillet, 1947. La bande supérieure était la canonnière »Stihi« double facilement le port carte, suivie par "Ghiculescu" et deux bateaux avec du matériel de dragage à bord complet avec une réserve d'artillerie et des munitions pour canons de 20 mm.
Comme avant la guerre, dans les 1947-1948 ans, la canonnière »Stihi" exécuté marches chez les élèves de la mer Noire école navale.

En 1958, la canonnière »Stihi" Bataillon a été retirée des dragues et les navires auxiliaires placés dans le bataillon (ADN) de la Marine et prises pour le chantier naval pour des réparations et mises à niveau. Cette rivière a été transformée en navire, ce qui rend NH-112.

Parce que, dans les années 60, navire école "Mircea" a été retiré du service, le commandement de la Marine (JMC) a résolu le problème de la formation pratique des étudiants au cours de chaque école école d'été bleu marine avec un détachement composé de navires de guerre et auxiliaires, entre qui navire hydrographique. Dans toute pratique campagnes canonnière "Stihi" (NH-112) faisait partie du détachement de navires sous officiers scolaires scolaires (Marine Institute).

Voyages de formation expérience avec les étudiants a montré que le NH-112 aura besoin de quelques ajustements appropriés navire école. Par conséquent, dans les années 60 le chantier naval de Mangalia est entré militaire pour les réparations et le but d'accommodement raisonnable. Sur Août 1, 1970, par aucun ordre. 00896 délivré par M.St.M, le navire école "Mircea", et NH-112 (ex "Capitaine de corvette Eugène Stihi"), Bataillon naval a été formée en vertu école d'officiers de la Marine école "Mircea". Dans cette division, NH-122 avait un rôle actif, utilisé plus efficacement dans la formation pratique des futurs militaires et officiers de la marine commerciale.

Outre les campagnes d'éducation, NH-112 et d'autres tâches diverses exécutées: campagnes exécutées ce navire hydrographique, au cours de laquelle il avait à son bord et des spécialistes de l'Institut roumain de recherche marine (IRCM), l'actuel Institut de recherche marine et le développement "Grigore Antipas "(campagne 1973), utiliser le navire de commandement lors de l'application de la mer navire présidentiel avec la Marine Roumaine Jour, un service de surveillance des plates-formes offshore. Depuis 1994, NH-112 a été adoptée en vertu de la Direction des affaires maritimes hydrographique, où les missions hydrographiques exécutés comme prévu cet appareil

NIALA
Messages : 1061
Inscription : lun. févr. 14, 2011 1:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par NIALA » mer. mars 26, 2014 5:17 pm

Merci pour cette histoire très documentée de la Friponne après 1920.
Cordialement

Alain

Avatar de l’utilisateur
Hoel2956
Messages : 51
Inscription : jeu. août 14, 2008 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Hoel2956 » mer. mars 26, 2014 5:38 pm

de rien, correctif : faut lire port de Constanza (1ère ligne)

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Memgam » sam. mai 10, 2014 9:00 pm

Bonjour,

Source : Cols Bleus n° 1002 du 5 août 1967.

Cordialement.

Image
Memgam

bonobo
Messages : 2
Inscription : dim. juil. 06, 2014 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par bonobo » dim. juil. 06, 2014 11:13 pm

Bonjour,

J'efectue des recherches sur les bateaux en rade de saint Pierre de la Martinique le 8 mai 1902 lors de l'éruption.

l'un des vapeur, le seul a avoir pu échappé a la destruction, fus le RODDAM.

Je fus agréablement surpris de découvrir sur ce site la suite de son histoire et sa fin en 1916 ....

Mais .... parle t'on du même vapeur ???

Il y a une contradiction avec les données dans l'article si dessus ...

Le navire est décrit comme étant le "Roddam" échappé de Saint Pierre avec le comandant Muggah ....

Mais la fiche technique le navire est décrit comme construit en .... 1912 ???

Y a t'il eu deux Roddam ?

MarcImageImageImage

Memgam
Messages : 3682
Inscription : lun. nov. 23, 2009 1:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Memgam » lun. juil. 07, 2014 6:21 pm

Bonjour,

Il y a de la concurrence pour les Roddam.

RODDAM
Steel, Young & Co. ; 1887 ; E. Withy & Co ; 2 378 tons, 289.6 x 38.1 x 27.9 ; 210 n.p.h. ; triple expansion engine.
The british cargo ship Roddam was wrecked on Beroskoil Island on October 3rd, 1905, while on a voyage in ballasr from the Yenisei River to Onega.

N.B. C'est celui-là qui était à Saint-Pierre (photo du pont recouvert de cendres sur le wrecksite.

Source : Charles Hocking, Dictionary of disasters at sea during the age of steam 1824-1962, vol II M to Z, Lloyd's register of shipping 1969.

Cordialement.
Memgam

bonobo
Messages : 2
Inscription : dim. juil. 06, 2014 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par bonobo » mar. juil. 08, 2014 11:25 pm

MERCI Memgam ! C'est plus logique :-)

Hors sujet mais important pour moi, ...

As tu des tuyaux pour retrouver des photos et des infos "officiel" sur des bateaux, voile et vapeur, civils et militaires, de la période 1902 ?

