Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
JPC
Messages : 164
Inscription : dim. déc. 02, 2007 1:00 am

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par JPC » dim. déc. 23, 2007 8:47 pm

Bonsoir :

-Journal "La Dépêche de Brest" du 9 décembre 1916 : "Jeudi matin vers 8h, le trois-mâts barque "Margueritte Dolfuss" du Havre, a été coulé par un sous-marin allemand. Les 20 hommes d'équipage prirent place dans une embarcation du bord, et à force de rames réussirent à joindre Le Conquet où ils arrivèrent exténués de fatigue et transis de froid".

-Répertoire pertes Marine Marchande WW1 (1916) : 07/12 MARGUERITTE DOLFUSS VOILIER 1948tx se trouvant à 28 milles dans le sud de Starpoint. Armateur : Société des Voiliers Français, construit en 1898 aux Ateliers et Chantiers de la Loire. Coulé par un sous-marin (bombes) en Manche le jeudi 7 décembre.

-Donc comme les Allemands le pratiquaient souvent, le commandant du sous-marin a intimé l'ordre à l'équipage du trois-mâts d'évacuer le bord, puis il a envoyé une équipe saborder le navire en y plaçant des bombes.

-J'ignore si les vents portants étaient "nord" et la mer calme ces deux jours, mais la baleinière du "Margueritte Dollfus a traversé la Manche en un temps record.

Avez-vous des détails sur le voyage en cours du navire, des photos, et l'identité du sous-marin. Je trouve écrit Dollfus, Dolfuss ... de différentes façons, quelle est la bonne ?

Dans le bouquin de J.Randier "Hommes et navires au Cap Horn" il y a une photo d'équipage du "Margueritte Dollfus", capitaine Bidon, mais je ne pense pas qu'il s'agisse du voyage final ...

Merci de votre aide
JPC


Jean Pierre Clochon

olivier 12
Messages : 3596
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par olivier 12 » dim. déc. 23, 2007 9:07 pm

Bonjour Jean-Pierre

D'après le site d'Yves (histomar.net) le Margueritte Dolfus a été coulé par le sous-marin UB 37 par 49°45 N 03°40W soit à 35' au NW de Guernesey.

Amicalement
Olivier
olivier

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par Yves D » lun. déc. 24, 2007 12:38 am

Bonsoir Jean Pierre
La situation météo du 7.12.1916 laisse apparaître que le Manche était ce jour là sous l'influence de l'anticyclone des Açores. Les ligns d'isobars étant largement distendues, il ne devait pas y avoir beaucoup de vent.
Amts
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

JPC
Messages : 164
Inscription : dim. déc. 02, 2007 1:00 am

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par JPC » lun. déc. 24, 2007 1:20 pm

Bjr, merci Olivier, merci Yves. Tout en étant certain que le journal local est dans le vrai, je trouve bizarre que la baleinière soit venue atterrir ici. A moins qu'elle n'ait été remorquée un temps par le sous-marin et larguée par lui à l'ouvert de Brest. On a vu des cas voisins de naufragés rapprochés des côtes après la destruction de leur navire par l'ennemi.
Amitiés et bonne soirée de Noël. JPC
Jean Pierre Clochon

olivier 12
Messages : 3596
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par olivier 12 » lun. déc. 24, 2007 2:10 pm

Du point du torpillage au Conquet la distance est d'environ 90 milles. C'est faisable à l'aviron en une trentaine d'heure, pour un équipage bien entrainé. En général, les marins de ces voiliers étaient des costauds.
Il y a un autre élément à prendre en compte : les courants de marées à l'entrée de la Manche qui sont extrêmement forts. Certes, ils s'inversent régulièrement avec la marée. Mais cela n'empêche pas de faire une route sud quand ils sont contraires (pour se rapprocher de la côte), puis plein ouest quand ils sont favorables. 3 ou 4 noeuds de courant favorable pendant une douzaine d'heures, voire plus s'ils sont bien tombés pour les renverses, cela fait gagner pas mal de temps! Il faudrait savoir quand ils sont arrivés au Conquet...
En revanche, il me parait peu vraisemblable que le sous-marin ait pris le risque d'un remorquage sur une aussi longue distance à l'entrée de la Manche.

