Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Parcours individuels & récits de combattants
Avatar de l’utilisateur
verdun19
Messages : 716
Inscription : sam. nov. 01, 2008 1:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par verdun19 » jeu. janv. 13, 2011 1:11 pm

Bonjour

Ayant eu la LH après guerre, il ne peut porter ce ruban si tu monte 1 mannequin en tenue de 14.

cdt

geojeff
Messages : 497
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par geojeff » sam. janv. 15, 2011 7:01 pm

Bonsoir à tous, Bonsoir Marcel,

Image

Tout d'abord je tiens à remercier Marcel grâce à qui j'ai pu consulter ce dossier plus tôt que prévu dans mes recherches sur le 6ème Chasseurs (cet officier ne figurait pas parmi mes priorités...). Ce dossier, c'est du lourd, et bien plus que des données bassement administratives et militaires (dates d'affectations, numéros d'unités, notes et appréciations maintes fois vues et revues...) on voit un homme derrière avec ses revendications, son caractère, ses défauts... et ce que d'autres hommes ont pu penser de lui :pt1cable:

Vous aviez raison de vous interroger sur la récompense supposée suite à ce fait d'arme car elle a été très importante dans la suite de la carrière militaire de cet officier et je me demande, après un survol très rapide de toute cette documentation, si cette action n'a pas été au final un véritable boulet pour M. Goetghebeur... :D

Entre autres choses, deux documents essentiels dans le dossier :
- la relation de l'évènement par le principal intéressé, M. Goetghebeur lui même
- la relation, l'avis et les commentaires d'un de ses supérieurs sur cet évènement à la suite d'une demande de récompense plus importante

En revanche, pas de photo d'identité :(

J'attends que Marcel me donne en message privé son adresse mail pour que je puisse lui envoyer les photographies. je lui laisse ensuite la joie de faire partager à tous les retranscriptions qu'il en fera... :bounce: :)

Dans les dossiers d'officiers, ce que je préfère, c'est leurs "bétises". Je ne résiste pas à l'envie de vous donner celle ci :
M. le lieutenant Goetghebeur, du 6 RCh (10ème escadron), gardera les arrêts simples pendant huit jours, pour le motif ci-après :

"se trouvant dans un train de permissionnaires au retour d'une mission, a tiré le signal d'alarme pour pouvoir descendre à une station où le train ne s'arrêtait pas, ce qui a occasionné au train un retard de huit minutes"
Les usagers de la SNCF apprécieront :D

Amicalement :hello:
Jean-François

PS : je crois que j'ai gagné le droit d'aller consulter le dossier d'au moins deux autres officiers du 6ème Chasseurs ayant joué un rôle dans ce que je pense qu'il conviendrait d'appeler l'affaire Goetghebeur...
A suivre :hello:

geojeff
Messages : 497
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par geojeff » lun. janv. 17, 2011 10:41 pm

Bonsoir,

après en avoir discuté avec Alain, c'est moi qui va faire les retranscriptions. Tout ce qui suit provient du dossier au SHD de M. G. Goetghebeur
(6Ye 22.579). Je commence par résumer son parcours afin que vous ayez toutes les informations nécessaires :

Notre homme est né le 05 mai 18874 à Levallois Perret. Jeune soldat appelé de la classe 1894 de la subdivision de la Seine, 6ème Bureau, n°110 du tirage dans le 18ème Arrondissement de Paris.

6 RCh
- cavalier de 2ème classe le 14/11/1895
- Brigadier le 01/05/1896
- Brigadier fourrier le 22/09/1896
- Maréchal des Logis le 16/11/1896
- Maréchal des Logis fourrier le 06/03/1897

Passé dans la réserve le 30/09/1898.
régiment de cavalerie légère de Sézanne le 01/11/1898

14 RCh
Sous-lieutenant de réserve le 29/07/1899

18RCh
S-Lt de réserve le 30/12/1901

21 RCh
S-Lt de réserve le 17/02/1903

6 RCh
Lieutenant de réserve le 02/07/1906

dans l'ensemble, pendant cette période ses appréciations sont bonnes

Guerre 1914 - 1918 :
- Aux armées du 06/08/1914 au 31/08/1914 (11ème escadron du 6 RCh)
- Intérieur du 01/09/1914 au 04/08/1915 (dépôt de Niort)
- Aux armées : du 05/08/1915 au 047/01/1919 --> escadrons d'active du 6 RCh où il est mal noté par le Colonel Tinel; il passe au 10ème escadron du 6 RCh (escadron de remonte) puis, à la dissolution de ce dernier, courant 1916, passe dans des états-majors avant de finir la guerre comme adjoint comme capitaine de réserve (nommé par décret du 08/05/1918 pour prendre rang du 20/04/1918) à l'état major des forces françaises d'Italie où il est bien noté.