Je recherche tout sur les navires ayant participé aux secours suite à la catastrophe de 1902 a St Pierre en Martinique et ceux coulé dans la rade, ou ayant un lien quelconque avec cet évènement ....
comme le Suchet, Indefatigable, Walkyrie, Cincinnati, Falke, Dixie, Potomac, etc.

Coulé, le TAMAYA (Nantes) Le Roraima .... etc ....

Merci d'avance !

Marc

Avatar de l’utilisateur
Hoel2956
Messages : 51
Inscription : jeu. août 14, 2008 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Hoel2956 » mer. nov. 11, 2015 11:21 am

Bien Vu !!

olivier 12
Messages : 3653
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par olivier 12 » jeu. août 25, 2016 10:52 am

Bonjour à tous,

FRIPONNE


Rencontre avec un sous-marin le 24 Janvier 1918. Rapport du LV JOURNE, Commandant au LV DELAHAY, Adjudant de Division et au CV BRISSON Chef de Division

Le Jeudi 24 à 20h55, en croisière sur le méridien de Cassis suivant les ordres d’ANTARES, l’homme de veille sur la passerelle bâbord a aperçu un sous-marin par deux quarts bâbord à environ 2000 m.
FRIPONNE faisait route au Sud à 10 nœuds et le sous-marin au S40W. Aperçu très nettement à la jumelle car malgré la nuit très claire la vue était gênée par une légère brume. Sous-marin du type U 52-62.
Mis le cap dessus route au S25E à 13,5 nœuds. Fait alerte et appelé aux postes de combat.
A 20h57 tiré un coup de canon avec le 100 mm avant, hausse inférieure, 10° tribord, mais le pointeur ne voit pas le but et le point de chute n’est pas visible. Le sous-marin s’enfonce. 2e coup de canon sans plus de résultat et le sous-marin disparaît. Nous sommes à 800 m de lui à peine. Cessé le feu.

A 21h00, notre avant ayant dépassé le point où le sous-marin a disparu, lancé 2 grenades Guiraud à 25 m et 30 secondes après une grenade artillerie de 75 kg réglée à 40 m. Enfin, lancé une grenade Guiraud 10 secondes plus tard, réglée à 25 m.
3 minutes plus tard, venu toute à gauche cap au N25W.

A 21h07, aperçu le périscope du sous-marin par bâbord à 400 m à peine. Barre toute à gauche, cap au S75W. Lancé à 21h07 une grenade artillerie 45 kg réglée à 20 m et à 21h08, 2 grenades Guiraud. La 1ère a explosé en même temps que la grenade artillerie et la 2e n’a pas explosé. Le sous-marin était remonté à l’emplacement exact où la 1ère grenade artillerie avait été lancée. La caisse de celle-ci flottait en effet à quelques m du périscope quand on l’a vu. Etant donné la précision avec laquelle les 4 premières grenades avaient été lancées, il y a tout lieu d’espérer qu’elles ont porté, ce qui explique la remontée immédiate du sous-marin.

Après la 2e série, il a disparu complètement. Pendant une heure, jusqu’à 22h05, j’ai tourné à toute vitesse autour du point où il avait été vu en dernier lieu, en élargissant le cercle de recherche. Puis je suis remonté au Nord pour me placer car la brume masquait les feux et la terre. A 22h25, j’ai repris la croisière à 12 nœuds sans rien revoir.

Cette attaque s’est présentée dans des conditions excellentes puisque FRIPONNE rattrapait le sous-marin ce qui nous a permis de l’approcher de très près.

On peut suggérer les réflexions suivantes :

1) Notre absence de fumée a facilité l’approche sans être vu.
2) Si notre vitesse avait été plus grande, il eût été possible de l’aborder avant qu’il eût plongé.
3) Un approvisionnement en grenades plus important (50 par exemple) eût permis d’en lancer 4 ou 5 fois plus, alors que j’ai cru devoir conserver 3 Guiraud au cas où le sous-marin réapparaîtrait.
4) L’attaque dans ces conditions ne paraît pas favorable à l’utilisation du canon.

En tous cas, je n’ai qu’à me louer de la rapidité avec laquelle l’équipage a été prêt à son poste, du calme et du sang froid de tous aussi bien dans la machine qu’à la passerelle, à la pièce avant et aux grenades. Je suis persuadé, autant que cela est possible et sans autres preuves, que le sous-marin a souffert des grenades lancées.

Le sous-marin aperçu

N’est pas identifié.
Mais dans ces parages, on ne peut que penser à l’UC 67 du Kptlt Karl NEUMANN qui venait de mouiller ses mines la veille devant Marseille provoquant les pertes de DROME et KERBIHAN, avait tenté de torpiller GENERAL GALLIENI, et qui le 24 Janvier coulera le patrouilleur CORSE devant La Ciotat.
Il n’avait donc pas été endommagé par les grenades de FRIPONNE.

Cdlt
olivier

Avatar de l’utilisateur
Hoel2956
Messages : 51
Inscription : jeu. août 14, 2008 2:00 am

Re: FRIPONNE - Dragueur

Message par Hoel2956 » jeu. août 25, 2016 2:10 pm

intéressant, merci pour cette transmission

Répondre

Revenir à « MARINE »