ATLANTIQUE - Compagnie des Messageries Maritimes

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: ATLANTIQUE - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Terraillon Marc » mar. nov. 27, 2007 10:14 pm

Bonsoir

Voici une vue du paquebot ATLANTIQUE de la Compagnie des Messageries Maritimes


Image


A bientot :hello:
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: ATLANTIQUE - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Yves D » mer. nov. 28, 2007 1:24 am

L'Atlantique a été atteint par une torpille lancée par UB 52, OL Otto Launburg.

15 jours plus tard, le 23 mai, l'UB 52 était torpillé à très courte distance par le s/m anglais H4 alors qu'il franchissait le détroit d'Otrante, en route vers Cattaro. Dans l'explosion, le Cdt Launburg et le veilleur qui était avec lui sur le kiosque étaient projetés à la mer, ce qui allait leur sauver la vie. Pour les 32 hommes à l'intérieur, le s/m allait devenir leur tombeau.
Pour finir, Otto Launburg était un ancien officier de quart de l'U 35 avec von Arnauld.

Cdlt à tous
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: ATLANTIQUE - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » mer. nov. 28, 2007 7:58 am

Bonjour à tous,

ATLANTIQUE Transport auxiliaire ( - 1918)

Chantier :

La Ciotat
Mis à flot : 05.11.1899
En service : 01.05.1900 (MM)
Retiré : 1918
Caractéristiques : 7 740 t ; 6 478 tjb ; 5 510 tpl ; 148 m ; deux machines à vapeur alternatives à triple expansion ; 24 chaudières au charbon jusqu'en 1921, puis 6 chaudières à mazout ; deux hélices : 7 200 cv ; 19 nds ; 2 cheminées ; 197 passagers en premières, 111 en secondes, 87 en troisièmes et 217 en quatrièmes

Observations :

Paquebot des Messageries Maritimes à deux hélices, deux cheminées et étrave incurvée avec volute construit pour la ligne d’Amérique du Sud sur les plans de Risbec par les Chantiers de La Ciotat en remplacement du PORTUGAL. Premier navire de la compagnie à être équipé d’un poste de télégraphie sans fil Marconi d’une portée de 1,5 km et de vastes chambres frigorifiques refroidies par une machine à détente d’air
01.05.1900 : premier départ de Bordeaux pour La Plata
27.08.1901 : pendant les grandes manoeuvres embarque 2 700 hommes de troupe à Brest débarqués le 29 sur une plage près de La Pallice
01.1909 : aborde un voilier en pleine mer et casse un arbre de couche, ce qui l'immobilise à Dakar pour quelques jours
22.09.1912 : le service de La Plata étant arrêté, dernier départ de Bordeaux, affecté ensuite à la ligne d’Extrême Orient
08.05.1918 : entre Malte et Bizerte évite une attaque de sous- marin
09.05.1918 : atteint à l’avant par une torpille lancée par UB 52 (OL Otto Launburg), il peut rejoindre Bizerte où il passe en cale sèche. Reçoit un témoignage officiel de satisfaction et le commandant Gary est cité à l’ordre du Corps d’Armée et fait chevalier de la Légion d’Honneur.
1920 : totalement refondu au chantier de La Ciotat. Un pont supplémentaire est construit pour recevoir les logements des officiers, la passerelle et les embarcations et les emménagements modifiés permettent d’embarquer 134 passagers en 1ères classes, 75 en 2èmes et 87 en 3èmes. Les 24 chaudières Belleville sont remplacées par 6 chaudières au mazout. La jauge brute passe à 7 537 tx et à 4 362 tonnes de port en lourd. Renommé ANGKOR
16.07.1921 : remis en service sur la ligne d’Extrême Orient après une croisière aux Baléares
1922 : affecté à la Soc. des Services Contractuels des Messageries Maritimes, Marseille
1930 : affecté à la ligne Méditerranée Nord
1933 : effectue un voyage sur l’Extrême Orient en remplacement du GEORGES PHILIPPAR perdu après un incendie lors de son premier voyage. Retourne ensuite sur la Méditerranée
12.1933 : vendu pour la démolition en Grande-Bretagne
18.01.1934 : arrivé à La Seyne sur Mer et démoli par la Société du Materiel Naval du Midi.

