LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
Avatar de l’utilisateur
cpfm1418
Messages : 21
Inscription : mer. janv. 17, 2007 1:00 am
Contact :

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par cpfm1418 » mar. avr. 10, 2007 12:18 am

Bonjour,

En souvenir du Léon Gambetta.

Image

A bientôt,

cpfm1418

http://vignettesdelandre.free.fr

Avatar de l’utilisateur
FX Bernard
Messages : 489
Inscription : mar. oct. 19, 2004 2:00 am

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par FX Bernard » ven. avr. 13, 2007 2:40 am

Bonsoir tout le monde,

merci à vous tous pour ces informations !

A mon tour de vous donner des infos... voici une page de mon site consacrée au cimetière de Castrignano où reposent les dépouilles de 58 marins du Léon Gambetta :

http://www.anciensditalie.net/castrignano.html

Image

Pour une fois, il faut admettre que le monument est parfaitement entretenu...

Cordialement

f-xavier

ps : et un grand merci à mon collègue Roberto pour les photos :-)
Mon blog photographique:
www.ww1photographs.wordpress.com
Le site sur les troupes françaises en Italie :
www.anciensditalie.net

jean-luc2
Messages : 52
Inscription : jeu. févr. 08, 2007 1:00 am

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par jean-luc2 » ven. avr. 13, 2007 10:44 am

Bonjour à toutes et tous,

Une contribution plus que modeste concernant les soldats français morts en Italie : un soldat né à Vassieux (Vercors) : Paul Algoud, 175e RI, mort à l'hôpital de Livourne le 6 avril 1918.

Bien cordialement

Jean-Luc, Annie

Jean-Luc

Xavier54
Messages : 569
Inscription : sam. déc. 02, 2006 1:00 am

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par Xavier54 » ven. avr. 20, 2007 9:55 pm

Bonsoir François-Xavier,

Je me permts de t'envoyer ce document qui peut peut-être t'être utile. C'est un extrait que j'ai scannée du journal "J'ai vu".

Image


Sincères salutations "POILUS",
Xavier ANTOINE, descendant de Poilus du 37ème, 79ème et 414ème RI et Porte-Drapeau de "Ceux de Verdun".

geojeff
Messages : 497
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par geojeff » dim. mai 13, 2007 3:08 pm

Bonjour,

je viens de repérer ce soldat mort en Italie :

CARLI André Antoine, 2ème Classe au 3ème RI, né le 02/07/1895 à Orto (Corse du Sud), tué à l'ennemi le 09/12/1917 à San-Lorenzo.

Par contre en vérifiant sur le site du chtimi, le 3RI ne semble pas avoir combattu en Italie ... Information à vérifier donc ...

Amicalement
Jean-François

geojeff
Messages : 497
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par geojeff » jeu. mai 17, 2007 12:20 am

Bonsoir,

Concernant le soldat CARLI André Antoine, sur le site du Mémorial Gen Web, il est noté comme faisant parti du 203 RI (au nom de CARLI André). :bounce:

Après vérification sur le site du chtimi, cela pourrait correspondre. Vraissemblablement un oubli / erreur du transcripteur sur la fiche MDH. :sarcastic:

Amicalement

Avatar de l’utilisateur
RIO Jean-Yves
Messages : 1197
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am
Localisation : VANNES (Morbihan)
Contact :

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par RIO Jean-Yves » jeu. mai 17, 2007 8:10 pm

Bonjour à tous
bonjour François-Xavier

J'apporte ma petite pierre à l'édifice concernant le "Léon Gambetta" ; voir ces numéros du "Nouvelliste du Morbihan"

http://mediatheque.lorient.fr/repons/po ... doctype=NM

http://mediatheque.lorient.fr/repons/po ... rchePresse

et les suivants.

