FRANCE - Cuirassé

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par Ar Brav » dim. févr. 10, 2008 10:13 am

Bonjour à tous,

FRANCE Cuirassé type Jean Bart (1914 – 1922)

Chantier :

Ateliers & Chantiers de la Loire, Saint Nazaire
Commencé : 30.11.1911
Mis à flot : 07.11.1912
Terminé : 1914
En service : 01.08.1914
Retiré : 26.08.1922
Caractéristiques : 23 400 t ; 30 000 cv ; 164,9 x 27 x 9 m ; 20 nds ; 1 150 h.
Armement : XII de 305 + XXII de 138 + 4 TLT.

Observations :

10.10.1914 : fin des essais
10.05.1916 : affecté à la 1ère division de la 1ère escadre
19-21.04.1919 : l’équipage, d’influence communiste et anarchisante, se mutine à Sébastopol, avec celui du Jean Bart, et prend possession du navire qui rallie Bizerte. Les meneurs seront condamnés de 10 à 20 ans de prison
01.07.1919 : affecté à la 2ème division de la 1ère escadre
08.12.1920 : 1ère division de la 1ère escadre
20.07.1921 : 3ème division de la 1ère escadre
26.08.1922 : coule après avoir heurté une roche à Quiberon.

Sources :

Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, Tome II, 1870-2006, LV Jean-Michel Roche, Imp. Rezotel-Maury Millau, 2005
http://www.netmarine.net/dico/index.htm
Les Flottes de Combat en 1917, Commandant de Balincourt, Augustin Challamel, 1917
Les marques particulières des navires de guerre français 1900-1950, Jean Guiglini, SHM, 2002
Répertoire des navires de guerre français, Jacques Vichot, Pierre Boucheix, refondu par Hubert Michéa, AAMM, 2003
French Warships of World War I, Jean Labayle-Couhat, Ian Allan Ltd, 1974
Jane’s Fighting Ships 1914, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1968
Jane’s Fighting Ships 1919, Fred T. Jane, David & Charles Reprints, 1969


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

olivier 12
Messages : 3596
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par olivier 12 » jeu. févr. 14, 2008 9:51 pm

Bonsoir à tous,
J'ai eu l'occasion de rencontrer vers 1970 un ancien officier de marine, alors âgé de plus de 80 ans, qui se trouvait sur le cuirassé France lors de son naufrage le 26 Août 1922.
Il m'a expliqué que le navire venait d'embouquer le passage de la Teignouse entre les roches de Goué Vas Ouest et la chaussée des Esclassiers lorsqu'un choc fut ressenti et une voie d'eau importante se déclara dans les fonds. Le navire avait heurté une roche.
Le commandant entra dans la baie de Quiberon, et la situation devenant alarmante tenta d'aller échouer son bâtiment au fond de la baie. Mais le navire chavira devant la petite pointe de Beg Rohu, au large de Port Haliguen.
Tout l'équipage s'en sorti, à l'exception m'a-t-il dit, de deux marins qui pour des raisons pas très claires retournèrent à l'intérieur du navire juste avant qu'il chavire.

Un scaphandrier fut envoyé dans les jours suivants pour reconnaître cette roche, et découvrit un écueil non porté sur la carte, par environ 7m de profondeur. Il portait encore des traces de peinture du France. Surtout, cet écueil était exactement dans le secteur blanc du feu de la Teignouse qui donnait le cap d'entrée. Ce secteur fut alors modifié pour faire passer les navires un peu plus à l'Est.
La roche s'appelle aujourd'hui Roche du France.

En fait, ce rocher isolé était bien connu des pêcheurs locaux, mais pas du SHOM. Aucun navire à fort tirant d'eau n'étant passé dessus avant le cuirassé, personne ne s'en était inquiété. Aujourd'hui, plusieurs bouées balisent le passage, dont une bouée de danger isolé pour la Roche du France.