Cordialement,
Franck

Merci Yves pour les compléments d'infos :hello: . J'ai oublié de préciser un détail, la date de mise en service correspond à son entrée en flotte de l'Etat (réquisition ou affrètement, entre 1914 et 1920 pour ce qui nous concerne ici) lorsqu'elle est connue. Lorsque qu'elle ne l'est pas, c'est la date de mise en service dans sa Cie qui est indiquée.
MM : Marine Marchande
MN : Marine Nationale

La date de sortie de flotte correspond à son retrait des effectifs de la Marine, quand il est renseigné. C'est un peu touffu mon histoire, je ne sais pas si je suis clair pour les non-initiés :pt1cable: .
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2044
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: ATLANTIQUE - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Yves D » mer. nov. 28, 2007 9:57 am

Bonjour Franck, bonjour à tous,
Register 1899

ATLANTIQUE FR 2T (18)
6,705 Messageries Maritimes, Marseille 468.9 x 50.6
P Messageries Maritimes, La Ciotat (5/00) #79
21 - ANGKOR s/o
22 - Soc. des Services Contractuels des Messageries Maritimes, Marseille
Broken up at La Seyne 1934 by Soc. du Materiel Naval du Midi, arr. 18.1.34

Pour complément d'info
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

olivier 12
Messages : 3569
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: ATLANTIQUE - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par olivier 12 » lun. août 04, 2008 5:18 pm

Bonjour à tous,

Une CP de l'Atlantique

Image

Cdlt

Olivier
olivier

Rutilius
Messages : 13052
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

ATLANTIQUE ― Paquebot ― Compagnie des Messageries maritimes.

Message par Rutilius » jeu. avr. 22, 2010 12:09 am

Bonsoir à tous,

L’Afrique du Nord illustrée, n° 24, 15 octobre 1921, p. 8.

« LE PAQUEBOT "ANGKOR " DES MESSAGERIES MARITIMES

Nous apprenons que la Compagnie des Messageries Maritimes, qui se dispose à remettre en service, sous le nom d’Angkor, son paquebot Atlantique, torpillé au large de Bizerte, le 9 mai 1918, réparé et complètement transformé par la Société Provençale de Constructions Navales depuis cette époque, a choisi le port d’Alger comme point de destination du prochain voyage d’essais de ce navire.
L’Angkor quittera Marseille le 15 octobre et arrivera dans nos eaux le 16 au matin.
C’est un puissant échantillon de courrier de Chine que ce paquebot, déplaçant 11.000 tonnes, chauffant au mazout et mû par une machine de la force de 7.200 chevaux. Au cours des modifications qu’elle lui a fait subir, la
Compagnie des Messageries Maritimes n’a rien épargné pour donner satisfaction à la plus exigeante clientèle.
Aménagé pour recevoir 134 passagers de 1re classe, 76 de 2e classe, 87 de 3e classe dans des cabines dont leur disposition permet de garder constamment les hublots ouverts, ― avantage inappréciable pour la traversée des mers chaudes, ― l’Angkor comporte, en outre, un magnifique salon de réception, de vastes et belles salles à manger, des bars-fumoirs, salon de musique, etc... en un mot des installations communes comprises de telle sorte que le séjour à bord en sera rendu particulièrement agréable.
Nos concitoyens ne manqueront pas de faire fête à cette importante unité, témoignage des grands efforts déployés par notre Marine marchande pour réparer les pertes causées par la guerre.
L’Angkor séjournera dans notre port le 16 et le 17 octobre.
Ajoutons que son premier départ officiel sur la ligne de la Chine, à laquelle il est destiné, s’effectuera de Marseille le 28 octobre. »


L’Afrique du Nord illustrée, n° 25, 22 octobre 1921, p. ...