Joyeux Noël à tous
Olivier
olivier

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par Yves D » mar. déc. 25, 2007 12:41 am

Bonsoir Olivier, Jean Pierre
Il est en effet inimaginable que le s/m ait remorqué l'embarcation sur une telle distance.
Marées de Brest le 7 et le 8 déc. (heure GMT=heure en service à l'époque)
jeu 7 2h07 6,34m 14h29 6,41m 8h30 1,94m 20h47 1,91m
ven 8 2h52 6,52m 15h12 6,50m 9h15 1,80m 21h30 1,83m
Source : www.shom.fr

On cherche à présent l'âge du Capitaine :lol:
Cdlt à tous
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par Ar Brav » mar. déc. 25, 2007 7:43 pm

Bonsoir à tous,

Je récapitule (le maniaque des fiches a encore frappé) :

MARGUERITE DOLLFUS Voilier (1914 – 1916)

Chantier :

Ateliers & Chantiers de la Loire
Commencé : N.C.
Mis à flot : 1898
En service : 1898 (MM)
Retiré : 07.12.1916
Caractéristiques : Voilier 3 mâts barque de 1 948 tx ; 270,5 x 39,7 x 22,3 pieds.
Armement : N.C.

Observations :

1898 : navire construit pour la Société des Voiliers Français
07.12.1916 : arraisonné par le sous-marin allemand UB 37 (OL Paul Günther) qui le coule par 49°45N et 03°40W (soit à 35 milles au NW de Guernesey et 28 milles dans le sud de Starpoint) en y plaçant une charge d’explosifs. Les 20 membres d’équipage, évacués du bord sur ordre du Cdt du sous-marin réussissent à rejoindre Le Conquet (Finistère) à l'aviron.

Journal "La Dépêche de Brest" du 9 décembre 1916 :
"Jeudi matin vers 8h, le trois-mâts barque "Margueritte Dolfuss" du Havre, a été coulé par un sous-marin allemand. Les 20 hommes d'équipage prirent place dans une embarcation du bord, et à force de rames réussirent à joindre Le Conquet où ils arrivèrent exténués de fatigue et transis de froid".

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par Terraillon Marc » mer. déc. 26, 2007 12:34 pm

Bonjour

J'ai les plans du navire mais la numérisation va être difficile. Dés que j'ai une solution ...

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

olivier 12
Messages : 3596
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par olivier 12 » mer. mars 04, 2009 8:34 pm

Bonjour à tous,

Un complément sur MARGUERITE DOLLFUS

MARGUERITE DOLLFUS

Trois-mâts barque à coffre, type A des chantiers de la Loire lancé à Nantes en 1898 pour la Société des Voiliers Français.
Premier d’une série de cinq voiliers comprenant en outre GENEVIEVE MOLINOS, EMILIE GALLINE, MARIE MOLINOS et MARTHE ROUX.

A noter que sur tous les documents officiels Dollfus est écrit avec deux « L » , alors qu’il n’en a qu’un seul chez Randier et Lacroix.

1948 tx JB 2500 tpl

Pris au neuvage par le capitaine Godard.
En Décembre 1900, il essuie un cyclone en Nouvelle Calédonie, mais parvient à étaler sur ses ancres, tandis que son voisin, l’EMILIE GALLINE (voir fiche de ce navire) part en dérive et s’échoue sur la côte d’où il faudra trois mois pour le retirer.
En 1903, le capitaine Sautrel, qui venait de se marier, emmena sa jeune épouse avec lui pour un voyage sur la Californie. Le voyage fut mouvementé et dura deux ans.
A l’aller, surpris par du très mauvais temps au large de l’île des Etats, le trois-mâts subit de grosses avaries et perdit tout un jeu de voiles. Il lui fallut revenir à Rio de Janeiro pour réparer. Après six semaines de travaux, il remit le cap sur Tacoma mais, en raison du mauvais temps persistant au cap Horn, il lui fallut 160 jours pour atteindre sa destination. La charte-partie ayant été résiliée, il alla charger du charbon à Newcastle d’Australie pour San Francisco. La saison des blés étant passée, il fit ensuite retour sur Sydney où il chargea du blé pour Swansea.
Cinq escales en deux ans de dure navigation : on peut douter que la jeune femme ait rembarqué par la suite !

La perte du MARGUERITE DOLLFUS


Le trois-mâts avait quitté Le Havre pour Fort de France, sur lest, non armé et sous le commandement du capitaine Jules FROSTIN. L’équipage se compose de 20 hommes au total, tous Français.

Le 7 Décembre 1916 à 07h30, le navire fait route au SSW par beau temps, mer calme, et atteint le point 49°45 N 03°40 W.
Un sous-marin est alors aperçut à 3 milles dans le nord.
Il ne porte pas de couleurs, mais tire un coup de canon.

Pratiquement immobilisé, le navire doit être évacué. Le sous-marin se rapproche alors d’une baleinière et l’accoste. Des marins allemands y prennent place avec trois bombes cylindriques avec cordon Bickford muni d’un rugueux. Le marin qui porte les bombes les manie très brutalement (ce qui semble avoir un peu inquiété les matelots français…)
Les bombes furent disposées dans l’eau, le long de la coque, à hauteur des 3 cales. Elles ont explosé dix minutes plus tard avec une très grande force de déflagration. Le voilier n’a pas tardé à couler.

Le capitaine a été interrogé sur sa provenance, sa destination et son chargement ; le commandant allemand, d’environ 30 ans, parlait un bon anglais. Il portait une veste d’uniforme sans galons, un pantalon de cuir et une casquette à écusson. Il y avait un autre officier, de 30 ans aussi, avec un uniforme usagé. Les marins avaient également des uniformes bien usagés.

Le sous-marin ne semblait pas très grand : 25 m de long et 5 de large avec une étrave arrondie et un caillebotis en bois sur le pont. Un canon sur l’avant, supérieur à 47 mm et un fort pivot en bronze sur l’arrière. La peinture était vieille, noire pour la coque et gris sale pour le kiosque. Des filières allaient de l’avant à l’arrière.
Il évoluait très facilement et a fait trois fois le tour du voilier, puis a disparu faisant route à l’est.

A 19h00, le même jour, les embarcations ont été recueillies par le vapeur norvégien BALTIC qui arrivait de Newcastle et faisait route sur Bilbao avec une cargaison de charbon.

Le lendemain 8 Décembre, à 02h30 du matin le BALTIC a été arraisonné par un sous-marin allemand qui a tiré deux coups de canons. L’arraisonnement a eu lieu par 49°38 N et 04°10 W.
Le vapeur a alors stoppé et envoyé une embarcation jusqu’au sous-marin.
Le commandant allemand a examiné les papiers du bord et constatant que le BALTIC transportait du fret pour l’Espagne, l’a laissé repartir.

Le sous-marin attaquant

C’était l’UB 37 du KL Paul Gunther.
Paul Gunther et son sous-marin seront coulés le 14 Janvier 1917, en Manche, par le Q-ship PENSHURST. Il n’y aura aucun survivant.

Il serait intéressant de savoir quel était le 2e sous-marin qui arraisonna le BALTIC.

Avec deux arraisonnements en moins de 24 heures, l’équipage du MARGUERITE DOLLFUS s’en sortait quand même bien.

On note quelques différences avec le récit ci-dessus : les marins ne sont pas revenus au Conquet à force de rames. Sans doute le BALTIC les a-t-il débarqué au Conquet par un canot. Le rapport officiel ne le dit pas. Je ne comprends pas trop pourquoi ils auraient été exténués de fatigue et transis de froid en débarquant du vapeur...?

Cdlt
olivier

olivier 12
Messages : 3596
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: Margueritte Dollfus, trois-mâts barque

Message par olivier 12 » mer. mars 04, 2009 10:18 pm

Bonsoir à tous,

Pour compléter l'histoire du MARGUERITE DOLLFUSS voici la photo dont parlait Jean-Pierre dans son post; mais elle a été prise bien avant la Grande Guerre, sans doute vers les années 1905-1910. Beaucoup de clichés d'équipages datent de ces années.
On notera que le mousse, au centre, ne semble pas beaucoup plus âgé que le chien du bord, à sa droite...
A noter aussi l'orthographe exacte du nom du voilier.

Image

Cdlt
olivier

Répondre

Revenir à « MARINE »