KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » lun. nov. 26, 2007 2:18 pm

Bonjour à tous,

KARNAK Transport postal & auxiliaire de type Laos (1916 - 1916)

Chantier :

La Ciotat
Mis à flot : 06.11.1898
En service : 1916
Retiré : 27.11.1916
Caractéristiques : 9 850 t ; 6 350 tjb ; 142 x 15,5 m ; 9 500 cv ; 2 machines alternatives à triple expansion chauffées par douze chaudières à charbon ; deux cheminées ; 185 passagers en premières, 86 en secondes, 77 en troisièmes jusqu'en 1912, puis après transformations 192 en premières, 110 en secondes, 92 en troisièmes.

Observations :

1898 : paquebot ANNAM des Messageries Maritimes, affecté à la ligne d'Extrême orient avec ses "sisterships" LAOS, TONKIN et INDUS
1904 : rebaptisé TOURANE lors de l'achat par la compagnie d'un cargo-mixte appelé également ANNAM
1912 : modernisé, il reçoit un pont supplémentaire et prend le nom de KARNAK
1914 : réquisitionné pour les services postaux
27.11.1916 : torpillé par le sous-marin U 32 (KL Kurt Hartwig) en quittant La Valette, à 60 milles dans le SE de Malte, pour Salonique. Il y a 17 disparus. Son état-major est rapatrié de Malte à Marseille début décembre à bord du LOTUS.

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Terraillon Marc » mar. nov. 27, 2007 10:52 pm

Bonsoir,


Voici une image du KARNAK de la Compagnie des Messageries Maritimes


Image


A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » ven. mars 21, 2008 9:19 am

Bonjour à tous,

Membres d’équipage disparus :

Gabriel BERNARD, second mécanicien
Annibal PRIMAVERA, second maître d’hôtel
François BAUSA, premier chauffeur
Auguste CASSIN, chauffeur
Antoine CECCHINI, chauffeur
Roch BERNADAC, chauffeur
André DONJON, chauffeur
Ange GRAZIANI, chauffeur
Marius ISCARDO, chauffeur
François POLESI, chauffeur
Etienne BOLLA, soutier
Louis GRUVILLIER, soutier
Enrico ERNESTO, soutier
Jean SANDRINI, soutier
F. VINCENTI, soutier

Cité à l’ordre de la Division :

Victor SCHWAB, commandant

Cités à l’ordre de la Brigade :

Georges SABIANI, second capitaine
Paul FAYOL, lieutenant
LAFONT, chef mécanicien
MOURRUT, matelot

Témoignage officiel de satisfaction :

Pierre COTTET, second mécanicien
Pierre VALERY, lieutenant
PACCINI, maître d’équipage
GRINO, matelot

Source :
Histoire de la Flotte des Messageries Maritimes 1851-1975, Commandant Lanfant


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » ven. mars 21, 2008 10:32 am

Bonjour à tous,

Le Karnak, alors qu'il s'appelait encore Tourane, et avant transformation :

Image

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » ven. mars 21, 2008 1:38 pm

Bonjour à tous,

27.11.1916 : torpillé par le sous-marin U 32 (KL Kurt Hartwig) en quittant La Valette, à 60 milles dans le SE de Malte, pour Salonique. Il y a 17 disparus. Son état-major est rapatrié de Malte à Marseille début novembre à bord du LOTUS.

Voici le rapport du commandant du Lotus :

Rapport manuscrit du commandant Baretge,
copié aux Archives de la Chambre de Commerce et d'Industrie Marseille-Provence.
Rapport général du Voyage
Ligne d’Egypte
Voyage n° 2
Paquebot : le Lotus
Commandé par M. Baretge
Communiqué au Conseil le 6 janvier 1917
De Marseille à Alexandrie et retour

Voyage du 29 novembre au 18 décembre 1916
Escales : Arrivées Départs

Marseille 29 novembre à 18h30
Malte 2 décembre à 8h30 3 décembre à 10h30
Alexandrie 6 décembre à 8 h30 12 décembre à 10h30
Malte 15 décembre à 9h30 15 décembre à 17h30
Marseille 18 décembre à 4h00