Bien cordialement. :hello:
Jean-Yves
Recherches sur les régiments vannetais (116e & 316e RI, 28e & 35e RAC) et l'histoire de VANNES
http://vannes1418.canalblog.com/

geojeff
Messages : 497
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par geojeff » mer. mai 23, 2007 8:45 pm

Bonsoir,

concernant les soldats français morts en Italie et non pas le Léon Gambetta (peut être faudrait-il créer un fil ?), je viens de trouver ce soldat qui semble avoir été tué à Turin, si je lis bien la fiche :

CATONI Antoine Louisn né le 11/11/1887 à Morosaglia (Corse).

Lit-on bien "Colonie Française Turin (Italie) ? Si tel est le cas, quelqu'un saurait-il quel est cet hôpital (désolé, je sais qu'il existe une autre rubrique spécialisée :D )

Quelle pouvait être la fonction de cet Escadron du Train des Equipages en cet endroit précis ?

Amicalement
Jean-François

norbert
Messages : 7
Inscription : dim. mai 27, 2007 2:00 am

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par norbert » dim. mai 27, 2007 9:41 pm

Réponse à los :
Parmi les survivants je relève une coquille dans la liste des marins sans spécialités : Albert Cazabat et non Cazarat.
NORBERT

norbert
Messages : 7
Inscription : dim. mai 27, 2007 2:00 am

Re: LÉON-GAMBETTA — Croiseur cuirassé.

Message par norbert » dim. mai 27, 2007 9:56 pm

Voici la lettre du matelot Albert Cazabat, survivant du Léon Gambetta, à ses parents à Bordeaux:
Siracuse le 2 mai 1915
Page 1

Voilà mon adresse
Albert Cazabat
Internée à Siracuse
Part les bons soins du consul de France
Siracuse
Sicilia

Chers parents
Je vous ecris pour vous donner de mes nouvelles qui sont toujours bonnes et je souhaite que ma carte vous trouvera de même. En ce moment nous sommes à Siracuse comme vous avez pu le voir sur les lettres que je vous ai déjà envoyé nous sommes logés à une caserne de biffin dans la ville même nous sommes coucher dans des lits. Nous mangeons pas trop mal nous avons un quart de vin part repas et comme macaroni nous mangeons quelque chose. Voilà trois jours que nous sommes là et nous y resterons jusqu’à la fin de la guerre ou jusqu’à t’en que l’Italie si mette. Pour le naufrage je pourrai vous en faire le récit sa c’est passée vers une heure ½ je dormai dans mon hamac lorsque une formidable explosion me projette en bas je me relève puis je monte l’échelle des officiers qui se trouve juste en face de mon hamac à moitié échelle une

Page 2

seconde explosion me projete en bas de l’échelle par le déplacement d’air, de toute part dans les batteries des cris parte enfin pour la deuxième fois je remonte l’échelle lorsqu’une trombe d’eau lancée en l’air part l’explosion me tombe dessus j’arrive sur le pont le bateau commencé à prendre de la gite à babord je me mets a descendre l’échelle de combat qui se trouve le long de la coque pour me jeter à l’eau mais je pensé que le bateau couler pas trop vite je remonte l’échelle et vais voir si aux boués lumineuses y avait du monde je vois qu’il y avait pas moyen ils étaient déja une vingtaine dessus je reviens au milieu juste l’amiral sorté en chemise et demande « Qu’est qu’il y a les enfants c’est rien ». Je continue et au milieu il y avait le lieutenant Lefèvre qui essayait de mettre la chaloupe à l’eau alors voyant qu’il y avait rien à faire il nous dit sauvait vous comme vous pouvez Vive la France et tranquillement il se met à fumée la cigarettes ainsi que d’autres officiers. Moi je saute de la chaloupe je vais au canots a babord et je vois qui mette une baleinière a l’eau je donne la main au moment ou