« MARINE MARCHANDE

Le paquebot "Angkor " de la
Compagnie des Messageries Maritimes
Nous apprenons que la Compagnie des Messageries Maritimes va prochainement mettre en service sur la ligne de Chine le paquebot Angkor.
C’est un nouveau nom sur la liste de ses unités, mais ce n’est cependant pas un nouveau navire. L’Angkor, en effet, n’est autre que le paquebot Atlantique, qu’une torpille frappait le 9 mai 1918 au large de Bizerte, par tribord avant, pratiquant dans la coque du navire une brèche de 175 mètres carrés. Grâce à la robustesse de ses cloisons étanches, l’Atlantique pu néanmoins gagner Bizerte par ses propres moyens, puis, sommairement réparé, Marseille et La Ciotat, où il fut définitivement remis en état par les soins de la
Société Provençale de Constructions navales.
Est-il besoin de dire qu’au cours de la longue période de réparations, le navire a été complètement transformé, et que le changement intervenu dans son état civil est largement justifié par l’importance considérable des travaux effectués à bord : réparation, modifications et transformations.
Tel qu’il se présente aujourd’hui, l’Angkor est un beau paquebot pouvant chauffer au mazout ou au charbon, déplaçant 11.000 tonnes et mû par une force de 7.200 chevaux. Aménagé pour recevoir 134 passagers de 1re classe, 75 de 2e classe, 87 de 3e classe, dans des cabines dont leur disposition permet de garder constamment les hublots ouverts, avantage inappréciable pour la traversée des mers chaudes ; il comporte, en outre, un fort joli salon de réunion, de vastes et belles salles à manger, des fumoirs, dont celui des premières classes est agrémenté d’un bar et d’une terrasse, en un mot, des installations communes comprises de telle sorte qu’elles ne pourront manquer de donner satisfaction aux passagers.
L’Angkor a quitté Marseille le 15 octobre pour effectuer un voyage d’essai sur Alger et les Baléares ; son premier départ régulier sur la ligne de la Chine, à laquelle il est destiné, est fixé au 28 octobre. »

.
Dernière modification par Rutilius le ven. août 02, 2019 10:41 pm, modifié 2 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

virginie4
Messages : 1
Inscription : lun. juin 21, 2010 2:00 am

Re: ATLANTIQUE - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par virginie4 » lun. juin 21, 2010 5:14 pm

Bonjour à tous,

■ Un militaire décédé à bord du paquebot Atlantique :

― NGUYEN Van Trimg, né en 1896 à Himg Nhan (Département de Bentré, Cochinchine – aujourd’hui Vietnam –) et y domicilié, décédé « à bord de l’Atlantique » (Cause inconnue), Ouvrier, Commis et ouvriers d’administration coloniale, Matricule n° 187, classe, n° et lieu de recrutement inconnus.

Bien amicalement à vous,
Daniel.

bonjour, comment avez vous trouvez ces renseignements?

je recherche la trace de mon arriere arriere grand pere patissier a bord de" l'atlantique" debut 1900, il serait decede de la grippe espagnole en 1917 peut etre a bord ,mais impossible de trouver les archives !

pouvez vous m'aidez?
merci
cordialement
virginie

Rutilius
Messages : 13052
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

ATLANTIQUE ― Paquebot ― Compagnie des Messageries maritimes.

Message par Rutilius » mer. juin 23, 2010 1:09 am

Bonsoir Virginie,

L’ouvrier annamite NGUYEN Van Trimg , qui appartenait à une Section de commis et ouvriers militaires d’administration coloniale, avait dès lors qualité de passager militaire sur le paquebot Atlantique, ce qui explique qu’il ait été déclaré « Mort pour la France » (La fiche correspondante figure dans la base S.G.A. « Mémoire des hommes »).

En revanche, votre arrière-grand-père appartenait à peu près certainement à l’équipage de ce bâtiment, de sorte qu’il avait le statut de marin de la marine marchande. Par suite, quels que soient ses mérites et les périls qu’il a dû affronter en mer durant le conflit, il n’était pas susceptible, après son décès, d’être déclaré « Mort pour la France ». Pour retrouver sa trace, il n’est d’autre solution que de rechercher d’abord le port où il était inscrit maritime.
Dernière modification par Rutilius le ven. août 02, 2019 10:26 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13052
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

ATLANTIQUE ― Paquebot ― Compagnie des Messageries maritimes.

