Crémation des tués

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4675
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: Crémation des tués

Message par Eric Mansuy » dim. mars 26, 2006 2:29 pm

Bonjour à tous,
Vous trouverez ci-dessous la reproduction d'un article paru aujourd'hui dans "Est magazine", supplément de la presse locale dominicale en Lorraine et Franche-Comté.
Bien cordialement,
Eric Mansuy

Les impossibles bûchers

Dans un but d’hygiène publique, des essais de crémation des corps ont eu lieu à Heippes (Meuse) en 1915.

La question est évoquée en quelques pages dans l'ouvrage « Nos morts » sous-titré « Les sociétés occidentales face aux tués de la guerre ». Co-auteur avec Danièle Voldman de ce livre édité chez Payot, Luc Capdevila a trouvé trace de cet épisode « dans les débats parlementaires. Il y a eu des discussions entre les députés et les sénateurs sur les conditions matérielles et les enjeux moraux », explique-t-il. « Ce que souhaitaient les députés, c'était parvenir à une possibilité légale de brûler les corps des ennemis mais aussi ceux des Français et de leurs alliés non identifiés ».
Les Allemands, au cours des premières batailles, procédèrent à des incinérations collectives. « Certains Français, scandalisés, y virent une nouvelle preuve de la barbarie de leurs adversaires », écrit Luc Capdevila. Pourtant, le 14 juin 1915, la Commission de l'hygiène publique obtient l'autorisation de faire des essais d'incinération. Le lieu est choisi dans la Meuse, à Heippes, plus exactement à une vingtaine de kilomètres de Verdun.
On creuse alors deux fosses dans un champ de la localité. Dans la première, on y place deux cadavres de soldats allemands inhumés au mois de mai précédent et exhumés la veille. Dans l'autre, c'est un cheval mort que l'on installe. Les dépouilles, posées sur un bûcher, ont été alors arrosées de goudron puis recouvertes d'une autre couche de bois. « On s'est vite aperçu que c'était compliqué », poursuit Luc Capdevila. « Déjà à la Bataille de la Marne, on avait essayé de réaliser des incinérations de manière empirique. On avait aspergé des corps avec du pétrole. Mais là non plus, l'essai n'avait pas été concluant. Avec toute l'eau qu'ils contiennent, les corps ne brûlent pas comme ça. Ensuite, sur papier, on a imaginé comment l'on pouvait détruire des masses de corps avec la priorité de s'en débarrasser dans de bonnes conditions. Et tout cela, dans un but strictement prophylactique. » En effet, avec la chaleur, les épidémies pouvaient se répandre rapidement.
Les débats parlementaires font alors rage quelques semaines après l'épisode de Heippes. « Les députés qui portaient ce projet de loi sur ce type de crémation étaient des médecins. Des gens qui représentaient un courant culturel pour qui la crémation ne posait pas de problème. Ils étaient agnostiques, athées ou protestants. Les milieux catholiques, eux, étaient atterrés ».

Le député Louis Dumont, républicain socialiste de l'Indre, auteur de la proposition, est médecin et rapporteur de la commission de l'hygiène publique. « Il fit état des craintes de contamination des eaux, de pollution des sols et des risques d'épidémie, tant il semblait difficile de faire assainir les zones de combat, au vu de la masse des cadavres et des chaleurs de l'été », écrit Luc Capdevila.
L'auteur souligne aussi les propos du sénateur indépendant de Saône-et-Loire, Félix Martin, qui proposa l'embaumement des corps non identifiés par injection d'alcool amylique. Ils seraient en fait incinérés après la guerre sur des bûchers dans le style de ceux qui étaient dressés pour les guerriers antiques !

Finalement, la proposition fut rejetée le 27 janvier 1916 par le Sénat. L'été était passé, avec lui les fortes chaleurs et les inquiétudes d'épidémie. Mais un mois plus tard, une terrible Bataille faisait trembler la terre de Verdun...

Frédéric PLANCARD
(« Nos morts - Les sociétés occidentales face aux tués de la guerre » par Luc Capdevila et Danièle Voldman aux éditions Payot)

J'en profite pour ajouter un lien qui présente cet ouvrage : http://www.ihtp.cnrs.fr/publications/nos_morts.html
Quelqu'un parmi vous l'aurait-il lu et pourrait-il nous donner son avis ? Tout cela a l'air passionnant !
"Un pauvre diable a toujours eu pitié de son semblable, et rien ne ressemble plus à un soldat allemand dans sa tranchée que le soldat français dans la sienne. Ce sont deux pauvres bougres, voilà tout." Capitaine Paul Rimbault.

Avatar de l’utilisateur
LABARBE Bernard
Messages : 4730
Inscription : mar. juil. 12, 2005 2:00 am
Localisation : Aix-en-Provence
Contact :

Re: Crémation des tués

Message par LABARBE Bernard » dim. mars 26, 2006 3:31 pm

Bonjour,
Merci Eric pour ce sujet hors du commun...des mortels :ange:
Et superbe lien, encore un, je constate chaque jour l'étendue de mon ignorance qui commence à me donner le vertige. (Une étendue donne rarement le vertige, disons plutôt la profondeur...) Je vais encore sortir des euros... ;)
Concernant les corps, effectivement il était permis de s'inquiéter, en certains lieux et à l'approche de l'été...
Le sujet est à rapprocher peut-être de celui de certaines maladies contractées dans les tranchées.
Cordialement,
Bernard


bernard berthion
Messages : 3086
Inscription : dim. oct. 24, 2004 2:00 am

Re: Crémation des tués

Message par bernard berthion » dim. mars 26, 2006 4:49 pm

Bonjour,

il est vrai qu'après les grandes offensives, comme celle de septembre 15 en Champagne, des buchers furent utilisés pour les chevaux tués mais d'autres aussi pour les soldats trop nombreux à enterrer .
Les disparus sont à trouver aussi parmi ces cendres .... Et les os non détruits se retrouvaient dans des fosses communes ....
L'Histoire est parfois terrible, mais on cherchait à éviter au mieux et rapidement les épidémies .
Je pense que d'un côté comme de l'autre, on enterrait plus facilement les siens et on brulait ses ennemis .... alors que ceux qui restaient abandonnés entre les lignes disparaissaient peu à peu au fil du temps et des bombardements ....
Cordialement BB