Page 3

on aller réussir le canots ou il y avait la baleinière chavire et juste je me trouve pris dessous ainsi que six matelots alors dans effort nous soulagons le canots qui se retourne et finalement tombe a l’eau alors je me jette a la mer et au bout de 100 ( ? ) je rattrappe le canots qui commencait déjà a se diriger sur un feu qu’on voyait de toute part des cris partait « sauvez-moi, maman » d’autres cris « Vive la France » en route on ramasse tout ce qui se trouve la et nous nous éloignons du bateau qui dans deux minutes va disparaître dans un nuage de vapeur. Alors commence les heure d’angoisse de suite on cherche des seau pour vidée l’eau enfin on a le bonheur d’en trouver un au fond du canots. Alors un avec le seau l’autre avec un bonnet et un autre avec son souliers se mette a vider l’eau le canot est crèver a deux endroit et il fait au moins 5 ( ou 1 ? ) tonne d’eau a l’heure enfin le petit jour commence a paraitre au joie nous voyons que c’était la terre qui était a dix mille de nous alors sa nous donne du courage et nous continuons a souqué sur les avirons par

Page 4

moment l’eau embarque a bord et n’est obliger de mettre les bras tout le long pour pas que sa embarque vous pensez 108 hommes dans une embarcation qui était faite pour 58 hommes seulement enfin nous faisions des signaux aux phare avec une chemise au bout d’un aviron et a un mille de la terre une embarcation vient a nous alors nous embarqons une vingtaine dedans et elle nous remorque jusqu'à terre ou nous débarquons vers 9 heures du matin nous étions presque tout nus les bonnes femmes pleurait elle nous donnai du pain et des pantalons un matelots Italiens nous conduit au sémaphore et on nous donnens a manger et des monsieurs viennent nous voir et nous portens des cigarettes a 3 heures de l’après-midi 3 torpilleurs Italiens arrivent a toute vitesse pour nous porté des effets et l’on s’habille en marins Italiens le soir on nous donne une couverture pour deux et l’on se coucher, le lendemain un transport Italien nous prend pour nous menés a Siracuse en se dirigeant vers le transport nous passons devant 58 cadavres repecher en mer par les torpilleurs Italiens, et a bord nous rencontrons deux survivants

Page 5

qu’ils ont repecher a trois heures de l’après-midi nous embarquons a bord du transport au moment de passer la coupé le 1er maître qui s’est sauvé salue et dit les rescapés du Léon Gambetta alors l’officier rend le salue et lui répond « Non les héros du Léon Gambetta » a bord on nous donnes le café et a 10 heures une délégation va assister a l’enterrement des camarades a terre ou un discours est prononcé par le maire du pays a deux heures tout le monde est de retour a trois heures on appareille pour Siracuse en cour de route on est bien traiter par les officiers Italiens qui nous donnes des cigarettes et du savon pour se laver le lendemain a 5 heures on mouille a Siracuse ou l’on débarque a 8 heures en débarquement des ovations partent de toutes part en arrivant au quai des aplaudissement s’en vont de tout cotés l’on nous fait alligner et en route une fois franchie la grille nous sommes déborder les femmes nous saute au cou nous embrassez les hommes nous donnens le bras et des cris de « Vive la France » partent de partout alors nous répondons « Vive l’Italia »

Page 6

J’arrive a la caserne portée par le monde avant de rentrer un bon vieil me saute au cou et m’embrassez et il voulait que je boive un verre avec lui enfin je rentre et l’on nous donnens nos lit et je pense j’ai passer une bonne nuit le lendemain réveil a 7 heures et le soir l’on nous a laissé sortir accompagnée par un sergent pour 4 hommes depuis nous sommes la ou l’on dort et l’on mange des civils viennent nous porté des cigarettes et des cigares, le colonel nous a féliciter ainsi que les officiers du courage que l’on avait eu. Voilà je pense tout ce que je peux vous renconter de ce qu’ils nous ait arriver je pense que vous vous être pas trop fait de mauvais sang et sa serait pas la peine qu’a je suis en bonne santé je vous dirai que pour le moment nous manquons un peut de tout mais dans quelque j’espère qu’on sera monter. Rien plus a vous direz si c’est de pas vous faire de mauvais sang car je suis en bonne santé et j’espère que ma lettre vous trouvera de même a tous.
Votre fils qui vous embrasses
et à bientôt
Albert Cazabat
NORBERT

Répondre

Revenir à « MARINE »