Avant la guerre, cet officier figurait à l'escadron de Saint Georges (société d'instruction et d'équitation militaires) en tant que membre du Comité Directeur, secrétaire général et secrétaire adjoint depuis la création de ce poste, instructeur d'équitation. Il faisait également parti d'autres associations dont je passe le détail (j'imagine que cela me sera demandé ultérieurement ).

Toujours avant la guerre, il a été cité plusieurs fois au Bulletin Officiel pour le zêle et le dévouement dont il a fait preuve en contribuant à l'oeuvre de préparation militaire : le 30/11/1906, le 11/08/1910, le 02/06/1911

Décorations françaises
- officier d'académie (décision ministérielle du 03/04/1909)
- Chevalier de la légion d'honneur à compter du 15/04/1919 (JO du 23/04/1919, page 4202). L'attribution "tardive" de cette récompense fera l'objet des prochains ajouts à ce fil.
- Croix de Guerre avec étoile de bronze (22/05/1915)

Décorations étrangères
- officier du Nicham Iftikar du 11/09/1907
- autorisé à porter le ruban des fatigues de guerre italien le 17/12/1917. Diplôme du 06/03/1918.
- autorisé à porter une étoile sur le ruban de la "Fatigue de Guerre" (05/11/1918)

à suivre...
Amicalement
Jean-François

geojeff
Messages : 497
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par geojeff » lun. janv. 17, 2011 11:08 pm

J'ai oublié le texte de la citation. La voici :
Le Général de Brigade commandant les dépôts de cavalerie de la 1ère Région (repliés depuis à Niort), commandant la cavalerie des camps retranchés de Lille et la réserve générale de la défense de cette place, cite comme s'étant particulièrement distingué :

"M. Goetghebeur Georges Alfred Léon, lieutenant de réserve au 6ème Chasseurs (11ème escadrons). En reconnaissance à Courtrai le 22 août avec son peloton, s'est heurté dans cette ville à une patrouille de 16 cuirassiers allemands postés dans une rue et protégés par une corde tendue en travers de la rue. Il chargea cette patrouille, la mit en déroute lui tuant plusieurs hommes et plusieurs chevaux, prit lui même l'officiait qui la commandait et le ramena prisonnier avec 4 cuirassiers et 7 chevaux."

(ordre de la Brigade n°1 du 22 mai 1915)
Il convient de comparer cette récompense avec celle du sous-lieutenant Guillaume, du même régiment et escadron pour un fait en apparence équivalent, le lendemain, dans le meme secteur :
Extrait de l'Ordre de l'Armée du 1er février 1915 : inscription au tableau spécial de la Légion d'Honneur de M. Guillaume, sous-lieutenant de réserve au 6 RCh :

"Au cours d'une reconnaissance, le 23 août 1914, ayant rencontré une forte patrouille ennemie a foncé dessus malgré le terrain très défavorable, l'a mise en déroute lui tuant ou blessant plusieurs hommes et chevaux, et fait prisonnier l'officier qui la commandant ainsi que le sous-officier et 2 cavaliers. A eu son cheval tué sous lui au début de l'action et a enfourché aussitôt le cheval d'un cavalier démonté pour continuer la poursuite."
Et voici la réclamation du lieutenant Goetghebeur quelques mois plus tard où il donne son récit de l'évènement (j'ai souligné ce qui l'était dans la lettre originale)

Xème Armée Le 15 décembre 1916
D.E.S.
Place de Villers-Bretonneux



Le lieutenant Goetghebeur, adjoint au major du cantonnement
à Monsieur le Général commandant la Place



Mon Général,

Vous m'avez fait l'honneur de me demander dans quelles circonstances j'avais obtenu la Croix de Guerre. Je viens vous rendre compte des faits qui m'ont valu cette distinction; les voici:

"Le 21 août 1914, les Allemands ayant envahi la Belgique et se dirigeant sur Lille où je me trouvais avec le 11ème escadron de mon régiment (6ème Chasseurs) le Général Baudot, commandant la cavalerie du camp retranché de Lille et la réserve de la défense de cette place donna à 14 heures l'ordre au capitaine de Goussancourt, commandant le 11ème escadron, de partir d'urgence avec 6 pelotons de 25 hommes à la découverte de l'ennemi.

A 18 heures, j'étais envoyé avec mon peloton à Wattrelos. A 22 heures, un télégramme m'enjoignait de partir au lever du jour pour Aelbeke (Belgique) où je devais m'établir en halte gardée et surveiller la direction de Grammont, prendre le contact de l'ennemi et le conserver à tout prix.