Avatar de l’utilisateur
jef93
Messages : 79
Inscription : mar. janv. 10, 2006 1:00 am

Re: Crémation des tués

Message par jef93 » dim. mars 26, 2006 4:59 pm

Bonjour,

Un petit extrait d'un courrier adressé par l'abbé Mugnier aumônier du 1er Bataillon d'Afrique, au curé du village de Vignory(52), à la suite des combats de 1918 devant le fort de Brimont:

"Combien sont restés la? Je ne veux pas vous le dire. Nous trainions les blessés devant les boches qui nous pressaient.Nous cachions nos morts. Ils les ont sans doute brûlés. Plus tard, quand nous y sommes repassés, nous n'avons trouvé aucune tombe, aucune trace, ni là, ni dans les villages voisins..."


Amicalement, Jef
On vous a tués,et c'est le plus grand des crimes.Vous avez donné votre vie et vous êtes les plus malheureux. (M.Genevoix)

denise pontlevoy
Messages : 9
Inscription : lun. févr. 27, 2006 1:00 am

Re: Crémation des tués

Message par denise pontlevoy » dim. mars 26, 2006 9:30 pm

Bonsoir,

Voici ce que j'ai relevé dans le journal "le Pays de France"

"Du 24 juin au 01 juillet 1915 les Allemands ont cannoné les abords de Ramscapelle, Pervyse, Caskerke. Sur les plages Belges les chevaux se faisaient tuer en se roulant dans le sable pour se soulager de la gale et les hommes étaient visés par les mitrailleurs quand ils se jetaient dans la mer pour échapper à l'odeur sinistre des morts que les Allemands brûlaient à Mariakerke dans un crématoire improvisé.

Denise Pontlevoy

Avatar de l’utilisateur
Stephan @gosto
Messages : 5754
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Paris | Chartres | Rouen
Contact :

Re: Crémation des tués

Message par Stephan @gosto » lun. mars 27, 2006 1:25 am

Bonsoir,

Dans le "Guide Militaire des étudiants et des médecins et pharmaciens de réserve et de l'armée territoriale" (*), la crémation est suggérée pour l'assainissement du champs de bataille, lorsqu'il s'agit de cadavres inhumés depuis plusieurs mois. Je n'ai pas vraiment le coeur à retranscrire le texte qui explique la méthode préconisée !

Eric, j'ai acheté dernièrement le livre de Capdevila / Voldman, mais pas encore lu... A noter que ce travail ne se limite pas à la seule Grande Guerre, même si une grande partie du livre y est consacrée.

Amicalement,

Stéphan

(*) par Arthur Petit et Lucien Collin, Société d'edition Scientifique et Littéraire, 1902, 640 pages (Voir chapitre "Assainissement du champ de bataille".
ICI > LE 74e R.I.
Actuellement : Aperçu de la photographie militaire au début du XXe siècle. Sous l'uniforme du 74e R.I.

Image

Avatar de l’utilisateur
mireille salvini
Messages : 1194
Inscription : jeu. déc. 15, 2005 1:00 am

Re: Crémation des tués

Message par mireille salvini » lun. mars 27, 2006 11:19 am

bonjour Eric

merci pour cet article et la référence de ce livre que je ne connaissais pas et que je vais me procurer car il viendra compléter celui que j'ai sur un thème analogue.
merci aussi pour le lien sur la revue "Terrain",je viens d'en imprimer l'article qui a l'air captivant.

voici le scan de l'arrière de ce livre que j'ai et qui pourra peut-être vous intéresser:
il s'agit de "Combattre et mourir pendant la Grande Guerre (1914-1925)"
de Thierry Hardier et Jean-François Jagielski (édition Imago)
Image

Mireille
Aucune justice n'est possible pour les morts… mais si nous ne pratiquons pas le "devoir de mémoire", ils mourront une seconde fois.
(Elie Wiesel-prix Nobel de la Paix)

invite
Messages : 62
Inscription : lun. févr. 27, 2006 1:00 am

Re: Crémation des tués

Message par invite » lun. mars 27, 2006 6:00 pm

Bonjour,
Ca m'a rappelé cette image de propagande, (le Petit Journal du 16/04/1916)
Image
Salutations

Cyril Cary
Messages : 1118
Inscription : lun. août 08, 2005 2:00 am

Re: Crémation des tués

Message par Cyril Cary » lun. mars 27, 2006 7:24 pm

Bonjour
Un témoignage de crémation des cadavres est fait par Millot Arthur le 5 Mai 1915 à Moulainville en Meuse:
http://phbourlet.free.fr/millot.htm
Cordialement
Cyril

clem
Messages : 140
Inscription : mar. août 23, 2005 2:00 am

Re: Crémation des tués

Message par clem » mer. mars 29, 2006 3:59 am

Bonsoir,
une chose que je ne comprend pas. Si les corps ont été retrouvés c'est qu'ils ne sont pas disparus. Alors leurs plaques ont été relevées...(combien d'incinérations...les rajoutes t on au compte des "disparus" ou sont inclus dans ce décompte ??)
Merci

Répondre

Revenir à « Sujets généraux »