chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Daniel Duhand
Messages : 5
Inscription : sam. sept. 17, 2005 2:00 am

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par Daniel Duhand » sam. sept. 17, 2005 2:50 pm

Bonjour,
je recherche toutes les informations possibles sur l'utilisation les chiens de traîneaux pendant la Grande Guerre.
Merci
Cordialement
DD

Avatar de l’utilisateur
LABARBE Bernard
Messages : 4732
Inscription : mar. juil. 12, 2005 2:00 am
Localisation : Aix-en-Provence
Contact :

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par LABARBE Bernard » sam. sept. 17, 2005 3:39 pm

Ouha ! Ouha !! (Pardon, bonjour !)
J'ai un chien ici, mais pas de traineaux, peut-être vaguemestre ?
J'ignorais totalement l'utilisation des chiens de traineaux, je suivrai les réponse avec grand intérêt.
Image

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4729
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par Eric Mansuy » sam. sept. 17, 2005 4:02 pm

Bonjour,
Je cite Paul Mégnin, in Les Chiens de France, soldats de la Grande Guerre : "C'est au début de l'année 1915 que le général de Maud'huy, commandant la VIIe Armée, armée des Vosges et d'Alsace, accepta la proposition, paraissant fort intéressante, faite par un officier de chasseurs alpins, le capitaine Moufflet et un lieutenant d'infanterie, le lieutenant Haas, lequel, avant la guerre, était prospecteur d'or en Alaska, d'organiser pour les périodes d'hiver un service de traîneaux attelés de chiens."
Je résume la suite (parfois fastidieuse...) : les deux hommes, envoyés en mission en Alaska et au Labrador, y passèrent 6 mois et y firent l'acquisition de 400 chiens (de toute évidence, l'expédition des deux officiers et l'achat de ces chiens, qui débouchèrent sur une dépense globale de 400.000 Francs, coûta plus que de raison...).
Le 14e Escadron du Train fournit à la VIIe Armée une "2e Section d'équipage canin d'Alaska". Les principaux chenils de cette Armée se trouvaient à la ferme du Tanet et au Breitfirst [Camp Boussat] (ce dernier chenil ayant une "antenne" à Wesserling).
Bien cordialement
Eric Mansuy

P.S. Je rajoute ci-dessous un texte aimablement fourni par Frédéric Avenel (dont quelques éléments diffèrent du texte de Mégnin) voici quelque temps, sur ce même sujet. "A tout seigneur..." Qu'il en soit donc remercié !

Voici la description qui est faite de ces équipages par le colonel Astouin et le chef d'escadron Izard (in "Le Train des Equipages et le Service Automobile pendant la grande guerre 1914-1918"; Association Nationale des Anciens Combattants du Train, 1934):

"Les équipages canins de chiens de l’Alaska

Ce fut le capitaine d’infanterie Moufflet, grièvement blessé au début de la guerre, qui suggéra l’idée d’employer les traîneaux à chiens pour le ravitaillement des troupes en lignes dans la montagne des Vosges et de l’Alsace.

Cette suggestion ayant été agréée, le capitaine Moufflet et le lieutenant Mallet, qui était en temps de paix attaché aux Etablissements Revillon frères, furent envoyés au Canada et en Alaska pour acheter les chiens, les traîneaux et le matériel nécessaire.

Pour constituer les effectifs des équipages canins, des volontaires furent demandés au début d’avril 1916, dans les différentes formations du Train des Equipages employées sur le front d’Alsace.

Tous ces volontaires, gradés et hommes de troupe furent rassemblés et un détachement important fut dirigé sur le Havre pour y prendre livraison des animaux et du matériel qui venait d’y être débarqué.

Ces éléments furent dirigés ensuite sur le Syndicat Saint-Amé (Vosges) où l’équipage fut organisé en deux sections

La première à l’effectif de :
1 officier … lieutenant Mallet.
60 gradés ou conducteurs.
160 chiens de trait.
25 traîneaux.
Alla s’installer dans des baraquements à la ferme du Tanet près de Col de la Schlucht.

La deuxième à l’effectif de :
1 officier (maréchal des logis d’artillerie Hérodier, promu sous-lieutenant par la suite, également attaché en temps de paix à la Maison Revillon).
62 gradés ou conducteurs.
100 chiens de trait.
5 paires de skis
Alla s’installer au camp Boussat, au-dessus de Kruth Wildenstein et Mittlach en Alsace dans des baraquements avec chenil.

L’instruction du personnel fut faite par les lieutenants Mallet, Hérodier et par le Révérend Père Bernard, missionnaire du Canada et de l’Alaska qui connaissait à fond ce genre de transport pour l’avoir pratiqué en temps de paix.