Message par Rutilius » jeu. avr. 26, 2012 1:23 am

Bonsoir à tous,

Ouvriers auxiliaires décédés à bord du paquebot Atlantique

― LO-TAÏ, né en Chine à une date inconnue, décédé le 3 juin 1917 (Cause inconnue), Ouvrier auxiliaire chinois, Groupe inconnu, matricule n° 3.724, classe, n° et lieu de recrutement inconnus.

― NGUYEN Van Trimg, né en 1896 à Himg-Nhan (Département de Bentré, Cochinchine — aujourd’hui Viêt-nam) et y domicilié, décédé le 11 août 1916 (Cause inconnue), Ouvrier auxiliaire indochinois, Groupe inconnu de Commis et ouvriers d’administration coloniale, matricule n° 187.
Dernière modification par Rutilius le ven. août 02, 2019 10:30 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 13052
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

ATLANTIQUE ― Paquebot ― Compagnie des Messageries maritimes.

Message par Rutilius » jeu. juin 07, 2012 5:57 pm

Bonjour à tous,

Le Temps, n° 20.769, Samedi 18 mai 1918,
p. 1, en rubrique « Sur mer ».


« Un paquebot français torpillé, mais sauvé

Le paquebot Atlantique, des Messageries maritimes, a été attaqué en Méditerranée dans les premiers jours de mai. Atteint par une torpille, il a pu rentrer dans un de nos ports par ses propres moyens. On a à déplorer la mort d'un passager européen et de neuf Arabes. »


Le Temps, n° 21.981, Dimanche 9 octobre 1921,
p. 3, en rubrique « Marine ~ Marine marchande ».

« LE PAQUEBOT "ANGKOR" DE LA COMPAGNIE DES MESSAGERIES MARITIMES. — Nous apprenons que la Compagnie des messageries maritimes va prochainement mettre en service sur sa ligne de Chine le paquebot Angkor.
C’est un nouveau nom sur la liste de ses unités, mais ce n’est cependant pas un nouveau navire. L’Angkor, en effet, n’est autre que le paquebot Atlantique, qu’une torpille frappait le 9 mai 1918 au large de Bizerte, par tribord avant, pratiquant dans la coque du navire une brèche de 175 mètres carrés. Grâce à la robustesse de ses cloisons étanches, l’Atlantique put néanmoins gagner Bizerte par ses propres moyens, puis, sommairement réparé, Marseille et la Ciotat, où il fut définitivement remis en état par les soins de la
Société provençale des constructions navales.
Est-il besoin de dire qu’au cours de la longue période des réparations, le navire a été complètement transformé, et que le changement intervenu dans son état civil est largement justifié par l’importance considérable des travaux effectués à bord : réparations, modifications et transformations.
Tel qu’il se présente aujourd'hui, l’Angkor est un beau paquebot pouvant chauffer au mazout ou au charbon, déplaçant 11.000 tonnes et mû par une force de 7.200 chevaux. Aménagé pour recevoir 134 passagers de 1re classe, 75 de 2e classe et 87 de 3e classe, dans des cabines dont la disposition permet de garder constamment les hublots ouverts, avantage inappréciable pour la traversée des mers chaudes, il comporte, en outre, un fort joli salon de réunion, de vastes et belles salles à manger, des fumoirs, dont celui des premières classes est agrémenté d’un bar et d’une terrasse, en un mot, des installations communes comprises de telle sorte qu’elles ne pourront manquer de donner satisfaction aux passagers.
L’Angkor quittera Marseille le 15 octobre prochain, pour effectuer son voyage d’essais sur Alger et les Baléares ; son premier départ régulier sur la ligne de Chine, à laquelle il est destiné, est fixé au 28 octobre. »
Dernière modification par Rutilius le ven. août 02, 2019 10:38 pm, modifié 1 fois.
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »