FOURNEL Compagnie Générale Transatlantique

Marine, bateaux & marins pendant la Grande Guerre
olivier 12
Messages : 4127
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: FOURNEL Compagnie Générale Transatlantique

Message par olivier 12 » jeu. sept. 11, 2008 4:20 pm

Bonjour à tous,

Vapeur FOURNEL
Lancé le 7 Septembre 1880 au chantier Inglis de Pointhouse pour le compte de la Compagnie Générale Transatlantique

2187 tpl 1205 tx JB
Machine à vapeur à triple expansion de 1200 cv

Immatriculé au Havre n° 1519
Armé au Havre au cabotage en date du 18 Février 1916 par la Compagnie Générale Transatlantique

Le rôle bord a été perdu lors du naufrage et le rôle de l’inscription maritime est très incomplet. On y relève néanmoins :

Capitaine BOURRAT Henri CLC né le 04/02/1880 à St Laurent de la Salanque Inscrit à Marseille
2e cap. BERTONI Ange CLC né le 01/01/1876 à Canari (Corse) inscrit à Bastia
Lieutenant GRAZIANI Jean-Baptiste né le 18/05/1875 à Bastia inscrit à Marseille
2e mécan. FIDELI Jules OM2 né le 11/03/1884 à Bastia inscrit à Marseille

Bosco FRO Eugène né le 22/03 1880 à Saint Valéry en Caux inscrit à Fécamp
Novice MALPAS Augustin né le 22/05/1899 à Saint Laurent inscrit à Narbonne
Novice FIGUIERE Paul né le 22/07/1898 à Montpellier inscrit à Marseille

Nota : ce rôle m’a permis de découvrir qu’il y avait un quartier d’inscription maritime à Narbonne

Extrait du rôle

« Le vapeur FOURNEL a été coulé par un sous-marin ennemi le 25 Juin 1916 »
Aucune autre précision sur le naufrage qui n’aurait donc pas fait de victimes.

Le sous-marin attaquant

C’était le sous-marin U 35 du KL Lothar von ARNAULD DE LA PERIERE .

La position donnée pour le torpillage est 41°50 N 05°00 E soit à 95’ dans l’ouest du cap San Sebastian.
Torpillage à 07h30 du matin.
Il serait intéressant de savoir si von Arnauld a fait évacuer le navire avant de le couler.

Voici les renseignements donnés sur le site Cie Gle Transatlantique. Seul le KTB de l'U 35 peut apporter une confirmation : coulé au canon ou torpillé?

paquebot FOURNEL
Compagnie Générale Transatlantique, 1880 - 1916


Histoire

Navire de dimensions similaires au trio LE CHATELIER (1879) FLACHAT (1880) et ALEXANDRE BIXIO (1880).
Mis en service en octobre 1880 sur la ligne de Colon, au départ de Marseille.
En 1883, est transféré sur la ligne du Mexique.
A partir de 1889, est utilisé sur différentes lignes transatlantiques et en Méditerranée, en fonction des besoins.
En 1890 et en 1903, reçoit de nouvelles chaudières. En 1903, un de ses mâts est supprimé.
Le 25 juin 1916, au cours d'un voyage entre Port-Saint-Louis-du-Rhône et Alger, est capturé, au large de Minorque, par le sous-marin allemand U 35 et coulé au canon (ou torpillé, suivant les sources).

Cdlt

Olivier
olivier

Avatar de l’utilisateur
Yves D
Messages : 2048
Inscription : ven. mai 18, 2007 2:00 am
Localisation : Toulon
Contact :

Re: FOURNEL Compagnie Générale Transatlantique

Message par Yves D » jeu. sept. 11, 2008 4:51 pm

Bonjour Olivier, bonjour à tous

Longtemps que nous n'avions pas retrouvé Lothar von Arnauld !

Après un bref coup d'oeil au KTB U 35, le Fournel a été coulé au canon. Selon von Arnauld, il a coulé au point 40.54N 04.45E. Il écrit également que le Fournel était armé d'un affût de 47, que les papiers ont été amenés à bord (du sous-marin) et que l'opération a duré 45mn.

Il est clair que le navire a été évacué avant d'être coulé. Tout à fait dans le style de von Arnauld mais en 1916, c'était la règle dans la majorité des cas.

Source Starke-Schelle Register, 1880 :
FOURNEL (iron) FR 1C
2,187 Cie. Générale Transatlantique, Le Havre 300.2 x 36.0
P/C A. & J. Inglis, Glasgow (9) #159
Captured, shelled and sunk by U 35, 25 June 1916, 95 miles west of Cape San Sebastian, voy. St. Louis du Rhône - Algiers & Oran, general cargo

Au vu de la position du navire lors de sa destruction, il est vraisemblable que venant de Port St Louis, c'est plutôt sur Oran qu'il faisait route puis ensuite Alger.

Image

Cdlt
Yves
www.histomar.net
La guerre sous-marine 14-18, Arnauld de la Perière
et autres thèmes d'histoire maritime.

Avatar de l’utilisateur
Ar Brav
Messages : 6402
Inscription : mar. avr. 25, 2006 2:00 am

Re: FOURNEL Compagnie Générale Transatlantique

Message par Ar Brav » jeu. sept. 11, 2008 5:17 pm

Bonjour Olivier,
Bonjour à tous,

Je n'ai hélas qu'un mauvais cliché du Fournel :

Image

Ainsi que son inscription au livre d'or de la CGT :

Image

Post 15h20 : Livre d'or qui, du reste, contient quelques erreurs, mais il est d'époque...

Cordialement,
Franck
www.navires-14-18.com
Le cœur des vivants doit être le tombeau des morts. André Malraux.

Avatar de l’utilisateur
Terraillon Marc
Messages : 3983
Inscription : mer. oct. 20, 2004 2:00 am

Re: FOURNEL Compagnie Générale Transatlantique

Message par Terraillon Marc » dim. oct. 05, 2008 1:53 pm

Bonjour

En fin de compte, c'est un caboteur, un cargo mixte ou un paquebot ...???

Je le classe comme mixte en m'appuyant sur la photo .

A bientot
Cordialement
Marc TERRAILLON

A la recherche du 17e RIT, des 166/366e RI et du 12e Hussards.

olivier 12
Messages : 4127
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: FOURNEL Compagnie Générale Transatlantique

Message par olivier 12 » dim. oct. 05, 2008 7:53 pm

Bonjour Marc, Bonjour à tous,

La Transat l'appelle "paquebot" mais, vu la photo, c'est de toute évidence un cargo mixte ne prenant qu'une toute petite quantité de passagers.

Cdlt

Olivier
olivier

dbu55
Messages : 1233
Inscription : dim. sept. 21, 2008 2:00 am

Re: FOURNEL Compagnie Générale Transatlantique

Message par dbu55 » dim. janv. 10, 2010 2:12 pm

Bonjour à tous et à toutes,

Article du Nouvelliste du Morbihan N° 155 du dimanche 2 juillet 1916 :

LES SURVIVANTS DU FOURNOL [sic]

TOULOUSE - 38 matelots du vapeur Fournol [sic] de la Compagnie Générale Transatlantique, coulé en Méditéranée par un sous-marin allemand sont arrivés à Port-Vendres mercredi soir, à 11 heures 1/2 montés dans deux embarcations.
Les survivants avaient ramé 26 heures pour atteindre la côte.


Si je peux me permettre une remarque :

Le FOURNEL à été capturé et coulé au canon au large de Minorque le dimanche 25 juin 1916, et d'après l'article les survivants auraient ramé 26 heures pour arrivé à Port-Vendres le mercredi soir (donc le 28 juin 1916 :???: ).

Cordialement
Dominique
Avec les Allemands, nous nous sommes tellement battus que nos sangs ne font plus qu'un [ Ferdinand Gilson, France, Figaro Magazine n°19053 du 05 nov. 2005 ]

olivier 12
Messages : 4127
Inscription : ven. oct. 12, 2007 2:00 am

Re: FOURNEL Compagnie Générale Transatlantique

Message par olivier 12 » lun. févr. 21, 2011 12:49 pm

Bonjour à tous,

Un complément sur le naufrage du FOURNEL

Rapport du capitaine

Quitté Port Saint Louis du Rhône pour Alger le 24 Juin 1916 à 13h10 avec 206 tonnes de divers dont 300 futs vides sur le pont et 38 hommes d'équipage.

Trois canonniers arment la pièce de 47.

NEGRE Etienne Quartier maître Agde
TANGUY Joseph Fusilier Lorient
CHEVRIER Charles Matelot sans spé. Les Sables d'Olonne

Temps clair. Jolie brise d'ouest. Mer houleuse.

A 18h00 le même jour, par 40°50 N et 05°00 ouest, aperçu sous-marin sans pavillon à 6000 m sur tribord. Manœuvré pour présenter l'arrière, augmenté l'allure au maximum, mis les canonniers aux postes de combat, disposé les embarcations pour un abandon.
Le sous-marin nous canonne pendant environ une demi-heure et une vingtaine d'obus tombent à proximité. Le sous-marin demeurant hors de portée et la fuite étant impossible, pour ne pas exposer inutilement la vie de l'équipage, stoppé et hissé le pavillon blanc au grand mât.
Mis les trois embarcations à la mer, détruit les documents secrets, jeté à la mer le bloc de culasse du canon et évacué. Pendant l'évacuation, un obus est tombé au milieu d'un tas de paniers vides, sous le château.

Le sous-marin fait route sur nous et le commandant nous enjoint, en pur français, d'approcher. Il demande les papiers du bord, le nom du navire, la provenance, la destination et la nature du chargement. Il nous reproche d'avoir pris la fuite et insiste pour avoir les papiers. Puis il nous rend notre liberté de mouvement.
A ce moment-là, le sous-marin portait un pavillon autrichien sur le kiosque.

(nota : on rapprochera cette observation de celle faite par l'équipage du vapeur grec CONSTANTINOS, arraisonné le même jour. Vu la silhouette dessinée et ce pavillon autrichien, on peut vraiment penser qu'il s'agit du même sous-marin -voir fiche U 35-)

Etant à 60 milles de Minorque, fait route au S 25 W sur Caballeria. Entendu deux explosions et vu le FOURNEL couler par l'arrière.
Abandonné le youyou dans la nuit du 25 au 26 Juin, la mer devenant trop houleuse. Arrivé à Caballeria, port de Fornelles, le 26 Juin à 05h00.
Très bon accueil de l'agent consulaire à Ciudadella, puis à Port Mahon.

Description du sous-marin

70 à 80 m
Peinture grise.
Damier noir et blanc sur le kiosque.
Deux canons de 90 mm sur l'avant et l'arrière

Commandant : environ 40 ans. Rasé. Blond. Corpulence moyenne. S'exprime dans un français très pur. Costume kaki d'une seule pièce. Portait un casque aplati à bords larges.

(nota : il s'agit de Lothar Von Arnauld de la Périère)

Second capitaine : 28 à 30 ans. Rasé. Grand et mince. Tête nue, raie au milieu. Costume kaki d'une seule pièce.

(Nota : il s'agit de l'enseigne de vaisseau Otto Launburg)

Voici la silhouette du sous-marin dessinée par le 3e mécanicien du FOURNEL, François Collard (nom peu lisible et très incertain)

Image

Le sous-marin attaquant

C'était donc l'U 35 du KL Lothar von Arnauld de la Périère.

Conclusions de l'officier enquêteur

L'abandon a été décidé sans consultations de tous les officiers et principaux, mais seulement à la requête de quelques chauffeurs et d'un officier, le lieutenant Graziani. Le commandant Bourrat a donc commis une faute en ordonnant l'abandon de son navire sans avoir au préalable consulté ses officiers.
Il n'a pas vu où était son devoir et, s'il n'a pas commis de lâcheté, il a manqué de caractère et d'énergie. Il n'a pas fait tirer un seul coup de sa pièce. Son seul but a été de se sauver, lui et son équipage.
Ce sont les matelots allemands qui ont amené le pavillon blanc en allant poser les bombes à bord.

Le capitaine du FOURNEL est coupable d'avoir renoncé à échapper au sous-marin qui le poursuivait.

Le second capitaine du FOURNEL est coupable de n'avoir apporté aucun concours à son capitaine et d'avoir quitté le bord avant que tout l'équipage n'ait pris place dans les embarcations.

Le lieutenant du FOURNEL est coupable d'avoir, de sa propre initiative, incité son capitaine à abandonner le navire et d'avoir quitté le bord avant que tout l'équipage n'ait pris place dans les embarcations.

Note du Ministre du 12 Septembre 1916

Monsieur Henri POURRAT, capitaine au long cours, demeurant 102 rue de l'Evéché à Marseille, ancien capitaine du FOURNEL est privé jusqu'à la fin des hostilités de la faculté de commander au motif :

« Son navire étant attaqué au canon par un sous-marin, a spontanément abandonné son bâtiment sans qu'il fut démontré que la résistance fut impossible ».

Cette décision sera confirmée ultérieurement par le chef d'Etat-Major de la Marine, l'Amiral Ronarch.

Note sur le second de l'U 35


Nous avons déjà rencontré à plusieurs reprises l'OL Otto Launburg lorsqu'il commandait, plus tard, l'UC 37. Il coula de nombreux navires dont les français ERNEST SIMMONS, SAINT SIMON et COLBERT en 1917. (Voir fiches de ces navires)

Launburg aura une chance extraordinaire et survivra à la guerre. En Mai 1918 il commandait le sous-marin UB 52 et rentrait de patrouille, faisant route en surface vers Kotor. Il fut surpris à 40 milles de sa base, par le sous-marin anglais H 4 du Lt Oliver North, qu’il n’avait pas vu. Celui-ci lui lança une torpille à une distance de 200m qui explosa à hauteur du kiosque. Le commandant Launburg et l’homme de barre, qui se trouvaient en haut du kiosque, furent projetés à la mer par la violence de l’explosion. Le sous-marin coula instantanément, entraînant dans la mort ses 32 hommes d’équipage ainsi que deux officiers anglais faits prisonniers lors de la destruction du vapeur SNOWDON, quelques jours plus tôt.
Recueillis par les Anglais, Launburg et son timonier furent donc les seuls survivants du sous-marin. Gravement blessé, interné d'abord à Malte, puis en Angleterre, il rentra de captivité en 1919 et fut dirigé sur l'hôpital de Kiel. Il n'en sortit qu'en Juillet 1920, soit 2 ans et demi après son torpillage. Il fut promu Lieutenant de Vaisseau, mais démissionna de la Reichsmarine et entra comme ingénieur dans une compagnie de téléphone.

En 1939, il fut mobilisé à nouveau avec le grade de capitaine de corvette. D'abord affecté à Emden, il fut ensuite chef du bureau de la Kriegsmarine au Havre de Juin 40 à Décembre 42, puis chef du même service à Saint Malo jusqu'en Juin 43.
Incroyable coïncidence qui le mettait tout proche de Madame Dupart, veuve du commandant du SAINT SIMON, dont le fils était alors prisonnier en Allemagne. Mais celle-ci a toujours ignoré cette coïncidence.
Il fut ensuite envoyé en Norvège et devint le commandant du port de Bergen jusqu'à la fin de 1944. Il finit la guerre à Molde, tentant d'évacuer le personnel de la Marine et fut fait prisonnier par les Norvégiens. Après une très courte captivité il rentra chez lui et repris son travail à la compagnie du téléphone.
Il prit sa retraite en 1957 et il est décédé le 24 Décembre 1980, à l'âge de 90 ans.