Le traîneau était conduit par un homme ou gradé qui se tenait à l’arrière, le pied appuyé sur le patin du frein qui, par pression s’aggripait dans la neige par ses pointes d’acier, les chiens qui avaient l’habitude de cette manœuvre s’arrêtaient aussitôt.
Sur le traîneau se tenait un deuxième conducteur chargé de surveiller le chargement et qui, le cas échéant, prêtait main forte au conducteur.
Selon la nature, le poids du chargement et l’état de la neige, les traîneaux étaient attelés de 5, 7 ou 9 chiens accouplés par deux. On choisissait parmi les meilleurs celui qui obéissait le mieux au conducteur, on le plaçait en tête et il dirigeait les autres. Les traîneaux marchaient à une très vive allure et les équipes de chiens, complètement blancs, se confondaient avec la neige et le paysage, ce qui leur permettait de passer assez souvent à travers les obus et les balles.
Pendant la période des grands froids, lorsque toutes les communications étaient interrompues, quand les fantassins étaient bloqués par les neiges dans leurs tranchées, les artilleurs dans leurs abris de batteries, les équipages canions, sur leurs traîneaux, transportaient à leurs camarades les denrées indispensables : des vivres, du charbon de bois, des vêtements chauds et des munitions. Ils assuraient également le transport des officiers généraux et d’Etat-Major qui n’avaient pas d’autre moyen pour se rendre dans les lignes.
La 1ère section eut à ravitailler dans ces conditions la 151e et la 127e D.I. La 2e section les 52e, 96e et 13e D.I.

Les principaux points de ravitaillement furent pour la 1ère section : le Calvaire, le Lac Blanc, le Lac Noir, la Roche des Fées, Rossberg, le Linge, etc… ; pour la 2e section : l’Hartmannswillerkopf, la cote 1025, Mittlach, le Linge, Lac Noir, Lac Blanc, Metzeral, le Honeck, etc…

Pendant la période d’été, les traîneaux étaient munis de roues caoutchoutées et le ravitaillement continuait dans des conditions analogues.
Les gradés et conducteurs de la 2e section furent en outre appelés, à l’occasion de coups de main, à servir des pièces de 155 ; ils avaient été au préalable initiés à la manœuvre de ces pièces.
Les équipages canins furent souvent bombardés par canons, par avions, ils essuyèrent également, au cours de leurs transports, le tir des mitrailleuses ennemies ; ils eurent des conducteurs blessés, de nombreux chiens tués et du matériel détruit ou endommagé.
Le 1er avril 1918, les équipages canins furent rattachés à la 50e compagnie du 19e escadron du train."


"Note n° 3342-4 du 15 décembre 1916, du Général Commandant la 7e armée.
Le général a décidé que les militaires appartenant à la 7e armée, ne devraient pas avoir de chiens leur appartenant. Seuls sont autorisés dans l’armée, les chiens réellement utilisés dans le but militaire, c’est à dire :
Les chiens de sentinelle
Les chiens de liaison ou d’estafette
Les chiens de patrouille, d’attaque ou de recherche
Les chiens sanitaire
Les chiens de trait.
Les chiens ratiers, les chiens de guerre et de trait sont toujours accompagnés d’hommes les ayants en garde spéciale. Ces hommes doivent avoir fait un stage dans un des chenils de l’armée ou appartenant à l’une des sections d’équipage canons de l’Alaska.
Le Général Cdt d’Armes. Signé : Hanoteau.
"

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8396
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par Charraud Jerome » sam. sept. 17, 2005 4:12 pm

Bonjour
Pour confirmer ce qu'annonce Eric, je viens de trouver 3 pages sur les "équipages canins de chiens de l'Alaska" dans le livre:
Le train des Equipages et le service automobile pendant la Grande Guerre" du colonel Astouin et du Chef d'escadron Izard Editions ANACT 1934

En voici deux illustrations (les pages de textes sont retranscrites ci-dessus)

:wink: à Frédéric Avenel au passage

Image

Image

Cordialement
Jérôme

Simon Augustin
Messages : 244
Inscription : sam. oct. 23, 2004 2:00 am

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par Simon Augustin » sam. sept. 17, 2005 4:28 pm

Bonjour à tous,

Un 1è essai avec des chiens Belges

Image

Augustin

Avatar de l’utilisateur
francois mattart
Messages : 376
Inscription : lun. nov. 15, 2004 1:00 am

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par francois mattart » sam. sept. 17, 2005 4:42 pm

Magnifique Augustin, ça marche!
Amicalement
François

Avatar de l’utilisateur
Frederic Avenel
Messages : 154
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par Frederic Avenel » dim. sept. 18, 2005 1:14 am

Bonsoir à tous,

Le sujet avait effectivement déjà été abordé il y a quelque temps dans ce FIL sous un éclairage un peu différent.

Au passage, je rends leur :wink: amical à Eric et Jérôme (pour qui j'attends toujours de pouvoir renvoyer l'ascenseur...)

Eric, avez-vous une carte de la situation des camps ayant reçu ces équipages ?
Il me semble également que la VIIe armée disposait d'un chenil à Lure, mais j'ignore si les équipages canins de l'Alaska y ont transité.

