CASABIANCA - Aviso torpilleur

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par Ar Brav » jeu. déc. 06, 2007 6:19 am

Bonjour à tous,
Bonjour Jules Joseph,

J’ai posté un autre sujet vous concernant, car avec le titre « sous-marins coulés » et s’agissant d’un torpilleur, nous allons avoir du mal à nous y retrouver.

CASABIANCA Aviso-torpilleur type d’Iberville (1895 – 1915)

Chantier :

Forges & Chantiers de la Gironde, Bordeaux
Commencé : 08.1893
Mis à flot : 21.09.1895
Retiré : 03.06.1915
Caractéristiques : 950 t ; 5 200 cv ; 81,1 x 8,3 x 3,5 m ; plan Marmiesse ; 8 chaudières ; 2 hélices ; 21 nds ; 140 h.
Armement : I de 100 + III de 65 + IV de 47 + 3 T.
Symbole de coque en 1912 : CBA

Observations :

1895 : rejoint Rochefort pour essais
1900 – 1904 : bâtiment central de la défense mobile à Bizerte
1904 – 1911 : désarmé
1912 : mouilleur de mines (peut porter jusqu’à 97 mines)
06.1915 : concours avec HMS EURALYUS au mouillage de mines devant Smyrne
03.06.1915 : explosion prématurée d’une de ses propres mines, au sud de l’île Longue, entre Mitylène et le golfe de Smyrne, entraîne l’explosion de toutes les autres et de l’arrière du bâtiment (86 tués, 66 rescapés).

La liste des officiers issus de Navale décédés au cours de l’accident :

Image

Leurs fiches Mort pour la France correspondantes :

Image

Je n’ai hélas pas trouvé de photo, mais les plans du navire sont accessibles sur le site du SHM, malheureusement indisponible pour le moment :

http://www.servicehistorique.sga.d [...] tebato.php

Bien cordialement,
Franck

www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

jules-joseph
Messages : 82
Inscription : ven. nov. 30, 2007 1:00 am

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par jules-joseph » jeu. déc. 06, 2007 10:48 am

Bonjour Ar Braz,

Merci d'avoir basculé sur un autre thème. Cela est bien plus cohérent pour l'instant.

Je vais essayer de remonter de mon côté cette piste pour confirmer que ce batiment était bien celui à bord duquel se trouvait mon grand oncle Philippe Barberot (à défaut de pouvoir aller à Vincennes dans l'immédiat).

Ce que je dois vérifier :
- quel était son grade à l'époque, ce qui me permettrait de voir s'il commandait le batiment. Parmi la liste des tués, certain étaient - ils en position de commander un navire de ce type. Je détiens clairement des témoignages d'époque qui parlent d'enquête concernant sa responsabilité. Savez vous quel grade était en général requis ?
- si des écrits familiaux renvoient entre les lignes à cette zone d'opération.

Peut être faisons nous fausse route, mais je suis relativement confiant. Ce serait du coup la version "familiale" qui en serait modifiée.

Amicalement.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par Ar Brav » jeu. déc. 06, 2007 11:12 am

Bonjour Jules Joseph,

Observez les mentions de fiches MPF des disparus :

Bernadac : disparu avec son bâtiment.

Chauvin ; disparu en mer sur le Casabianca.

Cros : disparu avec le bâtiment.

Estang : disparu avec le Casabianca.

Squiban : disparu en mer lors de la perte du Casabiance en mer Egée.

La teneur n'est pas la même...Pour moi, le LV Bernadac me semble tout désigné, il a le grade qui convient, l'âge et l'expérience, mais ce ne sont que conjectures.

Bien cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

jules-joseph
Messages : 82
Inscription : ven. nov. 30, 2007 1:00 am

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par jules-joseph » jeu. déc. 06, 2007 12:42 pm

Bonjour Ar Brav,

ces mentions sont importantes. J'ai aussi remarqué l'âge de Bernadac, né en 1878. Philippe Barberot est plus jeune (né le 20 janvier 1885). Le système d'avancement militaire devrait donc le placer à un grade inférieur (bien que cela n'est pas une règle, surtout en temps de guerre, et que l'orgine "école" dans l'armée en général explique souvent le lien grade - age).

Je vais néanmoins poursuivre mes recherches. L'enquête croise des éléments concrets relatés dans des courriers de juillet 1915 (mais se reférant a minima à juin) - parlant d'accident et de recherche de responsabilité - avec les éléments oraux, sujets à caution.

Hypothèse possible si c'était le casiabanca et que Philippe Barberot n'était pas le capitaine ? Il serait le commandant en second, mais survivant... Sinon, c'est un autre accident...

Cordialement

jules-joseph
Messages : 82
Inscription : ven. nov. 30, 2007 1:00 am

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par jules-joseph » lun. déc. 10, 2007 1:33 am

Bonsoir Ar Brav,

après avoir reparcouru les nombreux courriers que je détiens sur cette période, je ne pense pas que ce navire est celui de Philippe Barberot.

Les éléments qui sont clairement signalés dans des échanges courriers que j'ai pu retrouver sont les suivants :

Au début de la guerre, il est stationné à Cherbourg avec sa famille.

Dans un courrier du 4 fevrier 1915 adressé à ma grand mère par l'une se ses amies anglaises : "...votre frère marin peut avoir l'oeuil au guet à la recherche des sous marins de la manche..."

Dans un courrier de son frère Charles Barberot du 7 juillet 1915 : "Je n’ai pas le temps d’écrire longuement à Philippe. J’ai connu l’accident"

Dans un courrier de son père Jules Joseph Barberot daté du 20 aout 1915 : "Philippe est toujours à Cherbourg. Son affaire causée par la perte de son torpilleur est passée avec satisfaction. Il n'y avait aucun doute à avoir..."

Sur la base de ces écrits, son torpilleur doit donc bien avoir été perdu par accident, avant juillet 1915 (mais peut être en mai, voire avril ou mars), probablement sur le théatre d'opération de la manche.

Connaissez vous d'autres pertes par accident sur ce théatre d'opérations, pouvant correspondre à ce batiment ?

Amicalement

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par Yves D » lun. déc. 10, 2007 11:14 am

Bonjour Philippe
J'ai relevé ceci dans la période concernée :
ETIENNE, patr. aux. perdu à Boulogne 3.3.15
Torp 319, perdu dur uen mine devant Nieuport le 19.1.15
Torp 331, perdu par abordage le 13.6.15 sans autre précision.
Le cas du 331 semble intéressant.
Cdlt
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

JPC
Messages : 164
Inscription : dim. déc. 02, 2007 1:00 am

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par JPC » lun. déc. 10, 2007 3:00 pm

Bjr, concernant le Torpilleur 319, torpilleur côtier 40 m pour 100 tx, il a sauté sur une mine devant Nieuport le 19 ou le 20 janvier 1915. Joseph Le Dru, né à La Fresnais (Ille et Vilaine) en 1873, premier-maître pilote, embarqué sur ce navire est mort à l'hôpital de Dunkerque le 8 février 1915 des suites des blessures recues dans l'explosion de son navire.
JP C
Jean Pierre Clochon

JPC
Messages : 164
Inscription : dim. déc. 02, 2007 1:00 am

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par JPC » lun. déc. 10, 2007 3:17 pm

Re - Le torpilleur 331 a été perdu par abordage devant Barfleur avec le vapeur anglais Arleia, le 13/6/1915 (dictionnaire JM Roche)
JP C
Jean Pierre Clochon

jules-joseph
Messages : 82
Inscription : ven. nov. 30, 2007 1:00 am

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par jules-joseph » lun. déc. 10, 2007 10:50 pm

Bonsoir Yves et Jean- Pierre

merci de ces détails. Le navire correspond tout à fait aux éléments que j'ai ainsi que de ce qui m'avait été dit :
- theatre d'opération dans La Manche
- torpilleur
- accident (le 319 n'est pas un accident
- dates sur le mois de juin (plus conséquent avec les dates de courriers)

Quelqu'un aurait-il plus d'informations sur ce batiment et le naufrage ? Peut être faut-il alors créer une nouvelle fiche ?

Amicalement

JPC
Messages : 164
Inscription : dim. déc. 02, 2007 1:00 am

Re: CASABIANCA - Aviso torpilleur

Message par JPC » lun. déc. 10, 2007 11:54 pm

Re : rien de bien significatif, l'Arleia est un vapeur anglais quasi neuf au moment des faits puisque mis en service en mars 1915, armement R. Williamson and son, et qui a continué sa carrière bien au-delà de cette évènement puisqu'il a, semble-t-il, fini sur une mine à Borkum en 1948.
C'est peut-être sur les registres anglais qu'il faut chercher le détail de la collision avec le torpilleur 331. JPC
Jean Pierre Clochon

Répondre

Revenir à « MARINE »