Voici la carte du coin

Image

Cdlt
Olivier
olivier

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par Yves D » jeu. févr. 14, 2008 10:56 pm

Très intéressant ! merci Olivier.
C'est fou tout ce qu'on peut apprendre en mettant les connaissances des uns et des autres bout à bout.
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

olivier 12
Messages : 3596
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par olivier 12 » jeu. avr. 03, 2008 10:08 pm

Bonsoir à tous,

Voici un complément sur le naufrage du cuirassé FRANCE. Il s'agit du récit paru dans "L'Illustration" daté du 2 Septembre 1922.

"Un naufrage dont les causes sont troublantes a causé une douloureuse émotion dans le pays.
Le Samedi 26 Août à 1h00 du matin, le cuirassé FRANCE, commandé par le CV Victor-Vincent GUY, a coulé près de la Basse-Nouvelle. L'effectif de combat de ce navire est de 1085 hommes, dont 960 étaient à bord au moment du naufrage.
Trois ont disparu : les matelots mécaniciens Charles CABASSUT et Maxime VADON et l'apprenti marin Marcel MILLET. C'est miraculeux de n'avoir pas à déplorer la mort de plus de braves gens.

Les cuirassés FRANCE et PARIS avaient quitté l'escadre mouillée devant Quiberon le 25 à 16h00 et fait route vers le sud de Belle Ile pour effectuer des tirs de nuit. L'exercice terminé FRANCE rentra sur Quiberon tandis que PARIS demeurait quelque temps sur place pour relever les buts. Temps très beau, très clair, mer calme, feux de la côte parfaitement visibles.

Vers 1h00 du matin, FRANCE étant au sud du feu de la Teignouse, un choc violent se produisit, l'ébranlant de la quille à la pomme des mâts. Il avait heurté un obstacle extrêmement résistant.
Le commandant continua à faire route sur Quiberon, mais l'eau envahit rapidement les fonds du bateau, inondant les chaufferies. Les feux s'éteignirent, les machines s'arrêtèrent, les dynamos cessèrent de fonctionner. Le navire, plongé dans l'obscurité partit à la dérive vers la Basse Nouvelle.
Voyant le danger qui le menaçait, le commandant fit mouiller les ancres et lança un appel de détresse qui fut capté par tous les navires de l'escadre.
Ils appareillèrent pour le lieu du sinistre et le PARIS arriva le premier. Il mouilla, mit toutes ses embarcations à la mer, braqua ses projecteurs sur le cuirassé qui s'enfonçait de plus en plus et commença le sauvetage. L'opération se déroula en ordre parfait et l'équipage montra beaucoup de sang-froid.
A 04h00, il ne restait à bord que quelques officiers et le commandant. C'est alors que le navire se renversa sur le côté et coula. Les officiers et le commandant, précipités à l'eau, furent tous recueillis.

Le Ministre de la Marine a reçu du Président de la République un message de profonde sympathie. Une commission d'enquête a été nommée, présidée par le contre-amiral de Cacqueray. Le capitaine de Vaisseau GUY sera traduit devant un conseil de guerre ainsi que le prescrit le code de justice maritime pour tout commandant qui perd son navire.

Un scaphandrier a découvert une roche située à peu de distance de la Basse Goué Vas, couverte de 5,20m d'eau et qui porte des traces de choc. Au pied de la roche se trouvent des débris de tôles et de cornières. Ce serait donc là que le cuirassé aurait touché.

Certains disent que cette roche n'est pas portée sur la carte. D'autres disent que le danger de Goué Vas est bien connu, et qu'il suffit de ne pas trop s'approcher du groupe dangereux.
La route tracée par l'alignement la Teignouse-Port Navalo ne passe qu'à 150 m de Goué Vas.
La question qui se pose est donc troublante. "

Ce récit recoupe tout à fait celui que l'on m'avait fait en 1970, sauf sur un point : ce n'est pas devant Beg Rohu que le cuirassé a chaviré, mais carrément au pied du phare de la Teignouse, devant la Basse Nouvelle.
A signaler également que ce sont 3 marins qui ont disparu, et non 2.

Quant à la question qui se posait, elle avait de quoi être troublante. La roche incriminée était en fait en plein sur l'alignement et n'appartenait pas au groupe Goué Vas! C'est donc après cet accident que l'alignement la Teignouse/Port Navalo a été remplacé par un feu à secteur sur la Teignouse.