(Source : « Les officiers de marine du Mecklenbourg de 1850 à 1990 »)

Cdlt
olivier

Rutilius
Messages : 14342
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

FOURNEL ― Cargo mixte ― Compagnie générale transatlantique (1880~1916).

Message par Rutilius » dim. mai 02, 2021 10:45 am

Bonjour à tous,

Fournel ― Cargo mixte ― Compagnie générale transatlantique, Le Havre (1880~1916).


FOURNEL – Le Havre, f° 506, n° 1.519 - .JPG
FOURNEL – Le Havre, f° 506, n° 1.519 - .JPG (112.19 Kio) Consulté 574 fois

Inscription maritime ― Quartier du Havre ― Matricules des bâtiments de commerce (1902~1980), f°s 1.198 à 1.796 : Archives départementales de la Seine-Maritime, Cote 6Psup01_06, p. num. 151. [Extrait].
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Rutilius
Messages : 14342
Inscription : mar. avr. 22, 2008 2:00 am

FOURNEL ― Cargo mixte ― Compagnie générale transatlantique (1880~1916).

Message par Rutilius » lun. mai 03, 2021 11:17 am

Bonjour à tous,

Fournel ― Cargo mixte ― Compagnie générale transatlantique, Le Havre (1880~1916).

Cargo mixte en fer lancé le 7 septembre 1880 par le chantier de Penthouse de la société A. & J. Inglis Co. Ltd., de Glasgow (Écosse, Royaume-Uni), pour le compte de la Compagnie générale transatlantique [Siège social : 6, rue Auber, Paris (IXe Arr.)] ; n° de chantier : 159.

Francisé au Havre le 18 octobre 1880, n° 3.410. Immatriculé au Havre le ... octobre 1880, f° 822, n° 2.455 ; réimmatriculé au même quartier le 1er mai 1890, f° 213, n° 639 ; réimmatriculé au même quartier le 30 décembre 1913, f° 506, n° 1.519. Indicatif d’appel : J.H.C.T.

En 1916, bâtiment armé militairement d’un canon de 47 mm.

Arrêté et coulé au canon le 25 juin 1916 par le sous-marin allemand U-35 (Kapitänleutnant Lothar von ARNAULD de La PERIÈRE) à 95 milles dans l’Ouest du cap San-Sebastian (Palafrugell, Catalogne, Espagne), par 40° 50’ N. et 5° 00’ E., alors qu’il allait de Saint-Louis-du-Rhône à Alger avec 206 tonnes de marchan-dises diverses, dont 300 fûts vides chargés en pontée.

Bâtiment alors commandé par le capitaine Henri BOURRAT, capitaine au long-cours inscrit au quartier de Marseille, n° 752.

Caractéristiques générales. — Jauge (après vérification en Douane du 1er octobre 1914) : 2.235,74 tx jbt, 2.046,73 tx jb et 1.265,01 tx jn. Port en lourd : 2.648 t. Dimensions : 91,44 x 11,10 x 6,58 m. Propulsion : machine à pilon à triple expansion à deux cylindres développant 1.200 cv ; une hélice. Vitesse en service : 10,5 nœuds.

____________________________________________________________________________________________

Marthe BARBANCE : « Histoire de la Compagnie générale transatlantique. Un siècle d’exploitation maritime », préface de Roger Vercel, Art et métiers graphiques, 1955. Annexe : « Flotte de la Compagnie générale transatlan-tique depuis son origine ».

Inscription maritime ― Quartier du Havre ― Matricules des bâtiments de commerce :

— 1889~1902, f°s 601 à 1.197 : Archives départementales de la Seine-Maritime, Cote 6Psup01_06, p. num. 15 [f° 213, n° 639].

— 1902~1980, f°s 1.198 à 1.796 : Archives départementales de la Seine-Maritime, Cote 6Psup01_06, p. num. 151 [f° 506, n° 1.519].

____________________________________________________________________________________________
Bien amicalement à vous,
Daniel.

Répondre

Revenir à « MARINE »