Parti de Marseille le 29 novembre à 18h30 par fraîche brise de NE avec forts grains de pluie, mer grosse. Beau temps du 1er décembre à l’arrivée. Il m’a été impossible de quitter Malte le jour même, le port n’ayant pas de mature, il nous a fallu débarquer par nos propres moyens 5 aéroplanes, travail qui nous a pris beaucoup de temps en outre nous avions à débarquer 140 tonnes de marchandises diverses. La traversée de Malte à Alexandrie a été très soucieuse par la présence signalée de plusieurs sous-marins sur notre route et même dans notre voisinage.
Nous sommes arrivés à Alexandrie le 6 et mouillé dans l’avant-port à 9h30 et accosté à quai à 13h30, retard causé par les diverses formalités. Le départ a été renvoyé au mardi 12 le travail du dimanche étant à peu près nul. Nous avions une certaine quantité de colis lourds dans nos cales, qui ont demandé l’aide du ponton mature, travail qui nous a encore demandé pas mal de temps.
La traversée de retour a été particulièrement soucieuse et a demandé une tension d’esprit très grande et une veille encore plus grande surtout de la Crète à Malte (Je vous signale par lettre la conduite d’un de mes matelots qui a peut-être sauvé le Lotus d’une catastrophe).
Arrivée à Malte le 15 et amarré sur les bouées à 10h15. L’on m’apprend le torpillage du Magellan et du Sinaï et que j’avais environ 500 passagers à prendre. Comme j’avais déjà 302 passagers, je n’avais plus les moyens de sauver tout le monde, j’ai demandé des ceintures et des radeaux au commandant de la Marine. Il ne pouvait disposer que d’un seul radeau, je lui ai demandé en place 6 embarcation et 350 ceintures, ce qui m’a été accordé. J’ai pris ces embarcations sous mes mats de charge et saisies le long du bord, prêtes à être amenées à retour (sans avoir de pression qui dans un torpillage peut nous manquer en très peu de temps) enfin je me suis tellement débrouillé que j’ai pu quitter Malte le jour même avec mon personnel et le matériel non sans peine.
Nous avons logé tout ce monde de notre mieux et pour les nourrir nous les avons fait manger par bordées, le matériel pour nourrir tout ce monde nous faisant défaut.
Temps assez beau jusqu’au cap Corse. Nous avons été escortés tout le long de la côte Corse par l’ Aldébaran. Temps couvert, peu de mer, fraîche brise de NE, mer grosse du Cap à Marseille. Arrivé au point fixe le 18 à 4h. Nous avons parcouru 740 miles en plus de notre itinéraire (frontal) pour suivre les routes secrètes et les crochets conseillés par la Marine.

Résultats commerciaux :
Marchandises :
Aller 1136 tonnes diverses = 111 022,40 F
Retour 2058 tonnes diverses = 175 099,75 F
Passagers :
Aller 287 passagers = 49 925,00 F
Retour 730 passagers = 33 700,00 F
Recettes à bord : = 17,50 F

Parmi nos passagers de retour figurent en grande partie les états-majors et équipages de nos paquebots Karnak , Magellan et Sinaï ainsi qu’une partie des passagers de ces paquebots. La recette des divers passagers rescapés embarqués à Malte ne figure pas sur la recette générale du voyage.

Passagers embarqués
Date 1ère classe 2nde classe 3ème classe autres
Marseille 29/11 84 36 33 125
Malte 3/12 4 1 1 3
Alexandrie 12/12 27 17 24 234
Malte 15/12 27 21 54 356

Le capitaine :
Dominique BARETGE

Source :
http://www.es-conseil.fr/pramona/tourane.htm


Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Rutilius
Messages : 12525
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Rutilius » mar. sept. 02, 2008 2:05 am

27.11.1916 : torpillé par le sous-marin U 32 (KL Kurt Hartwig) en quittant La Valette, à 60 milles dans le SE de Malte, pour Salonique. Il y a 17 disparus. Son état-major est rapatrié de Malte à Marseille début novembre à bord du LOTUS.
Bonsoir Franck,
Bonsoir à tous,

Après le torpillage du Karnak, tous ses passagers sans exception furent sauvés et recueillis par le vapeur Letitia (Le Temps, n° 20236, 1er déc. 1916, p. 1), qui, avec les survivants de l'équipage, les conduisit à Alexandrie (Le Temps, n° 20239, 4 déc. 1916, p. 2).

Ayant appareillé de Marseille le 29 novembre 1916, selon le rapport de son commandant, le Lotus les prit donc en charge dans ce port - et non pas à Malte - le 12 décembre suivant (même document). Ceci explique qu'en arrivant à Malte le 15, il avait déjà à son bord 302 passagers (ibid.).

Bonne nuit,
Daniel.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » mar. sept. 02, 2008 9:22 am

Bonjour Daniel,
Bonjour à tous,

Il est possible qu'il y ait une erreur, toutefois je m'interroge :

1. Le Karnak a été torpillé à la sortie de La Valette (Malte). Pourquoi le Letitia, navire anglais, aurait-il déposé les rescapés de l'état-major à Alexandrie, soit à environ 1 500 kms de là, et leur imposer à nouveau un voyage aller-retour périlleux alors qu'il n'était qu'à quelques heures de route de Malte où il pouvait les débarquer en toute sécurité ? Je vois mal la Cie prendre le risque de perdre 2 états-majors d'un coup en cas de torpillage du Lotus alors que celui du Karnak pouvait être sauf à Malte, et être récupéré au retour.

2. Dans la fiche du navire mise en ligne, il est fait mention de l'état-major du Karnak, pas des passagers

3. Dans son rapport, le commandant du Lotus ne précise pas avoir embarqué à Alexandrie ses collègues du Karnak. En revanche, il précise :
La recette des divers passagers rescapés embarqués à Malte ne figure pas sur la recette générale du voyage. Aucune allusion à d'éventuels passagers rescapés embarqués à Alexandrie.