Cdlt
Olivier
olivier

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par Ar Brav » lun. avr. 28, 2008 10:37 am

Bonjour à tous,

Un marin originaire de la Seine Maritime embarqué sur le cuirassé France :

DUFOUR Jean Gaston, matelot de 3ème classe sans spécialité, embarqué sur le cuirassé France, domicilié, né à La Houlme, Seine Inférieure, le 11 janvier 1893, décédé de paludisme et d’embarras gastrique à l’hôpital de Sidi Abdallah, Tunisie, le 16 septembre 1917.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

alain13
Messages : 1967
Inscription : mer. mai 23, 2007 2:00 am

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par alain13 » mer. janv. 14, 2009 8:50 pm


Bonsoir à tous ,
Une belle photo du cuirassé FRANCE en 1914.

Bone soirée,
Alain

Image
Image

Source : BnF/Agence ROL,
libre de droits.

alain13
Messages : 1967
Inscription : mer. mai 23, 2007 2:00 am

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par alain13 » jeu. janv. 15, 2009 9:18 am

Bonjour à tous,

D'après les commentaires d'Olivier, il ne semble pas y avoir le moindre doute sur la non responsabilité du capitaine de vaisseau GUY lors du naufrage de son navire.

En tout cas voilà l'avis de Paul Chack concernant l'ancien commandant du Tromblon et de la première escadrille de torpilleurs de la Manche :

" Parmi les hommes rudes qui commandent les torpilleurs français, Guy est le plus calme le meilleur marin. Les chefs de Dunkerque en sont fiers et, quatre années durant, refusèrent de le laisser partir.Après le Tromblon, on lui donnera une escadrille qui se surpassera..."
" En 1922, le capitaine de vaisseau Guy commandait le croiseur FRANCE qui coula dans la nuit du 25 au 26 aout, à l'entrée de Quiberon, crevé par une roche qu'aucune carte n'indiquait. Nous savions qu'il ne pouvait y avoir erreur ou négligence de la part d'un tel manoeuvrier, Guy fut acquitté par le Conseil de Guerre. Mais certains journaux osèrent juger d'une autre sorte et se moquer du mot "fatalité" qu'avait prononcé, à très bon escient, au sujet de la catastrophe, M.Raiberti, ministre de la Marine.
Et Guy prit sa retraite.
En Angleterre, on eut fait, du capitaine de vaisseau Guy, un amiral."

(Sur les bancs de Flandre, édition du 31 aout 1927)

Cordialement,
Alain

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par GENEAMAR » ven. janv. 30, 2009 6:10 pm

Bonjour à tous...

GRANDCLÉMENT Marcel Jacques

Né le 4 août 1864 à CLERMONT-FERRAND (Puy-de-Dôme) - Décédé à PARIS VIIème (Seine) le 24 août 1923.
Entre dans la Marine en 1880, Aspirant le 2 octobre 1883; port LORIENT. Au 1er janvier 1885, sur le croiseur "FLORE", Division navale de l'Atlantique Nord (Cdt Henri D'ABEL DE LIBRAN). Enseigne de vaisseau le 2 octobre 1885. Au 1er janvier 1886, sur l'aviso "BOUVET", Division navale de l'Atlantique Nord (Cdt Louis BOREL DE BRÉTIZEL). Lieutenant de vaisseau le 6 janvier 1891; port CHERBOURG. Au 1er janvier 1892, port CHERBOURG. Le 1er octobre 1893, Commandant le croiseur "LALANDE", en réserve 2ème catégorie à ROCHEFORT. Officier breveté Torpilleur. Le 15 avril 1895, Commandant le torpilleur N° 180, Défense mobile de la CORSE. Chevalier de la Légion d'Honneur le 30 décembre 1895. Au 1er janvier 1897, sur le cuirassé "DÉVASTATION", Aide de camp auprès du Contre-Amiral Edouard POTTIER, Commandant la 3ème division de l'Escadre de Méditerranée. Au 1er janvier 1899, port CHERBOURG. Le 20 août 1899, Commandant le torpilleur "FLIBUSTIER", Escadre de Méditerranée. Aux 1er janvier 1901, 1902, sur le cuirassé "REDOUTABLE", Aide de camp auprès du Vice-Amiral Édouard POTTIER, Commandant en chef l'Escadre d'Extrême-Orient. Au 1er janvier 1903, (nomination du 10 août 1902), Commandant le contre-torpilleur d'escadre "HALLEBARDE". Le 3 avril 1903, à PARIS, Adjoint au Chef de service du Bureau technique et administratif, Service central des torpilles et de l'électricité. Capitaine de frégate le 22 juillet 1904. Au 1er janvier 1906, Second sur le croiseur "DUGUAY-TROUIN", École d'application des Aspirants. Officier d'académie. Le 1er septembre 1907, Commandant l'aviso "CHAMOIS", École des pilotes. Idem au 1er janvier 1909. Le 25 avril 1910, en résidence à PARIS, État-Major général de la Marine, 3ème Section, Chef de la 1ère Subdivision (Opérations - Entraînement). Capitaine de vaisseau le 13 février 1911. Au 1er janvier 1912, port CHERBOURG. Officier de la Légion d'Honneur le 11 juillet 1912. Au 1er janvier 1914, Commandant le cuirassé "FRANCE" en achèvement à SAINT-NAZAIRE. De janvier 1915 à avril 1916, Commandant le même bâtiment. Au 1er janvier 1917, port CHERBOURG. Au 1er janvier 1918, à PARIS, Membre de la Commission permanente de contrôle et de révision du règlement d'armement; Membre du Comité hydrographique; Membre de la Commission supérieure des naufrages; Membre de la Commission des archives de la Marine. Contre-Amiral le 4 juin 1918. Commandeur de la Légion d'Honneur le 15 janvier 1920.
[:geneamar:8]
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par GENEAMAR » ven. janv. 30, 2009 6:33 pm

Bonjour à tous...

DELAHET Marie Jules

Né le 2 mai 1864 à PARIS VIIIème (Seine) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1880, Aspirant le 2 octobre 1883; port TOULON. Au 1er janvier 1885, port TOULON. Enseigne de vaisseau le 2 octobre 1885. Au 1er janvier 1886, sur le transport "ORNE", Service des transports (Cdt Jean MAHÉ). Lieutenant de vaisseau le 5 mars 1890. Au 1er janvier 1892, port TOULON. Officier breveté Torpilleur. Au 1er janvier 1894, sur le cuirassé "HOCHE", Aide de camp auprès du Contre-Amiral Nicolas Le BOURGEOIS, Commandant la 2ème Division de l'Escadre de Méditerranée. Chevalier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1896, port TOULON. Au 1er janvier 1897, sur le croiseur "PASCAL", en essais à TOULON (Cdt Louis BOREL DE BRETIZEL). Officier breveté de l'École Supérieure de la Marine; promotion 1898. Au 1er janvier 1899, sur le cuirassé "FORMIDABLE", Aide de camp auprès du Vice-Amiral Jean SALLANDROUZE DE LAMORNAIX, Commandant en chef l'Escadre du Nord. Au 1er janvier 1901(nomination du 6 novembre 1899), Commandant l'aviso-torpilleur "DAGUE", en ALGÉRIE. Le 1er juin 1901, en résidence à PARIS, 3ème Section de l'État-Major général. Idem au 1er janvier 1902. Officier d'académie. Au 1er janvier 1903, Second sur l'aviso "ÉLAN", École des pilotes (Cdt Louis FATOU). Au 1er janvier 1904, à PARIS, de nouveau à la 3ème Section de l'État-major général. Capitaine de frégate le 16 mai 1905. Au 1er janvier 1906, Second sur le croiseur cuirassé "CONDÉ", Escadre de Méditerranée (Cdt Charles RIHOUET). Au 1er janvier 1908, port TOULON. Le 21 mars 1908, Commandant le croiseur "GALILÉE", Escadre de Méditerranée. Le 7 août 1910, Commandant l'École des Officiers et des Mécaniciens torpilleurs, sur le croiseur "GALILÉE", désarmé. Idem au 1er janvier 1912. Capitaine de vaisseau le 2 mai 1913. Officier de la Légion d'Honneur. Au 1er janvier 1914, port TOULON. De mai 1916 à septembre 1917, Commandant le cuirassé "FRANCE". Au 1er janvier 1918, port TOULON. --- Versé dans le cadre de réserve le 2 mai 1920. Commandeur de la Légion d'Honneur.
[:geneamar:8]
Cordialement. Malou