Amicalement,

Frédéric Avenel

Avatar de l’utilisateur
Eric Mansuy
Messages : 4729
Inscription : mer. oct. 27, 2004 2:00 am

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par Eric Mansuy » dim. sept. 18, 2005 9:58 am

Bonjour à tous,
Bonjour Frédéric,
Heureux de vous "recroiser" ici ! :wink:
Pour répondre à vos questions :
- une feuille de Munster (début 1918) du groupe des canevas de tir porte effectivement les chenils du Tanet et du Camp Boussat (Breitfirst). J'ai consulté récemment une feuille de Masevaux de la mi-1918 mais n'ai pas vérifié si l'"antenne" de Wesserling s'y trouvait...
- vous trouverez sur ce site http://www.ecpad.fr/ecpa/index.htm deux clichés du chenil de Lure, ainsi que quelques autres photos de chiens durant la Grande Guerre. Dans votre requête, tapez juste "chenil".

Pour élargir le sujet, je n'ai aucun élément publié sur le sujet. J'ai bien peur que le département de la Haute-Saône ne se caractérise par un vide abyssal en ce qui concerne la documentation publiée sur 1914-1918. Il reste les AD, bien entendu, et peut-être les AM de Lure... Mais je ne puis que regretter cette carence, au passage, lorsque l'on pense à l'importance de la présence militaire dans ce département durant la guerre (terrains d'aviation, hôpitaux, gare régulatrice de Gray, travailleurs russes, etc.). Luxeuil, Lure, Gray, Vesoul et le camp de Villersexel : voilà qui "suffirait" à consacrer un peu de temps et de papier au sujet... :cry:

Dernier point qui me revient en mémoire : il semble que le 132e Bataillon Cynophile de l'Armée de Terre ait repris, non seulement les traditions du 132e RI, mais également les éléments se rapportant aux chenils du temps jadis.

Amicalement
Eric Mansuy

Daniel Duhand
Messages : 5
Inscription : sam. sept. 17, 2005 2:00 am

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par Daniel Duhand » dim. sept. 18, 2005 12:24 pm

Bonjour à tous,

Whaou! Bravo et merci pour vos réponses rapides qui me permette d'explorer plusieurs pistes. Merci également pour les photos

Savez-vous où je peux trouver plus d'éléments à propos du: colonel Astouin et le chef d'escadron Izard (in "Le Train des Equipages et le Service Automobile pendant la grande guerre 1914-1918";
et à propos de l'Association Nationale des Anciens Combattants du Train, 1934) t de ce fameux livre publié aux Editions ANACT 1934.

A propos des SECA, Section d'Equipage de Chiens d'Alaska, le texte que vous citez me semble très intéressant quoique légèrement divergeant du récit que fait Paul-Emile Victor dans l'un de ces livres ainsi que de la biographie de Scotty Allan le musher américain qui fournit les chiens notamment lorsque ces deux ouvrages parlent d'un sous-lieutenant Haas(119e rég d'Infanterie territoriale) qui accompagne le Capitaine Moufflet (62e BCA) en Amérique. Dans ce sens la citation du livre de Paul Mégnin me semble plus proche des sources que je possède déjà.
En fait, mes recherches concernent plus particulièrement l'histoire des SECA et de leurs actions sur le front des Vosges de l'hiver 1915-1916 à la fin de la Guerre.
D'autre part je cherche également le journal de marche du 62e BCA plus particulièrement à propos des combtas de août 1914 dans lesquels le cpt Moufflet fût blessé plusieurs fois.

Je réalise ces recherches dans le cadre d'un projet de documentaire pour la télévision.

Très amicalement à tous
Daniel Duhand

Avatar de l’utilisateur
Charraud Jerome
Messages : 8396
Inscription : dim. oct. 17, 2004 2:00 am
Localisation : Entre Berry et Sologne
Contact :

Re: chiens de traîneaux pendant la guerre de 14-18

Message par Charraud Jerome » dim. sept. 18, 2005 12:47 pm

Bonjour

Concernant le livre du colonel Astouin, il est épuisé, vous le trouverez chez les bouquinistes.
Rien actuellement sur http://www.livre-rare-book.com/

Cependant, vous le trouverez très certainement au Service Historique de la Défense au Fort de Vincennes.

Vous devriez trouver encore plus de renseignements au Musée du Train de Tours:
Musée des Equipages Militaires et du Train
+ Quartier de Beaumont * Pavillon de Condé
60, rue du Plat-d'Etain 37000 Tours
02 47 77 20 35 Fax 02 47 77 23 65

http://www.culture.gouv.fr/public/mistr ... _4=3726106

Je n'ai jamais trouvé trace de l'ANACT, plus rien dans le 15e (101 avenue Emile Zola).

Si vous bloquez, écrivez moi directement, l'ouvrage est en dépot chez moi :lol:

Cordialement
Jérôme

Répondre

Revenir à « Sujets généraux »