4. A son retour sur Malte, il apprend les pertes du Magellan et du Sinaï, il ne fait pas état du Karnak, il le sait déjà, probablement dès le départ de Marseille le 29 ou à l'escale de Malte le 02.12 pendant laquelle il y a de fortes chances qu'il ait pu rencontrer le commandant du Karnak de la même compagnie, si ce dernier a bien été débarqué à La Valette avec son état-major comme je le pense, après son torpillage, (et les autres rescapés aussi, sans doute).

5. Le Lotus a à son bord 302 passagers à son arrivée à Malte. Quoi de plus normal pour un paquebot qui peut en transporter 400 ? (Il seront 752 au retour à Marseille, 730 dans le rapport du commandant qui n'a pas pris en compte les gens de la Cie ou quelque chose dans le genre)

6. Il faut lire évidement Son état-major est rapatrié de Malte à Marseille début décembre à bord du LOTUS. (et non novembre). Je vais corriger.

En résumé, ce voyage Malte-Alexandrie-Malte-Marseille, je n'y crois pas beaucoup, qu'en pensez-vous ?

Bien cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Rutilius
Messages : 12525
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Rutilius » mar. sept. 02, 2008 11:00 pm

Bonsoir Franck,
Bonsoir à tous,

J'allais me rendre à vos arguments empreints, comme d'ordinaire, du meilleur bon sens maritime lorsque j'ai découvert la dépêche suivante, adressée à sa compagnie par l'agent général des Messageries maritimes à Alexandrie ; ce document est reproduit in extenso par l'Ouest-Eclair n° 6242 du 3 décembre 1916, page 3 :


" MARSEILLE, 2 décembre. - La Direction des Messageries Maritimes a recu ce matin la dépêche suivante de son agent général à Alexandrie relativement au torpillage du Karnak :

" Les passagers et l'équipage sont arrivés aujourd'hui 30 novembre, à 11 heures soir, par le paquebot Loetitia. Tous les passagers sont sauvés. Sont considérés comme disparus :

- BERNARD, second mécanicien ;

- BANSA François, premier chauffeur ;

- CECCHINI Antoine,

- CASSIN Auguste,

- POLESI François,

- ISCARDO Marius,

- BERNADAC Roc,

- GRACIANI Ange, chauffeurs ;

- BOLLA Etienne,

- CRUVELLIER Louis,

- SANDRINI Jean,

- VINCENTI Frédéric et

- PISSATO, soutiers.

Restaurant :

- PRIMAVERA Annibal, maître d'hôtel ;

- PELLOUX Edouard, premier cambusier, et

- VAILLANT Joseph, 2e chef de cuisine." "


Cette liste, qui comporte donc le nom de 16 disparus, a été expressément confirmée par Ouest-Eclair - n° 6244 - du 5 décembre 1916, page 4. Il a simplement été précisé que BERNARD était " quatrième second mécanicien ".

Alors, que penser ?

Bonne soirée,

Daniel.



Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Ar Brav » mer. sept. 03, 2008 1:05 am

Bonsoir Daniel,

Les passagers et l'équipage sont arrivés aujourd'hui 30 novembre, à 11 heures soir, par le paquebot Loetitia

Troublant, en effet. Mais est-ce que l'agent de la Compagnie à Alexandrie considère que les officiers ont bien débarqués en Égypte également ? (car c'est bien le sens de l'information dont il est question en début de sujet). Je pinaille, mais il y a quelque chose d'illogique là-dedans qui va à l'encontre des règles les plus élémentaires de sécurité.
Mais qu'est ce qui peut rester logique dans cette période de conflit...

Bien cordialement et bonne soirée,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Rutilius
Messages : 12525
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

Re: KARNAK - Compagnie des Messageries Maritimes

Message par Rutilius » mer. sept. 03, 2008 2:11 am


Bonsoir Franck,

Autre élément troublant, dont j'avais initialement négligé la portée, qui figure dans Le Temps - n° 20239 - du 4 décembre 1916, p. 2 :

" Le torpillage du Karnak. -

Notre correspondant à Marseille télégraphie que la Compagnie des messageries maritimes a recu hier matin un télégramme du capitaine commandant le Karnak. Il annonce que passagers et équipage du paquebot torpillé sont arrivés à Alexandrie à bord du vapeur Loetitia. Tous les passagers sont sauvés ; seize hommes de l'équipage sont considérés comme disparus."

Néanmoins, je vous rejoins : l'emploi du mot " équipage ", fut-ce dans un télégramme rédigé par le commandant, ne signifie nullement que l' état major du bâtiment naufragé ait embarqué sur le Loetitia à destination d'Alexandrie. Pour autant, quel navire a pu prendre en charge séparément les officiers ? Et peut-on imaginer qu'un commandant se désintéresse du sort des passagers qui lui avaient été confiés et des membres d'équipage sur lesquels s'exercait son autorité, quand bien même il les remettrait aux mains du commandant d'un autre navire ? Ceci contreviendrait gravement aux obligations de sa charge !

Assurément, autour de cet évènement de mer, " la raison a ses raisons que la raison ne connaît pas..."

Bonne nuit,

Daniel.


Répondre

Revenir à « MARINE »