Avatar de l’utilisateur
GENEAMAR
Messages : 8320
Inscription : sam. mars 08, 2008 1:00 am

Re: FRANCE - Cuirassé

Message par GENEAMAR » sam. janv. 31, 2009 7:40 am

Bonjour à tous...

ROBEZ-PAGILLON Jules Aimé

Né le 4 février 1866 à LONGCHAUMOIS (Jura) - Décédé.
Entre dans la Marine en 1882, Aspirant le 5 octobre 1885, port BREST. Au 1er janvier 1886, sur le cuirassé "TURENNE", Division navale de l'Extrême-Orient (Cdt Théodore DUPUIS). Enseigne de vaisseau le 5 octobre 1887. Au 1er janvier 1892, sur le cuirassé "BAYARD", Escadre de Méditerranée occidentale et du Levant (Cdt Timothée ESCUDIER). Lieutenant de vaisseau le 10 février 1893. Au 1er janvier 1894, sur le croiseur "ISLY", Escadre du Nord (Cdt Léonce CAILLARD). Au 1er janvier 1896, sur le même bâtiment, Division navale d'Extrême-Orient (Cdt Louis RIVET). Au 1er janvier 1897, Officier-Élève sur la "COURONNE", École des Canonniers et Timoniers. Officier breveté Canonnier. Au 1er janvier 1899, sur le croiseur "DU-CHAYLA", Escadre de Méditerranée (Cdt Albert THIERRY). Au 1er janvier 1900, en instruction à l'École des Officiers torpilleurs. Officier breveté Torpilleur. Au 1er janvier 1901, sur le cuirassé "JAURÉGUIBERRY", Escadre de Méditerranée (Cdt Lucien BERRYER). Officier breveté de l'École supérieure de Marine (promotion 1902). Chevalier de la Légion d'Honneur. Le 28 septembre 1903, Commandant la Défense mobile de DIÉGO-SUAREZ. Au 1er janvier 1906, port TOULON. Au 1er janvier 1908, port TOULON. Capitaine de frégate le 23 mai 1908. Au 1er janvier 1909, Second sur le cuirassé "CHARLES-MARTEL", à TOULON (Cdt François LECOURTOIS). Au 1er janvier 1911, port TOULON. Le 1er juillet 1911, Commandant le Service central des torpilleurs de TOULON et le torpilleur "MOUSQUETON". Au 1er janvier 1914, Second sur le cuirassé "JEAN-BART", 1ère Escadre, 1ère Armée navale (Cdt Eugène BARTHES). Capitaine de vaisseau le 29 septembre 1914. Le 28 décembre 1914, Directeur des mouvements du port de TOULON. En 1915, dans le cadre de la mission "GOLIATH", il est cité à l'ordre de l'Armée navale en août : " Chef du service des communications maritimes (mission GOLIATH). Depuis le début des opérations de guerre combinées, cet officier supérieur s'est dépensé sans compter, faisant preuve des plus hautes qualités militaires. Il a été maintes fois au feu sur les plages bombardées, manifestant le plus grand courage et le mépris du danger.". Officier de la Légion d'Honneur. Croix de Guerre. D'avril 1916 à août 1917, Commandant le cuirassé "RÉPUBLIQUE". De novembre 1917 à mai 1918, Commandant le cuirassé "FRANCE". --- Au 1er janvier 1921, Commandant le "DÉMOCRATIE" et le 2ème groupe des bâtiments en réserve à TOULON.
[:geneamar:8]
Cordialement. Malou

Répondre

Revenir à « MARINE »