A 14 heures, le 22 août, le commandant de secteur, chef de bataillon Barthélemu, du 145ème Régiment d'Infanterie je crois, à qui j'avais adressé mes renseignements m'envoyait par un télégramme l'ordre de me diriger sur Courtrai.

Averti par des officiers belges que des pelotons de cavalerie ennemie patrouillaient dans les environs et ensuite par des cyclistes qu'ils étaient dans la ville même, je cherchai pendant environ deux heures dans les grandes artères pour détruire ces cavaliers. Tout à coup, au détour d'une rue, j'aperçus un peloton ennemi en bataille m'attendant la lance en arrêt. Jen m'élançai immédiatement au galop suivi de mon peloton en bataille. Au fûr et à mesure que j'approchai, je déchargeai mon révolver sur ces cuirassiers qui s'étaient protégés par une forte corde tendue en travers de la rue à hauteur de cavalier, j'évitaicette corde et la désignai à mes chasseurs qui la coupèrent derrière moi à coups de sabre et passèrent; mais c'était sur le pavé que se développait cette galopade à la poursuite des allemands et la chute était inévitable. Je pus éviter un lancier qui venait par derrière pour me transpercer et qui alla s'écraser contre un mur devant la menace de mon révolver.

Un, deux, trois allemands tombèrent avec leurs chevaux et formèrent obstacle. Ma jument s'abattit sur moi et j'eus la jambe droite prise sous elle mais je me relevai assez rapidement car je n'étais que légèrement blessé et je trouvai debout en face de moi l'officier des cuirassiers sur qui je me précipitai le révolver vide au poing. Il crut sans doute mon arme chargée, car il se rendit et je pus lui arracher son pistolet automatique parabellum chargé de neuf balles blindées. Un de mes sous-officiers et quelques uns de mes cavaliers étant arrivés à la rescousse nous pûmes capturer et ramener avec leurs armes et leur équipement 5 prisonniers vivants dont l'officier lieutenant comte de Schwerin du 7ème Cuirassier blancs (de Magdebourg) et de plus de 7 chevaux harnachés; pendant ce temps mon autre sous-officier et le reste de mes cavaliers avaient en continuant la poursuite tiré encore plusieurs allemands et dispersé le reste".

Vous m'avez demandé, Mon Général, si j'avais été l'objet d'une proposition pour la légion d'honneur ou pour le 3ème galon pour ce fait d'armes. Hélas ! Je n'eus pas cet honneur. Par contre, un de mes camarades, le sous-lieutenant Guillaume, eut le lendemain sous les yeux du commandant Barthélemy, une action à peu près identique de laquelle il ramena 4 prisonniers. Le général Baudot, commandant supérieur des dépôts de cavalerie de Niort (6ème Chasseurs, 7ème Hussards), put obtenirpour lui la Légion d'Honneur entraînant la Croix de Guerre avec Palme et pour moi la Croix de Guerre avec étoile de bronze.

J'ai tout lieu de croire que si je n'ai pas été l'objet d'une proposition pour la Légion d'Honneur, celà tient à deux causes :

1) c'est que l'action n'a pas eu lieu sous les yeux des chefs qui auraient pu me proposer.

2) à ce que le sous-lieutenant Guillaume, profitant de la similitude de dates et les deux faits d'armes étant à peu près identiques, a habilement insinué, le fait est de notoriété publique à Niort et au Dépôt du 6ème Chasseurs où nous nous trouvions après la retraite, que c'était lui l'auteur de la capture du Comte de Schwerin et j'ai été amené bien des fois à rétablir la vérité auprès des chefs et de camarades persuadés de ses dires.

C'est si peu le sous-lieutenant Guillaume qui a fait le lieutenant de SChwerin prisonnier que je possède par devers moi son équipement et son casque et que je suis prêt à le prouver.

Je vous serais reconnaissant, Mon Général, de vouloir bien, si vous le jugez convenable, faire mettre la présente lettre sous les yeux de Monsieur le Général Baudot, ancien commandant de la cavalerie du camp retranché de Lille et de la réserve de cette place, ancien commandant supérieur des dépôts de cavalerie de Niort (6ème Chasseurs, 7ème Hussards) qui possède tous renseignements et celà à toutes fins utiles.

SIgne : G. Goetghebeur
Sources :SHD - 6YE22.579

Je retranscris la suite des documents. Un peu de patience :bounce: :)

Bonne lecture
Jean-François

geojeff
Messages : 497
Inscription : jeu. nov. 30, 2006 1:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par geojeff » mar. janv. 18, 2011 8:32 pm

Bonsoir,

voici la suite de la réclamation du lieutenant Goetghebeur. Sa lettre est parvenue au cabinet du Ministre de la Guerre qui demande au Général Baudot des précisions. Là encore, j'ai souligné ce qui l'était dans la lettre originale. Le Général se trompe certainement d'unité en parlant de 165ème de ligne à la fin de sa lettre.
Versailles, le 8 février 1917
9 rue Mausart


Le Général Baudot du CR et commandant des dépôts de cavalerie de la 1ère Région et des dépôts de cavalerie de Niort à Monsieur le Ministre de la Guerre (cabinet du Ministre)


J'ai reçu le dossier que vous m'avez fait l'honneur de m'adresser le 7 février courant (cabinet n°3691 K) concernant le lieutenant de réserve Goetghebeur du 6ème Régiment de Chasseurs. Je vous en fais ci joint le renvoi. Mon avis est consigné dans la présente lettre.

Il est exact que dans l'après-midi du 21 août 1914, au moment où Lille commençait à être tâté par la cavalerie ennemie, M. Goetghebeur envoyé en reconnaissance vers Courtrai avec son peloton (30 chasseurs du 6ème Régiment) a eu une rencontre avec une patrouille de 16 cuirassiers allemands du Régiment de [illisible], commandée par le lieutenant comte Axel von Schwerin, et que dans cette rencontre l'officier, 5 cavaliers et 7 chevaux ont été pris.

Le récit de l'affaire dans le compte rendu de l'intéressé est tant soit peu enjolivé. Voici les faits :

En rentrant dans Courtrai avec son peloton M. Goetghebeur aperçut au bout d'une rue une troupe de cavaliers ennemis, protégée par une corde tendue en travers de la rue. Ce parti avait déjà été chargé par une patrouille de 4 chasseurs (brigadier Lercot) qui lui avait pris un homme et un cheval. M. Goetghebeur se lança sur cette troupe, avec son peloton, les cavaliers galopant par un derrière lui sur le trottoir pour éviter la corde, qui fut coupée par les cavaliers de queue.

Les cuirassiers firent demi tour et s'enfuirent suivis des chasseurs; brusquement ils se jetèrent dans une rue latérale. Ce tournant très court sur un pavé glissant amena la chute d'un assez grand nombre de cuirassiers et à peu près d'un même nombre de chasseurs. Ces derniers plus lestes se dégagèrent de leurs chevaux et prenant leurs carabines tirèrent sur les allemands qui se relevaient et fuyaient. Avec l'aide des derniers cavaliers qui arrivaient montés cinq hommes et sept chevaux furent pris. Le lieutenant Goetghebeur était parmi les cavaliers tombés avec leurs chevaux, et il se trouvait à terre à côté du lieutenant allemand, en se relevant, il sauta sur lui, le mpenaça de son révolver, vide d'ailleurs, et celui-ci se rendit et lui remit son sabre.

Je ne crois pas qu'il y ait eu autant de tués que le dit M. Goetghebeur; mes notes et le compte rendu du capitaine de Goussencourt, faits le jour même sur le récit de M. Goetghebeur et des hommes du peloton, font mention de trois ou quatre. Peu importe d'ailleurs, cette petite affaire fait évidemment honneur au peloton engagé et à son officier. Celui ci a montré du courage et de la présence d'esprit.

Après l'évacuation de Lille le 24 août, et le transport des dépôts du Nord à Niort, j'ai eu à examiner s'il n'y aurait pas lieu de proposer pour la légion d'honneur M. Goetghebeur, la croix de guerre n'existant pas alors.

Après enquête, avis du capitaine, il ne m'a pas paru que ce fut une action d'éclat suffisante pour mériter une aussi haute récompense. M. Goetghebeur n'a pas été blessé (une petite éraflure à la main provient de la chute de son cheval), son peloton n'a pas eu de blessés, il n'y a pas eu de combat à proprement parler, et sans les chutes causées par le pavé, il est vraisemblable que les cuirassiers mieux montés, auraient disparu sans trop de dommage.

Je dois ajouter aussi que M. Goetghebeur a commis une lourde faute militaire. Après cet engagement, il a abandonné sa reconnaissance, et sans rendre compte à son capitaine, il est rentré à Lille avec son peloton pour ramener ses prisonniers. Je lui ai donné l'ordre de repartir de suite pour reprendre son poste à son escadron au nord de Tourcoing. De plus il a enlevé, en le prenant, ses armes au lieutenant von SChwerin ce qui était son droit et son devoir, mais il lui a aussi pris son porte monnaie, ce qui était plus contestable. Qu'un cavalier le fasse soit... mais un officier !

Il y a eu dans ces deux faits beaucoup d'ignorance de ses devoirs militaires, mais en réunissant toutes ces circonstances je n'avais pas estimé devoir proposer cet officier pour la légion d'honneur. Dès que la croix de guerre a été instituée, je me suis empressé de la lui faire donner et je n'ai pas réussi sans peine. Je ne sais si par la suite de la guerre la légion d'honneur a été parfois attribuée à des faits sans grand éclat comme celui ci. S'il en était ainsi, je ne verrais aucun inconvénient à ce qu'on décorat M. Goetghebeur qui, tant qu'il a été sous mes ordres, a toujours été un bon, solide et honnête officier dont je n'ai eu qu'à me louer.

Il n'y a aucune comparaison à faire entre son cas et celui de M. Guillaume sous-lieutenant au 6ème Chasseurs, décoré à cette époque, ni aucune confusion. M. Guillaume a combattu le même jour à Gruson vers Tournai un peloton du régiment de Dragons allemands n°17. Il y a eu là un vrai combat, plusieurs charges, le lieutenant Guillaume a eu son cheval tué sous lui, a pris le cheval d'un cavalier pour continuer la poursuite, a fait prisonnier l'officier qui commandait le peloton ennemi, après avoir essuyé le feu de toutes les balles de son révolver et lorsque l'allemand se fut rendu, il trouva le moyen de tirer de sa poche un autre révolver avec lequel il fit feu à plusieurs reprises sur M. Guillaume dont le shako et la vareuse furent traversés. Outre le lieutenant, un sous-officier, deux dragons et 5 chevaux furent pris.

C'est une petite affaire, bien et vigoureusement menée sous le feu ennemi, dans un terrain difficile, qui demandait énergie et sang froid et, quoi qu'en dise M. Goetghebeur, elle méritait largement la récompense obtenue. Elle a d'ailleurs eu comme témoin le commandant Barthélemy du 165ème de ligne de la garnison de Lille (à ce moment) qui a envoyé au capitaine de Goussencourt, commandant le 11ème escadron du 6ème Chasseurs, un rapport des plus élogieux sur la conduite du lieutenant Guillaume et de son peloton.

Tels sont, Monsieur le Ministre, les éclaircissements que je puis vous fournir au sujet de la déclaration du lieutenant Goetghebeur. Si vous estimez que je n'ai pas été absolument équitable et que cet officier mérite une récompense plus élevée que celle qu'il a obtenue, je serais satisfait qu'il put y arriver bien que sa réclamation ne soit pas absolument honnête.

Signé : Général M. Baudot
Source : SHD, 6Ye 22.579

Amicalement
Jean-François

WOLF47
Messages : 6
Inscription : sam. mai 07, 2011 2:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par WOLF47 » sam. mai 07, 2011 8:02 pm

Bonjour a tous
J'aimerai vous soumettre quelques photos et me dire ce que vous en pensez
merci à vous
ImageImage

WOLF47
Messages : 6
Inscription : sam. mai 07, 2011 2:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par WOLF47 » sam. mai 07, 2011 8:04 pm

ImageImage

WOLF47
Messages : 6
Inscription : sam. mai 07, 2011 2:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par WOLF47 » sam. mai 07, 2011 8:05 pm

Image

Popol
Messages : 869
Inscription : sam. août 19, 2006 2:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par Popol » sam. mai 07, 2011 8:25 pm

Bonsoir à Toutes & Tous,
Bonjour Wolf 47,

- Pour faire avancer le schimili et en ajustant mes lunettes, je déchiffre l'inscription suivante: "Prix d'honneur pour les excellents résultats de tir - 1910 du lieutenant ... von Schwerin dans le régiment des cuirassiers von ... ";

- Une bonne soirée (bien chaude ...!) de Bruxelles!
Bien cordialement
Paul Pastiels

Avatar de l’utilisateur
marcel clement
Messages : 2016
Inscription : mar. janv. 08, 2008 1:00 am

Re: Goetghebeur suite, on a retrouvé le Comte Von Schwerin

Message par marcel clement » sam. mai 07, 2011 11:04 pm

Bonsoir à tous,


Ça alors !!! C'est peut être le fameux sabre récupéré par le lieutenant Goetghebeur.

Très beau en tout les cas.

Il faudrait connaitre sa provenance, d'ou vient-il ???

Merci beaucoup à vous deux pour les photos et pour la traduction.

Amitiés,

Alain

Répondre

Revenir à « Parcours & livres d'or »